La Tribune

Jean-Claude Trichet ne rassure pas les marchés

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr  |   -  366  mots
La BCE et la Bank of England ont, sans surprise, maintenu leurs taux d'intérêt directeurs inchangés, dans un contexte de morosité économique grandissante. Dans sa conférence de presse, Jean-Claude Trichet a annoncé le lancement d'une opération de rachat d'obligations jusqu'à janvier 2012 et a confirmé "une décélération du rythme de la croissance économique ces derniers mois". L'euro a accentué sa baisse face au dollar et le Cac 40 son recul.

La Banque centrale européenne a, comme prévu, laissé ses taux directeurs inchangés ce jeudi, après la hausse d'un quart de point décidée début juillet. A l'issue de sa réunion, le conseil des gouverneurs de la BCE a décidé de laisser le taux de refinancement à 1,5%, le taux de prêt marginal à 2,25% et le taux de la facilité de dépôt à 0,75%.

Une opération exceptionnelle de rachat d'obligations sur six mois sera lancée à partir du 9 août pour tenter d'apaiser des "tensions renouvelées sur certains marchés", a annoncé par ailleurs Jean-Claude Trichet, lors de sa traditionnelle conférence de presse. Les très haut niveaux des taux les emprunts espagnols et italiens depuis quelques jours traduisent la crainte d'une propagation de la crise de la dette en Europe. La BCE n'avait pas engagé de telle opération depuis quatre mois.

L'euro accentuait sa baisse face au dollar après cette annonce. Vers 15 h à Paris, la devise européenne valait 1,4217 dollar contre 1,4318 dollar mercredi soir.

Le président de la Banque centrale européenne a aussi déclaré s'attendre à un ralentissement de la croissance dans les mois à venir, ce qui a fait reculer encore un peu plus le Cac 40 à la Bourse de Paris, qui a enfoncé le seuil des 3.400 points. Il envisage toutefois une reprise du rythme de la croissance aux quatrième trimestre. "Nous pourrions assister à une croissance très robuste au quatrième trimestre", a-t-il estimé lors d'une interview à Reuters.

La réunion de la BCE intervient aussi après les tentatives de la Suisse et du Japon mercredi et jeudi pour freiner la flambée de leurs devises, très prisées en tant que valeurs refuge en ces temps d'incertitude.

De son côté, la Banque d'Angleterre (BoE) a maintenu, comme attendu aussi, son taux directeur à son taux historiquement bas de 0,5% et la suspension de son programme de rachats d'actifs dont le montant a été épuisé en janvier 2010. Comme à son habitude, la banque centrale britannique n'a fait aucun commentaire immédiat sur sa décision. La publication des minutes de la réunion de la BoE est prévue le 17 août.

Réagir

Commentaires

Corso  a écrit le 05/08/2011 à 15:30 :

Trichet ne prend aucune décision concernant la Grèce ou autre. Il gère la monnaie unique selon les décisions politiques, en fait économiques, prises. Son travail est surtout relatif et les positions prises confortent les marchés autant que faire ce peut. Elle est plutôt bien acceuillie. Cessons de croire que la parole d'un seul pourrait renvoyer le tsunami spéculatif. A mon sens les taux devraient baisser mais l'on attend certainement que les américains tirent les premiers.