La Tribune

Zone euro : l'inflation accélère à 3% en septembre

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
latribune.fr, avec Reuters  |   -  221  mots
Ce taux dépasse largement les attentes des économistes qui, en moyenne, tablaient sur une inflation à 2,5% en glissement annuel. Il est également supérieur à l'objectif de la BCE, visant à la contenir à un niveau inférieur mais proche de 2%. De son côté, le taux de chômage dans la zone euro est resté inchangé en août par rapport à juillet, à 10%, a également rapporté Eurostat.

L' inflation a atteint 3% au mois de septembre en glissement annuel, d'après la première estimation publiée ce vendredi par Eurostat, alors que les économistes interrogés par Reuters l'attendaient stable à 2,5%. Les données définitives pour le mois de septembre seront publiées à la mi-octobre. La Banque centrale européenne, dont le mandat lui impose de veiller à la stabilité des prix, s'est fixé pour objectif de maintenir leur hausse à un niveau inférieur mais proche de 2%.

Fort repli du sentiment économique

Eurostat a par ailleurs annoncé que le taux de chômage dans la zone euro est resté inchangé en août par rapport à juillet, à 10%, conformément aux attentes des économistes interrogés par Reuters. Au mois d'août, 15.739 millions d'actifs étaient sans emploi dans les dix-sept pays de la zone euro, soit 38.000 de moins qu'en juillet et 215.000 de moins qu'en août 2010.

Jeudi, la Commission européenne a dévoilé que le sentiment économique dans la zone euro a fortement baissé en septembre. L'indice a perdu 3,4 points, à 95 points, revenant à ses niveaux de fin 2009. Le marché attendait 96. Dans l'industrie, l'indice est à -5,9 contre -2,7 en août. Dans les services, il est à zéro, contre 3,7 le mois précédent. Celui du consommateur plonge à -19,1 contre -16,5. Dans le commerce de détail, il plonge à -26, contre -23,4.

Réagir

Commentaires

baron  a écrit le 03/10/2011 à 6:29 :

Il serait souhaitable que la BCE augmente son taux de refinancement au plus tôt, car ne rien faire et laisser filer l'inflation auraient des effets bien plus graves que les conséquences sur l'économie d'une augmentation du loyer de l'argent. C'est sa mission, elle doit le faire.

OBJECTIF  a écrit le 01/10/2011 à 14:57 :

Les impots et les taxes qui s'abattent sur tous les agents économiques sont répercutés dans les prix.C'est pas compliqué à comprendre.

HUBERT T. et CIE  a écrit le 01/10/2011 à 14:15 :

SAMEDI 07 OCTOBRE 2011 A 14H00
RENDEZ VOUS DEVANT LES PRÉFECTURES ET SOUS PRÉFECTURES POUR MARQUER VOTRE INDIGNATION FACE A LA PAUPÉRISATION DU PEUPLE FRANCAIS

Habillez vous en clochard pour montrer au gouvernement votre exaspération

NOUS COMPTONS SUR VOTRE PRESENCE. Merci de relayer

Hippo  a répondu le 01/10/2011 à 14:28:

j'y serais. Je passe le message

OBJECTIF  a répondu le 01/10/2011 à 14:51:

ça ne fait pas vraiment rire.

HUBERT T. et CIE  a répondu le 01/10/2011 à 15:01:

@OBJECTIF : Ce n'est pas le but.

ismael  a répondu le 02/10/2011 à 3:11:

Ok pour sitting devant ma préfecture. J'espère qu'il y aura du monde

pigeon?  a écrit le 01/10/2011 à 6:00 :

Ah c'est bon pour mon livret A !

Spartacus  a écrit le 01/10/2011 à 4:16 :

Ce qui serait intéressant c'est que la Tribune nous dise de combien elle est en France si non pays par pays.
La moyenne Européenne n'est pas intéressante.
Personnellement je pense que en France elle est de plus de 3%

Insee  a répondu le 01/10/2011 à 4:48:

Les prix à la consommation sont en hausse de 0,5 % en août 2011 par rapport au mois précedent, ce qui donnerait, multiplié par 12, une inflation de 6% sur l'année.
Mais il faut attendre la fin de l'année pour connaitre l'inflation réelle, les mois se suivent mais ne se ressemblent pas.

gg  a répondu le 02/10/2011 à 18:53:

@Insee, j'aimerais avoir des details sur le "panier de la menagere" utilisé comme reference !
Car certain produit sont purement et simplement "OUBLIES" ! Evidemment c surtour les produits dont les prix augmente !
Style le pétrole augmente, alors le prix du carburant n'est plus comptabilisé !!!!

Jean  a écrit le 30/09/2011 à 19:46 :

Il va falloir monter fortement le taux du livret A. Il n'est pas acceptable que le taux du livret A soit de 2,25% alors que l'inflation européenne est de 3%. Il va aussi falloir monter les taux immobiliers pour éviter que les banques ne fassent trop de pertes sur leurs crédits immobiliers. Ce qui risque de faire baisser les prix immobiliers, ce qui est une bonne chose.

pipolino  a écrit le 30/09/2011 à 19:32 :

Dans les propositions politico/economiques des socialistes il y avait déjà une sacrée inflation sur les mots et les intentions,mais vont surement proposer une solution idéale...

béto  a répondu le 01/10/2011 à 13:31:

y'en a marre de pipolino.
pipolino = piposarko

Stormy  a écrit le 30/09/2011 à 19:28 :

L'inflation s'est à la fois l?impôt invisible (qui touche autant les salariés que les rentiers) et le reflet d'une dévaluation qui ne dit pas son nom. L'Euro fort par rapport au Dollar faible mais pas par rapport au Yen ou au Franc Suisse ; l'Euro y est de plus en plus faible et dévalue... Cette inflation est pour beaucoup de l'inflation importée : produits agricoles, énergétiques. Si les salaires étaient indexés sur les prix ça ne poserait pas de problèmes... mais dans la situation actuelle s'il y a trop d'inflation il faudra dévaluer pour compenser la perte de pouvoir d'achat ce qui va susciter de l'inflation importée et ainsi de-suite... C'est un vrai problème mais pas le plus urgent car la rigueur a aussi un effet déflationniste... Donc je crois à une stabilisation de l'inflation à long terme autour de 3% mais une hyperinflation dans les biens agricoles et énergétiques car importés.

Jean  a répondu le 30/09/2011 à 19:43:

Ces dernières années on a surtout eu de la déflation importée, à cause des baisses de prix des objets importés de Chine : textile, produits technologiques, etc, qui auraient couté beaucoup plus chers s'ils avaient été produits en occident. Le jour ou cet effet diminuera, l'inflation montera fortement.

Stormy  a répondu le 30/09/2011 à 21:02:

@ Jean oui tout à fait désormais la déflation importée c'est fini ! Se sera l'inflation importée car les couts salariaux augmentent en Chine mais dans le même temps ils ont réussit à monopoliser des productions et des activités que nous leurs avons délocalisés et finalement dont nous avons perdu le contrôle. Exemple les terres rares pour les panneaux solaires, les molécules chimiques pharmaceutiques etc... L'Europe ne produit plus grand chose, elle passe commande et du coup elle a perdu la maîtrise du prix ! Donc de l'inflation importée mais une politique intérieure de rigueur et donc déflationniste...

Jean  a écrit le 30/09/2011 à 19:11 :

Le mandat de la BCE est de lutter contre l'inflation. Elle devrait donc monter ses taux pour faire baisser l'inflation. Mais elle ne le fera sans doute pas. J'ai revu une vieille connaissance; embauchée à la BCE; je lui ai demandé ce qu'elle y faisait et la réponse a été "on essaie d'aider les banques". Ce n'est pourtant pas le mandat de la BCE, dont la priorité doit être la stabilité des prix.

Je partage votre avis Jean  a répondu le 30/09/2011 à 20:19:

La BCE maintient ses taux à un faible niveau pour que les banques puissent se restructurer, emprunter, se prêter, se renflouer de la crise des subprimes, de la crise des dettes souveraines, de la fragilité des crédits à la consommation, de la défaillance des entreprises, de la chute de leur cours de bourse. Et qui paie la note au nom du "Too Big to Fail" ? les citoyens...

Jean  a répondu le 30/09/2011 à 21:34:

Eh oui. Et la BCE fournit des liquidités "illimitées" aux banques à 1,5%, que ces banques prètent ensuite aux états, à 3% voire plus. Elles empochent la différence, c'est ce qu'elles appellent de la "transformation". C'est un cadeau des banques centrales (et des états ?) pour permettre aux banques de reconstituer leurs fonds propres et leurs bénéfices après leurs terribles erreurs des subprimes, de la titrisation et autres produits "structurés" devenus "pourris". Mais ce n'est absolument pas le rôle de ces banques publiques d'aider ainsi les banques privées, ce qui se fait, bien-sûr, au détriment des populations. C'est une méthode cachée pour faire payer le sauvetage des banques par les populations, discrètement.

EBAHI  a écrit le 30/09/2011 à 13:09 :

Évidemment qu'il va y avoir de l'inflation... Et ce n'est que le début!!

On ne pas créer impunément de la masse monétaire déconnectée de toute production de richesse sans aboutir à de l'inflation.

Si les gens avaient un minimum de culture historique, ils se souviendraient de John law, des assignats, de la République de Weimar...

pierre 2  a répondu le 30/09/2011 à 14:07:

C?est une idée reçu qui contredit votre affirmation .Je sais que les monétaristes sont entrain d?avaler leur chapeaux .En effet les partisans de Friedman l?ont toujours affirmé .depuis 10 les USA et L?Europe créent de la monnaie, environ 10 % de la masse monétaire pour le dollar et presque autant en euros pour la France (émis par la BCE) .Et pendant 10 ans il n?ya pas eu d?inflation. Celle que nous constatons a une autre origine. On peut rappeler ici que la hausse des prix est une des conséquences de l?inflation. L?une est la conséquence de l?autre.

pierre 2  a répondu le 30/09/2011 à 14:07:

C?est une idée reçu qui contredit votre affirmation .Je sais que les monétaristes sont entrain d?avaler leur chapeaux .En effet les partisans de Friedman l?ont toujours affirmé .depuis 10 les USA et L?Europe créent de la monnaie, environ 10 % de la masse monétaire pour le dollar et presque autant en euros pour la France (émis par la BCE) .Et pendant 10 ans il n?ya pas eu d?inflation. Celle que nous constatons a une autre origine. On peut rappeler ici que la hausse des prix est une des conséquences de l?inflation. L?une est la conséquence de l?autre.

vido  a répondu le 30/09/2011 à 15:26:

Tout à fait d'accord. D'ailleurs l'inflation reste incroyablement faible au regard de la masse monétaire crée par les principales banques centrales. Selon la théorie monétariste on devrait connaitre des taux d'inflation de 20% minimum, on en est loin... De plus, ce petit retour d'inflation va permettre de résorber un peu l'effort de remboursement des dettes publiques.

yakafokon  a répondu le 30/09/2011 à 16:11:

@vido
une inflation faible???? depuis 2000 L'immobilier a pris 200%; l'or 400%,etc... d'une manière générale les prix des actifs ont explosé

Greg le Prolétaire  a répondu le 30/09/2011 à 21:35:

Et oui : la création monétaire ne va pas dans l'économie réelle, la création de richesse qui est un flux, mais dans la spéculation, qui s'occupe essentiellement de stocks existants : immobilier, or, matières premières en général... Les prix de l'économie réelle sont donc en faible hausse.

Jean  a répondu le 30/09/2011 à 21:37:

Oui yakafokon, il y a eu une énorme inflation des actifs, qui a d'abord été considérée comme positive par beaucoup, car cela donnait une impression de richesse et cela améliorait artificiellement la croissance, mais c'est cette bulle immobilière qui, en éclatement notamment aux USA, a créé la crise monumentale dont nous n'arrivons pas à sortir. Une conséquence de la politique de taux trop bas des banques centrales (mais aussi de la cupidité des financiers, prêts à toutes les erreurs si elles peuvent gonfler momentanément leurs énormes bonus).

EBAHI  a répondu le 01/10/2011 à 11:24:

Pierre 2 et Vido, je vous répondrai seulement que l'avenir nous dira rapidement qui de vous ou de moi a raison...

Je me permettrai seulement vous rappeler cette citation de Voltaire qui s'est toujours révélée juste ce jour :

"Une monnaie papier, basée sur la seule confiance dans le gouvernement qui l?imprime, finit toujours par retourner à sa valeur intrinsèque, c?est à dire zéro."

Étant par nature curieux, de votre côté pourriez vous me citer un exemple du passé, où la création de monnaie fiduciaire déconnectée de la production de richesse, n'a pas conduit à de l'inflation et ensuite à la disparition de cette monnaie???

Ou peut-être me direz-vous que "cette fois c'est différent"...



la voix des anges  a écrit le 30/09/2011 à 13:00 :

Grâce à l'inflation, les Etats Européens se garantissent des rentrées d'argent sûres car le pouvoir d'achat donc le consommation est en berne. L'inflation est flagrante sur quoi ? Et bien sur les besoins de base pour chaque travailleur : le logement donc loyer, diverses taxes, assurance, énergies, voiture, entretien (logement et véhicules)....., nourriture (matières premières) etc........ Nous ne sommes plus que les esclaves de nos pays, donc de l'Europe..............

pierre 2  a répondu le 30/09/2011 à 14:11:

pour votr dernière affirmation ,il faut aller en Chine .Vous aurez l'esclavage et l'inflation

EIFFEL  a écrit le 30/09/2011 à 12:45 :

Il est quasi impossible réaliser une inflation à 2% quand celle-ci est supérieure à ce seuil un peu partout dans le monde. Le rachat de dettes par la BCE est également une source d'inflation. Celle-ci devrait donc augmenter encore le mois prochain à moins que la BCE ne durcisse sa politique en remontant ses taux. Cette augmentation de l'inflation entraînera une majoration du SMIC.

RUBIS  a répondu le 30/09/2011 à 13:08:

Tout-a-fait d'accord avec vos propos -

Préserver la stabilité des prix  a écrit le 30/09/2011 à 12:41 :

La BCE devrait augmenter ses taux pour lutter contre l'inflation qui devient de plus en plus forte, et non choisir la politique du laisser faire sous de faux prétextes. Une hausse générale des prix à la consommation permet de réduire la dette des états et des entreprises. Mais, elle n'est pas juste envers les épargnants et les ménages appauvris par la crise. - La BCE se défait de ses injonctions dont celle, où elle se doit de préserver la stabilité des prix au sein de l'ensemble des pays de l'eurozone.

gg  a répondu le 30/09/2011 à 12:59:

3% c'est l'inflation max qui doit etre toléré par la BCE !
C'est écrit dans son statut ! Et l'Allemagne ne laissera pas faire. Nos voisins veulent une monnaie forte !
Pour eux l'inflation c'est le MAL absolue !

A quand le même discours pour une stabilité à long terme ?  a répondu le 30/09/2011 à 20:02:

Chapitre 2 La politique monétaire. Article 105 : "L'objectif principal du SEBC est de maintenir la stabilité des prix.". - Tout le monde sait que l'inflation pénalisera toujours les catégories les plus fragiles de la population. En dépit des politiques budgétaires qui doivent aider à restreindre le poids des dettes publiques, et des politiques économiques qui doivent veiller à la flexibilité du marché du travail, et à la modération des politiques salariales, la banque centrale européenne trahit ses devoirs imposés par le traité de Maastricht. Le président ne rassure pas en soulignant que la stabilité des prix doit être maintenue à moyen terme.

Nos  a écrit le 30/09/2011 à 11:41 :

Le SMIC n'est il pas censé être revalorisé lorsque l'inflation dépasse 2% ?
"La BCE s'est fixé pour objectif de maintenir leur hausse à un niveau inférieur mais proche de 2%"
Si elle est de 3% actuellement et qu'on ne parle pas de revalorisation de SMIC, quelque chose m'échappe...

max  a écrit le 30/09/2011 à 10:30 :

voila ou nous méne l'augmentation des taxes qui sont payées en bout de chaine.il faut des économies au niveau de l'état pas des taxes des taxes et encore des taxes.

gg  a répondu le 30/09/2011 à 10:46:

Je confirme!
Les citoyens ne peuvent consommer que si ils ont des euros !
Or ils doivent economiser pour payer les impots !
Du grand n'importe quoi !

bancopasillico  a écrit le 30/09/2011 à 10:22 :

heuresmeent que l'inflation ne touche que les autres, en franc eon y echappe miraculeuresement!! tout va bien me la marquise! de toute façon, il y'a réellement une spirale inflationniste quand les salaires augmentent aussi alors rassurez vous, en france, y'a que les prix qui augmentent donc l'inflation, no soucis. Français heureux??

pompom  a répondu le 30/09/2011 à 14:13:

ok avec vous,l'inflation s'arrête à la frontiére française !

libertad46  a écrit le 30/09/2011 à 10:14 :

Et plus sur l alimentation 15% qui grève lourdement les petits budgets !!!
Il faut augmenter fortement les petits revenus.
L inflation réduit le poid de la dette et diminue les revenus des Rentiers, ce qui est deux bonnes choses !!!

molo  a répondu le 30/09/2011 à 10:28:

tu te contredis, augmenter les petits revenus, baisser les retraites il ne faut pas oublier qu'il y a beaucoup de petites retraites et un jour toi aussi tu seras retraité

.louis  a répondu le 30/09/2011 à 15:17:

On augmentera les salaires quand on importera plus les produits pas chers et donc fabriqués" local".Sinon,ce n'est pas possible(précepte libéral fe base)

fafoua  a écrit le 30/09/2011 à 10:06 :

Lorsque l'inflation monte en général le chômage baisse. Il faut indexer les salaires sur les prix, pour que l'inflation ne soit un problème que pour les riches. Crise oblige.

libertad46  a répondu le 30/09/2011 à 10:15:

Aucun rapport entre l inflation et le chômage ...désolé

Les pouvoirs publics ont démissionnés ou sont sous totale influence et contrôle  a écrit le 30/09/2011 à 10:00 :

Je crois que Ségolène Royal a raison il faut encadrer les prix (personnellement je me demande si pour certains produits de base il ne faut pas revenir aux prix d'il y a 3 ou 4 ans), je dirais même qu'il faut mener une enquête approfondie sur l'enrichissement des grandes surfaces (enseignes indépendantes type Leclerc et autres) et des grossistes et puis de certains petits commerçants comme on dit (les boulangers en particulier qui n'ont pas hésité à cartelliser le marché et hop une hausse de 5 à 7% par an, s'agit pas d e s'enrichir quand les autres s'enrichissent hein, quand au "bio" un vrai scandale ) depuis une bonne dizaine d'années (ah le passage à l'euro on s'en est foutu plein les miches et avec l'importation de produits et ustensiles d'Asie alors là bingo c'est pas des coeff multiplicateur de 1,20 ou 1,25 comme dans l'alimentaire de base mais, sauf erreur, de 3 voire 4,et encore en assassinant un peu plus les fournisseurs on peut faire bien mieux.

bancopasillico  a répondu le 30/09/2011 à 10:25:

tout a fait d'accord!! paradoxalement, les petits commerçants disent avoir du mal à s'en sortir et ils ferment les uns après les autres.. on paye notre croissant 13 francs!! j'en mange moins qu'avant tant mieux pour ma ligne!! tant pis pour le boulanger!

matheo  a écrit le 30/09/2011 à 9:59 :

hausse provoquée par nos gouvernants pour éponger leurs dettes sans toucher à leurs priviléges( députés ,sénateurs etc.