La Tribune

Inégalités : l'OCDE "indignée"

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Ivan Best  |   -  615  mots
L'organisation internationale, qui a présenté lundi un deuxième rapport sur les inégalités, constate leur accroissement dans la plupart des pays industriels. Elle préconise des politiques de lutte contre ce phénomène qui nuit à la santé des économies. Notamment via la taxation des revenus et de la fortune des plus riches.

«Ce n'est même pas une question morale. C'est une question économique. » Le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, qui présentait lundi le deuxième rapport de l'organisation internationale consacré aux inégalités, a insisté sur l'impact négatif de celles-ci sur la croissance, à travers le monde. Les inégalités provoquent le désespoir de nombreux jeunes, freinent la mobilité sociale, et par là même les performances économiques des pays où elles sont les plus élevées ; elles alimentent un sentiment antisystème, et contribuent à faire prospérer les idées protectionnistes. Voilà pourquoi il faut les combattre, au moment où elles s'accroissent partout ou presque dans le monde.

L'OCDE souligne l'augmentation des inégalités de revenus dans la plupart des pays industriels, augmentation liée d'abord aux écarts de salaires. Bien sûr, la hausse n'est pas toujours comparable à celle enregistrée aux États-Unis (+ 25 % depuis 1980), qui échappent de peu au podium des inégalités, se situant juste après le Chili, le Mexique et la Turquie (s'agissant de l'OCDE). La fraction la plus riche des foyers américains (1 % des ménages les plus aisés) percevait 8 % du revenu global en 1980 ; elle s'en arroge aujourd'hui près de 18 %. Et si, en 1980, le revenu des 10 % les plus riches représentait aux États-Unis 10 fois celui des 10 % les plus pauvres, le multiplicateur correspond aujourd'hui à 15 fois. « Et pourtant, il s'agit d'un pays moderne, avec de nombreux think tanks, une presse puissante... » fait mine de s'étonner Angel Gurria. Rien de tel en Suède ou en Finlande. Les niveaux atteints ne sont pas si élevés. Mais la tendance récente n'en est pas moins à un écart de revenus grandissant, dans ces pays à tradition égalitaire. En France, les statistiques montrent un phénomène atténué : la particularité hexagonale, c'est la forte augmentation des salaires et des revenus d'une très petite minorité, correspondant non pas à 1 % de la population mais plutôt à 0,1 % (soit un peu plus de 30.000 foyers fiscaux), voire 0,01 %...

L'OCDE explique ce creusement mondial des inégalités notamment par les politiques de déréglementation du marché du travail... qu'elle a elle-même préconisées. Ces politiques ont pesé sur les hausses de salaires en bas de l'échelle, tandis qu'en haut, des salariés hautement qualifiés faisaient jouer la concurrence, dans la finance notamment. Les experts se montrent plus circonspects sur l'impact de la mondialisation (cf. ci-contre). En tout état de cause, les gouvernements devraient réagir face à cette situation inquiétante, affirme l'OCDE. Comment ? D'abord, en faisant tout pour développer l'emploi, en augmentant le niveau de qualification via l'éducation. Rien que du très classique... Les experts étonnent davantage quand ils préconisent des hausses d'impôts sur les plus hauts revenus et les plus fortunés. « Il faut accroître l'imposition des 1 % les plus riches en relevant les taux marginaux d'imposition (les taux supérieurs), en éliminant les abattements (niches fiscales), en taxant la propriété et la richesse », lance Angel Gurria. L'imposition des hauts revenus décidée en France pour 2012 ne correspond pas vraiment à ces préconisations politiques : il s'agit d'une contribution temporaire au redressement des finances publiques et non d'une politique structurelle de réduction des inégalités.

Surtout, l'OCDE insiste sur le maintien des prestations sociales à un niveau suffisant. Notamment s'agissant de celles incitant à l'emploi, ou celles en faveur de la famille. Les économistes estiment que la faible progression de ces prestations a contribué à l'accroissement des inégalités. En limitant à 1 % (soit beaucoup moins que la hausse du PIB en valeur) la revalorisation de certaines prestations, le gouvernement français va à l'encontre de ces préconisations.

Réagir

Commentaires

Ruoma  a écrit le 06/12/2011 à 20:25 :

Je n'ai rien compris au libéralisme, en effet...

Vous parlez de « l'accroissement des inégalités ponctuelles » : moi j'aurai parlé d'inégalités généralisées.

« Avant que la société entière en profite [...], depuis 50 ans »... 50 ans d'évolution telle que celle-ci, c'est 30 années de 30 glorieuses sans libéralisme, suivies de 30 années (depuis 1981) de libéralisme avec un appauvrissement généralisé, excepté du côté des très gros patrimoines qui l'ont accru de façon ininterrompue et scandaleuse sur la même période.
Peut-être faut-il attendre encore 20 ou 30 ans pour que la tendance s'inverse. Vous ne pourrez pas en profiter, dommage !

Vous dites encore que l'ensemble des partis politiques est socialiste. Là encore, c'est totalement faux et c'est même, de l'avis de la plupart des spécialistes exactement l'inverse ; à savoir : tous les pays européens se sont droitisés et se rapprochent des partis d'extrême-droite. Le PS n'est pas un parti socialiste, c'est un parti démocrate. L'extrême-gauche actuelle est l'ensemble qu'on peut aujourd'hui qualifier de socialiste.
Comment le vérifier ? C'est assez simple, il suffit de regarder si le projet comporte un volet sur la redistribution des richesses ou sur le contrôle de la finance.

Mais votre admiration du libéralisme tient peut-être au fait que vous bénéficiez actuellement des avantages de ce régime ? On a calculé, il y a quelques années, que la valeur du patrimoine limite était située aux alentours de 850000 ?. Avec un patrimoine inférieur, celui-ci va inévitablement diminuer, alors que pour un patrimoine supérieur, sa valeur va augmenter. J'en déduis que vous devez disposer à peu près de ce patrimoine ou peut-être même plus... Et dans ce cas, je m'étonne que vous perdiez votre temps à lire ces articles et à poster des commentaires.

Quand vous parlez de pessimisme, il est évident. La majorité des gens jeunes sait qu'elle aura des difficultés pour avoir des revenus suffisants, qu'il lui faudra éviter d'avoir des problèmes de santé et qu'elle devra attendre d'être âgée pour pouvoir s'arrêter et toucher une pension très modeste. Et aucune perspective que cela puisse s'améliorer.
De plus, nombreux sont ceux qui voudraient pouvoir acheter ce dont ils ont besoin (je ne dis pas ce qui leur fait envie) et qui ne le peuvent pas. Pas de quoi avoir le moral au beau fixe.

Et pour finir, votre distinction sur la richesse comparée entre les jeunes et les vieux est hors sujet, comme je vous l'ai déjà signalé. Lorsqu'on parle d'inégalité, c'est SANS distinction d'âge, même si, en effet, les jeunes sont majoritairement plus pauvres que les vieux qui ont travaillé toute leur vie. Et alors ?

stephane12  a écrit le 06/12/2011 à 16:49 :

@ Ruoma :

Enfin, le fait de mettre "pro-libéral" dans le même panier que l'ère Sarkozy montre surtout que vous n'avez rien compris au libéralisme, à par les poncifs habituels des socialistes...
l'UMP est le partie socialiste de droite, le PS le parti officiellement socialiste, Marine le pen est une socialiste d'extrème droite et mélenchon et consort d'extrème gauche.
Il n'y a que du socialisme en France, et on s'étonne que 80 % des Français soient pessimistes (sentiment indissolublement lié aux chantres du collectivisme qui ne croient pas en l'homme) et que la France s'effondre ....

The Jedi Knight  a répondu le 07/12/2011 à 3:03:

@stephane12: Et, vous, vous n'entendez rien à la politique !

vu  a écrit le 06/12/2011 à 16:38 :

précaires.....
Lettre ouverte du MCPL à une "responsable d'équipe"

Messagede superuser » 06 Déc 2011
Un communiqué du Mouvement des Chômeurs et Précaires en Lutte de Rennes :

Lettre ouverte à Madame Cormier, responsable d'équipe de l'agence Pôle Emploi "Rennes-Poterie"

Le 14 novembre 2011, à 13h15, un entretien collectif était organisé à votre agence. Cet entretien obligatoire, à destination des enseignants chômeurs, visait d'une part à leur rappeler que le pays n?avait plus besoin de leurs services (l?Éducation Nationale étant devenue le champ de ruines que l'on sait?) et, d'autre part, à les orienter poliment vers des dispositifs de reclassement grotesques nommés Cible-emploi ou Trajectoire-emploi, dont le suivi est assuré par des sous-traitants privés, afin qu'ils puissent ambitionner au plus vite les dernières sous-offres des secteurs dits "en tension" ? restauration, bâtiment, services ? et goûter aux joies de la flexibilité, des cadences infernales et des salaires de quatre sous.

Ayant eu vent de l?existence de cette mascarade, c?est tout naturellement que le MCPL (Mouvement des Chômeurs et Précaires en Lutte) a tenu à s?y présenter afin de voir à quelle sauce les personnes convoquées allaient être mangées ce jour-là, et afin de leur faire connaître l?existence, à Rennes, d?un collectif de soutien et d?organisation des chômeurs.

Malheureusement , Madame Cormier, le 14 novembre 2011 à 13h15, abusant de votre physionomie, vous vous êtes interposée physiquement pour nous empêcher de pénétrer dans votre salle de réunion et de nous mêler aux autres participants. Un des chômeurs présents ayant manifesté son incompréhension et sa colère parce qu'il souhaitait, justement, que nous y fassions entendre notre voix, vous avez débarqué en furie dans la pièce, jouant les flics pour identifier celui qui avait eu l?outrecuidance de réclamer notre présence, avant de lui dire comme une vieille maîtresse : «Soit vous restez-là et vous vous taisez, soit vous m?accompagnez dans mon bureau !»

Ce ne sont pas nos mots, Rita, ce sont les vôtres !

Pensez-vous vraiment, Madame Cormier, qu?un chômeur c?est seulement quelqu?un qui doit fermer sa gueule ? N?est-ce pas vous qui auriez été mieux inspirée de vous taire, ce jour-là, plutôt que de nous ressortir les uns après les autres tous vos clichés méprisants sur les cancres du marché du travail ? les mêmes qui circulent aujourd?hui dans les hautes sphères de la direction nationale de Pôle emploi et du ministère de l'Effort National ?

Non mais écoutez-vous !

Alors comme ça, si vos foutus entretiens collectifs sont obligatoires, et sous peine de radiation ? nous répétons : SOUS PEINE DE RADIATION ?, ce serait parce qu?une majorité d'usagers n?aurait pas, selon vos propres termes, les «capacités intellectuelles » d?en évaluer tous les bienfaits ? Comme s'il n'était pas de notoriété publique que vos petites animations et vos dispositifs à deux balles n'étaient rien d'autre qu'une mise en scène grossière et ridicule pour persuader l?opinion publique que vous vous préoccupez réellement de notre sort, et du problème du chômage !

Quant aux autres, aux chômeurs récalcitrants, aux «philosophes» comme vous dites, aux rebelles, vous voudriez les envoyer faire un petit tour en «maçonnerie», hein ? Parce que ça «leur ferait le plus grand bien» ? Est-ce vraiment l?idée que vous vous faîtes de la maçonnerie, Madame Cormier : un châtiment corporel et un instrument de rééducation politique ? Ou est-ce le sort que vous voudriez réservez à tous ceux qui ne goûtent pas vos entretiens collectifs, auxquels on les prie de participer en leur mettant le couteau sous la gorge : les travaux forcés ? On n?ose imaginer, à vous entendre, ce que vous devez penser des camps de travail obligatoire que le gouvernement nationaliste hongrois veut imposer aujourd'hui aux allocataires des prestations sociales (en grande partie Roms) sous la surveillance de policiers à la retraite ? On n?ose imaginer encore ce que vous devez penser des heures de travaux d?intérêt général que le gouvernement français veut imposer prochainement aux bénéficiaires du RSA pour les punir de profiter honteusement du système ?

Mais c'est quand nous avons fini par évoquer le droit à l?accompagnement, qui est aussi pour nous une forme concrète et élémentaire de solidarité entre les chômeurs, que vous nous avez sorti le grand jeu. Ça vous aurait fait tellement mal au cul d'avoir à vous plier devant la loi et de céder à notre requête, que vous avez simplement feint d?en ignorer l?existence ? au point de contredire sous nos yeux l?une de vos subordonnées ! Et parce que nous refusions de lâcher le morceau, vous avez poussé la mauvaise foi jusqu?à nous demander textuellement (quel sang-froid !) : «Et bien montrez-le moi, ce document qui prouve que vous avez le droit d'accompagner cette personne !» Belle preuve de zèle à l?égard de la maison : à quand une promotion à la direction régionale, Rita ? A quand la Légion d?honneur ? En vérité, Madame Cormier, vous auriez été bien avisée de relire l?article 24 de la loi 2000-321 du 12 avril relative au droit des citoyens dans leurs relations avec les administrations , qui stipule noir sur blanc que tout chômeur, dans ses rapports avec Pôle Emploi, peut se faire assister par un conseil ou représenter par un mandataire de son choix.

Vous nous direz que ce sont seulement trois mots en l?air de votre part ; mais ces trois mots révèlent bien l?image dégradée et dégradante que vous vous faites aujourd?hui des chômeurs et des laissés-pour-compte de la guerre économique, vous et tous les cadres de Pôle Emploi ; ainsi que votre obstination à prendre les causes de la crise pour des remèdes miracles. Si ça va si mal pour les chômeurs, Rita, est-ce que c?est vraiment «la faute aux 35 heures», comme vous nous l?avez confié, donc au partage du temps de travail, ou est-ce que c?est à cause de cette idéologie rétrograde et arriérée des heures supplémentaires , de la baisse des salaires et du productivisme effréné, qui dégouline de vos bouches comme de celles de Laurent Wauquiez, de Laurence Parisot et des néo-esclavagistes du CAC40 ?

Surtout, Madame Cormier, n'avez-vous pas conscience, en nous parlant de la sorte, c'est-à-dire en nous prenant quand même un peu pour des cons, que vous aggravez de manière préoccupante la fracture qui sépare les usagers et les conseillers de Pôle Emploi, et que vous exposez par là même ces derniers à la colère ? bien légitime ? de tous les chômeurs humiliés. C'est qu'il y a ceux qui cassent les pots, Rita ; et il y a ceux qui les payent?

De toute façon, Madame Cormier, le chômage c?est aussi ce qui vous pend au nez, à vouloir confier comme ça tous vos usagers à des organismes privés, qui se font des couilles en or sur leur dos et celui du contribuable. Et elles se frotteront bien les mains, ces boîtes de gestion de la misère, quand les salariés de Pôle Emploi auront tous été mis au rancart pour restrictions budgétaires, comme les enseignants que vous infantilisez en leur imposant vos fichus entretiens collectifs. Vous vous retrouverez plus vite que prévu à nos côtés, Rita, pour partager une réjouissante séance de coaching organisée par l'un ou l'autre de vos partenaires privés ? sur le banc des «déficients intellectuels» et des «analphabètes», comme vous dites.

Quoi qu?il en soit, ceux qui tiennent de tels propos sont nuisibles pour les chômeurs et les précaires, mais aussi pour toute la collectivité, et ils n?ont assurément rien à faire dans un service public de l?emploi ! Pardonnez-nous de vous rappelez cette évidence, Madame Cormier, mais Pôle Emploi appartient surtout et d?abord à ses usagers ! Dans ces conditions, nous pourrions demander votre renvoi immédiat et applaudir en voyant votre nom s'ajouter à la longue liste des demandeurs d'emploi, juste à côté des nôtres. Mais contrairement aux petits chefs et aux irresponsables de votre espèce, nous ne résoudrons jamais à radier qui que ce soit ; même une mauvaise comédienne comme vous, Madame Cormier. Nous nous contenterons donc d'exiger, auprès de qui de droit, que l'on vous trouve un autre poste, dans une autre agence ; un poste où vous ne serez plus en rapport ni avec des conseillers, ni avec des chômeurs ? ce dont nous croyons que tout le monde trouvera à se féliciter.

Veuillez agréer, Madame Cormier, nos plus sincères salutations.

Trop court  a répondu le 06/12/2011 à 19:36:

T'es au courant qu'un post égal un SMS. Tu dois être en illimité ...

Ruoma  a écrit le 06/12/2011 à 16:23 :

@stephane12
Je suis un peu surpris de lire autant d'âneries en si peu de lignes.
1° L'OCDE traite des inégalités. Il n'est pas question d'inégalités en fonction de l'âge.
2° Même en fonction de l'âge, je ne vois pas en quoi les inégalités devraient augmenter ? Un jeune vieillit aussi.
3°) Vieillissement accéléré ? Les français vieillissent plus vite ?...
4°) Ce n'est pas lié au capitalisme ? Discours socialiste ? Il n'en est question nulle part dans l'article.
5°) l'OCDE s'indigne. Ils sont donc tous socialistes dans cet organisme ?
6°) l'OCDE suggère de réduire les inégalités parce que ce serait meilleur ECONOMIQUEMENT. Ils ne tiennent même pas compte des questions sociales !
Avant de balancer des commentaires simplistes et "pro-libéral", il n'est pas interdit de lire attentivement, de se documenter et de réfléchir.
Sûr qu'avec de tels raisonnements, l'ère d'un Sakozy et autres politiques du même tonneau n'est pas près d'être terminée.

stephane12  a répondu le 06/12/2011 à 16:40:

@ ruoma : c'est de la statistique basique :
dans nos sociétés vieillisantes, il y a moins de jeunes et plus de vieux.
Un jeune, par nature, gagne moins et à moins de patrimoine que ce qu'il sera devenu dans 50 ans. Comme l'ocde fait des moyennes, on peut penser que dans les 10 % les plus riches, il y a essentiellement des personnes agées (poru mémoire, 90 % des gens à l'isf en France sont des retraités) et dans les 10 % les plus pauvres, il y a essentiellement des jeunes qui commencent à travailler.
Vous avez compris ?

stephane12  a répondu le 06/12/2011 à 16:41:

Le capitalisme libéral est le seul système qui fasse reculer les inégalités au sens diférence de revenus touten faisant progresser l'e'nsemble de la population.
Un paradis communiste comme la corée du nord a sûrement fait reculer els inégalités plus surement, mais en nivelant par le bas dans la misère.

stephane12  a répondu le 06/12/2011 à 16:45:

Le fait de dire que les inégalités sont dangereuses économiquement est tout à fait infondé et sort des esprits fumeux des économistes keynésiens (donc socialistes) de l'OCDE.
La croissance économique vient de la destruction créatrice de Schumpeter et donc de l'accroissement des inégalités ponctuelle avant que la sociéét entière en profite, ce que prouve l'évolution de nos sociétés occidentales depuis 50 ans.

Patrickb  a répondu le 06/12/2011 à 18:26:

@stephane12: grand rêveur intoxiqué par tes bouquins :-) t'es-tu demandé si tes bouquins prenaient en compte la nature humaine ? si tu laisses aller les inégalités, je puex te certifier qu'elles vont en grandissant et que la société entière n'en profite pas, parce que celui qui mange bien se fout royalemnet de celui qui n'a rien à manger :-) écoutes donc nos politiques qui ne comprennent pas qu'augmenter quelque chose de 50 euros peut-être un désastre, car pour eux c'est rien, mais pour un pauvre, c'est une réelle fortune :-)

Déjà trop taxés  a écrit le 06/12/2011 à 16:18 :

Qu'ils fassent mumuse avec leurs riches et leurs paradis fiscaux tant qu'ils veulent mais, par pitié, qu'ils cessent d'embaucher des fonctionnaires à tour de bras, qu'ils cessent de nous ensevelir sous les impôts, taxes, règlements et dettes, qu'ils cessent de jouer avec la monnaie, qu'ils cessent de subventionner la paresse et l'assistanat. Bref, que les étatistes de tous bords s'indignent tant qu'ils veulent mais qu'ils nous fichent la paix, partent à la retraite et nous laissent travailler à notre prospérité sans s'en mêler et sans nous spolier !

stephane12  a écrit le 06/12/2011 à 13:28 :

Les inégalités ne sotn pas injustes par nature, sauf si elles découent de situations injustes à l'origine, ce qui est encore à démontrer.

Plus simplement, quand je vois l'OCDE qui s'indigne d'un phénomène essentiellement démographique, je reste sidéré par le faible niveau de leur réflexion.
Il faut comprendre que les inégalité votn continuer à augmenter du simple fait du vieillissement accéléré de la population.
Il est tout à fait normal que j'ai plus de patrimoine et de revenus à 50 ans que quand j'en avais 20 et que j'étais encore étudiant.
Voilà ce qui est à l'oeuvre dans les sociétés occidentales, ce n'est pas lié au capitalisme ou à d'autre billevesée socialistes.

L'inverse serait parfaitement injuste et sujet à indignation.

Equité bis  a répondu le 06/12/2011 à 14:29:

Ah, vous avez découvert cette loi économique dans une pochette surprise?
Quand on sait que le "patrimoine" des 10 % de français les plus pauvres s'élève en moyenne à 2700 euros (INSEE) on a du mal à vous suivre...
Arrêtez de justifier les inégalités au nom du mérite, cela sert souvent de cache-misère intellectuel aux gens qui n'ont pas d'arguments.

RAF  a répondu le 06/12/2011 à 14:44:

@Equité bis: On s'en fout comme de l'an 40 du capital des + pauvres. S'ils veulent en sortir ,ils n'ont qu'à se remuer le C.. . Marre de l'équité et de la solidarité à tous crins.

Exodus  a répondu le 06/12/2011 à 14:46:

stéphane12 n'a pas parlé de mérite mais de vieillissement de la population. Il faut savoir lire equité avant de critiquer.

stephane12  a répondu le 06/12/2011 à 15:53:

@ Equité bis : donc pour vous, il est normal qu'un étudiant venant d'avoir le bac à 18 ans et commençant ses études disposent d'autant de revenus et de patrimoine que son père de 55 ans qui travaille et économise depuis 35 ans ?
Vous confondez équité et égalitarisme (qui est une parfaite inégalité).
Plus philosophiquement, vous reprenez les arguments habituels de tous nos intellectuels communistes, Bourdieu en tête, qui n'ont eu de cesse de dénoncer le mérite (cad le libre arbitre) en affirmant que cela n'existe pas.
Oui, le mérite n'existe pas, mais seulement dans un monde socialiste, cad dans une utopie ... il faut sortir et rencontrer des gens avant d'affirmer et de parler d'équité ....

new frontier  a écrit le 06/12/2011 à 12:31 :

Les personnels de l' OCDE payent ils, comme tout le monde, des impôts et de la TVA? Si c'est non, leurs leçons de morale ne pourront donc que choquer tous les autres.

Borderline  a répondu le 06/12/2011 à 14:43:

Oui, ils paient des impôts et la TVA mais bénéficient (les fonctionnaires internationaux seulement) de certains privilèges fiscaux...

jpav  a écrit le 06/12/2011 à 11:30 :

Lorsque la démocratie produit tant d'inégalités, c'est qu'elle devient un vain mot, notamment pour ceux qui la mettent en oeuvre, c'est à dire les élus, les seuls qui soient en mesure de voter les corrections à apporter à ces dérives.

kenso  a écrit le 06/12/2011 à 10:47 :

les inégalités on entend que ça en ce moment de la part de nos politique, mais la plus grande des inégalité je pense et que les politique ne paie pas d'impôts, mme Lagarde avec un salaire de près de 400 000.00 euros par an ne paie pas d'impôt et c'est dû a sont statue, alors ben pourquoi les riches, très riche n'aurai pas droit à un STATU eux aussi !!!!!!!!! avant de balaye devant la porte des autres balayez devant la votre !!!!!!!!

churchill  a écrit le 06/12/2011 à 10:24 :

on pourrait augmenter la tva francaise de 10 points pour taxer ' les riches francais' et donner ca aux africains....ah, pardon, ca va pas aller car 'j en n'ai pas les moyens, moi'... la rengaine a deux balles du francais, on connait

ledodu  a écrit le 06/12/2011 à 10:11 :

qu'on arrete de taxer le travail et il faut imposer à fond les heritages , cela ramènera de l'equité dans notre société.

Ben  a écrit le 06/12/2011 à 10:10 :

Moi, je suis indigne de voir ces parasites vivre sur le dos des travailleurs! A quoi servent-ils sur cette planete?

mona  a répondu le 06/12/2011 à 11:06:

ben voyons c'est la bêtise crasse qui parle ,degré zéro de la réflexion ben

Equité  a répondu le 06/12/2011 à 11:58:

C'est peut être mal exprimé, mais il y a du vrai dans le commentaire précédent: comment la théorie économique libérale peut elle expliquer les différences colossales de revenus? Par la productivité marginale, la qualité du travail, la compétence? Quand vous êtes payés 1000 fois plus... allons il y a dans nos sociétés des phénomènes de rente (ceux qui dirigent les grandes sociétés définissent eux mêmes leurs salaires).
Alors intéressez vous à l'indignation de ceux qui passent toute leur vie à gagner 1000 euros /mois, ça fait réfléchir!

Equitable  a répondu le 06/12/2011 à 19:34:

@Equité : 1000 euros/mois. Bigre, c'est ce que met de côté chaque mois pour mes vieux jours.

Alan John  a écrit le 06/12/2011 à 9:32 :

Pouurait on connaitre le salaire et les avantages de toutes sortes de ces nouveaux indignes ? SVP, la tribune , une petite enquete sur la renumeration des employes de l'OCDE.

réponse  a répondu le 06/12/2011 à 12:00:

De 5000 à 150000 euros par mois pour les administrateurs, jusqu'au dirigeants, norme des fonctionnaires internationaux (ONU, FMI...)

Alan John  a répondu le 06/12/2011 à 16:17:

A Merci, reponse. De 5000 a 150000 euros par mois de salaires de base. Maintenant j'aimerais connaitre le montant des primes percues des qu'ils sont en mission(or de par leurs jobs ils y sont souvent) et savoir un peu plusa d'information sur leurs avantages en tout genre( par exemple leurs enfants sont ils eduques aux frais de l'OCDE, A quel age partent ils en retraites, etc..)J'ai vu comment fonctionnait une organisation semblable a Brazaville( OMS)et croyezmoi quand on a leurs avantages s'indigner est indecent.

celthic  a écrit le 06/12/2011 à 9:32 :

je ne savais pas que l'OCDE cachait en son sein des gauchistes... c'est une boutade bien sûr

Obamo  a répondu le 06/12/2011 à 14:33:

Moins que souhaitable, mais cela permettrait d'entendre d'autres sons de cloches (par ex. Stiglitz, Krugmann) et il y en a des cloches! mais pas que...

cdg  a écrit le 06/12/2011 à 8:30 :

il faudrait surtout taxer les heritages, qui font qu on a une generation de rentiers. haut revenus sans rien faire

mais ca, c est impensable dans la societe francaise

kenso  a répondu le 06/12/2011 à 10:44:

pourquoi est-ce impensable d'avoir le revenu des investissement de ses parents et grands parents ????? ils (parents et grands parents) ce sont acquitté de leurs impôts et taxes, alors si vous en hérité temps mieux, encore un conflit de jalousie a la française c'est tout !!!

Gilles  a écrit le 06/12/2011 à 8:30 :

Que ses représentants des pays et fonctionnaires commencent à payer l'impôt sur le revenu et on en reparlera.

yvan  a écrit le 06/12/2011 à 8:06 :

Il est clair que pour vanter la gloire du libéralisme en cas de crise mondiale, c'est beaucoup plus délicat. Ou peut-être y êtes-vous pour quelque chose, non...?

GABUZO  a écrit le 06/12/2011 à 7:53 :

C'est vraiment l'hopital qui se fout de la charité. Après avoir préconisé cette politique des inégalités: plus de salaire minimum moins d'impôt l'OCDE fait semblant de découvrir les dégats. Qui sont ces guignols qui se permettent de donner des leçons au monde?

Ahbon  a écrit le 06/12/2011 à 7:19 :

Allo CADOUAL, EIFFEL et consorts , ... vous êtes ou ? Et oui l'OCDE même commence a revenir en arrière vis a vis de la politique libérale "gnangnan" et surtout factuellement inefficace mise en place dans la majorité des pays ... Ceci dit si la majorité des pays finissaient par suivre ses recommandations (de bon sens si on ne veut pas de révoltes) les riches auront du mal a se delocaliser cela fera un argument de moins pour ne pas les taxer ...