Le plan secret allemand pour sauver la Grèce

 |   |  1000  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Comment résorber le surendettement grec, relancer l'économie du pays et ruiner les spéculateurs ? Réponse dans le plan Eureca concocté par d'influents consultants allemands.

Existe-t-il une alternative crédible aux plans étudiés actuellement concernant le sauvetage de la Grèce, qui résoudrait la question du surendettement sans provoquer de défaut, et qui sortirait durablement le pays de la spirale de la récession et du désordre social ?

Équation difficile à résoudre et que n'intègrent pas les plans en cours de discussion aujourd'hui. Ce plan existe. Baptisé « Eureca », il a été mis au point par des consultants très influents auprès du gouvernement d'Angela Merkel, pilotés par Martin Wittig, CEO du groupe Roland Berger. Il se décline en six phases essentielles, que l'on peut résumer ainsi :

?1. La Grèce cantonne l'ensemble de ses actifs publics (banques, immobilier, téléphonie, ports...) dans une structure commune, sorte d'équivalent de la Treuhandanstalt créée en 1990 en Allemagne pour privatiser quelque 8.500 entreprises est-allemandes, Ces actifs sont évalués à 125 milliards d'euros, en fonction des valorisations déjà connues sur un certain nombre de biens figurant dans la liste de privatisations « officielle ».

?2. Cette structure est achetée par une institution européenne, financée par les États, dont le siège pourrait être situé au Luxembourg, proche de celui du Fonds européen de stabilisation financière. Cette structure est chargée de piloter la privatisation de ces actifs, avec une échéance fixée à 2025 pour déboucler les opérations (ce qui est beaucoup plus long que la durée de vie de la Treuhand, fermée en 1994, même si un certain nombre d'opérations se sont finalisées au cours des années 2000).

?3. Les 125 milliards d'euros ainsi libérés servent à la Grèce pour racheter ses obligations à la BCE et au FESF, ce qui a pour effet immédiat de ramener à 88 % son ratio dette/PIB, au lieu de 145 % aujourd'hui. L'exposition de la BCE à la dette grecque est réduite à zéro, ce qui ne peut qu'exercer un effet apaisant sur les contribuables européens... Les taux d'intérêt sur la dette grecque baissent de 50 %, ce qui permet à Athènes de revenir éventuellement sur les marchés.

?4. Cette institution européenne investit 20 milliards d'euros dans la restructuration des actifs cantonnés afin d'augmenter leur valeur d'environ 50 milliards d'euros. Le montant de ces investissements peut être augmenté de 10 à 15 milliards provenant des fonds structurels européens que la Grèce ne peut pas utiliser en ce moment. Cette injection d'argent dans l'économie, équivalant à 8 % du PIB, desserre l'étau autour de l'économie grecque, et remet le pays sur la voie de la croissance, environ 5 % par an au cours des trois ou quatre prochaines années, au lieu des 5 % de récession qu'elle affronte aujourd'hui. Avec l'augmentation des recettes fiscales ainsi générée, la Grèce s'engage dans un programme de rachat de sa dette de l'ordre de 1 % du PIB par an, ce qui la fait repasser, en 2018, sous la barre des 60 % du PIB.

?5. Les opérations de privatisation sont débouclées en 2025. Si ces opérations dégagent une plus-value, elle est versée à la Grèce, déduction faite des intérêts et frais de gestion. Si elles dégagent une moins-value, la Grèce la prend en charge, mais les économistes de Roland Berger ont calculé que, même si aucune privatisation n'était réalisée (ce qui est une hypothèse extrêmement peu probable), la dette de la Grèce redescendra mécaniquement sous les 70 % du PIB, ce qui est une amélioration notable par rapport à la situation d'aujourd'hui.

?6. Ce plan réduit à néant les gains des spéculateurs qui ne croient pas au sauvetage de la Grèce ou de la zone euro et qui parient sur un effondrement du cours des obligations grecques, mais aussi espagnoles, italiennes et irlandaises et qui devront assumer une baisse des spreads sur les CDS.

Opposition des banques

Quelles sont les chances de ce programme d'être adopté par la Grèce et les gouvernements européens, qui travaillent sur d'autres pistes ? Il repose en grande partie sur un pari : celui de rassembler l'essentiel des actifs publics grecs, soit une liste bien plus large que celle que la Grèce a rendue publique dans le cadre du plan de privatisation de 50 milliards d'euros figurant dans l'accord du 21 juillet. Il porte la conviction que les opérations de privatisation ainsi centralisées hors de Grèce (même si les capitaux grecs se voient accorder une priorité dans les opérations de cession) échapperont au risque de corruption et d'opacité.

Ce plan a d'autres mérites : il propose une voie nouvelle alors que l'Europe tourne en rond depuis le mois de juillet sur le sauvetage de la Grèce ; il évite à Athènes une cure d'austérité des plus graves et donne le temps de mettre en oeuvre les réformes structurelles que le gouvernement s'est engagé à réaliser ; il crée de la croissance immédiate et permet à la Grèce d'entrer à nouveau sur le marché ; il éloigne la perspective d'une crise systémique de l'Europe et il discrédite les spéculateurs. « Notre plan de redressement poursuit un objectif clair: aider financièrement la Grèce à restructurer son bilan et à générer une croissance pérenne », explique Martin Wittig, CEO de Roland Berger.

Même si ce plan est « porté » par un groupe de consultants, il est très probable qu'il n'a pas été conçu en dehors de l'entourage d'Angela Merkel et des experts de la Troïka. Roland Berger est par ailleurs un bon connaisseur du sujet des privatisations puisque c'était déjà ce groupe qui était à la manoeuvre dans la conduite des opérations de la Treuhand... Il lui faudra néanmoins compter avec l'opposition des banques et des marchés financiers, les premières parce qu'elles ont probablement leur idée sur la privatisation des actifs grecs, les seconds parce que la situation d'incertitude actuelle permet des jeux multiples et rémunérateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2011 à 9:33 :
On va tous se saigner pour leur donner de l'argent qui va servir à acheter des chars....aux Américains alors que, d'une, ces industries débauchent en Europe et que comme relance de l'économie, il y a mieux.
Mais quand arrêtera-t'on de nous prendre pour des c....
a écrit le 03/10/2011 à 19:15 :
Depuis de nombreuses années... on ne fait rien !
2 septennats Mitterrand : un de trop !
Un livret blanc sur les retraites par Michel Rocard !
On l'a mis au fond d'un tiroir... Hélas !

La même Rocard qui peut dire "Mitterrand m'a tuer"

7+5 pour Chirac : 8 ans de trop !
Les 35 heures (-)
La non participation à la guerre en Irak II (+) Merci Villepin (Un bon premier ministre en temps de guerre selon J-P Raffarin)

4 ans en Sarkozie : Les copains et les coquins... Des réformes quand même...
mais on a oublié la dette : Bayrou en a parlé lors de l'élection de mai 2007 !
Fillon en a parlé plus tard (2007-09-27)
"Je suis à la tête d'un état qui est en situation de faillite sur le plan financier, je suis à la tête d'un état qui est depuis quinze ans en déficit chronique, je suis à la tête d'un état qui n' a jamais voté un budget en équilibre et cela depuis plus de 25 ans. Cela ne peut plus durer".")
Il s'est fait réprimander par le DRH !
Il y a des choses qu'il ne faut pas dire :lol:

Puis les sub-primes, le choc de 2008 !
La crise... et le sauvetage sans conditions des banques françaises...
qui spéculent comme avant !
La facture un jour ou l'autre, il faut la régler !

Que dire d'autre !
- La Chine qui "triche" avec sa monnaie qui devrait s'apprécier...là ce n'est pas le cas !
- Les Etats-Unis et le second mandat de Bush... Obama peut lui dire merci...
Pour "plomber" un budget, deux théatres d'opération c'est mieux qu'un ...
Le triple A envolé !

- La Grèce qui triche sur ses comptes, et qui est incapable de faire rentrer l'impôt !
- L'Italie mal en point, merci à son président Berlusconi !
- La France à la peine, avec son triple A est plus que jamais la cible ! La montée de Marine le Pen ! Question pour un champion au PS... ou plutôt avec Laurence Boccolini "Vous êtes le maillon faible" !
L'Allemagne "vertueuse" que Sarkozy admire et déteste à la fois !
«« On est faits pour s'entendre, dit le président français. On est la tête et les jambes.

- Non, Nicolas, tu es la tête et les jambes. Moi, je suis la banque... »»

Et c'est là que le bât blesse... l'Allemagne paye encore et encore... jusqu'à quand ??

Des interrogations...
Beaucoup sur les 12 mois qui viennent... En France bien sûr, mais surtout en Europe !
L'Euro, votre argent, notre argent... si le système explose (Zone Euro)...Après le Krach de 1929...Voici 2012 l'année de tous les dangers !
a écrit le 03/10/2011 à 7:40 :
Pour moi cette reprise des actifs de la Grèce par une structure comme l'a fait l'Allemagne pour règler ses problèmes lors de la réunification, est une très bonne idée
a écrit le 01/10/2011 à 11:35 :
Regardez comme elle est contente Mme Merkel, elle vient de rouler tout le monde et dans quelques années l'Allemagne aura acheté toute l'industrie de la Zone Euro.
Et alors la, malheur aux vaincus!
a écrit le 01/10/2011 à 11:30 :
En fait, en y regardant de près ce ne serait rien d'autre qu'une annexion.
Cela aurait l'avantage que les Allemand passeraient leurs vacances dans leur propre pays, ce qui voudrait dire que les devises ne sortiraient plus du pays. Ainsi l'Allemagne aurait un excèdent commercial encore plus important. (14 Milliards par mois actuellement)
Moi je suis d'accord.
a écrit le 01/10/2011 à 9:03 :
C normal le Allemands doivent payer !! j'ai bien dit doivent !! et si la France un jour est en difficulté , les Allemands doivent payer pour nous !! C normal C le fruit de leurs erreurs du passé avec la GM . ils devront encore payer leur dette vis - à vis des pays européens dont la France fait partie . Bruxelles doit rappeler cette histoire aux allemands qu'ils ont une obligation à réspécter dans cette UE
Réponse de le 02/10/2011 à 5:36 :
j'invite la france a faire la meme chose envers les pays africains colonisé?
la France n'a jamais versée un seul franc pour ses ex colonies.
je pense que les allemandes ont payé tres cher et continuent encore a payer pour la betise européen.
Réponse de le 03/10/2011 à 15:48 :
C totalement différent , La France a bcp de chose a ces pays !! bcp trop même que certains pays ont regretté d'avoir demandé l'indépendance .
a écrit le 30/09/2011 à 17:05 :
Pourquoi toujours Casser du bois sur le dos des banques et des marches financiers? C'est bien dommage de lire de telles conclusions, surtout dans la presse financiere. Si un plan peut aider les Grecs a honorer leurs dettes, cela ne peux que rejouir ses creanciers et a fortiori les banques qui ont massivement prete a la Grece. Je vois par contre deux limites a ce plan : primo, les etats europeens accepteraient ils de debourser 125mds pour des actifs qui risquent de valoir bcp moins ou de ne pas trouver preneur; secondo, les grecs accepteront-ils de vendre leus actifs pour appurer leur passif ?
a écrit le 30/09/2011 à 15:03 :
L'Allemagne le coffre de l'UE a un autre avantage avoir dees idées ce qui manque aux autres pays dont la France qui est dans le club MED donc sans idée sauf peut-être de faire allégeance à nos amis allemands pour qu'ils remboursent nos dettes plus catsatrophiares que celles de l'Italie. L'Allemagne a perdu la guerre heureusement car le peit moustachu et sa mèche n'était pas digne mais elle gagne la guerre économique ce qui veut dire tout simplement LA PUISSANCE de donner des ordres "gentils" mais OBLIGATOIRES. Il est marrant d'écouter nos politiciens qui nous donnent du le Président Sarkozy a fait évoluer les choses ou gr^pace au président etrc etc le perpétuel balbla de nos politiciens irresponsables depuis 40 ans. La France ne fait rien évoluer d'ailleurs n'est ce pas nos politiciens sans envergures qui souhaitent un cionvergence pardon la copie du sysyème allemand m^me si cela est absurde vue nos différences économique mais également "K"ulturelle à moins de faire des stages de "germanisation"!!!!!!
Réponse de le 06/05/2012 à 0:12 :
Chies un coup mec. T'es possédé là
a écrit le 30/09/2011 à 13:19 :
Faire de l'anti-germanisme de base ? Je veux bien, mais si les Allemands n'étaient pas là, qui sauverait cette Europe brinquebalante ?

Soyons sérieux. L'Allemagne est la seule chance de l'Europe. Elle devrait même être plus dure.

La Grèce doit vendre tout ce qui peut l'être pour se sortir de la situation où ele SEULE s'est mise. Il n'y a plus à réfléchir. Et l'Allemagne doit prendr ela main car elle a une expérience récente en la matière. Et c'est la seule des pays "puissants" qui soit crédible financièrement.
Réponse de le 11/05/2012 à 16:35 :
Si les allemands n?étaient pas là, on n?aurait pas eu un euro aussi fort, les prix n?auraient pas explosés et nous ne serons pas dans l?obligation financière de se défendre. Nous serions très compétitifs, plus que les allemands et ces derniers auraient crevés de faim du fait de leur manque de compétitivité. Ils n?auraient pas pu non plus réaliser la réunification qu?ils ont réussi grâce à leur déclaration unilatérale de ne pas payer les indemnités de guerre encore dues comme celle de la Grèce dont la valeur est comprise entre 80 et 120mds d?euro. Bref, nous serons beaucoup mieux sans eux et ils seraient très malheureux sans les pigeons du sud qui financent leur dette.
a écrit le 30/09/2011 à 12:36 :
Qui aidera la France ? la Grèce est perdu mais personne ne veut l'entendre. Le plan d'autérité : comment peut il sauver un pays et remonter son économie, s'il oblige les patrons a mettre la clef sous la porte et à licencier. On marche sur la tête ! Moi ce qui me choque le plus c'est notre avenir avec pour exemple celui de la Grèce mais nos politiques (riches) ne s'inquietent pas du taux de 40% de suicide en Grèce !!! Le peuple payent pour sauver les riches à n'importe quel prix ! Si il s'agissait d'un enfant de riche tout le monde le sauverai et éviterer le suicide mais c'est bougres de pauvres bah ... Quand je vois dans le journal un suicide avec meurtre familiale, je ne crois pas que seul une rupture sentimental en soit la cause. Généralement un surendettement ou des gros problème financier s'y cache mais chut faut pas affoler et indigner la population française. A quand la réduction des salaires des ministres et du président pour le bon exemple ! sans compter la fin des réceptions couteuses !
a écrit le 30/09/2011 à 12:27 :
evidemment, les réponses pataugent dans l'anti-germanisme primaire. Mais venez faire un tour en Grèce pour vous rendre compte, venez voir la désorganisation systématique, la gabegie, l'absurdité d'un système entière fondé sur le clientélisme et le pillage des ressources publiques. La question n'est pas Allemagne vs. Europe, mais logique contre n'importe quoi.
a écrit le 30/09/2011 à 5:10 :
Les Allemands ont toujours manquè de réalisme, Ils voulaient aussi jouer les heritiers de Rome autre fois, rien de nouveau en Teutonie
a écrit le 29/09/2011 à 21:08 :
Ach, das ist ein bon plan !
Imaginons pour la France, la privatisation de La Poste, de la SNCF, et de l?Education Nationale, pourquoi pas, + la tour Eiffel et le château de Versailles avec quelques fonctionnaires européens chargés de faire marcher tout ça pour y augmenter la productivité, et in fine, faire croître la valeur de ces actifs ! L?argent de cette privatisation servant à désendetter et assainir l?économie Française dont le peuple n?aurait qu?une envie bien sûr : se mettre à travailler dur pour pouvoir en 2025 racheter ces sociétés et les retourner au service public !
En voilà une « grosse propozition » dans la veine du député allemand qui proposait il y a quelques temps de racheter les Baléares à l?Espagne et la Crète à la Grèce !
Tout ça est ridicule évidemment, et seuls quelques « germano-fascinés », prêts à se prosterner devant la rigueur et l?ordre germanique peuvent trouver ce plan intéressant ! Notre histoire est pleine de cette déviation masochiste de certains Français, qui a conduit à bien des malheurs.
Il ne faut quand même pas oublier que les Allemands avec l?Euro ont eu le beurre (une croissance de leur économie et leurs exportations vers les autres pays européens siphonnant les industries de ces pays) l?argent du beurre (ils ont un choamge à 6% contre 10 en France et 9 dans beaucoup d?autres pays européens) et maintenant ils veulent la crémière ( c'est-à-dire ne pas payer ou le moins possible)
Il y a d?autres solutions, bien sûr, mais à un moment où l?on parle de plus en plus d?un défaut de la Grèce, dés qu?on parle de sortie de l?Euro, les euros-pensée-unique avancent les dettes en Euro d?un pays dont la monnaie serait énormément dévaluée !
Donc pas de scénario de sortie de l?Euro. Donc, qu?ils le veuillent ou non, il faudra que les allemands payent avec biensûr des conditions strictes pour les pays aidés, et du temps, car en Grèce comme en France , on n?efface pas des années de facilité, de paresse, d?improductivité par une formule miracle .
a écrit le 29/09/2011 à 15:49 :
Marrant les commentaire, germanisation par ce que le plan est allemand, peu importe le fond et le fait que l'appréciation de 10% de l'euro nous coûte 1% de PIB, peu importe que la crise soit semblable à celle qui a précédé le démantèlement de l'Urss, un pays fort qui exporte des biens à haute valeur ajoutée vers des pays qui ne peuvent exporter que des produits à plus faible valeur ajoutée. Résultat une augmentation structurelle de leurs dettes et de leurs recettes fiscales.
L'europe est déjà germanique, de ce côté là rien à craindre...sauf pour les allemands qui à force de mal traiter leurs clients vont finir par les perdre, leurs ôtant toute envie de rester dans une Europe qui ne bénéficierait qu'à l?Allemagne.
Que prévoit le plan un désendettement de la grèce par la privatisation de ses biens publics dont une partie des recettes viserait à relancer son économie pour assurer un équilibre budgétaire via les recettes fiscales. Or ceci suppose une supervision des prélèvements fiscaux puisque du restaurateur qui se fait payer en liquide au plus fortuné qui pratique l'évasion fiscale, la fraude fiscale est un sport nationale surtout avec une administration qui se refuse à faire son travail.
Désendetter la grèce pour protéger les investisseurs c'est bien mais qui pourra changer la mentalité anarchiste des grecs et surtout comment, ça le plan ne le dit pas, autrement dit il renvoie à une hypothétique naissance de la vertu grecque sous la contrainte de la nécessité, car l'essentiel on l'aura compris n'est pas là.
Piller la grèce consisterait à confisquer ses biens, là il s'agit de les vendre aux plus offrants pour qu'à une gestion d'état se substitue une gestion privée, l'intérêt des grecs étant et d'alléger leurs dettes par la ventes d'augmenter les recettes fiscales par la mise en place de bonnes pratiques de gestion des sociétés privées en lieu et place de celles de l'état grec.
Il s'agit donc d'intérêts mutuels.
Les laboratoire Roche arrêtent de fournir en médicaments les hôpitaux pour cause d'impayés, les livres scolaires n'ont pu être achetés par leur ministère, il serait temps d'agir.
Mais il est vrai que le problème grec plombant l'euro, la France n'a pas beaucoup d'intérêts à le solutionner, voir plus haut.
a écrit le 29/09/2011 à 12:02 :
Plan inspiré de ce que la RFA a fait avec la Treuhand ? Tout un symbole, celui de la germanisation déguisée de l'Europe. Trop forts, les Allemands qui accumulent les excédents, font massivement baisser leur chômage, disposent du siège de l'euro (calque du mark) sur leur sol et vont désormais inspirer voire piloter la mise au pas des pas peu vertueux du club med. Et qu'opposer à cela ? Nous n'avions qu'à être nous mêmes vertueux. L'Allemagne prend pour de bon le leadership de l'Europe sans blabla, sans effet de manche à la Française, simplement parce qu'ils ont su en 20 ans digérer la RDA, relancer la machine, accumuler des profits, des excédents... Les Allemands vont réussir par l'économie ce qu'ils ont raté à trois reprise par les armes : bâtir une Europe allemande. Seule épine dans leur pied : leur démographie qui, même avec un assez fort apport d'immigration, ne parviendra pas à se redresser de si tôt. C'est la seule ombre au tableau que s'empressent d'exploiter nos dirigeants français en conduisant une politique familiale très efficace. Dans 20-30 ans, nous pourrons compter les points. Qui aura raison ? Vaudra-t-il mieux être un pays plus jeune avec un plus grand nombre de consommateurs mais toujours gangrené par le chômage ou un pays de vieux prospère ? Que vaut--il mieux gérer : le problème du chômage ou celui des retraites ?
a écrit le 29/09/2011 à 11:36 :
oui il manque le non du futur gauleiter et quelques divisions pour l'application sans oublier la kommandatur pour flicer les piscines et autre déclarations oubliés.
a écrit le 29/09/2011 à 10:55 :
Ce plan constituerait en effet une solution particulièrement vertueuse, car il réduirait considérablement l'endettement grec et éviterait l'étouffement de la population hellénique ...

Mais il dépend d'une condition sine qua non : le gouvernement grec aura-t-il suffisamment de courage politique pour accepter ce plan, consistant à vendre les "bijoux de famille", pour d'éviter à son peuple une trop grande cure d'austérité ?
Réponse de le 29/09/2011 à 11:21 :
Depuis quand le pillage est "vertueux" ?
Réponse de le 29/09/2011 à 12:49 :
C'est vrai il vaut mieux laisser les grecs mourrir riches....
Réponse de le 29/09/2011 à 13:01 :
Le pillage à lieu en ce moment au travers des taux d'interets outranciers payés par la Grece en ce moment du fait des spéculations.
Le montage consiste à mon sens moins en un pillage qu'un portage par l'Europe de ces actifs moyennant versement immediat à la Grece des fonds necessaires à la réduction du poids insoutenanble de sa dette.
L'idée est qu'a partir de là la Grece sera en mesure de redresser son pays en moins de 2 ans probablement ce qui lui laissera le temps dans les 25 prochaines années (puisque c'est la durée du programme) de racheter ses bijoux de famille avec une situation assainie (puisqu'elle restera prioritaire sur toutes les cessions).
Ce n'est peut être pas idéal j'enconvient mais la situation est aujourd'hui autrement plus catastrophique je le crains...
a écrit le 29/09/2011 à 10:19 :
Il manque juste le nom du futur gauleiter et quelques divisions pour l'application sans oublier le kommandatur pour flicer les piscines et autres impositions non déclaré
Réponse de le 29/09/2011 à 22:12 :
M'énerve avec son gauleiter à l'esprit revanchard
a écrit le 29/09/2011 à 10:00 :
Ce plan est une honte.
Qui a été mandaté pour évaluer les biens de la Grèce et comment ? De quel droit ?
C'est un pillage en "bonne et due" forme d'un peuple européen qui paye les incuries de son gouvernement et de l'Europe. HONTE ! HONTE! HONTE !
A supposer qu'il y en ait encore...
Réponse de le 30/09/2011 à 4:44 :
MayraK, tes commentaires sont du grand n'importe quoi.
Réponse de le 30/09/2011 à 9:17 :
Honte aux pays qui ont fascifié leurs compte pour pouvoir rentrer dans l'Euro, je dirais plutôt. Et comme par hasard, comme l'indiquaient les médias britanniques, les 'PIIGS' (Portugal, Ireland, Italie, Grèce et Espagne), sont tous des pays catholiques ayant connus une dictature (sauf l'Ireland qui est trop jeune pour en avoir fait l'expérience)...
Ca laisse à réfléchir...
Réponse de le 30/09/2011 à 12:32 :
eh non, raté, la Grèce est un pays orthodoxe.
a écrit le 29/09/2011 à 8:41 :
avec que des "si" on ne peut pas faire une bonne partition !
a écrit le 29/09/2011 à 8:38 :
Bonjour. ????????. Excuse my english, but my french are not too good... Two years ago the greek deficit was around 250billion euros. In two years from today it will reach 0.5trillion... And this because our "wonderfull" government decided to take a loan from IMF and European Central Bank (with interest of 5% by the way). I read most of your comments. I agree that we should leave euro and have a 50% cut of our debt, you are correct, but when WE choose to do it. So...why don't we finally do it? The answer is that no one in eurozone wants it. Not even your government and of course not even the german government. They don't let us. You see, Germany holds a very big share of greek bonds... Now some german bank lobbyists want to deside for US what to do with OUR property, the property which belongs to the greek people. Imagine how you would feel if something like that happened to your people. I believe in a strong, united EU, but this my friends is something completely different. The everyday life of the greeks is to listen to announcements of a bunch of new taxes (we can't even count them anymore). These taxes of course are to pay up the interest of this loan (not enough for the loan itself...). Not to mention the huge reduction of wages...(the starting net salary before taxes in private sector is 600euros pm and the average salary before taxes in government sector is 1200euros pm-soon do be reduced even more, so don't believe everything you hear about us getting big wages). Besides, what a better way is there than to hide the truth behind numbers! Despite the fact the taxes reach the heavens, the children in all greek public schools don't have their school books, because simply the ministry of education doesn't have money to publish them!!!(no comments!!!)Our problem -which is bigger than our debt- is our corrupted short-sighted goverment and all our corrupted politicians (and of course some of their rich bussinessmen friends). If we ever manage to get rid of them all, we will be able to pay our debt. Since then....more taxes....more wage reductions.... Thank you. Have a nice day.
Réponse de le 29/09/2011 à 10:01 :
"and of course some of their rich bussinessmen friends"
Such as Siemens for exemple and others.
Réponse de le 29/09/2011 à 18:10 :
Exactly! They also signed and bought 1 or 2 careening submarines full of holes from Germans for billions.... (LOL) - Political incompetence...
a écrit le 29/09/2011 à 8:36 :
plan débile qui ne tient pas compte du seul critère important qui coule la grèce :

la non compétitivité de son économie...

Même si la dette grecque est réduite à néant sans perte pour personne, les "marchés financiers", cad ceux qui comprennent l'économie, savent bien que la Grèce continuera à s'enfoncer par la faute d'une monnaie surrévaluée qui empêche toute démarche compétititve à son économie ...

Soit la Grèce sort de l'euro, soit elle sera assistée en permanence ...
Réponse de le 29/09/2011 à 11:21 :
Vous avez raison lorsque vous soulevez le manque de compétitivité de la Grèce.

Et certes, ce plan n'agira pas comme une baguette magique rendant les entreprises grecques ultra-compétitives et exportatrices...

- Nous sommes complétement d'accord là-dessus -

Mais ce plan agit sur un autre levier, en apportant une solution à l'endettement insupportable qui pèse sur ce pays. C'est pourquoi il me semble digne d'intérêt.

Le manque de compétitivité des entreprises helléniques reste bien entendu un problème crucial mais également différent, qui ne pourra se traiter qu'avec d'autres mesures : Vous faites allusion à une dévaluation, il y a également une meilleure organisation du travail, l'optimisation de la productivité, la réduction de certains coûts, la lutte contre la corruption etc etc ...
a écrit le 29/09/2011 à 8:18 :
Idée simple , efficace, qui a déja été mise en oeuvre dans le cadre de la Treuhand. Cette proposition fournit une solution pour tout état de l'EU qui se trouve en difficulté ( a condition bien sur que l'état ait des actifs a privatiser). Si on pousse le bouchon plus loin c'est aussi la solution à proposer aux USA pour peu que l'état fédéral ou les états aient des actifs privatisables.
Un seul problème: ne risque t'on pas une invasion des pays émergents ayant du cash? oui cela est un risque sauf si on ne vend certains actifs stratégiques( comme pour l'immobilier londonien) qu'assortis d'un bail emphiteotique.
Réponse de le 03/10/2011 à 10:55 :
Assorti d'un droit de préemption Européen, quelle lumineuse idée !
a écrit le 29/09/2011 à 7:13 :
OK, ce plan me va.
a écrit le 29/09/2011 à 6:06 :
L émission de monnaie ! la Sortie simple et facile ! pour L EURO !
a écrit le 29/09/2011 à 5:57 :
ATTENTION à tout ce qui pourrait arriver à la Grèce, Portugal, Italie, etc...
peut aussi arriver à la France .
a écrit le 29/09/2011 à 5:51 :
Cette structure n'a de sens que si elle avance l'argent des futures privatisations de ces actifs grecs, la Grèce qui utilise alors cet argent pour se désendetter tout de suite, la Grèce payera ou recevra la différence après 2025 et pourra même racheter ses actifs.
mais qui va avancer 125 milliards d'euros ? Surtout que tout cela peut tourner très mal, les actifs étant vendus au plus bas prix, la situation allant alors empirer.
Ce genre de solution rappelle le néocolonialisme style 19ème siècle, endetter un pays puis acheter à bas prix ses infrastructures pour le dépecer, lui réduire ses revenus et sa population sera débitrice infinie, de quoi déclencher une révolution.
Virer une personne de son travail n'est pas la meilleure solution pour qu'elle règle ses dettes.
La situation actuelle générale rappelle la pré-révolution française, un pays surendetté à cause des rentiers de la finance qui ont voulu toujours plus d'obligations d'états pour sécuriser leur argent au lieu de le réinvestir dans le réel, ce qui cause une crise économique sans fin et beaucoup de chômage ainsi qu'un écart grandissant entre riches et pauvres, ils veulent une réforme car ils ont peur que si l'état fait faillite( alors que ce sont eux qui l'ont incité à s'endetter) ils perdent leur argent, et s'opposent alors aux fonctionnaires vivant de cette dette, les 2 mamelles d'un même problème initial, l'argent qui dort et qui ne sert à rien réduisant d'autant la masse monétaire en circulation et le PIB.
Le mauvais citoyen est le rentier, et non le pauvre.
a écrit le 29/09/2011 à 3:27 :
Et en admettant que ce plan allemand Eureka soit réalisable et qu'il permette de sauver la Grèce, allez vous le répéter pour chaque membre de l'union monétaire en difficulté?
Nos, ce qu'il faut c'est arriver à faire converger les économies de la Zone Euro. Sans convergence nous aboutissons à une sorte de néocolonialisme avec un partage du travail horizontal.
Les Grecs, les Portugais etc. en seront réduits à travailler pour 3,- de l'heure afin de rester compétitif face à la Chine et autres pays émergents à salaires très bas.
En fait les accords conclus jusqu'à ce jour permettent uniquement aux économies fortes, comme l'Allemagne et la France, d'exporter sans limite, ce qui conduit à la désindustrialisation des pays moins forts de la Zone Euro, comme l'Italie. De là l'endettement, puisque les rentrées fiscales diminuent et que l'on ne peut pas augmenter les impôts indéfiniment. L'égoisme national est encore trop fort en Erope.
Au lieu de la convergence souhaité les économies de la Zone Euro divergent de plus en plus.
Si rien n'est fait la Zone Euro et avec elle l'UE finiront par éclater.
a écrit le 29/09/2011 à 1:49 :
Ne perdez pas de temps : l émission de monnaie .
a écrit le 28/09/2011 à 20:50 :
Cette idée semble séduisante pour ceux qui ne voient pas très loin mais sur le long terme elle va générer une instabilité politique grave. Au lieu d'aider la Grèce à s'en sortir on va dépouiller l'Etat grec de tout ce qu'il possède; soit disant pour les aider et leur alléger la dette et pour punir les "vilains" spéculateurs. Mais derrière le but est de se servir sur la bête pour récupérer le plus vite possible ce qui peut l'être pour les créanciers de la Grèce. La résultante est qu'on va enlever au gouvernement grec tout moyen d'action sur son économie et ils ne pourront même plus influer ou faire les réformes nécessaires pour rembourser les 88% de dette restante. Si ce type de plan a fonctionné en Allemagne c'est aussi que les citoyens de la RDA sont devenus citoyens de la nouvelle Allemagne et qu'ils avaient droit au chapitre et qu'ils ont mutualisé les gains et les pertes au niveau national. Mais dans le cas de l'Europe l'Allemagne réfute obstinément toute idée de fédéralisme donc la notion de citoyen européen n'existe pas et n'existera pas. La résultante est donc que la Grèce sera dirigée en façade par un gouvernement fantoche et en réalité par une holding financière gérée par les banques allemandes qui vont se servir sur la bête jusqu'à ce qu'elle crève. Jusqu'à quand les citoyens grecs pourront accepter d'être dirigés par des puissances économiques étrangères ? Cette idée pourrait ramener ni plus ni moins à terme la guerre en Europe. Il vaudrait mieux pour les grecs qu'on annule 50% de leur dette et qu'ils sortent de l'euro le plus vite possible. D'ailleurs sans fédéralisme l'euro n'a pas de conscience politique et la zone euro finira par exploser.
Réponse de le 29/09/2011 à 5:02 :
Je suis du même avis que vous en grande partie sauf pour annuler 50% de la dette et sortir de l'Euro.
50% n'est pas suffisant en fait il faudrait que toute la dette soit annulé.
Quand à sortir de l'Euro, cela n'est pas réalisable, les Grecs n'échangeraient pas leurs Euro contre des Drachme et continuerait a utiliser l'Euro.
Je pense que l'annulation totale de la dette pourrait suffire dans un premier temps. D'ailleurs même moralement je n'aurais aucun scrupule, les crédits que les banques allemandes et françaises ont accordes à la Grèce ont étés principalement utilisé pour acheter de l'Armement en France et en Allemagne.
Ces pays n'ont qu'à venir récupérer ce qu'ils nous ont vendu à crédit, puisque ce n'est pas encore payé c'est encore à eux.
a écrit le 28/09/2011 à 20:44 :
Ce type de plan semble avoir fait ces preuves pour l'allemagne de l'Est. Il ne sera peut-être pas aussi performant que l'article semble le prévoir; notamment au niveau de la croissance. Cependant il devrait s'avérer comme probant en offrant une stabilité dans la zone euro en interdisant trpo de spéculation .
a écrit le 28/09/2011 à 20:31 :
cela me parait un excellent plan, de nature à remettre la Grece et toute l'Europe sur un Cercle vertueux
a écrit le 28/09/2011 à 20:28 :
@Amelie

La Grèce colonie germanique? Ah bon, parce que la Grèce, tout comme l'Allemagne et la France ne sont pas déjà des colonies US?
a écrit le 28/09/2011 à 20:19 :
la Grèce cessera de consacrer 4% a minima de son PIB en dépenses d'Armement ?
a écrit le 28/09/2011 à 20:00 :
désolé de ne pas partager l'euphorie des commentaires précédents , mais je n'y adhére pas du tout ;on est à la limite d'une Madofferie . le plan consiste à transférer la dette existante dans une nelle structure ; le probléme , L'ENDETTEMENT , est juste déplacé ; on demande de plus un nouvel investissement européen de 20mds pour augmenter la valeur des actifs de 50mds ..trop fort !!.enfin je n'ai pas résisté à un éclat de rire , lorsque j'ai lu qu'un des leviers de remboursement tient à l'augmentation des recettes fiscales ...on parle bien de la Gréce ???
a écrit le 28/09/2011 à 19:13 :
test
a écrit le 28/09/2011 à 19:06 :
Il y a un problème dans ce projet, il ne prend pas en compte le fait qu'il ne s'agit pas "que" de la Grèce. Le modèle de la réunification Allemande a fonctionné parce qu'il ne s'agissait que d'une opération et dans un but commun, comment faire adopter ce plan sans avoir en tête que l'Irlande, le Portugal, l'Espagne, l'Italie puis d'autres seront exactement dans la même situation très prochainement et qu'il n'y a franchement pas tellement de valeurs communes ! Donc bonne idée mais inadapté à la très grosse crise que nous vivons (même si pour le moment tout semble aller pas mal). Il faudra bien en jour réaliser qu'il ne s'agit pas d'une crise économique mais bien d'un cycle de décadence, quand on lit dans l'article que cela éviterais "la corruption" on voit bien qu'aider la Grèce aujourd'hui n'y changera rien !
a écrit le 28/09/2011 à 18:47 :
les experts allemands ont trouvé la solution finale pour la Grèce...un autre idée serait de vendre la Grèce aux turcs
a écrit le 28/09/2011 à 18:31 :
Plan satanique qui vise a la faillite durable de la Grece; a sa transformation en colonie germanique. Plan honteux qui devrait persuader la Grece qu'elle serait mieux pour elle de dire au revoir a l'UE, au FMI etc et d'essayer des le lendemain de mettre les bases d'une renaissance de son economie, tout en assurant des emprunts en dehors de l'UE. Dommage que cette idee merveilleuse de l'UE est devenue ce qu'elle est.
a écrit le 28/09/2011 à 18:10 :
Et ils ont pendu ce plan tout seuls les Allemands?
Ben dis donc, c'est plus compliqué que l'immaculée conception (pour les teutons; Die unbefleckte Empfängnis) et tout aussi invraisemblable.
Il n'y a que les Allemands pour croire encore au Père Noël.
a écrit le 28/09/2011 à 17:59 :
Au moins cette solution éventuelle nous sort du choix cornélien entre renflouement ad vitam eternam ou banqueroute Greque et en suivant World Wide ... car après la Grèce le Portugal , l'Italie , la France ET l'Allemagne ...dette à 86% du PIB si l'Allemagne perd sa croissance (probable si le monde joue l'austérité , fini les exportations) elle ne vaut pas plus cher que nous ... et je ne parle pas du Japon dette à 200% et des USA dette à 100% (et sans services publiques ...) ... alors ??? ça se joue ?
Réponse de le 29/09/2011 à 15:25 :
la dette du japon est détenue à 90% par les japonais, alors c'est pas demain la veille qu'ils vont spéculer à la baisse.
a écrit le 28/09/2011 à 17:44 :
european union is using euro they should have same prices too and same taxation system if they want to become a power in the world if not then only U.S and China will be able to live calm another solution would be that sweden denmark and maybe swiss take euro as their currency and then the euro will be stronger.
Réponse de le 28/09/2011 à 18:23 :
Hélas, personne ne veut être accroché au terrible boulet économique grec... Sans compter l'italien, le portugais...et j'arrête là... La cote de l'Europe est en chute libre en Suisse.
a écrit le 28/09/2011 à 16:35 :
ce fonds devrait également pouvoir superviser l'administration fiscale grecque - des agents du fisc allemands qui contrôleraient les fraudeurs grecs -ainsi que bénéficier d'un droit de suite pour récupérer les fonds placés dans les paradis fiscaux
a écrit le 28/09/2011 à 16:33 :
Moi je vote pour
Ils sont fort ces allemands...!!
a écrit le 28/09/2011 à 16:18 :
Voilà une solution rationnelle....
Réponse de le 29/09/2011 à 11:14 :
Le pillage est rarement rationnel et rarement justifié
a écrit le 28/09/2011 à 16:10 :
Il y a encore l'Italie, le Portugal, l'Espagne, l'Irlande, Chypre voire la France... Pas certain que l'Euro résiste.
Réponse de le 28/09/2011 à 16:59 :
Pour l'Italie le pb c'est Berlusconi, pour l'Espagne qui a une dette de 65% du PIB ce n'est pas un pb de dette mais d'économie a relancer dans autre chose que l'immobilier, pour l'Irlande si les 100 milliards déjà prêté ne suffisent pas qu'ils augmentent leur impôts sur les sociétés. Mais globalement, si le Pb Grecque est résolu la crise de la "dette Européenne" est désamorcée !!!
Réponse de le 28/09/2011 à 17:40 :
Et si la Grèce s'écroule , le monde entre en récession et mettra en mesure des mesure d'austérité , dans ces conditions et il n'est pas dit que l'Allemagne qui jusque là avait de bons résultats continue a en avoir (austérité interne depuis 10ans pour la réunification , et exportations maxi vers les pays qui comme la France favorise la consommation pour avoir un minimum de croissance, ou comme les USA dont l'économie vivait sous perfusion de flouze, ou comme la Chine pour les machines outils qui elle aussi bride la demande intérieure pour vendre ou pays qui croulaient sous le flouze) ...... Pour la France et la Grèce , histoire de rigoler et de partager notre malheur il suffit de mettre en place une TVA "luxe" à 33% sur les produits manufacturés d'un prix supérieur à 50 000 Euros (aie pour BM, Mercos et tAudi) ....
Réponse de le 29/09/2011 à 2:54 :
Les accords interdisent la TVA à 33%
a écrit le 28/09/2011 à 15:50 :
Kolossalle finesse !
et comment avons-nous fait en France, pour alléger la SNCF ? en créant RFR pardi !
a écrit le 28/09/2011 à 14:50 :
cette façon de faire est sensationnelle mais; il faudra des appuis solides pour affronter les banques et les spéculateurs qui n'attendent que l'euro s'écroule.Pour moi; l'euro n'est pas à sa place .Les prix et tarifs devraient être les mêmes dans toute l'europe pour faire jouer la concurrence.
a écrit le 28/09/2011 à 13:50 :
Oserait on demander à La Tribune (qu'il faut remercier pour cet article par ailleurs peu diffusé...) de faire partager les éléments de réflexion de cet article au plus grand nombre possible ? Pourquoi pas jusque dans les hautes sphères de notre pays !!! Le Président y est il abonné d'ailleurs ?? ;-)
Réponse de le 28/09/2011 à 15:50 :
Pas la peine, ce sont des incompétents ... j'ai pris contact avec Fillon pour proposer qque chose de similaire et qui n'aurait quasiment rien couté en utilisant leurs actifs ... Barrage total et pour finir son proche conseiller incapable de comprendre que l'usufruit des actifs peut servir la dette et payer un dividende comparable à des intérets ...
Réponse de le 28/09/2011 à 17:01 :
C'est surtout que la droite actuelle est plus proche des spéculateurs (et de leur intérêts) que des citoyens !!
a écrit le 28/09/2011 à 13:30 :
Le plan est interessant et bien pensé, mais son gros probleme est qu'il part du principe que les biens grecs à privatiser passent sous mainmise allemande via une holding au luxembourg durant tout le temps que va durer l'opération. Le plan est à mon avis très intelligent, mais sa manière de gérer part plus d'une europe allemande que d'une allemagne européenne. Après ça reste une question de choix, mais en tout cas sur le principe c'est une bonne piste de travail.
Réponse de le 28/09/2011 à 13:57 :
Le problème soit plus celui d'un peuple grec de toute façon pris en otage par une "minorité heureuse" à qui l'on fait payer le prix d'un endettement excessif! En d'autres termes leur enleverait on quoi que ce soit à la population en confiant la restructuration du secteur à l'UE plutot qu'à cette poignée "heureuse" on peut se le demander ?
Réponse de le 28/09/2011 à 14:01 :
relisez SVP !!!! avant de commenter Merci !
Réponse de le 28/09/2011 à 14:29 :
Effectivement, l'idée n'est pas mauvaise mais pour espérer un succès, il aurait été préférable que ce soit l'UE ou l'Eurogroupe qui le présente. Mais non, chacun a SA solution pour sauver le monde !!!! Barosso, les Allemands, les Français... Et ça parle, et ça parle...
En plus, il ne faudrait pas oublier de demander aux Grecs ce qu'ils en pensent... Histoire de maintenir une illusion de démocratie !!!! Mais suis-je bête, c'est l'Union Européenne !!!! Et puis, une petite commission d'enquête européenne sur les responsabilité du maquillage des comptes ? Pour déterminer le rôle des uns et des autres, Goldman Sachs, Draghi, La BCE, la Commission...

Réponse de le 29/09/2011 à 11:20 :
Il faut savoir lire entre les lignes. Ce projet est un projet de PILLAGE. Il pille un état souverain pour donner ses bien, d'un montant qu'on sait pas comment il a été défini, à de tiers. Eux ils seraient chargés de vendre au prix qu'ils veulent et si la vente se fait à un montant inférieur la Grèce renflouerait la différence. Belle solution ma foi!. L'unification de l'Allemagne n'a rien à voir avec l?assujettissement de la Grèce. C'est une honte!
Réponse de le 29/09/2011 à 15:28 :
il faut bien que les banques et les spéculateurs compensent les pertes de 2008.
a écrit le 28/09/2011 à 12:02 :
Politiquement ce plan est intenable car il attaque la souveraineté du peuple grec. Les allemands là-bas n'y sont pas en odeur de sainteté et ce plan ne va pas arranger les choses. Quel dommage car je crois que la piste est extrêmement intéressante ? Ceci dit je ne vois pas les employés grecs de ces entreprises aujourd'hui publique d'accepter ceci mais comme le disent certains commentaires l'alternative : faillite, privatisation à vil prix et sortie de l'euro sont infiniment pire car elles donneront la victoire aux spéculateurs et autres populistes extrémistes europhobes...
a écrit le 28/09/2011 à 11:27 :
C'est un plan logique qui s'apparente à une liquidation judiciaire dans le cas d'un particulier. Le problème c'est que je trouve ce plan difficilement réalisable - cela supposerait un abandon des actifs, du patrimoine grecque ?? Ce qu'il faut c'est une gouverneur Européen et éventuellement une monnaie de transition Euro "Faible" pour dé-contraindre le système monétaire actuel.
Réponse de le 28/09/2011 à 15:08 :
Effectivement, une liquidation qui ne porte pas son nom pour ne pas heurter la susceptibilité populaire en Grêce - pour la plus value éventuelle en 2025, déjà quand elle existe pour une lj de pme le mandataire l'absorbe largement par ses propres frais, alors à l'échelle d'un état... Le liquidateur en l'occurence là serait le Luxembourg (un paradis fiscal), c'est drôle...et ça fait pleurer
a écrit le 28/09/2011 à 11:21 :
Si cela permet de casser le systeme financier actuelle je suis meme pret a contribuer car actuellement tout ce qu on donne pour la Drece et autres part directement dans les banques
a écrit le 28/09/2011 à 11:19 :
Plan intéressant, mais à la différence du précédent avec la RDA, celle-ci était consentante car elle souhaitait la réunification et ses contreparties douloureuses. Je ne suis pas du tout certain que les grecs soient prêts à se séparer de leurs actifs publics, de surcroit en abandonnant leur souveraineté sur leurs devenir.
a écrit le 28/09/2011 à 10:51 :
Plan "secret" totalement idiot et dilatoire bien entendu, mais les cabinets de consultants ont aussi comme métier de proposer des solutions qui n'en sont pas afin de faire tourner toujours le moulin. Il est clair que personne ne veut régler le problème grec à court terme, surtout pas l'Allemagne ... ni la France qui se cache derrière le gros nez de son voisin. Les marchés, les préteurs ou les assureurs de CDS sont en effet ces pays. Ils savent qu'il est possible qu'ils soient obligés de mettre un genou en terre mais ils savent aussi qu'à ce moment les autres seront morts. Il leur sera facile ensuite de se relever en sauveurs. Scénario devenu classique d'une bataille (guerre) économique. La solution elle sera beaucoup plus simple en la constitution d'une bad bank regroupant uniquement le surplus des dettes, constament réajustable à la baisse du fait du mécanisme, qui sera adossé et lui seul à un autre mécanisme de garantie dédiée constitué par les deux pays et bénéficiant de nouveaux taux préférentiels. Il sera demandé aux autres états une participation au moyen d'une taxe financière mais peut-être plus pragmatiquement par d'autres compensations diverses comme industrielles. N'ayant cette fois rien à débourser directement, ils accepteront. Les Allemands eux savent que leur plan churchilien hautemant prédateur ne sera pas mis en oeuvre puisqu'il faudra bien laisser à la Grèce des moyens de vivre si l'on ne veut pas l'avoir tout le temps à charge. Ils se confinent donc dans la posture pseudo vengeresse et populiste qui convient parfaitement aux esprits simples, elle permet de faire passer le temps et pourquoi pas de gagner les élections.
a écrit le 28/09/2011 à 10:33 :
......Comme quoi il y a toujours une 'bonne' solution à laquelle on n'avait pas encore pensé! Ceci paraît excellent: trop beau pour être vrai?
a écrit le 28/09/2011 à 10:14 :
Dans l'hypothèse :
1) que ça marche
2) que les grecs l'acceptent
c'est une perte gigantesque de souveraineté pour la Grèce mais ont ils vraiment le choix ?
J'espère que l' on n'en sera jamais là en France , sauf que j'envisagerai bien la privatisation de la sncf ...
Réponse de le 28/09/2011 à 11:52 :
Mais de quelle souveraineté parlez vous???????? Nous sommes dans la zone euro et la grèce est dans la chienlit!!! revenez sur Terre ou quittez la zone euro si vous voulez recouvrer votre pseudo souveraineté.... mais de faire quoi? D'aller quémander chez les autres? de laisser filer les déficits? Allez monsieur, avec l'EU la seule souveraineté qui vaille et NOTRE souveraineté commune.
Réponse de le 28/09/2011 à 12:31 :
Privatiser la SNCF c'est l'abandon du chemin de fer dans nos campagnes. La notion de service publique ne peux être retenue que par le public.Mais ça, les parisiens ne comprennent pas.
Réponse de le 28/09/2011 à 15:02 :
Un point pour le paresseux!
a écrit le 28/09/2011 à 10:06 :
personnellement je trouve ce plan excellent. Le seul atout de la Grèce pour sortir de l'impasse ce sont ses actifs qui apparamment ont une réelle valeur mais les circonstance présentent les rendent totalement incapable d'en tirer profit. Quand un particulier surendetté se voit saisir sa maison, il est très rare qu'il en retire la juste valeur et la braderie de son bien ne fait qu'agraver la situation. Pour la Grèce c'est pareil, être obligé de vendre à la hate tous ses bijoux de famille c'est donner tout le levier aux acheteurs. Ce plan au contraire permet une valorisation réaliste voire optimiste des actifs ce qui sera au grand bénéfice de la Grèce et lui offre une porte de sortie acceptable. Le temps qui sera donné pour la liquidation des actifs permettra de les réaliser dans de bonnes conditions. Il ne faut pas oublier non plus que c'est de l'argent du contribuable européen non grèc qui in fine servira a payer l'addition, il apparait donc normal que celui ci obtienne quelques garanties. Enfin le plan d'investissement prévu aura une double vertue puisque coté grèce, il correspond à un plan de relance pour sauver l'économie que les Grecs ne peuvent pas aujourd'hui se payer et il rompt donc la spirale infernale des plans de rigueurs dépressifs. Coté européens, le plan s'auto-finance par la valorisation qu'il permet des actifs. Au pire les actifs n'en profitent pas et la Grèce devra rembourser bien plus tard mais une fois qu'elle aura été tirée d'affaires.

Réponse de le 28/09/2011 à 11:16 :
Bien d'accord,tout le monde s'y retrouve et çà servira de leçons à certaines banques et spéculateurs.
a écrit le 28/09/2011 à 9:51 :
Intelligent et propre . A méditer par les pays laxistes du Club Med ... Casser l'arrogance de la finance , un vrai printemps pour les européens !
a écrit le 28/09/2011 à 9:50 :
Ils peuvent vendre aussi leurs îles à la Turquie pour nous rembourser.
Réponse de le 28/09/2011 à 10:19 :
je proposerais même de vendre la Grèce aux Turcs , ça permettrai de remettre un peu d'ordre dans ce pays
Réponse de le 28/09/2011 à 10:32 :
Voilà un bon sujet de conversation pour le bistro du coin.
Réponse de le 28/09/2011 à 14:22 :
On ne peut pas avoir que des commentaires intélligents Merci à Simple Suite, letroll et Nicolas pour avoir confirmé ce point.
Réponse de le 28/09/2011 à 15:16 :
Bien vu, sans ivresse plus de plaisir
Réponse de le 28/09/2011 à 17:10 :
néanmoins lire l'enchainement de vos commentaires est divertissant :)
Réponse de le 29/09/2011 à 12:11 :
Pour les descendants de ceux qui se sont fait éventrer à Smyrne, pas vraiment.
a écrit le 28/09/2011 à 9:49 :
Il suffit que les Grecs vendent leur pays aux Allemands ou nous vendent leurs maisons, on devrait préempter leurs biens fonciers en échange de notre aide, ou que les Grecs échangent quelques unes de leurs îles qui tomberaient sous souveraineté allemande ou française.
a écrit le 28/09/2011 à 9:12 :
Tout part du principe que la Grece a des actifs a vendre !
Et que ces actifs sont vendables !
Qui voudrait acheter les chemins de fer grecs ?? Pas moi !
Qui voudrait acheter les postes grecs ?? Pas moi !
Réponse de le 28/09/2011 à 17:11 :
Pourquoi pas ?? il y en a bien qui ont investit dans Vivendi, Enron, Lehman Brothers , General Motors (avant sa nationalisation), .... et dans des Subprimes ....
a écrit le 28/09/2011 à 9:09 :
Est-ce que la Tribune peut nous dispenser de ses rumeurs qui ne font que retarder l'échéance de la chute inévitable de la Grèce, en surfant sur la stupidité des traders?
a écrit le 28/09/2011 à 9:00 :
Ce plan un plan qui a du mérite (celui d'exister comme on dit) mais qui est un peu simplet pour une raison élémentaire, les actifs sont grecs pas allemands ni luxembourgeois. Demain on pourrait demander à d'autres d'accepter de se dessaisir de leurs actifs, pas sûr que ce serait bien perçu (et pourquoi ne pas y mettre les ?uvres d'art et les réserves d'or aussi). On peut demander beaucoup à des gens en difficulté qui de surcroît ont largement trompé leurs "associés" et leur prêteurs mais trop c'est trop, même pour bien faire. Le mieux est l'ennemi du bien c'est bien connu. D'autre part, rien ne peut se faire sans la plaque tournante que constitue le FESF, rien, je crois donc que les consultants en organisation ou stratégie tels Roland Berger feraient mieux de s'occuper leurs oignons (organisation et stratégie industrielle) et pas de finance, je ne suis pas sûr qu'ils aient les compétences parmi leurs collaborateurs, je parle bien sur de vraies compétences pas de pseudos compétences et surtout une réelle expérience des marchés financiers notamment de la dette.
Réponse de le 28/09/2011 à 17:13 :
oui tout a fait d'accord , pour sauver les finances Grecques rappelons le super financier inventeur des Subprimes !
a écrit le 28/09/2011 à 8:55 :
Un peu d'uchronie (réécriture de l?Histoire à partir de la modification d?un événement du passé ):imaginons qu'une telle solution eut été mise en oeuvre pour la russie (et d'autres pays )dans les années 90 , les russes se seraient vu rachetés pour plusieurs centaines de milliards d'euros leurs actifs publics , plutôt que de les brader pour au plus quelques milliards au profit d'intérêts plus ou moins mafieux plus ou moins proche du pouvoir corrompu avec la bénédiction d'"experts" ou "économistes" occidentaux pour la plupart anglo-saxons.
Dans une telle situation, avec des investissements pour valoriser ces actifs, avec les rentrées d'argent de leur vente (et pas de leur braderie /spoliation), les russes auraient put éviter l'effondrement de leur économie et son rétrécissement autour des presques seules activités de matières premières, ils auraient put éviter aussi l'effondrement social quand même infiniment plus dur que ce que connait la grèce aujourdhui, et faire l'économie de son coût humain (surcroît de mortalité de plusieurs millions ).
Mais à l'époque tout le monde était trop occupé à d'autres choses :
l'allemagne sa propre réunification.
L'administration clinton a aider la russie à mourir guérie des derniers restes de l'économie soviétique.
La france, en une démarche exactement inverse à la vision gaullienne de l'europe de l'atlantique à l'oural, à faire maastricht, l'UE, l'euro, bref à mettre la france (économiquement) à la remorque de l'allemagne, et n'ayant pas de plus grandes ambitions qu'éviter qu'elle en décroche, avec pour résultat ce que l'on voit aujourd'hui (faire passer l'approfondissement avant l'élargissement comme on disait à l'époque ).
Enfin c'est peut -être pas forcémént si utopique : après tout en s'appuyant sur la démarche allemande, le gouvernement russe pourrait appliquer la jurisprudence khodorkovski à l'ensemble des biens mal acquis des privatisations des années 90, si seulement poutine était aussi peu l'ami des oligarques qu'il veut bien des fois le dire .
Réponse de le 28/09/2011 à 11:03 :
bravo pour ce post
a écrit le 28/09/2011 à 8:55 :
Voila un programme de traitement des symptômes très élaboré. Une sorte de super aspirine en quelque sorte. Bien sur il a le tort de faire peu de cas de la souveraineté grecque et de la démocratie.. mais parfois une bonne dictature, surtout allemande, ne peut pas faire de mal. Bien entendu la maladie elle même n'est pas traitée, on repartira donc comme avant avec un déficit budgétaire reconduit tous les ans et une croissance de la dette a défaut de croissance du PIB.
Réponse de le 28/09/2011 à 17:19 :
c'est pas ce que j'ai compris ... avec un cout de la dette inférieur , il pourrait même faire de la croissance et donc résorber leur déficit (a condition d'être bien "encadré" ...) ... mais bon si ils voulaient rester entièrement libre il ne fallait pas compenser leur manques pour faire entrer des recettes fiscales par de la dette qu'ils ne savent maintenant pas rembourser
Réponse de le 29/09/2011 à 12:06 :
"mais parfois une bonne dictature, surtout allemande, ne peut pas faire de mal" !!!!
Est-ce le retour du "Maréchal nous voilà" ??????

a écrit le 28/09/2011 à 8:47 :
C'est une tres bonne idee mas je ne sais pas si les grecs seront tres friands de se faire souffler tous leurs actifs par des allemands.... le risque est ici politique... Ce plan est néanmoins excellent. Si il passe, ca risque de faire ecole (attention messieurs les portugais, espagnols ET italiens....)
a écrit le 28/09/2011 à 8:33 :
Ce projet c'est tordre le poignet à la Grèce. Si elle adhère pourquoi pas. Mais l'Allemagne ne veut toujours rien payer.
L'attitude de l'Allemagne me semble de plus en plus inadmissible. Les pays du club méd ont certes bénéficié de facilités d'emprunts publics en entrant dans la zone euro, mais les véritables gagnants dans la durée sont les pays structurellement exportateurs qui ont vu leurs exportations s'accroître fortement précisément dans la zone euro, et parallèlement leur taux de chômage baisser. Le réglage de la politique monétaire uniquement sur la maîtrise de l'inflation, voulu par les allemands, préserve certes le pouvoir d'achat des consommateurs européens, mais handicape les exportations des pays faiblement spécialisés, à la différence de l'Allemagne dont les machines outils et les automobiles sont recherchées dans le monde entier, alors que détenir ce type d'avantage n'est pas à la portée de la majeure partie des pays de la zone euro. L'Allemagne veut faire supporter un maximum aux banques le fardeau des dettes souveraines + ou - "pourries", et pour cause les banques allemandes en ont peu. En clair ce sont les épargnants français notamment qui devraient payer l'addition par une chute des rendements en particulier des contrats d'assurance vie. Pour faire entendre raison à l'Allemagne qui veut le beurre et l'argent du beurre, je propose de répandre l'idée d'un boycot des produits allemands tant qu'elle ne change pas d'attitude.
Réponse de le 28/09/2011 à 13:17 :
Donc en gros, si le mauvais arrive à la dernière place ce n'est pas sa faute, c'est celle des autres qui se sont trop entrainés.
Réponse de le 29/09/2011 à 12:08 :
@poulou
Petites suggestions de lecture pour éviter les préjugés:
http://streetlightblog.blogspot.com/2011/09/what-really-caused-eurozone-crisis-part.html
http://streetlightblog.blogspot.com/2011/09/causes-of-eurozone-crisis-part-2-policy.html
a écrit le 28/09/2011 à 7:55 :
Pas mal comme plan.
Mais avant de convaincre les banques ou les marchés financiers, faudrait p'tet penser à expliquer à la Grèce qu'elle doit D E F I N I T I V E M E N T renoncer à sa souveraineté ...
a écrit le 28/09/2011 à 7:54 :
Et bien, qu'est ce qu'on attend ..... ?
Cela permettra d'arrêter les spéculateurs anglo-saxons avec leur cortège de communications biaisées sur le "risque" européen alors que le dollar continue à être imprimé sans relache ...
a écrit le 28/09/2011 à 7:54 :
Voilà une nouvelle vision intéressante pour sortir de là par le haut.
Dans tous les cas, la Grèce paiera son manque de rigueur budgétaire et ses fraudes pour rentrer dans l'UE. Il n'y a pas d'autres alternatives, on ne peut faire n'importe quoi et demander aux autres de payer.
On est encore sympa de se casser la tête pour eux... peut-être faudrait-il être plus radicale et envahir la Grèce, la démanteler entièrement et en faire un club med géant pour touristes européens et chinois fortunés ?
a écrit le 28/09/2011 à 7:37 :
Parfaite illustration de l'efficacité Allemande. Pas d'effet d'annonce de discours fambloyants mais un plan pragmatique avec des actions concrètes étape par étape.
De plus l'Allemagne est la plus légitime pour résoudre ce problème. Ce pays a des finances publiques en bon état en ayant absorbé l'Allemagne de l'Est.
Les Grecs n'ont à mon avis par leur mot à dire il faut qu'ils soient placés sous "tutelle".
Enfin sur ce dossier s'il y a un avis par dessus lequel il faut passer c'est bien celui des banques et des marchés financiers qui nous entrainenet actuellement dans une spirale négative.
Réponse de le 28/09/2011 à 9:13 :
Le Figaro annonce que la majorité des Allemands est pour la faillite pure et simple de cet Etat aux 2000 îles.
L'Europe n'a rien à gagner dans ce soutien, sinon un foyer déficitiaire à entretenir,sans espoir de les voir s'émanciper.
Réponse de le 28/09/2011 à 9:16 :
Il faut que la Grece aux 2000îlesw sorte de l'Europe.
Le Figaro mentionne cette intention de la part du citoyen Allemand.
A quoi bon payer pour des gens peu fiables en labeur,état d'esprit,bref un mental latin.
Réponse de le 28/09/2011 à 11:04 :
l'Allemagne a de bonnes finances publiques ? c'est le pays le plus endetté après les USA laissez moi rire.
Réponse de le 28/09/2011 à 13:27 :
L'Allemagne est le pays le plus endetté aprés les US? En chiffres ca donne quoi? J'ai un doute sur votre assertion.
@ Gaulois: la source du Fig. n'est autre que Bild Zeitung: des femmes peu vêtues toutes les 2 pages, des articles de "fond" sur les peoples, du grand grand journalisme quoi.
Réponse de le 28/09/2011 à 17:48 :
dette Allemande 85% du PIB ..... comme nous .... une fois l'austérité généralisée ... eux n'ont plus n'auront plus de croissance ... et pourquoi alors seraient ils traités différemment de nous ?
a écrit le 28/09/2011 à 7:34 :
Le Theme Allemand est valable pour le mental Anglo-Saxon,mais non applicable Aux Oliviers.
La Grece et les Latins sont les champions du détournement des textes
de loi.La magouille fait également partie intégrante de cette état d'esprit.
Tous les subsides versés par l'Europe sont récupérés par l'Asie,véhicules,ou les US,macHines agricoles,engins de chantier etc
L'aide au coton est une cata.
Le travail grec est chiche,mais l'immigre est à la peine. etc etc
Alors qu'avons à gagner?
a écrit le 28/09/2011 à 7:29 :
Reste à comprendre comment un Etat dépouillé de tous ses actifs rémunérateurs, pourrait dégager un excédent budgétaire et rembourser une dette de 88% du PIB, sachant que par nature l'activité économique privée et la société y sont très difficiles à fiscaliser (petit pays, activité essentiellement commerciale et touristique...).

J'ai du mal à voir dans ce plan : côté financier, autre chose qu'un vain jeu d'écritures ; côté souveraineté et démocratie, autre chose qu'une spoliation ? ce qui n'était pas le cas pour l'Allemagne post-réunification, la Treuhand restant dans les mains de l'Etat.
Réponse de le 28/09/2011 à 9:00 :
Solder la chianlie financière orchestrée par les financiers voyous et les banquiers bandits organisés est LA SOLUTION. Bravo, si de surcroît il est possible de traduire ces voyous et bandits précités, accusés de faits de trahison économique contre les intérêts nationnaux, devant une Cour Martiale pour les juger et les enfermer en prison pour 20 ans, ce sera encore plus PARFAIT. Bravo les Allemands.
Réponse de le 28/09/2011 à 9:00 :
Solder la chianlie financière orchestrée par les financiers voyous et les banquiers bandits organisés est LA SOLUTION. Bravo, si de surcroît il est possible de traduire ces voyous et bandits précités, accusés de faits de trahison économique contre les intérêts nationnaux, devant une Cour Martiale pour les juger et les enfermer en prison pour 20 ans, ce sera encore plus PARFAIT. Bravo les Allemands.
Réponse de le 28/09/2011 à 9:27 :
Nan mais la source de financement d'un pays ce sont les impots, pas les services publics qui sont plutot une charge, la SNCF n'a jamais été une source de cash pour l'Etat par exemple ;)
Réponse de le 28/09/2011 à 11:07 :
non mais nous avons un réseau feré et des infrastructures qui sont un des atouts majeurs de notre compétitivité
Réponse de le 28/09/2011 à 11:57 :
@ TOTO : les ports, les télécommunications, l'immobilier et les banques (les 4 domaines cités dans l'article) sont généralement des sources de cash importantes pour les Etats. Plus un pays est grand et autonome économiquement, plus il peut s'appuyer sur l'imposition, et notamment sur l'imposition consolidée (IR, IS, ISF). Plus il est petit et ouvert, plus il doit s'appuyer sur des recettes issues des services marchands du territoire.
Réponse de le 28/09/2011 à 12:35 :
dans la mesure où les actifs cédés génèrent des pertes aujourd'hui pour la plupart, pourquoi ne pas tenter de les reprendre, de réinjecter des fonds pour les restructurer, de dégraisser le mammouth, de les mettre sur les rails de la rentabilité puis de les revendre aux grecs prioritairement? tentant...
a écrit le 28/09/2011 à 7:28 :
opposition des banques et des marchés ?? alors c'est que ce plan est bon !!
a écrit le 28/09/2011 à 7:24 :
Faut laisser les socialistes grèques trouver une solution à leurs problèmes,mais ,svp pas sur notre compte c'est déjà fait.
a écrit le 28/09/2011 à 7:24 :
Fantastique ! Ce sont des pays étrangers qui vont vendre les propriétés de l'état (donc du peuple) grec ! L'union européenne s'enfonce toujours plus dans la dictature et l'impérialisme.
Réponse de le 28/09/2011 à 9:32 :
Et alors? Les gouvernements grecs nous mentent depuis des dizaines d'année, le pays n'est meme pas capable de créer un impot foncier car le cadastre n'existe pas! les services des impots sont ridicules! Les grecs fraudent massivement à la TVA, essayez de payer par CB la bas pour voir! Et avec tout ça on ne doit prendre aucune sanction?
Réponse de le 28/09/2011 à 18:51 :
Helas...les mythes contre la Grece et les grecs ont fait leur chemin.
Réponse de le 29/09/2011 à 12:17 :
@proulou
Car les autres gouvernements ne mentent pas ??? Sur quelle planète vivez-vous ?
Des impôts, ils en ont en pagaille; mais peu peuvent les payer. Le cadastre existe mais ne couvre pas tous le pays.
Les taxes et les avances sur les taxes sont prélevés mensuellement sur chaque feuille de paye ou de retraite. Vivez donc avec une fiche de paye de 0 euros à la fin d'un mois de travail.
Je paye par CB très facilement en Grèce et sans aucun problème.
Les mensonges sont légion sur cette affaire.
Un peu de lecture pour vous éclairer:http://streetlightblog.blogspot.com/2011/09/what-really-caused-eurozone-crisis-part.html
http://streetlightblog.blogspot.com/2011/09/causes-of-eurozone-crisis-part-2-policy.html
a écrit le 28/09/2011 à 7:13 :
C'est jouable.
a écrit le 28/09/2011 à 6:12 :
Bien des actifs qu'avait privatisés la Treuhandanstalt étaient des éléphants blancs, à l'abandon après la fin de la DDR et sans devenir réel. Ceux de la Grèce doivent être de meilleure qualité, en particulier si leur gouvernance et leurs performances économiques peuvent être améliorées sur une quinzaine d'années. Le parallèle entre l'ex DDR et la Grèce est certes peu flatteur mais il a le mérite d'être pertinent. Les esprits chagrins penseront certainement qu'il y a encore ailleurs en Europe (voire en France) nombre d'entreprises publiques ou nationalisées assimilables aux "VEB" de la défunte DDR.
a écrit le 28/09/2011 à 5:43 :
Donc ce sont des étrangers qui rachètent les "actifs" de la Grèce, à prix plutôt "vil", et qui gèrent les privatisations, donc les licenciements, ensuite ? Bonne chance !
Réponse de le 28/09/2011 à 6:45 :
Ca apprendra aux grecs d'avoir menti sur leur situation financiere durant plusieurs années pour toucher des subventions europeenne... et faire construire dans leur pays un grand nombre d'infrastrucures neuves...
Réponse de le 28/09/2011 à 7:58 :
La solution radicale proposée pr les Allemands est à suivre, car sauver un Pays Européen et l'Europe elle même en ruinant les spéculateurs est d'une grande subtilité, les spéculateurs et autres financiers voyous et bandits banquiers en seront pour leurs frais, ils ne méritent que celà. Merci Angela d'imposer votre solution salutaire pour l'Europe.
Réponse de le 28/09/2011 à 8:50 :
Et Alors, les grecs ont joué avec le feu en pratiquant la désinformation et l'opacité sur leur finances publiques, on récolte ce que l'on sème !!
De plus ce plan permettrait de ramener un peu de croissance qui éviterait une longue récession pour les grecs !!
Il faut surement mieux laisser filer la situation en prétant à fond perdu, comme ça dans 6 mois au plus tard quand la grèce sera en cessation de paiement on pourra regarder l'Europe exploser (et nous avec au passage !!).
Réponse de le 28/09/2011 à 8:54 :
La base de tout plan de sauvetage est la mise en oeuvre des mesures budgétaires promises. Sous réserve de marquer le pays "à la culotte" sur ce point la solution Allemende merite effectivement une lecture attentive tant elle permet à l'Europe 1/ de se donner des garanties, 2/ de conserver le destin Européen en Europe et 3/ c'est une solution duplicable et donc disuasive vis à vis des spéculateurs en cas d'attaque d'autres pays. Perso je considère que c'est une idée à partager!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :