La Tribune

Les "Sages" allemands critiquent le programme d'achats d'obligations publiques par la BCE

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
latribune.fr, avec Reuters  |   -  324  mots
Les conseillers économiques du gouvernement allemand estiment que la Banque centrale européenne (BCE) risque de perdre de la crédibilité en achetant massivement des obligations d'Etats lourdement endettés. Par ailleurs, ils ne prévoient que 0,9% de croissance outre-Rhin en 2012, après 3% cette année.

"Le programme d'achat d'obligations démonte la discipline de marché sans établir de discipline politique à sa place", écrivent les "Sages" allemands dans un rapport publié ce mercredi. En brouillant les politiques fiscales et monétaires, "la BCE met en danger sa crédibilité, car elle peut alors être soupçonnée de monétiser l'endettement souverain", écrivent-ils.

L'Allemagne est fermement opposée à la stratégie de rachat d'obligations d'Etat, alors que le nouveau président de la BCE, Mario Draghi, a signalé que la banque centrale était prête à poursuivre les achats d'obligations des pays en difficultés de la zone euro.

Le groupe d'économistes allemands propose une méthode différente méthode pour augmenter la capacité de la zone euro à juguler une contagion de la crise de la dette, si les 440 milliards d'euros du Fonds européen de stabilité financière (FESF) ne suffisent pas.

Ils proposent la mise sur pied d'un "Pacte européen de remboursement". Les pays dont l'endettement serait supérieur à 60% du produit intérieur brut (PIB) mettraient en quelque sorte leur dette excédentaire dans un fonds commun de remboursement. Ils s'engageraient à des réformes et verraient leur dette remboursée sur une période de vint à vingt-cinq ans. En quelques années, ce fonds de remboursement aurait un montant de 2.300 milliards d'euros d'obligations, souligne le rapport.

En matière de taux, les "Sages" anticipe une nouvelle baisse du loyer de l'argent d'ici la fin de l'année, la BCE ramenant son principal taux directeur, le taux de refinancement, à 1% pour le laisser à ce niveau pendant l'essentiel de 2012.

Sur le plan économique, le groupe des "Sages" ne prévoit plus que 0,9% de croissance en Allemagne en 2012, après 3% cette année. Le gouvernement anticipe 1% de croissance en 2012 après 2,9% en 2011. Il projetait auparavant 1,8% et 3% respectivement.

Les conseillers économiques prévoient pour l'an prochain une croissance des exportations de 3,2% et un taux de chômage en baisse à 6,9%, contre 7,1% en 2011.

Réagir