La Tribune

La BCE maintient ses taux et revoit ses prévisions à la hausse

latribune.fr  |   -  475  mots
La Banque centrale européenne laisse ses taux à leur plus bas niveau historique. Elle prévoit désormais une légère croissance de 0,2% du PIB de la zone euro l'an prochain, au lieu d'un recul de 0,3% anticipé jusque là.

Pas de relèvement du principal taux directeur de la Banque centrale européenne (BCE). L'institution maintient ses taux inchangés, à 1%, leur plus bas niveau historique. Pour beaucoup d'observateurs, Jean-Claude Trichet, président de la BCE, ne relèvera pas les taux avant le troisième trimestre 2010.

Maintenir ses taux à un tel niveau est un signal fort pour la BCE, plus connue pour sa politique de taux élevés, qui permet de contenir l'inflation, sa bête noire. Mais ces derniers mois, la hausse des prix n'est pas le premier danger qui menace l'économie européenne. La tendance serait même plutôt à la déflation (baisse des prix).

En décidant de maintenir ses taux bas, Jean-Claude Trichet montre que la BCE est prête à soutenir l'économie européenne, qui donne ses premiers signes de reprise économique. Le président de la BCE devrait prendre part à la réunion des ministres des finances des pays membres du G20 vendredi et samedi à Londres, afin de discuter de la marche à suivre pour une réponse commune à la crise financière.

"La décision (de ne pas toucher aux taux), qui continue de ganrantir la liquidité au système bancaire de la zone euro pour une période prolongée à des conditions très favorables, devrait favoriser l'extension du crédit à l'économie de la zone euro et de ce fait soutenir encore sa reprise. Aujourd'hui, nous avons décidé que le niveau de 1% était approprié (...) Nous avons été unanimes à dire que les taux d'intérêt actuels étaient appropriés. (Mais) nous n'avons pas d'engagement préalable dans un sens ou dans un autre", a commenté le président de la BCE.

La BCE prévoit désormais une légère croissance de 0,2% du produit intérieur brut de la zone euro l'an prochain, a aussi annoncé en outre Jean-Claude Trichet lors de sa traditionnelle conférence de presse. Elle s'attendait jusque là à un recul du PIB de 0,3%. Pour 2009, la BCE s'est aussi montrée plus optimiste, avec une récession estimée à 4,1%, contre un recul de 4,6% jusque là.

Concernant l'évolution des prix, la BCE a en revanche légèrement relevé ses prévisions à 0,4% en 2009, contre 0,3% jusque là, et à 1,2% l'an prochain (au lieu de 1%). "Nous nous attendons à ce que la stabilité des prix soit maintenue à moyen terme et, ce faisant, continuera à soutenir le pouvoir d'achat des ménages de la zone euro", selon le président de la BCE.

"Les dernières informations vont dans notre sens: il y a des signes croissants de stabilisation de l'activité économique dans la zone euro et ailleurs. C'est cohérent avec les anticipations selon lesquelles la contraction importante de l'activité économique touche à sa fin et est actuelement suivie par une période de stabilisation et de reprise très graduelle", a poursuivi Jean-Claude Trichet.

Réagir