La Tribune

Après le séisme et le tsunami, nouvelles explosions dans des centrales nucléaires au Japon

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  1599  mots
Le Japon tente de faire le bilan du tremblement terre et du tsunami de vendredi. L'inquiétude grandit sur le risque nucléaire. La centrale de Fukushima Daiichi, au nord-est du Japon, a été victime d'une série d'explosions, notamment ce lundi. Un risque de fusion du combustible non refroidi est évoqué. Les populations vivant dans la région ont été évacuées. La Bourse de Tokyo a chuté. La Banque du Japon est intervenue comme jamais.

Le risque nucléaire s'amplifie encore au Japon après le tremblement de terre et le tsunami. De nouvelles explosions ont été signalées ce lundi dans la centrale de Fukushima Daiichi, à 240 km au nord de Tokyo. L'autorité de contrôle du risque nucléaire au Japon estime que l'enceinte de confinement du réacteur 3, concerné par les deux explosions de ce lundi, n'est pas touchée. Mais l'inquiétude grandit. Un magma aurait pu s'être formé au sein du réacteur.

Le circuit de refroidissement du réacteur n°2 de la même centrale a, lui, cessé de fonctionner ce lundi. ll ne reste de ce fait pratiquement plus d'eau à l'intérieur, a fait savoir le propriétaire, la compagnie Tepco qui craint un risque de fusion du combustible. Elle avait entrepris plus tôt d'injecter de l'eau de mer à l'intérieur du réacteur afin de compenser sans résultats tangibles. Le refroidissement par eau de mer suscite d'ailleurs des interrogations, notamment en raison de la réaction du sel sur les installations. Les adversaires du nucléaire se font entendre partout sur la planète et notamment sur Internet.

Le Premier ministre nippon se dit très préoccupé au point de demander de l'aide aux Etats-Unis pour refroidir leurs réacteurs. L'Autorité de sûreté nucléaire américaine (Nuclear Regulatory Commission, NRC) a promis de répondre à cette demande et propose son expertise technique.

En une heure, il a été mesuré sur le site de Fukushima, un niveau de radioactivité équivalent au seuil maximum d'irradiation sur un an à laquelle est exposée une personne se rendant sur les zones "surveillées" des centrales européennes. L'Institut de Radioprotection et de Sûreté nucléaire français (IRSN), a indiqué que le risque à Fukushima se situe "au-delà du niveau de Three Mile Island sans atteindre Tchernobyl".

Le bilan officiel fait état pour l'instant de 22 personnes irradiées et jusqu'à 190 qui pourraient avoir été exposées à des radiations . Quelques 600.000 personnes ont été évacuées dans le pays depuis le début de cette catastrophe. 11 des 50 réacteurs nucléaires japonais ont été arrêtés.

La vidéo ci-dessous, explique le fonctionnement d'une centrale nucléaire

Fait crucial, les épais murs des caissons semblent intacts autour du coeur des réacteurs endommagés de cette centrale.

La Suisse et Berlin mettent le nucléaire sur pause, pas l'Italie

La Suisse a annoncé ce lundi suspendre ses projets de renouvellement de centrales nucléaires. Dans un communiqué, Doris Leuthard, la ministre de l'Energie indique avoir "décidé de suspendre les procédures en cours concernant les demandes d'autorisation générale pour les centrales nucléaires de remplacement". A charge pour l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) d'analyser les "causes exactes de l'accident survenu au Japon et d'en tirer les conclusions s'agissant de l'élaboration éventuelle de nouvelles normes plus strictes, notamment en matière de sécurité sismique et de refroidissement".

En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a annoncé un moratoire de trois mois sur l'allongement de la durée de vie des réacteurs nucléaires. Faisant références aux risques nucléaires au Japon, la chancelière a indiqué: "Nous ne pouvons pas faire comme si de rien n'était".

Cette décision pourrait dans un premier temps se traduire par l'arrêt immédiat des deux plus anciens réacteur du pays. L'un d'entre eux est situé dans l'Etat régional du Bade-Wurtemberg, précisément là où des élections sont prévues dans deux semaines et délicates pour les conservateurs CDU.

L'Italie, en revanche, n'a pas l'intention de renoncer à son projet de relance de la filière nucléaire, a annoncé lundi la ministre de l'Environnement, Stefania Prestigiacomo. L'Italie, qui connaît une forte activité sismique, est l'unique Etat membre du G8 qui n'exploite pas l'énergie nucléaire. Le président du Conseil, Silvio Berlusconi, a toutefois l'intention de développer la filière pour qu'elle produise à terme un quart de l'électricité nationale. Un référendum sur la mise en chantier de centrales nucléaires devrait avoir lieu dans le courant de l'année.

Vive réaction de la Bourse de Tokyo

La Bourse de Tokyo a réagi évidemment à tous ces évenements qui touchent l'archipel. Elle a chuté de 6,18% ce lundi, le Nikkei passant sous les 10.000 points à 9620 points. Les valeurs de l'automobile sont particulièrement concernées avec des craintes liées à l'arrêt de la production dans le pays. La Banque centrale du Japon intervient massivement, comme elle ne l'a jamais fait, avec quelque 12.000 milliards de yens injectés de différentes manières, 130 milliards d'euros. Paradoxalement, sur le marché des changes, le yen résiste alors que le dollar baisse en raison des risques de rapatriement massif de yens vers le Japon.

Le gouvernement japonais avait déjà mis en garde dimanche contre un nouveau risque d'explosion à la centrale nucléaire de Fukushima en raison de l'accumulation d'hydrogène dans le bâtiment du réacteur 3, mais avait assuré qu'il n'y avait pas de danger pour le réacteur lui-même et la population. "On ne peut pas exclure qu'une explosion puisse se produire au niveau du réacteur 3 en raison d'une possible accumulation d'hydrogène", a insisté le porte-parole du gouvernement Yukio Edano. Il avait déjà affirmé qu'en cas d'explosion, "il n'y aura pas de problème pour le réacteur lui-même" et a tenu à rassurer la population en affirmant que "la situation n'a pas de conséquence sur la santé".

Explosions précédentes

Yukio Edano avait évoqué l'explosion survenue la veille dans le bâtiment abritant le réacteur 1 de cette centrale, située dans le nord-est, à 250 km de Tokyo : "il est possible que cette explosion soit due à une accumulation d'hydrogène dans la partie supérieure du bâtiment", selon lui. Selon des experts extérieurs, la déflagration qui s'est produite au niveau du réacteur 1 est "vaisemblablement due à l'hydrogène généré et accumulé lors des opérations de décompression de l'enceinte de confinement".

Samedi, ce réacteur avait rencontré une série de problèmes: baisse du niveau d'eau, défaut de refroidissement, montée de température, augmentation anormale de pression. L'exploitant du site, Tokyo Electric Power (Tepco), a effectué des relâchements volontaires de vapeur pour décompresser, une mesure de précaution qui a généré une accumulation d'hydrogène dans le bâtiment supérieur.L'explosion qui s'est alors produite a emporté le toit et les murs du bâtiment supérieur, mais Tepco a assuré que l'enceinte de confinement du réacteur n'avait pas été détruite. Cet accident a été classé au niveau 4 sur l'échelle des événements nucléaires et radiologiques (INES), a précisé l'Agence japon aise de sécurité nucléaire et industrielle. Ce niveau 4 qualifie les accidents n'entraînant pas de risque important hors du site, selon les documents de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Par ailleurs, "les autorités japonaises ont informé l'AIEA que le premier (c'est-à-dire le plus bas) état d'urgence dans la centrale d'Onagawa a été signalé par la Tohoku Electric Power Company", a déclaré dans un communiqué l'agence onusienne. Les trois réacteurs du site nucléaire d'Onagawa "sont sous contrôle", selon les autorités japonaises qui, un peu plus tard, ont déclaré que le système de refroidissement de la centrale fonctionnait normalement.

Le bilan humain du séisme s'alourdit

Au surlendemain du séisme, de magnitude 8,9, et du tsunami qui a suivi, le bilan humain de la catastrophe s'alourdit. Le bilan officiel s'établissait toujours à 1.800 morts et disparus dimanche. Ce chiffre pourrait toutefois s'alourdir gravement, la préfecture de Miyagi, dans le nord-est, étant sans nouvelles d'environ 10.000 des 17.000 habitants de la ville portuaire de Minamisanriku, d'après la chaîne de télévision NHK. Dans les seules villes côtières du Nord-Est, 2.000 corps ont d'ores et déjà retrouvés. Les autorités s'en tiennent pour l'heure à une évalution d'au moins 10.000 morts.

"C'est absolument cauchemardesque", a témoigné Patrick Fuller, un responsable de la Fédération internationale de la Croix-Rouge dans la ville d'Otsuchi, sur la côte. "La situation dépasse l'entendement. Presque tout a été réduit à l'état de ruines.

Suite à la reprise des télécommunications, 16 ressortissants français ont pu être contactés, ils sont sains et saufs. Seuls 4 Français restent pour l'heure injoignables.

Le coût du puissant séisme pourrait s'élever à 14.000 ou 15.000 milliards de yen (122 milliards d'euros), indique lundi Crédit Suisse dans une note de recherche.

Coupures d'électricité lundi

Selon les médias japonais, dans un communiqué publié sur le site de l'ambassade de France, l'opérateur Tepco prévoit de répartir les zones qu'elle dessert en cinq groupes et d'interrompre successivement la fourniture de courant par tranches de 3 heures, entre 10 h du matin et 18h  à partir de lundi. Ces mesures exceptionnelles concerneront les préfectures de Tokyo, Chiba, Gunma, Ibaraki, Kanagawa, Saitama, Tochigi et Yamanashi. Elles dureront au moins jusqu'à la fin du mois d'avril. Seuls, les trois arrondissements centraux de Tokyo : Chuo-ku, Chiyoda-ku, Minato-Ku, seront épargnés par ces mesures.

Un autre séisme?

L'agence météorologique du Japon a annoncé que les chances pour qu'il y ait un nouveau séisme d'une intensité supérieure à 5 était désormais de 40 % dans les trois jours à venir et non plus de 70 % comme craint précédemment.

 

Réagir

Commentaires

letroll  a écrit le 13/03/2011 à 9:35 :

on peut constater ici que tous les gouvernements communiquent de la même manière, ce qui pose la question de leur crédibilité :

1) tout va très bien ( nous , on en est pas sur )
2) tout va toujours très bien ( on se pose quand même des questions )
3) oui, bon , ok, il y a un léger incident ( ah !! on se disait bien !! )
4) tout est sous contrôle ( là, on commence à se dire que ça va mal )
5) on a quand même évacuer 200.000 personnes, juste par précaution ( ok ! on a compris )
6) c'était pas de notre faute, personne ne pouvait prévoir !! ( on est mort )

Truth business  a répondu le 14/03/2011 à 7:30:

+ 1 tout a fait d'accord, cette "communication" est universelle pour tous les gouvernements, mensonge et dans 15 ans on decouvrira la verite

Skender  a répondu le 14/03/2011 à 10:46:

C'est très bien résumé!

ça pue un peu  a écrit le 12/03/2011 à 19:13 :

Ce qui est douteux au plan moral, c'est que certains se réjouissent déjà de l'impact positif de la catastrophe sur la croissance de l'économie nippone, à l'instar de Kobe en 1995. 10.000 morts ou portés disparus, la destructions de milliers de maison, des sans abris...tout ça on n'en a cure, vive le profit.

oui  a répondu le 12/03/2011 à 21:07:

c est bien triste -

Ben  a répondu le 13/03/2011 à 12:42:

Vous avez oubliez le CAC 40, DOW JONES... qui vont s'écrouler demain. De belles plus valus en perspectives...! Je vais prendre positions dés la 1ère heure sur les Futures.

letroll  a répondu le 13/03/2011 à 14:19:

moi ce qui me gène le plus c'est d'apprendre que les usines Honda ont été arrêtées, je ne sais pas quand je vais recevoir ma prochaine moto

voltR  a répondu le 14/03/2011 à 11:29:

A Ben,, ce sont des gens comme vous qui nous mènent où nous allons de force! à l'opposé de ma devise : "pourquoi plus quand assez est suffisant!" et nous pourrions tous vivre tranquillement!

RUBIS  a écrit le 12/03/2011 à 18:17 :

Le nucleaire restera toujours tres dangereux : tchernobyl et toutes les personnes qui ont developpe des cancers - Il faut retourner au charbon et au bois -

mayron  a répondu le 13/03/2011 à 14:28:

--' Mdr' c marrant mais pas faux :)

JCM132  a écrit le 12/03/2011 à 13:47 :

Jeserais certainement censuré, mais je vais malgré tout vous donnez un exemple de la médiocrité médiatique française. Ce matin à 8h j'ai regardé les nouvelles de Russia-Today (24/24 en anglais). Les russes étant voisins de l'endroit ou le réacteur nucléaire japonais est sur le point d'entrer en fusion, sont inquiets. La pollution est 1000 fois supérieure à la normale. 51000 personnes ont été évacuées. Le toit du réacteur s'est effondré. Apparemment, il n'y a plus de refroidissement possible et contrairement aux affirmations de BFM et de Corinne Lepage ce réacteur est plus puissant que celui de Tchernobyl où il n'y a pas eu fusion du coeur. Il y a aussi plusieurs autres réacteurs nucléaires identiques à proximité...Une fois de plus, la France doit protéger son industrie nucléaire et ceux qui devraient nous avertir et nous éviter une catastrophe nous bernent avec des sornettes. Après avoir fait quelques remarques cinglantes aux incompétents de France Télévisions, je constate depuis quelques heures, que sur Internet, je ne reçoit plus RT en direct.
Heureusement, avec Canal-Sat il suffit de cliquer 448 pour l'avoir. Pauvre France !
Jean-Claude Meslin,,, Le Rescapé de la Bombe en colère...

henry  a répondu le 12/03/2011 à 15:26:

Je dirai en parodiant le maréchal JOFFRE: n'avez-vous plus confiance en la république banano-française et ses merveilleux services publics?

JCM132  a répondu le 12/03/2011 à 16:06:

henry. Je n'ai plus du tout confiance au système et surtout en ceux qui le représentent; mais quoiqu'on en dise, c'est nous qui les mettons au pouvoir et qui sommes incapables d'exiger autre-chose. Conclusion: nous avons ce que nous méritons. Jean-Claude Meslin

Stormy  a répondu le 12/03/2011 à 16:21:

Citer Russia Today la TV de poutine comme modèle de véracité et d'indépendance journalistique : Fallait oser !!! Ceci dit je ne remets pas en cause vos propos sur le ton rassurant des autorités françaises et nippone...

henry  a répondu le 12/03/2011 à 17:37:

@JCM132: je voterais bien pour mon voisin - qui n'a jamais trahi ma confiance - mais il est persuadé qu'il ne sera jamais en position d'être élu

Kim  a répondu le 12/03/2011 à 18:10:

Stormy, continuez toujours à croire que la véracité est de notre côté, mais le jour où vous vous reveiller vos enfants vont surement allez defendre la soit disante démocratie en Libye au prix de leurs sang. Nous les gentils les autres les méchants: fallait oser........

RUBIS  a répondu le 12/03/2011 à 18:19:

JCM 132 votre commentaire est tres interessant - je vous approuve -

Stormy  a répondu le 12/03/2011 à 19:20:

@ Kim, la fin de mon propos est toute aussi importante que le début. En résumé, je crois aucun média quel quil soit ne dit LA vérité, qui elle même n'est que théorique et correspond à la vue de l'esprit qui nous arrange le plus. En conséquence la multiplication des sources d'information et le croisement de ces informations permet de déduire une vérité (personelle) parmi d'autre, mais une qui nous convient le plus. Internet facilite ce travail d'accès à l'information, reste le plus dur a faire croiser les sources en fonction de leur origine. Donc merci à JCM pour l'info qu'il apporte de Russia Today mais je ne m'arrête pas là, je compare à celles de nos chers médias français, aux chaines anglo saxone, j'ai regardé la BBC dont elle couvrait cet évènement comme d'autres (Libye...) et avec toutes ces sources croisée je me fait mon opinion propre que je veux bien partager. Pour finir, la vérité n'est d'aucun côté, elle est en nous même et elle est intimement personnelle.

mdr  a répondu le 12/03/2011 à 20:12:

qu'est ce tu raconte stormy?????

TurtleCrazy  a répondu le 13/03/2011 à 9:37:

> JCM,
> et contrairement aux affirmations de BFM et de Corinne Lepage > ce réacteur est plus puissant que celui de Tchernobyl où il n'y a > pas eu fusion du coeur.

Mais bien sûr, c'est la TV russe qui vous a affirmé qu'il n'y avait pas eu fusion d'un coeur à Tchernobyl ?

> Après avoir fait quelques remarques cinglantes aux
> incompétents de France Télévisions,
> je constate depuis quelques heures, que sur Internet,
> je ne reçoit plus RT en direct.

C'est ça, et la marmotte elle emballe le papier alu...
Vos propos sont si important que l'on vous censure... Prétentieux.

> mais le jour où vous vous reveiller

Oui, oui. «le jour où», «vous verrez» etc.
Un grand classique pour éviter de débattre sur le fond.


Kim  a répondu le 13/03/2011 à 14:11:

Stormy , 100%'accord avec toi. Personne n'est plus vrai dans ce monde parmi les médias, tout est relatif.

voltR  a répondu le 13/03/2011 à 18:03:

En France, il faut se libérer du monopole d'EDF, pour sortir du nucléaire. Actuellement, nous ne pouvons produire notre électricité domestique, avec du photo. ou de l'éolien,pour notre consommation, à cause de ce monopole!

JCM132  a répondu le 13/03/2011 à 18:34:

La Tribune: Vous êtes vraiment nuls et n'avez aucun sens de l'humour. Vous aimez les commentaires de gens comme Stormy ou La Tortue Folle. Continuez avec eux. Moi j'arrête; parce que je ne m'abaisse jamais à la hauteur des médiocres. Adios !

RUBIS  a répondu le 13/03/2011 à 20:54:

JCM132 Vos reactions sur "LA TRIBUNE" vont nous manquer -

COco  a répondu le 14/03/2011 à 8:37:

Sur quasi tous les forums, c'est toujours le meilleur qui claque la porte.
La bêtise humaine généralisée (et entretenue) est une chose pas toujours supportable.
Il FAUT sortir du système qui veut que nous consommions toujours plus ! Les centrales ne sont qu?une pièce de ce système. Elles sont un danger mortel parmi beaucoup d?autres.
Pensez à la nature que vous détruisez. Malheureux humains, pauvres insectes !