La Tribune

La France boycotte le pétrole iranien

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr, avec AFP  |   -  386  mots
La France va arrêter d'acheter "à titre national" du pétrole à l'Iran, a déclaré jeudi le ministère français des Affaires étrangères. Mais Téhéran affirme que la France n'importe pas de pétrole à l'Iran.

"L'interruption des achats de pétrole iranien fait partie des mesures proposées par la France à ses partenaires. Nous l'appliquerons à titre national", s'est borné à dire, lors d'un point-presse, le porte-parole du ministère, Bernard Valero, à qui il était demandé si le gouvernement avait donné instruction à Total d'interrompre ses activités avec l'Iran.

Lundi, alors que Londres, Washington ou Ottawa annonçaient des mesures concrètes contre l'Iran accusé de vouloir acquérir l'arme atomique, le président Nicolas Sarkozy avait proposé à l'Allemagne, au Canada, aux Etats-Unis, au Japon et au Royaume Uni "de geler dès à présent les avoirs de la Banque centrale d'Iran et d'interrompre les achats de pétrole iranien". Il avait ajouté en avoir saisi aussi l'Union européenne.

Depuis, les autorités françaises, malgré de multiples demandes, n'ont fourni aucune indication sur les avoirs que détiendrait cette banque centrale en France, pas plus que sur ce que représente les achats de pétrole iranien.

Selon les chiffres 2010 du département américain de l'Energie (EIA), si l'essentiel des exportations iraniennes de pétrole va vers l'Asie (22% pour la Chine, 14% pour le Japon, 13% pour l'Inde), l'UE en récupère 18%, tandis que 7% vont à la Turquie et 4% à l'Afrique du Sud. Au sein de l'UE, le pétrole iranien va à l'Italie pour 7%, à l'Espagne pour 6% et à la France pour 2% avec 49.000 barils par jour, selon l'EIA.

La France importe-elle vraiment du pétrole irannien ?

Mais l'Iran a affirmé vendredi qu'il n'exportait pas vers la France de pétrole brut susceptible d'être visé par les sanctions envisagées par Paris. "La compagnie pétrolière nationale iranienne n'exporte pas vers la France de pétrole brut susceptible d'être visé par des sanctions", a déclaré le patron de cette société (NIOC), Ahmad Qalebani, cité par l'agence de presse semi-officielle Mehr.

Total, qui ne produit plus de brut dans le pays (le groupe n'a qu'une petite activité de lubrifiant en joint venture avec une société iranienne), a acheté 45 millions de barils de pétrole en 2010, soit l'équivalent d'environ 123.000 barils par jour, pour un montant de plus de 2,5 milliards d'euros. Ce qui signifie que l'activité trading de Total a acheté l'an dernier environ 5,5% des exportations de pétrole iranien. Total a cessé depuis mi-2010 les ventes de produits raffinés à l'Iran.

Réagir

Commentaires

Sam Seth  a écrit le 03/01/2012 à 10:00 :

Rien de neuf sous le soleil, sinon des volontés d'en découdre qui se confirment de part et d'autres ; il est vrai que la volonté iranienne de s'équiper en cachette tout seul comme des grands couplée avec le discours récurrent de vitrifier Israel n'invite pas à consummer avec modération... Mais là n'est pas l'intérêt de ce qui se dessine.

a) notre addiction au pétrole nous rend plus excitables au plan militaro dipomatique
a1) qu'est ce qui a été fait depuis la première crise pétrolière de 1973 pour nous extraire de cette addiction ?
a2) il y a bien, par exemple, quelques maisonnettes et immeubles qui ont été construits depuis, des stratégies d'urbanismes et industrielles qui ont été développées, des stratégies alimentaires de même. L'ont-elle toutes été avec au coeur ce paramêtrage stratégique et vital qu'est la simple thermodynamique de tout système social ? Autrement dit l'économie d'énergie et de matière première et la mobilisation des colossaux gisements de ressources naturelles renouvelables disponibles dans l'air, la lumière, et aussi les océans (courants houles vagues chaleur énergie osmotique)...
b1) Pourquoi les stratégies d'urbanisme et de conception adaptation de l'habitat y compris matériaux ont elles été verrouillées depuis quarante ans pour bloquer tout ce qui allait vers l'auto suffisance énergétique du bâtiment (y compris énergie positive) ? Les normes mise en place dans la communication grenellienne ne sachant tenir lieu de stratégie prioritaire massive et urgente d'autonomisation énergétique.
b2) Pourquoi les savoirs faire navals, electromécaniques, pièces de composites, n'ont pas été mobilisés et mise oeuvre dans une stratégie industrielle disposant d'opérateurs puissants pour verrouiller brevets, partenariats industriels etc
c1) pourquoi formations des architectes, techniciens, artisans, cahiers des charges d'urbanismes et e lotissements ou de rénovation ne comportent pas de tels objectifs depuis trente ans - et difficilement et très aléatoirement encore ;
c2) pourquoi n'existent pas des services publics locaux de l'énergie assurant la maîtrise d'ouvrage de la conception technique, de l'achat des matériels, de leur financement amortissement et de la réception des travaux dans le stock habitat ?
d1) Quel, est mis en perspective, le dispositif visant à sortir de la dépendance monétaro financière et du solde négatif des comptes des ménages, des particuliers autres, des collectivités, des Etats et de l'UE par un rééquilibrage des comptes extérieurs ?
d2) Quel est, mis en corrélation, le dispositif assurant le lien avec la dette des entités susmentionnées ?
e1) quels partis politiques ont prôné depuis quarante ans une telle stratégie se fondant sur des risques industriels acceptables et assurables - le risque nucléaire n'étant pas assurable - pas plus que celui OGM ; les assureurs n'étant ni des nains ni des philantropes, et par culture de mesure du risque, pourquoi ?
e2) quels sont les partis politiques qui ont un programme stratégique chiffré et évalué faisant de cet enjeu une priorité stratégique n°1 de desserrements des contraintes internes et externes ?
e3) pourquoi la presse, notamment économique - qui ne se réduit donc ni à la bourse ni au marché - plus prompte aux petites phrases et au relai des institutionnels en place n'a-t-elle pas centré son attention sur ces questions, notamment après Fukushima et dans la perspective de présidentielles essentielles comme jamais pour l'avenir du pays ?
f) n'a-t-on pas eu avec l'intervention en Lybie (notre meilleur allié, notamment contre Al Qaida, voir l'émission Kadhafi notre meilleur ennemi) une expérimentation de la préfiguration de la manipulation du temps médiatique et politique visant à sidérer tout débat, notamment sur la question énergétique, et bien sûr la pertinence des modalités d'une intervention, par une décision intervenant un deuxième tour de cantonale ?

g) le décodage du devenir des révolutions arabes n'est il pas l'élimination du sunnisme, forme de l'Islam la plus propice à la séparation de l'Etat du religieux, que nous appelons laicité, au profit d'une confrontation frontale entre conservatismes théocratiques chiites d'une part ou salafistes ou wahabites d'autres part ?

Et pour finir, pour faire écho à d'autres commentaires antérieurs

h1) Quant aux droits fondamentaux, si c'était une préoccupation française autre que cosmétique sur le fondement d'un orgasme historique il y a deux siècles, cela se saurait, Versailles, la lanterne et les fermiers généraux existent toujours sous d'autres formes... Porter des perruques poudrées, faire des bons mots, mais faire pipi derrière les rideaux ont évolué parallèlement dans une sociologie de l'allégeance courtisane aux chefs, et de la petite phrase érigée en système de pensée ; je n'évoque même pas la corruption de la décision.
h2) quiconque a travaillé en Allemagne comprendra ce qu'est aborder une question méthodiquement dans le but de résoudre effectivement les problèmes en mettant tout sur la table ; et non pas en se posant la question d'évacuer le problème en le mettant sous la table, puis sous le tapis avec la poussière.

i) le plus grave est que ce n'est pas vraiment non plus la tasse de thé de la Commission passe plats Barroso

k) cherchez les erreurs, puis demandez vous pour qui vous devriez voter aux présidentielles sur le fondement des réponses aux questions a à i ;

C'est rigolo comme tout... et remet en cause les images projetées par les sondages et les médias...

Et pour conclure, une seule affirmation, l'Iran n'est pas la Lybie.... en termes militaires... et géopolitiques...

ET comme toujours une blague : un dominicain, expert en communication discute avec un jésuite ; flatteur il lui tient à peu près ce langage "oh mon frère, comme je vous admire vous les Jésuites, pour votre art de porter le message de la foi en n'affirmant jamais rien et toujours en invitant à réfléchir, mais pourquoi toujours répondre à une question par une autre question, ne détenons nous pas la Vérité révélée ?

Réponse du Jésuite, méfiant du ramage du Dominicain, et craignant pour son fromage et surtout une quelconque manoeuvre perverse :

Ah croyez vous mon frère que le troupeau pastoral, sensible au veau d'or, est aussi convaincu que nous de l'évidence de cette Vérité ? Alors pourquoi pas l'y conduire par des questions ? Les réponses ne viennent-elles pas d'elles mêmes ?

L'immigré  a écrit le 28/11/2011 à 0:13 :

La France reçut des dictateurs (Libye, Tunisie, Égypte) sur son sol avec tambours et trompettes. Mais, en même temps, s'enorgueillit d'être la Patrie des Droits de l'Homme en revendiquant le titre prestigieux de Patrie des Droits de l'Homme. Tout le monde trouve cela cartésien et impartial.
Alors, vouloir sanctionner l'Iran parce qu'on peut difficilement pénétrer son marché, même si cela n'est point dit, est inqualifiable ! Cette schizophrénie diplomatique doit cesser ! Cela ne m'étonne guère que les français détiennent le record mondial de consommation d'antidépresseurs.
Je ne sais plus moi-même si je dois respecter les lois françaises ou être un délinquant (rires) parce que j'ai choisi de m'intégrer, donc, de faire comme certains français bien intégrés : respecter les lois quand ça m'arrange (je triche avec le fisc, j'escroque la sécurité sociale, je rackette les voisins (rires)) et être un cadre supérieur sérieux. C'est ma schizophrénie diplomatique à moi. Je n'en dors plus la nuit quand j'y pense.

JCM132  a écrit le 25/11/2011 à 18:09 :

La France a fait un gros investissement en Libye qui doit être reconstruite. Il faut rentabiliser. Avec ou sans nucléaire iranien, nous aurions fait la même chose. Ce boycott est juste du baratin ou plutôt de la communication sarkozienne. JCM

TIRELIRE  a écrit le 24/11/2011 à 19:53 :

Mais les iraniens s'en foutent comme en 14 des décisions de boycotte de leur pétrole!!! La seule république populaire de chine ,peut, d'une goulée, avaler toute la production iranienne!!!et même que ce pétrole peut très bien arriver en france via un réseau anexe

JCM132  a répondu le 26/12/2011 à 17:01:

Quelque soit la suite, les français paieront l'essence et les produits dérivés du pétrole plus cher. Donc, rien de neuf à l'horizon...Merci Sarkozy ! JCM

moutarde  a écrit le 24/11/2011 à 18:46 :

Cela en fera plus pour les Chinois .