La Tribune

Il n'y aura bientôt plus assez d'emplois dans le monde

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr  |   -  273  mots
Face à l'aggravation du chômage mondial et des risques d'agitation sociale, le Bureau international du travail (BIT) exhorte les pays du G20 à plus de cohésion dans leurs politiques en matière d'emploi. Il prévient que 40 millions d'emplois devraient manquer d'ici deux ans.

Alerte à l'emploi !, prévient ce lundi le Bureau international du travail (BIT). Le chômage mondial est à son plus haut niveau jamais atteint, dépassant fin 2010 la barre des 200 millions de sans emploi. Sans avoir les chiffres définitifs pour cette année, les experts ne sont guère optiimistes et craignent que le nombre ait encore gonflé.

"Nous estimons que pour les deux prochaines années les besoins en emplois de l'économie mondiale s'élèvent à 80 millions (...) pour ramener le taux d'emploi à ce qu'il était avant la crise", en 2007, a déclaré lors d'une conférence de presse le directeur de l'Institut international d'études sociales (IIES) du BIT, Raymond Torres. Mais "si les tendances se confirment", a-t-il ajouté, "l'économie mondiale ne créerait que 40 millions d'emplois". Soit 40 millions d'emplois manquants.

Il est grand temps pour les gouvernements des pays du G20 de ne plus agir de manière isolée et d'intégrer davantage l'emploi dans leurs politiques économiques, conclut le BIT. D'autant plus vigilants que le "risque d'agitation sociale s'amplifie". Le BIT souligne d'ailleurs que la grogne monte, le mouvement des "indignés" concerne ainsi 45 sur 118 pays étudiés, soit plus du tiers. En particulier dans les pays de l'Union européenne et dans le monde arabe. En revanche, le risque de troubles sociaux est "stable voire plus faible" en Afrique subsaharienne et en Amérique latine".

Pour le BIT, la création d'emplois passera notamment par le soutien de l'investissement à travers une réforme financière du système de crédit et par la mise en place d'une "corrélation plus étroite entre salaires et productivité".

Réagir

Commentaires

burnouf  a écrit le 02/11/2011 à 15:40 :

De plus en plus d'emplois à temps partiels, très moyennement voire mal payés, des emplois du temps de plus en plus "flexibles", le soir
le week-end,etc....Nous nous dirigeons vers une inéluctable paupérisation.Habituons nous d'ores et déjà à moins surconsommer et à ne pas dépenser du superflu...

Photoscope  a écrit le 02/11/2011 à 12:32 :

@Tous : attention à ne pas confondre "Travail" et "Emploi". Le travail, ce sont des tâches à faire et çà, çà ne manque pas ! L'emploi, c'est quelqu'un qui veut bien payer pour qu'un travail soit fait, et c'est là que çà coince !!

D.MOINIER  a écrit le 02/11/2011 à 8:43 :

Pourquoi, il n?y a plus assez d?emplois et donc du chômage ? Explication et solution
Moins nous travaillons et plus il y a de chômage ! Cela paraît contradictoire, puisque certains ont dit très longtemps, mettons des seniors en retraite pour embaucher des jeunes.
Cette idée a été catastrophique, comme celle de partager l?emploi. Au contraire, il faut augmenter l?activité pour retrouver des emplois.
Et comment ?
En travaillant plus.
Et comment travailler plus s?il n?y a pas assez d?emplois ?
Justement, c?est par que nous ne travaillons pas assez qu?il manque des emplois. (Les 30 glorieuses étaient « glorieuses » parce que le nombre d?heures travaillées était très largement au dessus de 40h. Dès que nous avons diminué les horaires, l?activité a baissé et le chômage est apparu).
Alors comment peut-on travailler plus ?
Les marchés dans les pays anciens dit industrialisés n?arrivent plus, dans la situation actuelle de baisse à faire remonter la croissance. La seule solution : Un coup de pouce des états.
Etablir des durées de travail et d?activité supérieures par loi ou décret.
Pour la France, 40 heures minimum et supérieure à 65 ans et même une durée de travail proportionnelle à la durée de vie, seule possibilité pour nous nous sauver définitivement.
C?est la croissance assurée avec même la possibilité de diminuer les charges employeur et salariée. Et bien sûr, une très forte diminution du chômage, des dettes, une baisse du prix de revient entreprise, une forte augmentation des exportations, une remontée du niveau de vie par le bas?
Qu?attendons-nous ?
Livres-daniel-moinier.com

dres  a répondu le 23/01/2013 à 10:42:

je me permet de reagir ,je pense que vous devez travailler dans un bureau ou quelques chose comme ca de plus avoir un salaire trés convenable je pense même que vous ne vous etes jamais posé la question de vous dire comment je vais jonglé financierement pour finir le moi et enfin je pense aussi que vous etes une personne qui n'a aucun scrupule votre discour me met hors de moi car aujourd'huit il y a des travaux pénible usant
et je ne vois pas comment certaine personne pourraient travailler jusqu'a 65 ans voir plus et ainsi arriver si ils arrivent a la retraite et puvoir dire de profiter les quelques années qu'ils reste a vivre je vous rejoint diminution des charges pour les entreprises,et surtout un départ en retraite ,un emplois ,et surtout l'innovation il ya tellement a faire energie ,maison eco,voiture elec ,repenser notre monde en s'impreniant des erreurs passé

kiki 67  a écrit le 01/11/2011 à 22:19 :

Dans les 5 prochaines années, la population mondiale va augmenter de 400 millions d'habitants mais en même temps on ne pourra créer que 250 millions d'emplois à travers le monde. Il y aura par conséquent 150 millions de "travailleurs" sans emploi en plus. Et lorsqu'on sera 10 milliards, on fera comment ? Il y a toutes les raisons d'être pessimiste.

Patrickb  a répondu le 01/11/2011 à 22:38:

@kiki67: dans les 5 ans, les nouveaux nés n'auront que 5 ans ! on va quand même pas les mettre au boulot ? Incapables de gérer à une semaine, nos dirigeants ne peuvent pas prévoir à 5 ans...seulment faire des prédictions, mais madame Soleil n'est plus là pour les aider :-)

JCM132  a écrit le 01/11/2011 à 18:48 :

Qui sont les "cons" qui imaginent de telles âneries. Il y a du travail pour tout le monde sur la Terre. Il suffit de le répartir correctement et d'éliminer les inégalités. On doit tenir compte des immenses territoires sous-développés et sous équipés que l'on rencontre sur tous les continents. On doit aussi respecter ceux et celles qui ne veulent pas vivre dans une société de consommation. Si en 1949 on avait élaboré un cours mondial du travail, comme on l'a fait pour le pétrole, les métaux et les céréales, on ne se poserait pas cette question. On doit aussi mettre les nombreux progrès technologiques au service de tous les humains, et naturellement il faut mieux répartir les gains du travail. Si les machines et les robots prennent la place des humains, alors on diminue équitablement le temps de travail. Exemple: Il y a 50 ans pour construire un kilomètre d'autoroute, il fallait 50 ouvriers pendant plusieurs jours. Maintenant, on fait le même travail 10 fois plus vite avec moins de 10 ouvriers.
Hors avec l'excuse de la crise qui a été préméditée et savamment orchestrée par le petit centième d'humains qui n'entend rien changer et continuer d'abuser les autres 99%; on fait tout le contraire de ce qui devrait être fait... En ce moment même, j'entends l'ignoble crétin qui gouverne la France faire son spectacle sur le perron de l'Elysée. Il a la trouille comme beaucoup de ses semblables que le mouvement des indignés américains se propage en Europe. Si l'on veut léguer un avenir décent aux générations futures, il va falloir regarder la vérité en face et faire un sérieux nettoyage (en France et dans toute l'Europe). Jean-Claude Meslin: indigné depuis longtemps

pilouil  a écrit le 01/11/2011 à 16:44 :

Les emplois ne font que représenter le travail, lui-même indispensable à la création de richesse - donc en théorie, le manque de travail est une aberration... au passage, on relèvera avec consternation l'argument à la mode de la croissance impossible: comme si l'humanité souffrait actuellement d'un excès de richesse.
Le vrai problème vient plutôt d'un système dans lequel les élites incompétentes (qui tendent à ne plus être constituées que d'héritiers et de courtisans, conformément à l'évolution historique de tout système vers sa décadence) empêchent la création de richesse pour préserver leur suprématie. Lesdites élites arrivent maintenant au point de rupture où leur incompétence ne leur permet plus de redistribuer pour calmer les populations - bref, on se retrouve dans une situation similaire à celle du crépuscule de l'ancien régime et ce qui suit normalement est une révolution.
Ce qui est dommage c'est qu'en général une révolution est un épisode douloureux qui peut durer plusieurs années avant le début d'un nouveau cycle; le contexte mondialisé actuel peut rendre la "révolution" encore plus incontrôlable ce qui n'incite pas à l'optimisme.

Nico  a écrit le 01/11/2011 à 11:28 :

200M sur 7Mds ça fait 2.8% de la population mondiale sans emplois ? En France on est 2.7M de chomeurs sur 65M soit 4.15% - Le Monde est donc pas loin de faire 2 fois mieux que la France ? Sans vouloir noircir le tableau j'ai peur que le BIT ait sorti ces chiffres d'un chapeau Magique, la réalité est forcément pire que ça... Ou alors le BIT a une définition bien à elle du "sans emploi".

colima  a répondu le 01/11/2011 à 14:19:

Oui je suis d'accord, surtout que l'on connait pas la démographie de certains pays du monde... D'où l'idée du 7 milliard que l'on "fête" me semble ridicule. Et même en Europe, dans les balkans, c'est l'inconnue explosive... Alors dire que le chômage est une denrée qui peut se mesurer au niveau du monde...

kaluzy  a écrit le 01/11/2011 à 6:26 :

Quand on arretera de compter avec des %% comme des gamins...La richesse c' est l' amour , le partage et le bonheur...donc il y a encore beaucoup d ' emploi à creer surtout a Paris,..quand on voit toutes ces têtes de cafards dans le métro.....

z1z1  a répondu le 01/11/2011 à 8:45:

Dommage : vous commencez par Amour et vous terminer par de l'insulte en 3 lignes seulement.

dearall  a répondu le 02/11/2011 à 0:51:

ce n'était aps une insulte mais une analyse pertinente. Souriez parisiens ! il est vrai que le martraquage parketing ioncessant dans le métro qui vous incite à consommer des produits que vous ne pouvez pas acheter ou à partir en vacances alors que vous êtes bloqué dans votre boulot, ne peut que vous inciter à faire des têtes de cafard. Et ce métro sur fond de carrelage blanc, ça donne d'ailleurs envie de vous donner des pots de peinture pour changer vos vies...

Hds  a écrit le 01/11/2011 à 0:39 :

Bon eh bien s'il fallait encore en convaincre certains, les faits sont explicitement écrits noir sur blanc : PAS DE RAPPORT ENTRE CROISSANCE ET EMPLOI A TERME, ce qui compte c'est le partage de l'emploi pas la quantité de richesse produite. Une évidence mais que beaucoup ont oublié à cause d'un bourrage de crâne sur la nécessité d'une croissance jusqu'au ciel... quoique qu'aujourd'hui la croissance à tout prix pourrait bien risquer de nous mener plutôt vers les abîmes... Pourquoi croissance obligatoire pour tous ? Parce que croissance des revenus = croissance des dépenses et alors forcément c'est plus facile des faire croître les dépenses plutôt que de s'appliquer à une gestion rigoureuse.. Mince ! Je viens d'oublier que la pensée unique bien arrangeante pour quelques uns nous a tous condamné à ne plus jamais évoqué le mot salutaire : LA RIGUEUR car si la rigueur était la norme on n'aurait alors plus jamais besoin de courir après la croissance... Si quelques hommes politiques pouvaient comprendre que de se faciliter leur réélection ne nous facilite pas la vie..

Eric  a répondu le 01/11/2011 à 8:15:

Quand on raisonne de manière globale, disons avec le recul nécessaire, c'est étonnant comme l'homme peut-être humaniste. Et puis quand l'homme est seul, face à sa carrière, à ses ambitions, sa propre nature, c'est fou comme il devient rapidement un loup, un individualiste forcené. C'est malheureusement la loi des l'hommes, qu'il soit politique ou charcutier.

Hds  a répondu le 01/11/2011 à 13:48:

C'est très beau et semble tellement vrai ce que vous venez d'écrire. Merci

Hds  a répondu le 01/11/2011 à 13:49:

@Eric : C'est très beau et semble tellement vrai ce que vous venez d'écrire. Merci

Generation Post 80  a écrit le 31/10/2011 à 23:26 :

Tiens tiens, marrant cet article....

Le monde n'a jamais eu autant de capital, autant de masse monétaire en circulation, autant de liquidité à acheter.... et pourtant, nous serions au pire de notre histoire en terme de déficit d'emplois ? Le lien entre capital et création de richesse n'est donc pas systématique ?
Aller, encore quelques mandats politiques à supporter avant que la valeur travail ne soit réellement remise au centre de l'échiquier....

Kaluzy  a répondu le 01/11/2011 à 6:28:

c tellement JUSTE...comme quoi il y a de l espoir , tant qu ' il restera des esprits lucides comme le votre

Le seul vrai probleme est que les Politiques ont toujours plus ou moins 15 ans de retard...

Alan JOHN  a écrit le 31/10/2011 à 21:38 :

Parceque, maintenant, il y en a assez ? Vous auriez du mal a convaincre les 23 millions de chomeurs de l'Union Europeenne( Janvier 2011 ) et surtout les Espagnols (+ de 20% de la population active au chomage)

z1z1  a écrit le 31/10/2011 à 21:12 :

Il est plus que temps de laisser tomber la valeur "travail".
Enfant, j'étais certain que les machines allaient travailler pour nous. Finalement, elles nous dominent et font de nous des numéros, des esclaves dépendant d'une CB gérée par des ordinateurs.
Qu'en pensent les enfants d'aujourd'hui ? Quel avenir peuvent-ils encore rêver quand la croissance infinie à remplacé tout espoir d'une vie meilleure pour tous ?
Pauvres riches !


Marousan  a écrit le 31/10/2011 à 16:03 :

Bonjour,
Pour répondre à certain commentaires, il ne peut y avoir de guerre car il ne reste guère de ressources suffisante sur le planète pour reconstruire.
Ce n'est pas un plan de relance qu'il faut mais un réel changement de paradigme. Il faut que la finance prenne moins de place et que le commerce reprenne ses lettres de noblesses et surtout il faut créer des entreprises. Pour employer les gens il faut 3 choses : A-Un marché et avec 3,5 Milliard de personnes qui manquent de tout le marché existe. B-Des compétences et avec les pays du tiers monde on en a de plus en plus. C-Des capitaux et c'est là que le bas blesse car les tenants du capital ne veulent pas investir tant qu'ils ne sont pas certains que les prêts faits aux états ne seront pas dénoncés ce qui en ruinerait certains et mais surtout ferait perdre beaucoup d'argent et de confiance à tous. Donc c'est le statut-quo, le besoin de rétablir la fameuse confiance. Personnellement je préfèrerais que l'on dénonce l'ensemble des dettes sur la planète et que l'on reparte avec un système qui ne soit pas fondé sur la tête mais bon c'est pas demain la veille car trop de forts et puissants dont les intérêts seraient en jeux. Donc cela va se jouer à qui mieux mieux au niveau des révoltes des peuples voila tout et au final tout le monde y perdra ... .

Michel P.  a répondu le 31/10/2011 à 16:38:

Plus de ressources suffisantes pour reconstruire. Attendez d'ici peu et vous allez avoir la destruction annoncée de l'Iran par la coalition de l'Otan mais cette fois avec la "Bombe Atomique". Sarkozy en rêve!!!

yvan  a répondu le 31/10/2011 à 18:14:

Très bien vu, Marousan. Or ... dénoncer des dettes est une révolution, quelque part, non..?? (voir les deux seuls pays au Monde qui l'ont fait...)

Patrickb  a répondu le 31/10/2011 à 18:45:

@ Marousan: le bas ne blesse plus depuis qu'il est en nylon :-)

letroll  a écrit le 31/10/2011 à 14:46 :

il est urgent de lancer un énorme plan de relance comme celui qui avait été lancé au niveau mondial après la crise de 1929 ... la guerre

Kongolo le limeur  a répondu le 31/10/2011 à 15:14:

Comme le crétin se reproduit plus vite que le lapin, forcément, au bout d'un moment, c'est la m.... totale.

toccata  a répondu le 31/10/2011 à 15:47:

le plan de relance de Keynes date de 1933. Cela fait 82 ans. On ne peut pas dire qu'en 82 ans on ait manqué d'occasions de le remettre à l'oeuvre et d'en observer les conséquences. Mieux encore, cette politique de relance est devenue le leitmotiv des politiciens européens ces 40 dernières années. Bilan? augmentation des déficits, croissance en berne, chômage. Sans exception aucune! La situation aurait été pire sans ces plans? L'argument est tellement facile qu'il explique la continuité de la pensée politique. Mais vu la somme d'expériences accumulées, on devrait plus logiquement de demander si la reprise américaine ne s'est pas faite malgré le plan de Keynes (ou tout du moins indépendamment). Surtout si la réponse existe déjà...

Greg le Prolétaire  a répondu le 31/10/2011 à 16:56:

Méconnaissance de l'Histoire, idéologie...

yvan  a répondu le 31/10/2011 à 18:09:

Letroll. Il est clair que si Roosevelt ait allé jusqu'à une interdiction de la possession individuelle de l'or ainsi qu'une imposition forte des plus riches, ce n'est pas pour rien. Mais un Roosevelt, qui avait presque gagné son pari (voir Tobin...), ne peut plus apparaître car la mondialisation l'en empêchera. Tu as donc malheureusement raison.