La Tribune

Ségolène Royal : "si Sarkozy redoute un président européen fort, il a tort"

(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Propos recueillis par Yann-Antony Noghès  |   -  1400  mots
Présente lundi à Berlin pour suivre les commémorations de la chute du Mur, Ségolène Royal a répondu aux questions de La Tribune. Elle s'est également exprimée devant l'Institute for Cultural Diplomacy sur les événements de l'année 1989.

Etes-vous en faveur d'un président du Conseil européen fort ou plutôt d'un organisateur ?

Dans un premier temps, il est évident que sa fonction sera d'organiser une nouvelle donne. Mais rapidement, il faudra qu'il incarne tout un continent avec charisme si l'on ne veut pas qu'à peine créé, ce rôle soit disqualifié.

Le casting se déroule ces jours-ci et on se dirige vers quatre hommes aux quatre postes clés à Bruxelles. Faudrait-il une femme à la tête du Conseil ?

Il est encore temps pour faire aussi émerger des femmes dans ce monde très masculin des institutions européennes. Une femme ou un homme... ce qui compte, c'est sa conviction pour faire avancer l'Europe et sa compétence. Il ou elle doit bénéficier de la confiance des chefs d'État et de gouvernement et donner une visibilité à l'Europe par son action et par sa parole.

Il règne une certaine opacité autour de cette désignation. Quelqu'un de fort peut-il émerger de cette façon ?

Effectivement, c'est l'impression que cela donne mais il est évident que quelqu'un de bien peut émerger. Il faut le souhaiter. À terme, c'est au suffrage universel que devra être désigné le président de l'Europe. Et cela n'enlèvera rien, contrairement à ce que l'on entend, à la légitimité des chefs des États-nations.

L'Europe est-elle assez ambitieuse politiquement selon vous ?

Je redis ici ma conviction : il faut aller beaucoup plus loin vers les Etats-Unis d'Europe. Il faut réaliser le rêve de Victor Hugo. J'ai la conviction que la crise sans précédent que nous traversons nous oblige à redéfinir une Europe à visage humain qui nous rende plus fort à l'échelle de la planète. La chute du mur de Berlin fut une étape décisive pour la réunification de l'Europe. C'est cette histoire qu'il faut maintenant accélérer en engageant un processus pour créer les États-Unis d'Europe.

Croyez-vous que Nicolas Sarkozy veuille d'un président fort à Bruxelles ?

S'il craint qu'un président fort à Bruxelles lui fasse de l'ombre, il a tort. C'est parce que l'Europe sera plus forte que chaque pays d'Europe le sera. L'histoire à écrire est plus grande que nous et les itinéraires personnels sont à mettre au service de cette histoire et pas l'inverse.

La gauche européenne a salué le travail de Nicolas Sarkozy durant la présidence française de l'Union. Etes-vous d'accord pour dire que le chef de l'Etat a replacé la France au cœur de l'Europe ?

Ce n'est pas lui qui a remis la France au cœur de l'Europe. La France a toujours été au cœur de l'Europe depuis sa fondation, depuis Jean Monnet. Et les présidents qui se sont succédé y ont contribué. Nicolas Sarkozy n'a fait que maintenir cette position. Il aurait pu faire beaucoup plus en étant notamment à l'offensive sur un problème concret qui a créé beaucoup de malheurs économiques et sociaux en Europe : celui des abus de la spéculation bancaire. Or, sur ce sujet-là, il n'a rien fait ou presque et la France aurait pu, et peut encore, être à l'offensive.

Le gouvernement songe à créer un poste de ministre franco-allemand au mois de janvier. C'est une bonne idée ?

Oui, c'est une bonne idée et d'ailleurs, c'est une proposition que j'avais faite lors de la campagne présidentielle : celle de créer un ministère commun franco-allemand du Développement économique.

Avec le traité de Lisbonne, la France va disposer de deux eurodéputés supplémentaires à Strasbourg. Mais contrairement à beaucoup d'autres pays européens, aucune décision n'a été prise avant les élections européennes sur leur mode de désignation. Qu'en pensez-vous ?

C'est très étrange ! C'est un raté institutionnel qui en dit long sur le peu de considération que le gouvernement actuel porte au parlement européen.

 

"Faire tomber les murs qui blalafrent encore l'idéal de liberté"
Invitée d'honneur de l'Institute for Cultural Diplomacy pour le 20ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin, Ségolène Royal s'est  exprimée dimanche devant le congrès de cet institut. La présidente de Poitou-Charentes a tout d'abord évoqué la force de ces images que le monde entier a vécues : "des mains qui se tendent, des corps qui se serrent, des familles qui se retrouvent, des concerts improvisés ; du grand Miroslav Rostropovitch jouant du violoncelle au milieu des gravats ; des groupes qui chantent, dansent, brandissent des drapeaux sur des morceaux de pierre tagués de graffitis, les coups de marteaux qui faisaient tomber ce mur ; de tous ceux qui en mettaient un petit bout dans leur poche comme on emporte un bout d'histoire"

Puis, elle a rappelé tous les ébranlements de l'année 1989 : "oui, 1989 fut une année mémorable, qui vit le peuple allemand mettre à bas un mur de honte, l'URSS retirer ses troupes d'Afghanistan, la Pologne élire un gouvernement non communiste, l'Afrique du Sud choisir Nelson Mandela pour abattre cet autre mur qu'était l'apartheid, Pinochet quitter enfin le pouvoir, le Brésil organiser lui aussi ses premières élections libres depuis 30 ans, la Hongrie ouvrir sa frontière avec l'Autriche et changer de gouvernement, la 'révolution de velours' triompher en Tchécoslovaquie, les régimes bulgares et roumains être renversés. N'oublions pas qu'en Chine aussi, les étudiants et bien d'autres avec eux avaient fait leur cet idéal. Mais là-bas, 1989, ce fut l'instauration de la loi martiale au Tibet et l'écrasement des démocrates de la place Tien An Men, que nous n'oublierons jamais. Aujourd'hui, en 2009, le peuple iranien puise aussi son inspiration de la leçon qui nous a été donnée par le peuple allemand de 1989."

Ensuite, elle a dénoncé tous les murs qui balafrent l'idéal de liberté : "oui, le mur de Berlin est tombé, ce mur qui balafrait l'Allemagne depuis Aout 1961. Mais d'autres murs ont été érigés. Le mur de plus de 700 kms de long entre Israël et la Palestine, la barrière électrifiée qui sépare depuis 1953 les deux Corées, celle que l'Inde a érigé à sa frontière avec le Bangladesh, le mur qui sépare les Etats-Unis du Mexique, le mur de Chypre. Il existe sur cette planète des dizaines de murs, physiques mais aussi socio-économiques, construits pour se protéger de l'autre, l'enfermer, l'encercler, le maintenir dans un ghetto, l'empêcher de se déplacer. Ces murs tomberont un jour comme est tombé le Mur de Berlin, par la force des peuples."

Après avoir rappelé que la chute du mur avait trois dimensions historiques : la réunification de l'Allemagne, la fin de la guerre froide, et la réunification de l'Europe, elle a défendu une nouvelle fois la nécessité d'avancer sur l'union politique de l'Europe en créant les Etats-Unis d'Europe qui tôt ou tard s'incarneront dans un leader élu par les peuples. C'était la belle utopie de Victor Hugo. Elle devient aujourd'hui réalisable, a-t-elle plaidé.

Elle a terminé par ces mots, chaleureusement applaudis : "je voudrais terminer par une note plus personnelle. Lorsque j'étais enfant, je vivais en Lorraine, à l'est de la France. Entre la guerre de 1870 et la Première Guerre mondiale, la Lorraine était une région allemande. C'était une région dont l'histoire brassait également le sang, les pleurs et l'espoir. C'est dans cette région que j'ai entendu pour la première fois l'hymne à la joie de Beethoven. Lorsque j'entends l'Hymne à la joie de Beethoven, je ressens une immense allégresse. Cette œuvre fut composée par le grand musicien à l'un des pires moments de son existence. Quasiment ruiné, atteint d'une surdité galopante, abandonné peu à peu par le public. Et pourtant, malgré toute cette adversité, jaillit de lui cette Neuvième Symphonie qui est devenu l'hymne européen. Une musique et des paroles de Schiller qui disent la force du peuple, et sa fraternité.

Le chemin que je vous propose pour cette nouvelle étape de la construction européenne est à l'image de cette Hymne à la Joie, composé par Ludwig von Beethoven. Une grande adversité, transcendée par le courage et la force de la fraternité avec un seul et unique but. "Pour que le cité future oublie le temps des pleurs". Ainsi se conclut l'Hymne à la joie. Quel plus beau programme politique que celui là !"

Réagir