Des milliers d'ouvriers chinois en grève... contre les délocalisations

Par latribune.fr avec l'AFP  |   |  462  mots
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plus de 7.000 salariés d'une fabrique de chaussures pour les marques Adidas, Nike et New Balance, du sud de la Chine, ont manifesté pour s'opposer à un potentiel projet de délocalisation vers une province du sud-est. D'autres Chinois se sont pour leur part opposés aux saisies de terres.

Les Chinois continuent de se révolter. Des milliers d'entre eux ont fait grève contre des licenciements et des réductions de salaires dans une fabrique de chaussures pour les marques Adidas, Nike et New Balance. Dans la province du Guangdong, ce mouvement social a provoqué des heurts avec la police causant de nombreux blessés, selon le China Labor Watch (CNW), groupe de défense des droits de l'homme.

Dans la même région, d'autres Chinois ont manifesté ce lundi contre la saisie de terres. Ils étaient des milliers à défiler dans la ville de Lufeng, selon les habitants. Cette manifestation intervient deux mois après des émeutes au même endroit et pour les mêmes motifs lors desquelles des manifestants avaient attaqué un commissariat et saccagé des véhicules. Des photos publiées sur le site de microblogs weibo montrent des manifestants portant des bannières sur lesquelles on peut lire : "A bas la dictature", "Punissons la corruption" ou "Redonnez-nous nos droits".

Quant au projet de délocalisation, il a également déclenché la colère de milliers de salariés, dans l'usine de chaussures de Yucheng, près de Huangjiang jeudi dernier. La grève de ces salariés faisait suite au licenciement le mois dernier de dix-huit de leurs cadres, interprété par les ouvriers comme un signe de prochaine délocalisation, a ajouté CNW. L'un des cadres licenciés a déclaré au journal China Business News que son départ faisait partie d'un projet de déménagement de la production dans la province de Jiangxi afin de réduire les coûts qui sont plus élevés dans le vaste pôle manufacturier de Dongguan.

A l'origine également de la contestation : la rémunération des salariés déjà faible qui risque encore d'être réduite. La suppression de primes de rendement et des heures supplémentaires sont aussi à l'origine de la colère des ouvriers de l'usine de Yucheng. "Notre salaire de base mensuel n'est que de 1.100 yuans (130 euros)" et "nous avons vraiment besoin de faire des heures supplémentaires", a déclaré une ouvrière au Yangcheng Evening. Les interventions des autorités locales pour un maintien des heures supplémentaires sont restées sans réponse de la part de la direction de l'usine qui est la propriété d'un groupe d'investissement de Taïwan, selon la presse chinoise.

Le "grand atelier du monde" ne parvient pas à calmer ses salariés mécontents. En effet, cette grève est la dernière d'une série d'incidents et de mouvements sociaux qui ont éclaté dans le Guangdong, région connue pour attirer des dizaines de millions de travailleurs migrants. Depuis l'an dernier, les tensions sociales en Chine s'intensifient.