La Tribune

Merkel prête à lâcher sur la BCE ou les "eurobonds" en échange de l'ingérence budgétaire

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr avec Reuters  |   -  816  mots
De prime abord, l'Allemagne semble avoir bloqué toutes les issues de secours qui permettraient à la zone euro d'échapper à la crise de la dette. Mais en y regardant de plus près, certaines "lignes rouges" allemandes pourraient être moins rouges que d'autres.

Si la chancelière Angela Merkel obtient l'accord de ses partenaires de l'Union pour modifier le traité européen afin d'y inclure, comme elle le souhaite, un droit d'ingérence budgétaire chez les "mauvais élèves" de la dette, elle pourrait accepter des avancées plus audacieuses pour combattre la crise, laissent entendre certains de ses conseillers.

Parmi ces avancées pourraient figurer une augmentation des rachats par la Banque centrale européenne de dettes de pays en difficulté, des garanties accordées par le fonds européen de stabilité financière (FESF) à certaines émissions obligataires et la création future d'"obligations de stabilisation" communes. "Des obligations de stabilisation communes ne sont à mes yeux ni bonnes ni mauvaises en elles-mêmes", a dit Peter Altmaier, un des principaux responsables de la CDU, le parti d'Angela Merkel, au parlement allemand, qui est aussi l'un de ses principaux conseillers en matière d'affaires européennes.

"Tout dépend des conditions et de l'usage qu'on en fait", a-t-il ajouté lors d'un entretien à Reuters. Dans plusieurs de ses récentes déclarations publiques sur la crise, la chancelière a exprimé son opposition à toutes les options de court-terme censées débloquer la situation et apaiser les marchés.

PARADOXE

"Le paradoxe de la situation actuelle, c'est que toutes les bonnes solutions à la crise de l'euro ne sont pas légalement valables en Allemagne", souligne Ulrike Guerot, responsable de l'antenne berlinoise du cercle de réflexion "European Council on Foreign Relations". La chancelière argue en effet du fait que les traités européens empêchent la BCE de jouer le rôle de prêteur en dernier ressort et de financer la dette des Etats par la création monétaire. Elle a rejeté l'idée d'"euro-obligations" tout comme comme celle d'une mutualisation des dettes et elle a balayé les propositions qui permettraient au FESF d'emprunter à la BCE ou au Fonds monétaire international (FMI).

Pour autant, elle a admis la semaine dernière que la solution à la crise passait par "plus d'Europe" et a obtenu l'aval de son parti à une union politique européenne centrée sur la zone euro. Déterminée à ne pas se laisser dicter sa conduite par les marchés financiers, Angela Merkel semble réticente à admettre publiquement l'urgence de la menace qui pèse sur l'existence même de la zone euro.

Une urgence pourtant lisible dans les courbes des écarts de rendements (spreads) entre les Bunds allemands et les obligations de pays comme la France, l'Autriche ou les Pays-Bas, pourtant considérés il y a peu encore comme sûrs.

En fait, les responsables allemands considèrent la hausse des rendements obligataires de ces pays comme une aubaine car elle force les gouvernements, de Rome à Paris, à mettre des oeuvres les réformes budgétaires et structurelles qu'ils repoussaient jusqu'à présent.

LE MARCHÉ, UN "ALLIÉ"

Une source à Berlin décrit ainsi le marché obligataire comme un "allié" de ce point de vue. Pour Peter Altmaier, l'objectif de la chancelière consiste à placer ses partenaires européens face au compromis sur lequel a été créée la monnaie unique. "Quand l'euro a été lancé par le traité de Maastricht en 1992, cela s'est fait via un compromis historique", explique-t-il : "Primo, le deutschemark, alors horriblement trop fort, était supprimé et secundo, la culture de stabilité allemande devait être étendue à toute l'Europe. La première partie a été appliquée, la deuxième reste valable et engage les signataires du traité mais elle n'a pas été appliquée."

L'Allemagne ne veut pas dévoiler toutes les cartes qu'elle a en main tant qu'elle n'a pas obtenu l'engagement de tous ses partenaires de modifier les traités européens pour permettre une supervision extérieure des politiques budgétaires des Etats membres.

Un amendement au traité créerait un nouveau poste de "Sparkommissar" (commissaire à l'Epargne) doté du pouvoir d'annuler le budget d'un Etat de la zone euro s'il enfreint les règles fixées à l'échelon communautaire.

Ce nouveau responsable pourrait ainsi traîner les gouvernements fautifs devant la Cour européenne de justice, qui pourrait à son tour infliger des amendes et ordonner le respect des règles, comme c'est le cas aujourd'hui en matière de concurrence et d'antitrust.

Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, souhaite voir adopté cet amendement avant la fin de l'an prochain. Ce n'est qu'ensuite que Berlin s'efforcerait de faire avancer sa vision, plus ambitieuse, d'une union politique plus étroite, expliquent des responsables allemands. Pour Ulrike Guerot, les pressions qu'exerce l'Allemagne sur ses partenaires risquent cependant de susciter à son égard un ressentiment durable. "Cela va nous retomber dessus douloureusement d'ici deux ou trois ans. Sommes-nous certains que tout le monde continuera de nous aimer, de nous acheter des BMW et de nous accueillir sur ses plages si nous nous conduisons de cette manière ?", explique-t-elle.

Réagir

Commentaires

JB38  a écrit le 22/11/2011 à 17:15 :

L'Allemagne sera obligée de donner plus de pouvoir à la BCE. Elle ne peut pas lâcher la proie de l'Euro pour l'ombre du Mark. Mais elle temporise, elle a du temps, et elle va monnayer ce temps pour imposer son modèle et asseoir son pouvoir. Nous nous sommes toujours battu pour ne pas être Allemands, Merkel va-t-elle réussir sans tirer un coup de canon?Ich bin ein Berliner...Bientôt.

laleu  a écrit le 22/11/2011 à 15:41 :

Aucun pays n?est epargné par la crise de la dette et si l?Allemagne n?est pas encore attaqué par les marches cela va venir car toute la zone euro est endettee ; on critique la politique francaise mais sa situation n?est ni pire ni meilleure que les autres en terme de dette et % du pib les marches financiers attaquent les pays les uns apres les autres et le tour de l?Allemagne viendra inexorablement de toute façon et sans vouloir etre pessimiste le manque de coordination ; d?entente et d?action des pays europeens avec en plus les dents acerees des financiers rend la crise beaucoup trop ancree pour etre resolue sans casse economique et sociale

ingenus  a écrit le 22/11/2011 à 14:41 :

Et aprés Merkel ?

DOUDOU  a écrit le 22/11/2011 à 13:37 :

Je conseille a tous les gouvernements de l UE de suivre cette femme qui est vraiment un roc sur lequel on peut compter aussi je lui dis que nous devons etre pret à tout moment pour entamer des négociations sur tous les problemes qu elle envisage.

bellini  a écrit le 22/11/2011 à 13:09 :

L'euro a été fait par les allemands pour les allemands et a enrichi... l'Allemagne. Celle ci préfère détruire la grèce l'Italie et le portugal... plutot que de sortir de l'Euro. A qui donc vendrait-elle ses BMW rouges? aux mafieux suédois?

PAS DU TOUT  a répondu le 22/11/2011 à 19:33:

PARCE QUE GERER EFFICACEMENT C EST ETRE MAFIEUX???
Mme Merkel a beaucoup de cran c'est une dirigeante politique comme il en faudrait en France et dans le sud de l'europe

Démosthène  a écrit le 22/11/2011 à 11:55 :

Encore un petit effort et on vaz y arriver. Que la diplomacie fait perdre du temps. Il nous fzaut des gouvernements à compétence économique et financière. Plus de ces gauchistes droitistes, cette alternative est stupide et ne correspondent plus aux contraintes de notre économie.

l'incorect  a écrit le 22/11/2011 à 10:44 :

A la création de l'euro, le Financial Times prévoyait déja l'impossibilité de faire cohabiter dans une monnaie, sans banque centrale émettrice, des pays aussi différents. Les Allemands craignent l'eau depuis l'inondation inflationniste des années 20, du coup il ne veulent pas l'utiliser pour éteindre l'incendie. C'est une constatation pas une accusation.
Sauf peut-être contre les gens qui ont créé ce navire sans pilote!

POLLUX  a écrit le 22/11/2011 à 8:08 :

L'Allemagne est un pays prospère , courageux , respecté, que va-t-il s'occuper de ''ringards'' dans notre genre ? Croyez-vous que si nous avions une Angéla Merkel en France à la tête de l'Etât nous serions dans la situation que nous connaissons ?

Photoscope  a répondu le 23/11/2011 à 12:46:

L'Allemagne a un modèle économique basé sur 2 principes : une bonne gestion d'une part, ... et tourné vers l'exportation d'autre part, et ce principalement vers la zone Euro. Quand les autres pays de cette zone tomberont dans la récession, l'Allemagne suivra (ce qu'elle ne semble pas encore avoir bien compris) !

GG  a écrit le 22/11/2011 à 8:07 :

Elle a raison Angela. Ce qu'elle veut c'est que l'on arrête de faire n'importe quoi chacun dans son coin. Fédéraliser les budgets des états pour obtenir une flexibilité de la BCE est l'unique option pour sortir des ronces.

pmxr  a écrit le 22/11/2011 à 7:56 :

Ils veulent êtres les patrons de l?Europe ... et sans fédéralisme !

landruc  a écrit le 22/11/2011 à 7:07 :

Le ressentiment à l'égard de l'Allemagne a déjà commencé... Ce qui est étonnant dans cette affaire, c'est que Merkel pense imposer ses vues au reste de l'Europe tout en étranglant la quasi totalité de ce reste de l'Europe ! Quel est son intérêt de regner sur un tas de ruine ?

Helene  a répondu le 22/11/2011 à 9:26:

Allons-y comme en 40 les anti-Boches ! Enfin on a trouvé l'ennemi, jamais nous, exempts de tout reproche. Un centralisme d'un autre âge, une PAC qui ne bénéficie qu'aux grands agriculteurs (tandis que les petits se suicident...), des aides pour le CAC 40, pas pour les PME-TPE, ce ne sont pas des entreprises où les ex-ministres et députés pourraient pantoufler voyons, je continue ??

bartg  a répondu le 22/11/2011 à 11:29:

Helelne tout a fait d accord la liste peut etre tres longue mais ne pas oublier nous avons les politiques que nous meritons...nos cousins italiens mais les allemands font partie de la famille du nord....

ton87a12  a écrit le 22/11/2011 à 6:39 :

Ignorance !
A lire les commentaires, je ne peux faire que constater l'ignorance des Français en économie. Ce qui rend l'élection de Hollande est plus que probable.

Fred  a écrit le 22/11/2011 à 3:12 :

L'approche allemande telle que décrite dans cet article est démente!

ingenus  a écrit le 21/11/2011 à 21:46 :

Japon ? yuan ? émission de monnaie n éxiste pas ? ? ?

picsou1er  a écrit le 21/11/2011 à 19:38 :

pour resoudre le probleme de la dette l'emission de monnaie nouvelle est obligatoire et d'aprés moi imminente; quelle autre solution ? l'avouer c'est semer la panique, moi j'ai deja converti mes euros ( 165000 ) en yen

Alrix  a répondu le 21/11/2011 à 20:39:

le bon vieux principe keynésien qui veut qu'en créant de la monnaie, on résout une crise ! Il n' y a qu'à voir les résultats de cette politique aux USA et au RU !:)

NN  a répondu le 22/11/2011 à 5:09:

et le résultat de la politique monétariste chère à Friedmann et appliquée depuis plus de 30 ans vous en dressez quel bilan ??

Felidae  a écrit le 21/11/2011 à 19:24 :

Quand le coq se rebiffe , l'aigle se met à trembler? La haine nationaliste qui sous-tend bien des posts ici ferait passer Marine pour une modérée. Il ne manque que quelques "Nach Berlin" bien sentis et des fleurs de Hollande- on est progressiste, ou pas?- pour le canon des fusils. Ce serait pitoyable si ce n'était profondément triste. Comme un couple désuni qui se déchire sur l'indemnité compensatoire et la pension alimentaire on s'estime trahi. Finies les amourettes car c'est d'argent qu'il s'agit. En l'occurence celui des autres si nécessaire au renflouement des caisses vides. L'histoire hoquéte et ce n'est pas de rire. L'antienne est connue depuis LouisXIV et même avant. Simplement les coffres ne sont plus en Espagne par exemple I.ls seraient à Berlin dit-on.Nous voici presque revenus au point de départ et prêts au pire dans un immense accès d'amnésie collective.

sp  a répondu le 21/11/2011 à 20:38:

Oui, ce qu'on doit lire dans ce forum et dans bien d'autres est bien souvent triste à chialer ! Soixante ans de paix ne comptent pas et semblent partir en fumée !
L'homme civilisé ? - Bien des fois ce n'est qu'un singe maquillé !

NN  a répondu le 22/11/2011 à 5:09:

je suis bien d'accord et cela fait peur....

d'accord...  a répondu le 22/11/2011 à 8:33:

avec vous. C'est à peine croyable ce qu'on peut lire dans les commentaires! La France ne peut s'en prendre qu'à elle même pour sa gestion pitoyable des finances publiques. Mais c'est vrai que c'est toujours plus facile de dire que c'est de la faute des autres!

naso  a écrit le 21/11/2011 à 18:13 :

Intervention sur le budget allemand. La BCE comme une véritable banque centrale immédiatement.

naso  a écrit le 21/11/2011 à 18:12 :

Intervention sur le budget allemand. La BCE comme une véritable banque centrale immédiatement.

mig  a écrit le 21/11/2011 à 16:45 :

Il est trop tard pour des solutions que il ne soit l emission de monnaie !

henri  a écrit le 21/11/2011 à 16:31 :

On peut toujours attendre et reculer la date mais un jour(pas trop tard je l'espère)il faudra y passer.Seule une fédération forte et unie rendra à l'Europe sa stabilité.

Yes  a répondu le 21/11/2011 à 18:17:

Oui mais ce n'est pas notre direction: Je pense que l'Euro va finir par éclater et que L'Europe ne sera plus qu'un espace de libre échange. Finalement la vision anglaise aura triomphée

NN  a répondu le 22/11/2011 à 5:10:

non la vision anglo saxonne de l'europe est celle d'aujourd'hui : une géant économique, nain politique

babu  a écrit le 21/11/2011 à 16:27 :

à mon avis ,elle est optimiste en pensant qu'il y aura un effet boomerang sur l'allemagne d'ici deux ou trois ans ça se produira beaucoup plus vite et l'europe avec l'allemagne eclatera en laissant ml'allemagne comme bouc emissaire de l'echec ...mme merckel et cie jouent un jeu strategique dangereux

Felidae  a répondu le 21/11/2011 à 17:18:

Hélas des articles comme celui-ci n'ont qu'un but désigner un coupable. Et il est tout trouvé. Ces allemands trop riches qui refusent de payer l'addition pour les autres. C'est inouî quand même cette insupportable ingratitude!

Spartacus  a écrit le 21/11/2011 à 16:26 :

Ce qui est surprenant c'est que personne ne parle du vrai problème: le déséquilibre des balances commerciales entre les pays de la Zone Euro du aux divergences économiques grandissantes depuis l'introduction de l'Euro.
Les économies, puisque divergentes, deviennent de plus en plus difficiles à coordonner.
Tant que des mesures adéquates ne seront pas décidées et appliquées ces divergences iront en s'aggravant.
Une des conséquences de ces divergences est le cour de change de l'Euro qui pour l'Allemagne devrait tourner autour de 1,70 pour le $-US alors que pour l'Italie et la France ce serait autour de 1,20,- Et je ne parle même pas de la Grèce et du Portugal.
Ce manque de convergences économiques nous conduira à une forme de Zone de libre échanges avec des républiques bananières (Wikipedia: Une république bananière désigne un pays peu développé, dont l'industrie repose typiquement sur la seule production de bananes (Olives dans nôtre cas), et dirigé par une petite ploutocratie autoritaire sujette à renversement.) C'est déjà le cas en Grèce et l'Italie s'y dirige à grand pas. Puisque ces deux pays ne sont plus dirigés par des gouvernements élus.
Ce n'était certainement pas le but de l'UE! En tout cas pas le but avoué.

Chris  a écrit le 21/11/2011 à 16:18 :

Gr? aux march?nous allons enfin arr?r de vivre ?r?t !!!
Nous sommes oblig?de faire de vrai r?rmes.
Le spread entre l'Allemagne et la France
N'a jamais ? aussi haut le triple Aaa est derri? nous !!!!
Bonne nouvelle les politiques vont enfin se mettre au travail de fond apr?les mesurettes !

lucifer  a écrit le 21/11/2011 à 16:13 :

Les allemands savent très bien que le jour où ils permettront à la BCE de racheter sans limite de la dette des pays en grande difficulté, sans droit d'ingérence, ceux-ci ne respecteront plus leurs engagements de rigueur budgétaire.

toto  a répondu le 21/11/2011 à 16:42:

+ 1 tout à fait d'accord.IL NE FALLAIT PAS FAIRE DE DETTES.

@ toto  a répondu le 21/11/2011 à 17:58:

mais bien sur ! on lit vraiment n'importe quoi.....

toto  a répondu le 22/11/2011 à 14:26:

@ toto,apparament vous êtes pour les dettes,libre à vous.point trop n'en faut.

eurofederal  a écrit le 21/11/2011 à 16:08 :

au lieu de pleurnicher, nous ferions mieux de sauter le pas du fédéralisme partagé. Il en va de même avec une rage de dents, plus on attend, plus la fraise du médecin est redoutée.....alors oui, sans union durable, l'euro est voué à l'échec!

hallucinant  a répondu le 21/11/2011 à 18:25:

Bien entendu, on a qu'à laisser decider des types qu'on a pas élu si on a le droit de construire une école, quels medicaments on rembourse, quelle imposition aux entreprises, vous ne vous rendez pas compte de ce qui se trame pourtant je n'exagere pas.

gerardc27  a écrit le 21/11/2011 à 16:07 :

Dites à l'Allemagne qu?elle peut nous imposer ses diktats (mauvais souvenirs). Ne pas oublier que l'on s'est endetté lourdement pour acheter ses produits notamment les "autos". Nous avons par facilité et à l'instar des grecs, espagnols ou autres italiens dépensé sans compter le "deutsche quality" bien à l'abri au sein de l'EURO en ne produisant pas ou peu la nécessaire valeur d?échange avec le résultat que l?on sait .Dites aussi à nos politiques qu?ils cessent de vitupérer les marchés financiers qui au bout du compte et par réaction pourraient fermer la pompe à « phynance » .

Felidae  a répondu le 21/11/2011 à 17:24:

C'est vraiment hallucinant ce qu'on peut lire ici>. Comme si l'Allkemagne utilisait la contrainte pour vendre ses produits!
Quant aux diktats il se limitent à refuser de payer pour un marché de dupe. La disparition du mark tout de suite et la politique monetaire sérieuse repoussée aux calendes grecques. Du délire

Arow  a écrit le 21/11/2011 à 15:25 :

Aujoud'hui on a plus le choix: avancer ou sombrer.

Le f?ralisme europ? permettra de nous mettre sur la voie de la r?site plut?ue sur celui de la division.
La France, l'Espagne, l'Italie et la Gr? sont les cigales de l'Europe. Pas de visibilit? long terme de leurs industrie, volont?olitique calqu?ur cadeaux aux peuples...
Les pays de l'europe du nord ont rapidement su s'adapter ?a r?it?ondiale tout en prot?ant leurs populations...

Popeye  a répondu le 21/11/2011 à 15:53:

@Arow
La presence de cigales est necessaire.
Si tous les pays avaient adopte le modele exportateur allemand, vers qui ces pays du Nord auraient ils exporte ?
Le probleme n'est pas tant les differents modeles economiques, mais leur non coexistence dans la structure commune de l'Eurozone.

paul62580  a répondu le 21/11/2011 à 15:55:

Quand on est au bord du gouffre on fait un pas en arrière et pas un pas en avant comme vous le préconisez --- Arretez de vous laisser convaincre que la France n'est qu'un ramasis de guignols et que nous ne sommes pas capables de rebondir ... La France en est capable, vous l'êtes aussi mais pour le faire alors il faut le vouloir ... Mais pour cela il faut aussi changer de politique et sortir de la monnaie unique ...

Popeye  a répondu le 21/11/2011 à 16:11:

je signe ou Paul ? :D

NN  a répondu le 21/11/2011 à 17:57:

Merci Paul

hallucinant  a répondu le 21/11/2011 à 18:06:

Arretez Paul on va vous traiter d'arrierer ou de nationaliste dangereux. Pour moi ces mesures visent à rendre la sortie de l'euro impossible, c'est de l'asservissement et la fin de notre indépendance. Mais enfin suis-je le seul à être inquiet?

NN  a répondu le 21/11/2011 à 19:11:

non je le suis moi aussi ...

EtonnéChaqueJour  a écrit le 21/11/2011 à 15:15 :

Pourquoi être petit joueur et appeler ce personnage aussi important (capable d'annuler le budget d'un état, de trainer des pays devant les tribunaux ...) un Kommissar : c'est un dirigeant, un guide ... bref, en allemand, un Führer.
Il faudra également penser à lui donner la possibilité d'envoyer des panzers dans les pays récalcitrants. Vous savez, l'efficacité allemande...

Pour la rédaction : Ce n'est pas un commentaire à publier, mais ça m'a soulagé de l'écrire. Ras le bol de l'arrogance allemande et de la faiblesse des dirigeants français en ce moment.

ludo31  a écrit le 21/11/2011 à 15:10 :

svp accepteriez vous que je fasse des courses avec votre carte bancaire !! Angela merkel ne semble pas en mesure de prendre une telle mesure pour les allemands ou pour les français !! bien évidemmemnt cela ne fait que résoudre la crise de la dette temporairement !! le réel problème c'est que bon nombre de pays européens dont la France fait partie veulent continuer et tirer des avantages de l'euro comme avant sans faire des sacrifices dans certains domaines comme ils ont fait les allemands !!
je pense que si cette idée d'euro obligation trouve son fondement croyez moi els allemands quitteront cette UE et vont revenir au DM

Felidae  a répondu le 21/11/2011 à 17:31:

Une vérité pas bonne à dire et pourtant si pertinente.
Toutefois il n'est pas certain que les allemands se résolvent à quitter l'Europe en laquelle ils ont beaucoup investi, sentimentalement aussi. Et aux grands pourfendeurs privés de mémoire je voudrais rappeler la PAC notre chère politique agricole commune. Regardez où sont les payeurs et où sont les bénéficiaires.
L'allemagen paiera a toujours une solution prisée en France

ils le disent  a répondu le 21/11/2011 à 18:23:

nous avons garde nos DM

ludo31  a répondu le 21/11/2011 à 22:08:

si jamais l'allemagne quitte les autres suivront luxembourg etc .. tous ls pays du nord et après ils formeront de nouvelle union euro du nord avec ou sans la france mais jamais plus de Grèce

bellini  a écrit le 21/11/2011 à 15:00 :

L'Allemagne tente de reconstituer le saint empire romain germanique, ce que les peuples d'Europe depuis le 16e siècle a toujours refusé.

Arow  a répondu le 21/11/2011 à 15:20:

Quelle b?se de dire cela! Si c'?it la situation ?it invers?diriez vous que la France essaie de r?iser le r? de Napol?.

bellini  a répondu le 21/11/2011 à 17:54:

Sarkozy en aurait révé , mais il n'en a pas la carrure. M. Monti et papademos ont été imposés comme des procurateurs d'Empire:" A force de vouloir faire cette intégration à tout prix, on va finir par faire l'Europe allemande plutôt que de ne pas faire l'Europe du tout" Philippe Seguin. Et tout empire démoralise les peuples qui perdent toute idée de responsabilité

Ronan  a répondu le 22/11/2011 à 6:30:

Il ne s'agit pas de créer un empire mais de sauver l'épargne, les droits sociaux de 200 millions de personnes, et l'avenir d'un continent.

bellini  a répondu le 22/11/2011 à 7:16:

"L'Europe met en place ces nouveaux gouverneurs dans des Etats membres rétrogradés au statut de simples clients. Cela fonctionnera-t-il ? Peut-être, à condition que le centre leur apporte un soutien massif.

Ce qui est en jeu aujourd'hui, ce n'est pas seulement la stabilité de l'économie européenne - voire mondiale -, mais la survie de la tentative la plus accomplie - et certainement la plus civilisée - d'unification de l'Europe depuis la chute de l'Empire romain d'Occident." M. Wolf ce jour

Hallucinant  a écrit le 21/11/2011 à 14:54 :

Faut il rappeler que la souveraineté nationale est un des fondements de notre constitution. On savait que Maastricht violait notre souveraineté en terme de politique monétaire, maintenant on propose un amendement pour violer notre souveraineté budgétaire, demain (et ça a deja commencé), ça sera notre politique de défense, de diplomatie, fiscale, sociale.
Les allemands viennent nous parler d'application des traités en matière budgétaire. Respectent-t-il le seuil de 3% de deficit? Non. Respectent-t-il le seuil de 60% de dette publique? Non.
Et en plus la hausse des rendements est une aubaine et le marché obligataire un allié. Et Merkel de dire qu'elle ne veut rien se laisser dicter des marchés !!!
On est en plein délire et maintenant on veut modifier les traités pour imposer un droit d'ingérence mais qui? Les parlementaires des pays membres ont-ils leur mot à dire? Un parti au pouvoir dans un pays va imposer un traité au 16 autres?

"D'autant qu'à force de vouloir faire cette intégration à tout prix, on va finir par faire l'Europe allemande plutôt que de ne pas faire l'Europe du tout" Philippe Seguin, 5 mai 1992
http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/revision5_philippeseguin_Maastricht.asp

bushi  a répondu le 21/11/2011 à 16:41:

tout à fait d'accord.
Qui sanctionné ? Aucun pays ne respecte le pacte de stabilité.
On imagine déjà le "supercommissaire" sanctionnant les pays non pas par rapport à leur fondamentaux mais au gré des tensions sur le marché. A ce propos lorsqu'on lit la définition de celui-ci, on en vient à remercier le ciel que les Allemands n'aient plus d'armée :')
Maintenant la bombe est lachée, reste à voir la reaction de nos chers politiques, en priant que cela ne soit pas signé par qlq obscurs europolitique je ne sais ou à Bruxelles...

hallucinant  a répondu le 21/11/2011 à 17:24:

Le problème c'est qu'on a transféré des pouvoirs souverains à des institutions européennes qui sont...indépendantes des pays membres de l'union européenne.
Il faut être competement inconscient pour accepter ce que nous propose. Il y avait déjà une politique monétaire largement favorable à LA'llemagne, demain c'est une politique budgétaire (dépenses publiques, fiscalité) commune à tous les pays. Mais la Hongrie n'est pas l'Italie ni le Portugal??

On est en train de penser que comme nos hommes plitiques en France font n'importe quoi, il faut transférer les decisions au vent, à qui voudra bien les prendre pour nous, l'irresponsabilité devient un gage de performance, on est cinglés.

Ditil  a écrit le 21/11/2011 à 14:34 :

Pour aider l'Allemagne à comprendre les problèmes posés par l'Euro fort il faut éviter d'acheter les produits Allemands, notamment les voitures, au profit d'autres marques européennes. Ainsi, privés d'une partie des 60% des exportations qu'elle réalise, grâce à l'euro,vers les pays de la zone, elle en percevrait mieux l?intérêt collectif.

européen  a écrit le 21/11/2011 à 14:03 :

A lire toutes ces propositions aussi fumeuses les unes que les autres sur le prétendu pouvoir de la BCE , dont on gomme sans vergogne l?indépendance de décision, je pense que la seule et unique solution serait de saisir tous les jeux de monopoly et décider que l?argent de ce jeu remplacerait l?Euro comme cela tous les problèmes de nos pays fainéants et corrompus seraient résolus. On pourrait continuer à créer encore plus de postes de fonctionnaires inutiles, d?accorder des crédits illimités à toutes nos municipalités incompétentes et à doubler le SMIC, le RSA et tous les salaires de nos fonctionnaires et attribuer encore plus de pouvoir loufoque à la commission de Bruxelles (on devrait cependant lui rappeler la dose maxi d?alcool permise). Puisse l?Allemagne tenir bon et garder raison.

toto  a répondu le 21/11/2011 à 14:19:

J'ai plus confiance dans la gestion Allemande.il faudrait aussi pouvoir VIRER les mauvais pays qui ne font pas d'efforts.

@ toto  a répondu le 21/11/2011 à 17:59:

et vous vous faites quoi en terme d'efforts ?

toto  a répondu le 22/11/2011 à 14:12:

@toto ,je travaille+ de 35 heures et je ne touche aucune aide sociale.ce n'est peut-être pas votre cas.

Orlik  a écrit le 21/11/2011 à 13:13 :

Très bonne nouvelle.
Ainsi toute la lumière sera faite aussi sur le montant exacte de l'Allemagne, dont la Commission européenne estime qu'elle serait beaucoup plus importante que cette affichée, ceci avec des caisses d'amortissement séparée du budget fédéral

porosir  a écrit le 21/11/2011 à 13:13 :

Chaque pays devrait prendre ses responsabilités pour rembourser sa dette. La solution serait chaque pays puisse être financé par la BCE à un taux nul. De l'autre coté pour réduire la masse monétaire dans la zone Euro, la BCE va émettre des titres sur le marché à un taux attrayant.

Toto  a écrit le 21/11/2011 à 13:09 :

1. Heureusement que les autres Etats européens ont joué le déficit budgétaire au cours des années 2000, ou l'économie allemande aurait sombré... Pour que des pays jouissent d'excédents commerciaux, il faut bien qu'il y en ait d'autres qui connaissent un déficit...

2. "Un amendement au traité créerait un nouveau poste de "Sparkommissar" (commissaire à l'Epargne) doté du pouvoir d'annuler le budget d'un Etat de la zone euro s'il enfreint les règles fixées à l'échelon communautaire." : dans ce cas, on n'a plus qu'à supprimer les élections, puisqu'entre l'indépendance politique de la BCE et ce nouveau commissaire, ça n'a plus aucun sens de voter.

carton jaune  a répondu le 21/11/2011 à 14:54:

erreur, les élections seront toujours utiles. En revanche, nous apprendrons à respecter les traités que nous avons signés, et la démagogie de notre classe politque reculera.

hallcuinant  a répondu le 21/11/2011 à 17:11:

Maastricht on nous l'a vendu comme le progrès, garantie de sécurité et de prospérité, qualifiés de nationalistes primaires ceux qui le rejetait voir de fascistes, aujourd'hui quand les peuples voit que leur souveraineté n'existe plus, c'est précisément là qu'on joue avec les leviers du fascisme, quant à la constituion européenne le peuple français l'a refusée, mais on dira que le peuple n'est pas compétent pour decider de décisions techniques cequi est vrai, mais pourtant c'est ça la démocratie.

zbtr  a écrit le 21/11/2011 à 13:02 :

Le gros point négatif. C'est la contraction logique des pib qui va suivre. Tout ceci arrive trop tard.

zbtr  a écrit le 21/11/2011 à 12:58 :

Le gros point négatif c'est que les pib vont logiquement se contracter.

Oui Madame la Chancelière mais...  a écrit le 21/11/2011 à 12:34 :

Je suis tout à fait sur la même longueur d'ondes que les allemands et depuis le commencement de la crise, même s'il lui a fallu tâtonner, Madame La Chancelière a tenu bon la barre, sans faire de conneries (enfin pas trop ou pas irrémédiables ce que les français et d'autres savent faire (les rois de la facilité). Je suis tout à fait d'accord avec les conditions et règles avancées par les allemands à la condition que cela s'applique à tout le monde y compris à l'Allemagne qui n'a pas respecté les règles du pacte de stabilité tout comme la France de Chirac et de Jospin et maintenant de Sarkozy. Il faudra également prévoir dans les modifications du ou des traités, la possibilité pour les citoyens de traduire les dirigeants politiques mais aussi les banquiers et banquiers d'affaires devant une Haute Cour de Justice Martiale type Nuremberg dans le cas où ces derniers trahiraient la confiance des peuples ce qui est déjà le cas mais admettons que nous repartions pour un nouveau tour (enfin pas tout à fait car nous ne pouvons oublier les méfaits qui ont été commis et qu'on essaie de désamorcer comme des méga bombes atomiques).

benalmadena  a répondu le 21/11/2011 à 13:07:

oh oh la cour de Nuremberg avec des pendaisons sans doute ? Les excès de langage sont devenus monnaie courante en France ce qui nuit au débat démocratique et conforte les totalitarismes. Si l?on commençait par juger dans chaque pays les prévarications et corruptions de nos politiques, ce serait un immense progrès mais ne rêvons pas quand un aigrefin bien connu ministricule de feu François Mitterrand se pavane avec 400 millions et des participations d?acteurs dans le mauvais camp (commissaire de police alors que le rôle de sa vie est d?être truand) et que la droite comme la gauche le tiennent comme expert économique, lui qui en a tant licenciés sous des prétextes honteux et machistes. Allez ami, il y a aussi les cours de justice Iraniennes ou chinoises ou russes toutes valables pour votre argumentation.

réponse à benalmadena  a répondu le 21/11/2011 à 16:46:

Quand t'auras été ruiné et viré de ta boîte, que tes enfants ne pourront plus aller en fac ou autres à cause de frais hallucinants, que ton épargne se sera volatilisée à cause des CDS, CDO et autres conneries en tout genre qui auront contaminé tous le système financier, et à cause de la mondialisation débridée, acceptée par les politiciens de mes deux, qui n'ont résisté à rien comme aujourd'hui avec l' achat de titres souverains par la BCE, et bien non seulement tu demanderas cette cour martiale mais tu te proposera pour aller cueillir les coupables qui se seront planqués comme les Kadhafi dans des tuyauteries ou dans des trous, comme des rats.

benalmadena  a répondu le 22/11/2011 à 10:30:

Ouf, heureusement que la détention d?armes est strictement contrôlé en France. Je suis terrifié , que dis je, terrorisé par cet apocalypse et ces chevaliers vengeurs qui apparaitront le grand jour de l?effondrement total. A l?atac, à l?atac.

Popeye  a écrit le 21/11/2011 à 12:32 :

'Primo, le deutschemark, alors horriblement trop fort, était supprimé et secundo, la culture de stabilité allemande devait être étendue à toute l'Europe.'
=> l'Euro est egalement extremement trop fort. De plus , comment vouloir appliquer cette culture allemande a des pays aussi differents que la Grece, l'Italie, la France ou le Portugal ??

Quand au controle budgetaire par un nouveau technocrate, cela prefigure un federalisme coercitif sans reelle vision ( a part celle des marches ).
Prochaine etape l'integration politique avec laquelle nous aurions ete avec Bush en Irak.

selestat  a répondu le 21/11/2011 à 12:51:

Pourquoi l'appeler sparrkomissar? Gauleiter serait bien plus exact. Il ne s'agit rien de moins qu'un anschluss de la zone euro.