Le Chili intègre l'OCDE

 |   |  605  mots
Le Chili va devenir le 31ème membre de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) et le premier membre sud-américain de l'institution internationale.

Le Chili deviendra le 31ème membre de l?OCDE et le premier membre de l?organisation en Amérique du Sud grâce à un accord d?adhésion qui sera signé ce lundi à Santiago par le secrétaire général de l?OCDE, Angel Gurria, et le ministre des finances chilien, Andrés Velasco. Le Chili deviendra officiellement membre de l?OCDE une fois que son parlement aura ratifié cet accord.

Pour le Chili, cette adhésion représente la reconnaissance internationale de près de vingt années de réformes démocratiques et de politiques économiques judicieuses. Pour l?OCDE, elle marque un pas important dans sa mission de bâtir une économie mondiale plus forte, plus saine et plus juste.

?La méthode chilienne et son expertise enrichiront l?OCDE concernant des mesures politiques majeures?, a déclaré Angel Gurria à Santiago. ?Le Chili a maintenu un effort continu pour réformer son économie. Cette expérience sera des plus précieuses pour l?OCDE au moment où nous cherchons des solutions à des problèmes tels que l?inégalité ou la nécessité de systèmes de retraites durables".

En comptant à la fois le Chili et le Mexique au nombre de ses membres et grâce à une coopération étroite et accrue avec le Brésil, l?OCDE aura considérablement renforcé ses liens avec l?Amérique latine. Quatre autres pays - Estonie, Russie, Israël et Slovénie - sont actuellement en cours de négociations pour devenir membres de l?OCDE, qui travaille étroitement avec d?autres économies importantes, comme l?Afrique du Sud, la Chine, l?Inde et l?Indonésie, en plus du Brésil.

Depuis l?ouverture des discussions avec l?OCDE en mai 2007, le Chili a pris d?importantes dispositions en mettant un terme au secret bancaire qui protégeait dans certains cas des délinquants fiscaux et en donnant aux procureurs la possibilité de poursuivre les entreprises soupçonnées de corruption active ou passive.

Le Chili affiche une croissance économique supérieure à 5% par an depuis vingt ans. Il a accompli des progrès impressionnants dans la lutte contre la pauvreté, même si des efforts supplémentaires doivent être déployés, souligne l'OCDE. Grâce aux réformes sans précédent menées au début des années 80, il dispose d?un système de retraite privé qui a inspiré de nombreux autres pays dans le monde. Lorsque la crise a éclaté en 2008, les mesures fiscales prudentes qu?il avait prises ont procuré au Chili une marge de man?uvre pour engager un programme de relance soutenant la demande et l?emploi.

Au cours de derniers mois, le droit de la concurrence et la protection des consommateurs ont été renforcés pour les besoins du processus d?adhésion à l?OCDE. Une nouvelle loi a établi une nette séparation entre l?Etat et le conseil d?administration de la Société nationale du cuivre (Codelco), première entreprise publique du Chili.

Dans le secteur privé, une nouvelle loi va accroître la transparence en imposant une meilleure communication d?informations aux marchés financiers tout en luttant contre les délits d?initiés et en renforçant les critères applicables aux auditeurs externes. Une nouvelle politique nationale sur la sécurité des substances chimiques fait partie des efforts entrepris pour respecter les normes de l?OCDE en matière de protection de l?environnement. L?extension de la couverture des retraites publiques compte également parmi les grandes réformes mises en ?uvre, relève encore l'OCDE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :