La Tribune

Chômage et inflation fragilisent l'économie britannique

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Laurent Chemineau  |   -  235  mots
Le taux de chômage britannique a atteint à 7,9% au dernier trimestre 2010, les jeunes étant particulièrement touchés, et l'inflation semble devoir camper au dessus de 2% jusqu'en 2012, la cible retenue par la Banque d'Angleterre.

Le taux de chômage est resté stable à 7,9% sur les trois mois achevés en décembre au Royaume Uni, selon des statistiques officielles publiées mercredi. Le nombre de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT) a progressé de 44.000 sur les trois mois achevés en décembre par rapport aux trois mois achevés en novembre, pour s'établir à 2,49 millions, a indiqué l'Office des statistiques nationales (ONS).

Les jeunes sont particulièrement touchés avec un taux de 20,5%. Les 16-24 ans représentent à eux seuls 66.000 nouveaux inscrits et 965.000 chômeurs au total, un nouveau record depuis le début de la compilation de ces statistiques en 1992. Les femmes sout aussi à la peine, avec 244.500 inscrites parmi les 25-49 ans, un chômage record depuis 1997.

Une inflation qui pourrait atteindre 4 à 5%

Attaquée sur le front de l'emploi, l'économie britannique n'a pas de répit sur celui de l'inflation. La Banque d'Angleterre (BoE) prévoit que l'inflation restera au-dessus de la cible de 2% jusqu'en 2012, et se situera "entre 4% et 5%" dans les prochains mois, alors que la reprise reste fragile, selon le gouverneur de l'institution, Mervyn King. "Ce qui importe réellement pour la politique monétaire maintenant n'est pas le taux d'inflation actuel" a-t-il expliqué lors d'une conférence à Londres, "il s'agit de regarder devant soi et de se demander ce que tout cela signifie pour les perspectives à moyen terme", a-t-il souligné.
 

Réagir