La Tribune

Les ambitions pharaoniques du constructeur russe RosAtom

Copyright Reuters
E. G., à Moscou  |   -  386  mots
RosAtom s'est relevé après le choc de Tchernobyl. Il est devenu l'un des leaders mondiaux du secteur.

RosAtom, ce géant de l'industrie nucléaire mondiale, l'héritier du ministère du Nucléaire (MinAtom) fondé à l'époque soviétique, ronronnait jusqu'au milieu des années 2000 sous la férule des militaires. C'est l'administration de Vladimir Poutine qui a dépoussiéré l'industrie nucléaire (32 réacteurs répartis dans 10 centrales produisant autour de 16 % de l'électricité domestique) en vue de ressusciter un ancien « domaine d'excellence » soviétique, une industrie créatrice d'emplois et de hautes technologies. Mais aussi de « nucléariser » la production d'électricité russe afin de libérer des gros volumes de pétrole et de gaz vers l'exportation.

Dès sa transformation en corporation d'État, RosAtom se libère partiellement du joug militaire et se lance dans une stratégie d'expansion internationale agressive. Avec succès. Le groupe public a réussi à vendre des réacteurs à la Chine, l'Inde, la Turquie, la Biélorussie, la Lituanie, l'Arménie, la Bulgarie, l'Iran et le Vietnam. Et participe à des appels d'offres présentés par le Kazakhstan, l'Égypte, la Jordanie, le Bangladesh, la Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque et même l'Argentine. Déjà leader mondial, la Russie réalise 15 des 60 réacteurs actuellement en construction sur la planète. Les ambitions de RosAtom sont pharaoniques : tripler son chiffre d'affaires d'ici à 2030 pour atteindre 50 milliards de dollars par an. Le prix des réacteurs à eau pressurisée commercialisés par RosAtom varie entre 3 et 5 milliards de dollars, soit un coût variant entre 2.300 et 2.400 dollars par kilowatt installé.

Des ambitions qui pourraient être contrariées par l'impact de Fukushima. Le patron de RosAtom, Sergueï Kirienko, a contre-attaqué en avril en affirmant que le Japon avait « exagéré » la portée de la catastrophe en la classant au niveau 7, comme Tchernobyl. Mais le président russe Dmitri Medvedev a annoncé une vérification générale de toutes les centrales russes. « Les Russes ont indubitablement fait des progrès en matière de sécurité, estime le directeur Russie de l'italien Enel, Dominique Fache. Ils ont une très bonne réputation au niveau international. » Mais avec les centrales nucléaires flottantes, dont la première va entrer en service dès 2012 au Kamtchatka (une zone aussi sismique que le Japon), RosAtom ne joue-t-il pas avec le feu ? 

Réagir

Commentaires

Danino92120  a écrit le 27/04/2011 à 12:56 :

Et si ce concept de centrale dite "flottante" constituait précisément l'avenir ? Sur le papier, le concept ne manque pas d'avantages. De telles installations seront plus faciles à surveiller (surtout lorsqu'il s'agira de la variante sous-marine entièrement immergée, à l'étude en France par la DCNS), le risque sismique n'existe plus (en cas de menace de tsunami, il suffira de les remorquer au large, de tels phénomènes naturels présentent surtout un danger tout près de la côte mais pas en pleine mer), le refroidissement du réacteur est assuré et, du moins pour les centrales sous-marines, dans l'hypothèse extrême d'une perte totale et définitive de contrôle du réacteur, il suffirait de noyer le tout, d'autant que l'eau isole très bien des radiations.

Evidemment, je suppose que tout ceci fera hurler les militants écologistes mais s'il fallait les écouter, nous retournerions direct vers le néolithique... Au fait, 25 ans après Tchernobyl, combien d'années faudra-t-il encore pour comprendre qu'avant d'être une catastrophe nucléaire, cette tragédie était d'abord une catastrophe soviétique ? Depuis la dissolution de l'URSS, le bilan de l'exploitation des centrales nucléaires russes est tout aussi correct que celui de celles en Occident, y compris les vieilles RBMK, conçues également à l'origine pour produire du plutonium à usage militaire. Pour ce qui est du matériel plus moderne, notamment les VVER à eau pressurisée, leur technologie est aussi bonne que la nôtre.

COco  a écrit le 27/04/2011 à 7:49 :

"Mais avec les centrales nucléaires flottantes, dont la première va entrer en service dès 2012 au Kamtchatka (une zone aussi sismique que le Japon), RosAtom ne joue-t-il pas avec le feu ?"
En effet, ce qui flotte, peut couler. Un monde dirigé par des sages n'est pas pour demain. La peur s'accroche, aidée par la cupidité du pouvoir, des banques.

Bobo  a écrit le 26/04/2011 à 21:15 :

Changer donc de disque et focaliser vous plutôt sur la mafia des fonctionnaires francais

logique  a écrit le 26/04/2011 à 12:29 :

si cette société va si bien, pourquoi ne finance-t-elle pas le sarcophage de tchernobyl?
avec l'énergie en russie, tous ces oligarques, devraient payer pour leurs dégats.
cela réduirait l'influence de l'argent et le développemnbt de maffia russes.
une habitudes des russes: emprunts russe non reconnu et remboursement d'une partie des intérêts, alors que le capital reste à rembourser.