La Tribune

Etats-Unis : si jeunes et déjà endettés...

Copyright Reuters
Jérôme Marin, à New York  |   -  323  mots
Au bout de leur cursus universitaire, les étudiants américains sont endettés à hauteur de 25.000 dollars. Ils consacrent jusqu'à 15 % de leurs premiers salaires aux intérêts..

Mille milliards de dollars. C'est la barre invraisemblable que devrait dépasser d'ici à la fin de l'année l'encours des prêts étudiants aux États-Unis. Il a quasiment doublé au cours des cinq derniers, dépassant le montant de l'ensemble des prêts à la consommation. Et cette tendance devrait se poursuivre alors que les frais de scolarité ne cessent de progresser. Selon les calculs du College Board, le coût d'une année universitaire dans un établissement public dépasse désormais les 8.000 dollars, en hausse de 8 % par rapport à 2010. Cette facture grimpe à 28.500 dollars dans une université privée. Et il faut compter jusqu'à 60.000 dollars par an pour suivre les cours dans les institutions les plus prestigieuses du pays.

réduction des intérêts

Deux-tiers des étudiants reçoivent bien de bourses d'études. Ceux qui travaillent en parallèle bénéficient également de déductions fiscales. Mais cela ne suffit pas : en moyenne, ils ont emprunté 5.000 dollars en 2010, un bond de 63 % en dix ans (à dollars constants). Au bout de leurs cursus de quatre ans, ils se retrouvent ainsi endettés à hauteur de 25.000 dollars. Selon le département de l'Éducation, le taux de défaut sur les prêts étudiants atteignait l'an passé près de 9 %, deux points de plus qu'en 2007. Une récente étude réalisée par Institute for Higher Education Policy a montré que seulement 37 % des diplômés de 2005 n'étaient pas en retard sur leurs remboursements, qui peuvent atteindre jusqu'à 15 % des revenus pendant vingt-cinq ans.

Devant 4.000 étudiants, Barack Obama a promis mercredi de réduire les intérêts payés par près de 6 millions de jeunes américains ayant contracté un prêt fédéral ou un prêt garanti par le gouvernement. Pas suffisant toutefois pour satisfaire les milliers d'étudiants protestant dans les rangs d' « Occupy Wall Street », frappés par un chômage en hausse et des salaires en baisse.

Réagir

Commentaires

romany  a écrit le 28/10/2011 à 16:39 :

c'est pour ça que les etudiants US vont vers les filieres où il y a du boulot ! d'ailleurs ils n'obtiendraient jamais de prêts pour des filieres pourries ! En France on laisse les jeunes s'embarquer dans des filieres qui ne forment que des futurs chômeurs !d'ailleurs quand ils reclament une aide financiere de l'état , ils devraient commencer par faire un prêt étudiant comme ces américains , mais qui ne leur sera accordé qu'en fonction de la filiere et donc de leur capacité à rembourser C'est aussi parce que les etudes sont gratuites en France qu'on recolte tout un tas d'étrangers et en plus ,il faudrait leur filer du boulot au detriment des Français

Tony24  a répondu le 28/10/2011 à 22:32:

Vous ne savez apparemment pas de quoi vous parlez , il y a autant d' étudiants américains que de français qui s' inscrivent dans des filières qui
débouche sur rien , ils les surnomment les mickey mouse degree. Ces étudiants n' ont aucun mal à faire un emprunt il n' y a aucune garantie à apporter car cela est soutenu par le gouvernement US, il y a même des étudiants US qui s' achètent des ordinateurs , vétements , partent en vacances avec ces emprunts la....

Patrickb  a écrit le 28/10/2011 à 14:48 :

Le chiffre cité de 25 000 $ me paraît bien faible. Au Canada, j'entends plutôt 50 000 $ et plus pour les études supérieures.

snoop  a répondu le 28/10/2011 à 16:08:

Moi qui vis en Amérique du Nord depuis presque 10 ans, je peux vous dire que le chiffre est ni vrai ni faux car l'article n'est pas assez détaillé, il faut prendre en considération le type de programme étudié, les bourses offertes, l'université elle-même, la province ou l'Etat où l'université...donc plein de facteurs qui ne sont pas cités

Tony24  a répondu le 28/10/2011 à 22:47:

Il suffit de chercher cheapest colleges , le moins cher c' est l' armée US ( c' est gratuit) ou il faut s' engager et être prêt à mourir.
IL y a une université mormone dans l' Utah c' est Brigham Young University (faut être membre des mormons natuellement et payer la cotisation mormone" , c' est $ 5500 l' année.
Le Barclay college une université chrétienne c' est $ 11 000 et il faut travailler pour eux dans la semaine
Le reste c' est en effet minimum $ 25 000 et la moyenne $ 50 000

A noter que les bourses sont des plus en plus dures à obtenir , ça ne doit concerner que 10 à 20 % des étudiants US

Alan John  a répondu le 30/10/2011 à 15:13:

Meme reaction que Patrick, En Angleterre, un etudiant finit avec au moins 50 000 livres de dettes( 80 000 $), les meilleures universites chargent 9 000 livres par ans( 14 500 $) a l'exclusion des frais de logements, frais de nourritures et tous les autres frais. En France, l'universite est gratuite mais c'est toute la societe qui paye. Pourvu que ca dure.

Jérôme Marin  a répondu le 31/10/2011 à 15:14:

25.000 dollars, c'est évidemment une moyenne. Certains ne sont pas ou peu endettés parce que leurs parents ont pu financer leurs études, parce qu'ils ont eu des Bourses universitaires (plus fréquentes que l'on veut bien le croire) ou parce qu'ils ont pu travailler en même temps. Il ne faut pas oublier non plus que cette moyenne inclut des étudiants dans des "Community College", bien moins chers que les universités traditionnelles.

Un étudiant "normal" diplômé d'une grande université termine son cursus avec bien plus que 25.000 dollars de dettes.

Eh oui  a écrit le 28/10/2011 à 13:42 :

C'est à ce prix que les universités US sont cotées, bien classées, et que leurs profs sont 4 ou 5 fois mieux payés qu'en France. Il faudrait sans doute un juste milieu entre ces deux modèles : peut-être 3000 euros de frais de scolarité par an plutôt que 300 en France ou 30 000$ aux USA.

Patrickb  a répondu le 28/10/2011 à 14:49:

Eh oui: je n'en suis pas certain. Leurs universités sont mieux cotées surtout parce qu'elles savent se vendre et attirer des étudiants.

eh oui  a répondu le 28/10/2011 à 15:23:

"se vendre"... Non mon cher. Les universités US ont des moyens incomparables par rapport aux notres, gràce à ces frais de scolarité énormes, et aux frais de dossier (frais élevés à payer pour que votre dossier soit examiné, même si votre dossier est refusé et que vous ne pouvez donc pas étudier dans cette université). C'est ce qui leur permet d'avoir des campus ultra modernes, des labos bien équippés, etc.

nanard  a répondu le 28/10/2011 à 17:02:

Et surtout une sélection par l'argent !!!

lalala  a répondu le 28/10/2011 à 17:32:

Vous oubliez les entreprises qui sont très présentes dans la recherche universitaire et qui n'hésite pas à financer les chaires universitaires. Il faut ajouter à cela les fonds donnés par les particuliers.

Xavier  a écrit le 28/10/2011 à 13:34 :

Euhh, étudiant il y a encore peu, dorénavant dans la vie active, je suis endetté jusqu'en 2016 et ça représente 25% de mon net (2000?) si on parle du brut je vous parle pas de tout ce qu'on paie en cotisations sociales et autres...

Réaliste  a répondu le 28/10/2011 à 13:50:

Ca reste raisonnable, comme dit plus bas une universite cote aux USA c est 50KE par an, juste pour la scolarite, si tu fait un doctora c est 7 ou 8 ou 9 ans, fait le calcul.... par sur que le gars qui commence a bosser la bas soit endetté seulement jusqu en 2016......

Couac  a écrit le 28/10/2011 à 13:12 :

Jeunes endettés = asservis plus facilement dans leur futur environnement professionnel

jeff  a écrit le 28/10/2011 à 12:17 :

En même temps ils paient beaucoup moins d'impôts et des cotisations sociales que leurs jeunes camarades français.

Réaliste  a répondu le 28/10/2011 à 13:03:

euh ouais, mais ceux qui vont dans les universite prestigieuses comme le MIT, sans bourse sportive ou autres et sans aide de papa maman, c est minimum 50KE l annee..... Fait le calcul tu prefere etudier a polytechnique a Paris ou a Science PO, ou HEC pour un tarif abordable???? ou t endetter pour financer tes 50KE par ans pour la duree d un doctora???


J aime beaucoup le raisonnement a courte vue de la majorite des Francais Moyen, pour pas dire autres choses

Tes impots, les miens, les notres ca permet a tes enfants, les miens d avoir un systeme de sante relativement performant et relativement peu onereux (que je sache faut pas encore s endetter sur 20 ans pour soigner un cancer en France....), un acces a l education tout aussi peu onereux......

A un moment faut arreter de regarder son nombril et regarder comment ca se passe ailleurs....

Et ca c est sans parler des regimes ou a 12/13 ans ta fille ne va plus a l ecole parce qu elle est deja marie avec un gars qu elle ne connait pas.....


Donc vraiment, mais vraiment a un moment faut arreter de dire tout un tas de connerie...... T as la chance Jeff d etre ne Francais, si ca te plais pas libre a toi d aller demande ta carte verte au usa ou de changer de nationnalite pour un pays ou tu te sentiras mieux hein..... Ah oui mais non ca rale ca rale mais on est quand meme bien content de profiter du systeme Franvais

yvan  a répondu le 28/10/2011 à 13:06:

Oui, mais malheur à eux au moindre souci de santé. Même bénin. Et puis sont très heureux de reverser 15% de leurs revenus sur 25 ans. Une vraie cotisation, ça ;-)

Patrickb  a répondu le 28/10/2011 à 14:52:

@ jeff: encore un as des maths :-) le kilo de riz coûte 5 centimes en Chine, mais quand tu l'importes, il est à 7 dollars (au Canada). Où est la différence ? ne pas prendre de raccourci donc quand on fait les comptes :-)

eh oui  a répondu le 28/10/2011 à 15:26:

Les français qui acceptent de payer 30 000$ par an pou raller à Harvard sont surtout des gosses de riche qui n'ont pas les capacités intellectuelles ni la capacité de travail pour rentrer à Polytechnique ou HEC, Ces universités US acceptent certains étudiants juste pour le fric, ce qui leur permet de financer les études d'étudiants moins riches mais bien plus doués d'un point de vue scolaire.