La Tribune

"La crise de l'euro nous a obligés à franchir une étape majeure"

Copyright Reuters
Propos recueillis par Eric Chol  |   -  1280  mots
Dans un nouvel essai revigorant, l'essayiste Alain Minc tresse des lauriers à l'Europe, "petit coin de paradis". Apportant la contradiction aux déclinologues, il assure que les Européens sont tout à fait capables de surmonter le choc de la mondialisation.

L'Europe ne va donc pas si mal ?

Notre modèle européen de société est le meilleur. Quand, il y a trente ans, on demandait quel était l'endroit où l'on était le plus libre dans le monde, la réponse était : les États-Unis. Aujourd'hui, c'est évidemment l'Europe. La construction européenne a joué un grand rôle dans ce changement : initialement, elle concernait la sphère économique, avec l'idée d'un alignement sur le meilleur par le jeu du marché. Or cette règle a aussi joué en matière de moeurs et de vie en société. Résultat : la machine européenne pousse les Vingt-Sept à s'aligner sur le pays qui prend les devants en matière de libertés.

Êtes-vous aussi confiant pour le futur de la zone euro ?

Je suis d'un extrême optimisme. La crise de l'euro nous a obligés à franchir une étape majeure. D'abord, les élites allemandes ont compris que l'euro était dans leur intérêt. Les Allemands peuvent être reconnaissants à la Grèce, au Portugal et à l'Irlande car ces pays ont freiné la montée de l'euro, ce qui est fondamental pour ce pays exportateur. Clairement, si l'euro explosait, l'Allemagne serait le pays le plus pénalisé avec un euromark handicapant sévèrement ses ventes à l'étranger... Ensuite, le système politique allemand vient de conclure un deal avec les Français. Nos voisins acceptent la gouvernance économique telle que les Français la souhaitaient, mais nous sommes d'accord pour que cette gouvernance respecte la philosophie de la bonne gestion allemande. Il s'agit d'un deal parfait, même s'il peut paraître compliqué. Il est vrai que l'Europe adopte une démarche "en crabe". Sans incarnation, cette démarche explique une partie du désarroi des citoyens.

Parallèlement, le fossé entre l'Europe et les Etats-Unis se creuse...

Les Etats-Unis deviennent, en termes politiques, un pays de plus en plus étrange. Prenez l'exemple de ce qui s'est passé sous la présidence Bush. Le vice-président Dick Cheney avait accordé le contrat privé le plus important d'Irak, sans appel d'offres, à une société qu'il avait précédemment dirigée et dont il possédait des stock-options : c'est hallucinant ! Même constat avec la décision de la Cour suprême, autorisant le financement sans limite de la vie politique par les entreprises. La vertu financière en politique est bien du côté de l'Europe et notamment de la France - n'en déplaise aux Français qui semblent l'ignorer. Oui, il y a bien un modèle européen !

Forte de ce modèle, l'Europe peut-elle donner le tempo au reste du monde ?

Je ne pense pas qu'elle puisse y arriver mais, au moins, elle essaie de se situer toujours du côté de l'exemplarité. En matière d'environnement ou de gouvernance internationale, l'Europe a les principes les plus moraux. Ceux-ci se transforment-ils en réalité ? Parfois un peu, parfois non. Pourquoi ? Parce que les égoïsmes sacrés sont plutôt du côté des autres. En particulier, du côté des Américains et des Chinois.

De l'avis général, le G20 donne des signes d'essoufflement. Est-ce votre avis ?

Le G20, initiative française, a fonctionné quand tout le monde avait le "trouillomètre" à zéro. Mais les Américains disposent d'un grand atout : leur capacité d'amnésie, qui leur a permis d'oublier qu'il y a eu une crise. Les Chinois, eux, sortent de cette crise renforcés. Donc, pour le moment, les menaces instantanées ayant disparu, les égoïsmes sacrés reprennent le dessus, ce qui pose un problème. Autre sujet inquiétant : nous entrons dans un système totalement dual avec, d'un côté, des institutions financières régulées et, de l'autre, le "off banking", soit toute la partie non régulée, au moins aussi importante. Ce hiatus, nous risquons de le payer par un nouveau spasme terrible.

L'Europe semble manquer d'efficacité en matière économique, surtout comparée aux États-Unis...

Ce n'est pas tout à fait exact. Si le critère de bonne santé socio-économique, c'est la réalisation d'un équilibre entre compétition et protection, alors, jusqu'à présent, l'Europe a trouvé cet équilibre. Et sans rogner sa croissance, contrairement à une idée souvent admise, dès lors qu'on raisonne en évolution du PIB par tête afin de faire abstraction de la démographie.

Mais face aux pressions de la mondialisation, a-t-elle les moyens de résister ?

Nous ne pourrons pas garder notre système intangible ! Pour rester compétitifs, il nous suffit de faire ce qu'ont fait les Allemands au début des années 2000, avec les réformes de Schröder. Celles-ci n'ont pas détruit le modèle allemand, tant elles sont restées à la marge. Il suffit donc d'assez peu de chose pour conserver notre modèle, plutôt exceptionnel, d'équilibre entre protection et compétition. Bien sûr, il faut raboter certains avantages de l'État providence, savoir tenir les dépenses publiques, ou encore, pratiquer une politique intelligente de l'offre.

En résumé, l'Europe marche bien, mais fait-elle envie au reste du monde ?

Attention, je ne dis pas que l'Europe marche bien, mais que, en tant que modèle de société, elle est formidable. Elle ne fera pourtant pas d'émules, car il faut bien voir que nous sommes seuls au monde. Nous n'avons en effet rien en commun avec les Russes, les Indiens, les Chinois. Heureusement, il nous reste des complicités avec les Américains du Sud ! Quant aux États-Unis, ils s'éloignent du monde occidental pour devenir un syncrétisme du monde entier. Pour résumer mon propos avec une boutade, je crois que, lorsque, dans les élites américaines, les Sino-Américains auront remplacé les Wasps et les Indo-Américains, les Juifs, nous verrons émerger une autre Amérique. De ce point de vue, Obama est une formidable anticipation de ce qui arrivera dans vingt ou trente ans.

La démographie aidant, le Vieux Continent est-il menacé de rabougrissement ?

Pour que ce ne soit pas le cas, il faut que l'Europe accepte l'immigration. Elle doit aussi être plus présente dans la compétition intellectuelle grâce, par exemple, aux fusions d'universités, qui ne sont qu'une affaire de volonté. Je ne vois pas pourquoi il serait plus dur de fusionner l'université de Heidelberg avec la Sorbonne que de faire EADS ! Il faut aussi protéger nos grandes entreprises contre des prédateurs chinois ou russes, en introduisant par exemple une "golden share" européenne.

Comment fonctionnerait ce dispositif ?

Les grandes entreprises seraient protégées par une "golden share" à double clé, détenue à la fois par la Commission européenne et par le pays concerné. Pourquoi cette double clé ? Car, si on limite le verrou au pays, on court le risque d'alimenter un nationalisme mal compris. Et si on verrouille uniquement par la Commission, on risque de passer un peu vite sur des contraintes nationales parfois mal perçues par cette dernière. Je pense que, le jour où on verra une grande entreprise européenne basculer dans le giron d'un pays émergent, les gens comprendront l'intérêt d'un tel dispositif.

Pour conclure, nous avons tort de nous autoflageller...

Il faut arrêter d'avoir honte ! Nos valeurs sont en train d'être honorées par les jeunes dans les rues de Tunis ou d'ailleurs, dans les pays arabes. Cela ne veut pas dire que notre modèle sera retranscrit là-bas, mais nous devrions être fiers de nos valeurs, de ce que nous avons fait et de ce que nous sommes.

Réagir

Commentaires

Démosthène  a écrit le 05/03/2011 à 16:57 :

Minc les doigts dans le nez ! Allons je n'ai pas toujours été d'accord avec lui, son parcours est quand même très particulier. Mais une bonne dose d'optimiste peut faire du bien. Le Français moyen est tellement pessimiste qu'il a besoin d'être bousculé. Nous vivons dans un beau pays où il fait bon vivre et le monde entier nous envie.Il n'y a que nous qui trouvons que ce n'est pas bien, au point d'en être ridicules. Certes il y a des inégalités et des gens malheureux. Il faut s'attacher à corriger les unes et à aider les autres. Mais ce n'est pas en pleurant (à tord) sur notre sort que les choses iront mieux. Regardons un peu ce qui est positif et nous nous apercevrons que cela dépasse de loin le négatif.

lucio  a écrit le 05/03/2011 à 12:02 :

il a raison sur un point: c'est l'Allemagne qui bénéficie de l'Europe et d'un Euro qui vaut bien moins que ce que vaudrait un Mark aujourd'hui. Mais il omet de dire que pour la France c?est l?inverse : immigration massive de pauvres qui viennent juste bénéficier de nos aides sociales, délocalisations massive à cause de l?Euro, etc. La seule issue pour la France est de sortir de l?UE, ce qui n?exclut pas des accords économiques ciblés.

Yves  a répondu le 05/03/2011 à 14:50:

@ lucio : Donc, faisons comme l'Allemagne...

miroboland  a écrit le 04/03/2011 à 13:28 :

ce type a toujours de bonnes analyses...entendons nous bien, il a le profil, d'un Attali, au moyen age, on l'aurait appelé mercenaire, servant aussi bien la gauche que la droite, ce qui bien dire que ce clivage n'a plus aucun sens. En revanche, si il est comme d'autre un bon analyste très souvent après coup, ce qui est assez aisé, les déductions et solutions qu'il en tire sont aussi très souvent à côté de la plaque, et en règle générale, son action dans les affaires a parfois été calamiteuse pour les entreprises où il a sévi; sans compter qu'on a pu constater a quelques reprises qu'il valait mieux avoir monsieur Minc comme ennemi que comme ami....en bref un individu au sourire carnassier qui n'a rien de vraiment humain, certes un gros cerveau, mais sans rien au niveau de ce que l'on appelait au moyen age l'humanisme; peut être un prototype d'adaptation à l'évolution du monde, en tout état de cause pas sympathique !

Cassandre  a écrit le 04/03/2011 à 12:38 :

Mauvaise nouvelles, il s'est toujours trompé.

citecarca  a écrit le 04/03/2011 à 12:09 :

il sait pas qu'il y a des gens qui souffrent, vivement le retour au franc pour des vrais prix, où ça c'est vu le prix du carburant, des fonds de commerces, des loyers..... il prêche pour sa paroisse

Chris  a répondu le 04/03/2011 à 13:38:

nan mais p... c est pas l euro le probleme pour les prix sinon toute l europe serait touchée... Or dans les pays scandinave, en allemagne les prix n'ont pas augmenter autant pourquoi???? parce qu il y a eu un peu plus de controlle

bizarrement la ou cest le grand n importe quoi bah c'est tous les pays latins>>> Portugal, Espagne, Italie, France....

alors comme disait coluche: il suffirait que les gens n achete pas pour que ca se vende pas...

mais c est sur si on veut pas renoncer à son jambon Herta, a ses frites mac cain..... sinon lançons un groupe facebook et boycottons toutes ces marques vous verrez si les prix au bout d un moment ne baisse pas

meme chose t es pas oblige d aller payer ton café 6 euros dans un bar parisien.....

gerardc27  a écrit le 04/03/2011 à 11:36 :

Encore un qui se fait de la tune en enfonçant des portes ouvertes; et ce depuis plus de vingt ans.

pm  a écrit le 04/03/2011 à 11:16 :

La tribune s'honorerait à NE PAS... l'offrir à ce MINC que rien...

FREDERIC100  a écrit le 04/03/2011 à 11:00 :

Et s'il ne pensait plus.....Celà serait mieux pour la France

Michel P.  a écrit le 04/03/2011 à 9:59 :

Que cette "diseuse de bonne aventure" arrête ses propheties uniquement pour tresser des lauriers à l'hôte de L'Elysée. Ce qui me fait peur c'est que cette "voyante" sera encore là lorsque DSK sera élu et bien sûr rejoindra sans vergogne le camp strausskahnien pour essayer de se placer.

fauché  a écrit le 04/03/2011 à 9:37 :

monsieur MINC est soit un génie, soit un imposteur
comment peut-il ainsi tout savoir sur tout
si c'est un génie il n'est pas à sa place, il faut le nommer Président du MONDE
(pas le journal), ENTIER
la seule chose qu'il sache faire c'est faire grossir son compte en banque et faire des prédictions que personne ne peut et n'a jamais vérifiées

du calme mon petit svp!!!!!!!!!!!!

candide  a écrit le 04/03/2011 à 7:01 :

L'immigration changera le modèle européen qui se rapprochera culturellement des pays du monde arabe. De même, les USA devraient rester occidentaux avec une forte influence latino américaine.

gertrude  a écrit le 04/03/2011 à 2:48 :

oui il raison notre Alain et il aurait du ajouter que les marmottes elles mettent le chocolat dans le papier d alu...

Ainsi va la France  a répondu le 04/03/2011 à 8:19:

Minc, un enfant qui voulait devenir un homme grand au pays des bisounours ... Que la Tribune publie un article de cet homme montre bien que la France est sclérosée et que la parole est monopilisée par certaines personnes non pertinentes dans leurs propos

frederic100  a répondu le 04/03/2011 à 11:02:

Bravo Ainsi va la France et nous comprendrons mieux pourquoi il est important de ne pas les ecouter et de les sortir du systeme , car il ruine et pille notre pays ...

lion19  a écrit le 03/03/2011 à 21:24 :

je ne pense pas que vous analysez la situation d une manière européenne mais plutôt d une façon très aléatoire des projets fantasmagoriques enclin a un délire aux premier degré, de gigantesques" trusts en open space enclin a faire un coming out dans un plant humanitaire de charité dans les affaires....ayons une pensée attendrissante pour les esclaves;les serfs et aux smicards .....la politique a perdu " sa magie"

Ah le fromage!  a répondu le 04/03/2011 à 11:53:

A vos souhait!!

gr  a écrit le 03/03/2011 à 21:14 :

Cette analyse me semble vraiment sensée et pas seulement un contre-pied réactif et existentiel comme j'en ai eu peur un instant. Ca donne envie de lire son essai.

legal  a écrit le 03/03/2011 à 20:34 :

Les doigts dans le nez, comme sur la photo! pathétique.

oui  a répondu le 03/03/2011 à 21:33:

absolument

Stormy  a écrit le 03/03/2011 à 19:46 :

Comme il faut toujours prendre le contre pied de ce que dit A. Minc pour comprendre ce qui se passe réellement, alors la situation est encore plus catastrophique que ce qu'on pouvait imaginer...