Le Japon sort de la récession, pas de la déflation

 |   |  536  mots
La production industrielle au Japon a augmenté de 2,2% en décembre et le chômage a baissé de façon inattendue à 5,1% en décembre. La déflation reste toujours le cancer de l'économie japonaise, mais ces bons chiffres témoignent d'une reprise de l'économie après une forte récession.

La production industrielle au Japon a augmenté et le chômage a baissé de façon inattendue en décembre, témoignant de la reprise de l'économie nippone après une forte récession, a annoncé le gouvernement ce vendredi. La production industrielle a progressé de 2,2% en décembre par rapport à novembre, sa dixième hausse mensuelle d'affilée, selon le ministère de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie (Meti), un chiffre toutefois inférieur aux prévisions des économistes. Cette progression s'explique principalement par la vigoureuse production des industries électroniques. L'indice a également augmenté de 5,3% sur un an, pour la première fois depuis juin 2008.

Le taux de chômage a pour sa part enregistré un recul inattendu, à 5,1% en décembre contre 5,2% le mois précédent, selon le ministère des Affaires intérieures, alors que les économistes s'attendaient à une hausse d'un dixième de point. Le Japon comptait en décembre 3,17 millions de chômeurs au Japon, soit 17,4% de plus que l'an passé à la même époque. Sur un an, le taux de chômage a augmenté de 1,1 point. Le taux de chômage avait atteint en juillet le niveau record de 5,7%. La situation de l'emploi reste difficile: on dénombrait 46 offres d'emploi pour 100 demandes en décembre, a précisé séparément le ministre de la Santé, du Travail et des Affaires sociales.

Les prix à la consommation, hors produits périssables, ont de leur côté reculé de 1,3% sur un an en décembre, leur dixième baisse mensuelle d'affilée. Ce repli s'explique notamment par la chute des prix des carburants et de l'électricité (de 4,9%), des meubles et ustensiles ménagers (de 4,8%) et des loisirs (de 3,3%). Sur l'ensemble de 2009, les prix à la consommation ont été inférieurs de 1,4% à ceux de 2008. Les prix à la consommation au Japon ne cessent de dégringoler en raison du décalage entre les capacités de production et la demande après la crise économique mondiale.

La consommation des ménages, enfin, a progressé de 2,1% en décembre sur un an, sa cinquième hausse mensuelle d'affilée, une hausse supérieure aux prévisions des économistes qui s'attendaient en moyenne à une augmentation de 1,5%. Cette évolution, calculée en termes réels s'explique cependant une fois encore par la baisse des prix au Japon : en termes nominaux, la consommation n'a augmenté que de 0,3%. Sur l'ensemble de 2009, la consommation des ménages a très légèrement augmenté de 0,1% par rapport à 2008, en termes réels, mais a baissé de 1,7% en termes nominaux.

Le Japon a de justesse renoué avec la croissance depuis le second trimestre 2009, après quatre trimestres de récession (avril 2008 à mars 2009), la plus longue depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Ces relativement bons chiffres tendent à montrer que l'économie japonaise connaît une reprise, mais qu'elle reste plombée par la déflation et la faiblesse de la demande intérieure.

La Banque centrale du Japon (BoJ) prédit trois années de déflation et s'est engagée à maintenir son taux directeur proche de zéro tant que les prix ne reprendraient pas une tendance haussière, ce qui n'est pas pour aujourd'hui, ni pour demain...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :