La Tribune

Cameron à l'épreuve du feu

Infographie La Tribune
Infographie La Tribune
Céline Tcheng et Frank Paul Weber, mise à jour par Latribune.fr  |   -  461  mots
A peu près pacifique depuis un an, la protestation monte outre-Manche, alimentée par la cure d'austérité gouvernementale. Après quatre jour d'émeutes qui s'étendent et qui ont fait un mort, le Premier ministre David Cameron a annoncé mardi soir des renforts de police et la convocation d'une session extraordinaire du parlement jeudi.

L'Angleterre retenait son souffle mardi soir craignant une quatrième nuit d'émeutes dans les rues de ses grandes villes. Après les émeutes initiales dans les quartiers nord défavorisés de Londres samedi soir, violences, pillages et incendies ont aussi secoué lundi la deuxième ville du pays, Birmingham, Liverpool et Bristol. Un homme de 26 ans, grièvement blessé par balle lors des émeutes à Croydon, est décédé mardi. Rentré précipitamment de ses vacances en Toscane, le Premier ministre conservateur, David Cameron, a promis 10.000 policiers de plus dans les rues mardi soir et surtout aux émeutiers "qu'ils sentiront toute la force de la loi [...] et le châtiment".

Pourtant, ces violences semblent difficilement réductibles à un seul problème de maintien de l'ordre. En effet, les violences ont lieu principalement dans des quartiers et des villes où le chômage des jeunes (de 16 à 24 ans) est particulièrement élevé, explique à La Tribune Jonathan Wright, chercheur au Work Foundation, "think tank" spécialisé sur le travail au Royaume-Uni. C'est le cas, par exemple, à Liverpool ou à Hackney, un quartier du nord de Londres, où 35% des jeunes sont sans emploi contre un taux de 13% seulement dans le quartier huppé de Kensington, épargné par les violences. "On n'a pas de travail et pas de sous. On a entendu dire que d'autres personnes obtenaient des choses gratuitement, pourquoi pas nous ?", justifie un jeune de Hackney à Reuters. Près de 1 million de jeunes sont au chômage, soit 19,6% des jeunes Britanniques, rappelle Jonathan Wright.

Les jeunes laissés-pour-compte, c'est-à-dire qui ont quitté l'école, ne suivent pas de formation ou qui sont sans emploi (les "Neets : not in education, employment or training"), ont atteint fin 2010 pour la seule Angleterre le nombre de 938.000, soit plus de 300.000 de plus que dix ans auparavant. Et leurs perspectives sont tout sauf prometteuses. Non seulement l'économie britannique tourne au ralenti (0,7% de rythme annuel de croissance) mais la très rigoureuse austérité que David Cameron fait subir aux comptes publics ne devrait pas améliorer les choses. Le cabinet libéral-conservateur entend diviser par trois son déficit public en quatre ans - de 9,9% du PIB l'an dernier à 2,6% en 2014.

Les dépenses sociales et les transferts aux collectivités locales sont particulièrement visés par ces coupes claires. Du coup, le climat social se tend de plus en plus. A l'automne dernier, ce sont les étudiants qui manifestaient en masse devant Westminster. Au printemps, par deux fois, les syndicats ont mobilisé dans la rue contre l'austérité, notamment contre la suppression d'emplois publics. Ils se préparent à protester cet automne contre la réforme des retraites. Le coup de feu de jeunes dans les quartiers défavorisés anglais est le dernier avatar de la protestation.

Réagir

Commentaires

soutien aux anglais anti emeute  a écrit le 10/08/2011 à 18:23 :

33% des anglais ont demandes des tirs a balles reels et moi qui est de la famille en angleterre, tous sont contres ces actes qui ne touchent pas les riches, mais des pauvres qui ont des petits commerces. Les pauvres il y en a partout, ce n est pas une raison pour agresser des innocents, mon oncle qui est pacifique passent ces nuits dehors avec des amis et leurs clubs de golf et autres, pour proteger leurs commerces, maison et enfants.
VOUS TROUVEZ CA NORMAL

nero 51  a écrit le 10/08/2011 à 8:34 :

dave la camorra est embourbé dans les émeutes à Londres.la question est de savoir si l'otan va aller soutenir les émeutiers anglais.

Walter Benjamin  a écrit le 10/08/2011 à 8:24 :

Vous ne comprenez pas ce qui se passe, pourquoi donc ces gens se révoltent ainsi. Mon pauvre chéri ! essaie donc de vivre à Londres sans salaire ,sans aides sociales (pour en avoir il faut aller mendier des subsides auprès des associations de dames patronnesses infatuées ,dégoulinantes de condescendance pour ces perdants qui n'ont pas de compte à Jersey ou en Suisse). Très peu d'indemnités de chômage en Angleterre..Et vous voudriez que ces gens acceptent de vivre ,survivre comme au 19ème siècle en achetant du pain ? Qu'est ce que vous croyez ,ces gens ne croient plus à la supériorité des riches ,donc et c'est la clé, plus de respect , ils ont les mêmes valeurs et les mêmes repères en un mot la même culture comme les mêmes vêtements, les riches n'ont plus aucune légitimité et donc les inégalités sociales non plus. Rappel :à part les neets bien sûr , souvent les chômeurs ont fait plus d'études que leur chef ou patron surtout avec le phénomène nouveau des déclassés.Et rappelez vous aussi ,selon le grand Hayek les déclassé forment la classe sociale la plus violente. C'est pourquoi les conservateurs ont mis les études à 10 000 livres pour refaire un mur entre eux et les esclaves comme aux USA (80 000$ à Harvard = pas de grèves!que des fils à papa) mais c'est trop tard et dérisoire, les esclaves ont compris et ne se laisseront plus tondre par les rats fainéants, les rentiers de la city. L'aristocratie ,fut elle d'argent ne tient plus aujourd'hui! Elle va tomber et ce, dans tous les pays . Merci à nike et H & M !!!

Jingle  a répondu le 10/08/2011 à 9:48:

100% d'accord. Les patrons et les "management team" ont voulu la jingle dans leur boite, ou seul le plus fort reste ..... cela se transpose dans les rues. Que voulez-vous, on a la société que l'on mérite !!! PAS DE RESPECT EN ENTREPRISE, PAS DE RESPECT DANS LES RUES, c'est gagnant-gagnant comme le dirait si bien Ségo.

arcesilas  a répondu le 10/08/2011 à 10:44:

Personne ne niera qu'il soit très difficile de vivre dans une grande cité moderne sans argent, surtout au sein d'une société qui fait de la consommation une fin en soi, mais l'étendue des pillages - car ce sont d'avantage des pillages que des émeutes - est surtout la conséquence de l'amateurisme de la police britannique. Le même amateurisme que dans la surveillance des mouvements islamistes dans les années 90. En matière de contrôle de manifestation, la police française est plus efficace et rodée.

Stormy  a écrit le 10/08/2011 à 8:12 :

Nous sommes sur le même chemin ; notamment que le gouvernement parle de "niche sociale" une jolie expression bien trompeuse. Enfin il nous reste quand même le karcher vanté en 2005 !

Bastien  a écrit le 10/08/2011 à 6:40 :

Hé oui, Enoch Powell avait totalement raison sur l'Angleterre...

Marie  a répondu le 10/08/2011 à 7:36:

Il avait tellement raison que Thatcher a appliqué ses idées à la lettre... Et voilà où nous en sommes.