La Tribune

L'agence alimentaire de l'Onu voit le volume et les prix de ses achats de céréales s'envoler

Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  242  mots
La flambée des prix agricoles accroît la malnutrition dans le monde. Le Programme alimentaire mondial a accrû ses achats de denrées alimentaires de 22% en 2010.

Avec l'envolée des prix des produits agricoles, les plus pauvres à travers le monde se retrouvent dans l'impossibilité d'acheter les denrées. Le Programme alimentaire mondial (PAM), agence de l'Onu chargée de lutter contre la faim dans le monde, a donc dû intervenir davantage encore que les années précédentes.

Pour pouvoir assurer sa mission, le PAM a ainsi acheté en 2010 un volume de céréales supérieur de 22% à celui de 2009, qui lui a coûté 30% plus cher, à 1,25 milliard de dollars. L'appréciation de 59% des prix du blé, céréale qui représente près de 40% des volumes achetés sur les marchés par l'agence, a évidemment pesé sur la facture.

Le PAM, qui nourrit environ 90 millions de personnes par an, a dû en effet venir en aide à la population du Pakistan victime des inondations l'année dernière. Cette situation perdure avec 20 millions de sinistrés dont des dizaines de milliers d'enfants qui depuis quelques semaines sont menacés par le froid et l'hypothermie, estime l'Unicef.

Surtout, la poursuite de la hausse des cours en ce début d'année, qui désormais dépassent les pics de 2007-2008 qui avaient conduit à des émeutes de la faim à travers le monde à l'époque, alimente la répétiion du scénario, comme le montrent en partie les révoltes en Tunisie et en Egypte. Ce dernier pays est en effet le premier importateur mondial de blé.

Réagir