Villes du futur : gare à l'urbanisation à marche forcée

 |   |  395  mots
Ecatepec, un quartier de Mexico - Copyright Reuters
Ecatepec, un quartier de Mexico - Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
En 2025, les neuf plus grandes villes du monde compteront plus de 20 millions d'habitants chacune. "C'est ingérable", lit-on dans un rapport intitulé "Villes du futur, futur des villes" et remis ce jeudi. Ce rapport propose un certain nombre de pistes pour organiser l'avenir des villes.

L'accélération de l'urbanisme a, sur certains aspects, de quoi faire froid dans le dos. Dans un rapport de 1.000 pages remis ce jeudi et intitulé "Villes du futur, futur des villes", le sénateur PS Jean-Pierre Sueur démarre par ce constat : si les évolutions actuelles se prolongent, il y aura en 2025 quarante villes de 10 à 40 millions d'habitants dans le monde. A ce rythme, le taux d'urbanisation devrait grimper à 65% contre 50% actuellement, soit, souligne le rapport, "20.000 urbains de plus toutes les deux heures et demie!". Pire, 1,5 milliard de personnes vivront dans des bidonvilles, soit un demi million de plus qu'aujourd'hui.

Ce rapport qui s'appuie sur le travail de géographes, d'urbanistes, d'universitaires, de sociologues ou d'architectes, insiste pour que ces préoccupations occupent le débat politique. Exemples de villes à l'appui, le document propose vingt-cinq pistes de réflexion, parmi lesquels la "maîtrise du développement urbain". Et de citer le cas de Mexico comme exemple à ne surtout pas suivre. "Archétype de la monstruopole", elle est, selon le rapport, le fruit d'une "urbanisation à marche forcée et incontrôlée". En un peu plus d'un siècle, sa surface, de 1.600 km2, a été multipliée par presque 60 ! Résultat : elle occupe le premier rang des villes les plus polluées au monde, abrite le plus grand bidonville du monde, et un des plus hauts niveaux de corruption.

Si le nombre de mégapoles semble inéluctable, encor faut-il pouvoir les gérer. Aussi, est-il suggéré d'organiser les villes en "grappes" ou en "réseaux de villes" comme Shanghai. Quant aux bidonvilles, considérée dans le rapport comme "une question cruciale" par le sociologue Julien Damon,  il semble plus judicieux de ne pas les éradiquer mais plutôt les transformer pour les "rendre humains et vivables et peu à peu en faire des quartiers comme les autres".

A l'instar de Barcelone, le document met en avant le fait que "plus la ville est dense, plus elle est écologiste". Ainsi, la ville catalane a beau abriter une population supérieure à celle d'Atlanta en occupant une surface vingt-six fois plus faible, elle utilise dix fois moins d'énergie pour les transports. Surnommée "Mecque de l'urbanisme" dans les années 80, après la chute de la dictature franquiste, Barcelone semble avoir réussi, aux yeux des auteurs, à organiser sa modernisation, notamment grâce aux partenariats public-privé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2011 à 7:14 :
"En 2025, les neuf plus grandes villes du monde compteront plus de 20 millions d'habitants chacune"
6 abritent deja plus de 20millions d'habitants : Tokyo, Mexico, Séoul, New York, Bombay et São Paulo.
En 2025 ce sera plutôt une bonne vingtaine.
a écrit le 09/07/2011 à 19:09 :
Prendre en exemple la ville de Barcelone, ne me paraît pas très intelligent. Je ne garde pas un bon souvenir de Barcelone, pour l'avoir visité deux fois. Je pense que ces pâtés d'immeubles les uns à cotés des autres n'offrent pas un cadre de vie très agréable à ses habitants. Et puis, Barcelone est bordé par la mer, ce n'est pas le cas d'Atlanta. Non, la solution durable n'est pas de densifier les villes, mais la réduction de la population, afin que les villes soient moins grandes, tout simplement.
a écrit le 17/06/2011 à 22:10 :
"le sénateur PS Jean-Pierre Sueur démarre par ce constat : si les évolutions actuelles se prolonge " ... qui du sénateur ou du journaliste prend ses distances avec les accords?!
a écrit le 17/06/2011 à 12:35 :
Il est essentiel de contrôler mondialement la démographie, c'est un sujet qui sera incontournable alors mieux vaut l'aborder dès maintenant, çà résoudra bien des problèmes et des conflits qui les régleront autrement plus violemment.
Réponse de le 17/06/2011 à 17:24 :
Faire comme la Chine c'est ça?
a écrit le 17/06/2011 à 10:13 :
Les mégapoles seront des pôles de criminalité, de déshumanisation, avec des foyers de misère insoutenables, des ghettos ethniques, des banlieues où il sera impossible de circuler sans danger de mort de jour comme de nuit à la manière de ce qui se passe dans les mégapôles brésiliennes. Au Brésil, il est impossible de rester vivants sur les plus célèbres plages dès la nuit tombée, et certaines rues sont les rues de la mort même en plein jour. Je ne parle même pas des favelas où tout nouveau venu qui risque d'y entrer ne ressort qu'en position allongée.
Réponse de le 17/06/2011 à 12:54 :
je pense qu il faudrait offrir a tous ces géniaux urbanistes qui nous construisent nos villes des exemplaires de Sim City je suis sur qu il y apprendraient des trucs et tant qu on y est donnons en aux maires ca ne leur fera pas de mal d apprendre a gérer un budget
Réponse de le 17/06/2011 à 17:27 :
Donnez moi l'adresse du magasin où vous avez acheté votre boule de cristal. Stp
Réponse de le 19/06/2011 à 6:03 :
Il ne s'agit pas de boule de cristal, j'étais tout simplement au Brésil et j'ai contemplé Rio de Janeiro depuis le Corcovado. Cette statue du Christ est visible depuis tout Rio et j'ai été efrayé par la couleur jaune de l'air pollué qui plane au-dessus de Rio surpeuplé et qui grandit chaque jour comme un champignon, avec des grues à perte de vue.
Réponse de le 19/06/2011 à 22:25 :
Mexico aussi est une ville tres poluee !!!!!!!!!! ou allons nous -
Réponse de le 20/06/2011 à 7:17 :
Les Mexicains comme tous les pays en croissance démographique exponentielle devront apprendre que l'air est une ressource limitée à une enveloppe d'une dizaine de km autour de la Terre et que cette couche d'air est fragile et déjà terriblement dégradée par la fissuration de la couche de protection qu'est l'ozone. Il faut stopper de toute urgence la démographie galopante dont les effets menacent la survie de tout l'écosystème de la planète. FL/vice-président de tousvivants, mouvement pour la sauvegarde de la vie sur Terre
Réponse de le 21/06/2011 à 3:00 :
OK, Mexico est une ville polluée, certes, j'y vis donc je parle en connaissance de cause, mais un classement officiel la relègue derrière une cinquantaine de villes chinoises ou indiennes ... Les références du passé ne sont plus forcément d'actualité !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :