Comment l'Argentine s'est redressée dix ans après sa faillite

 |   |  488  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
La réorientation de la politique économique et la restauration de l'autorité de l'État sont à l'origine de ce spectaculaire rétablissement.

Il y a dix ans, le 23 décembre 2001, un président intérimaire déclarait l'Argentine en cessation de paiements sur sa dette souveraine (100 milliards de dollars). Étranglé les plans d'ajustement imposés par le FMI, la parité fixe liant le peso au dollar et son endettement, le pays est en récession depuis trois ans. Trois jours plus tôt, Fernando de la Rúa, le chef de l'État élu en 1998, avait abandonné le palais présidentiel en hélicoptère, laissant derrière lui une économie en ruine et trente-huit morts : la police avait tiré sur des manifestants qui protestaient contre le blocage des comptes bancaires institué par un gouvernement aux abois. Mais la descente aux enfers n'est pas terminée. Le 2 janvier, le peso est dévalué. L'Argentine s'enfonce dans le chaos. Les faillites se multiplient, le chômage atteint 25 % et la moitié de la population tombe sous le seuil de pauvreté.

Dix ans après, l'Argentine affiche une insolente santé économique, avec une croissance de 8 % par an depuis 2003. Et si la pauvreté touche encore 20 % de la population, le taux de chômage, à 7 %, est un des plus bas de l'histoire du pays. Les salaires ont augmenté, les profits des entreprises, aussi, et les Argentins consomment à tout-va. Comment expliquer un tel redressement ?

Méfiance à l'égard des banques

L'Argentine est repartie dès la mi-2002, quand le président Eduardo Duhalde décide, avec son ministre de l'Économie Roberto Lavagna, de tourner le dos au FMI, qui réclamait plus d'austérité pour payer la dette. Le gouvernement donne la priorité à la lutte contre la pauvreté et à la remise en ordre de l'économie réelle. La demande reprend et les entreprises, plus compétitives du fait de la dévaluation, peuvent y répondre.

Élu en 2003, Néstor Kirchner poursuit et approfondit cette politique. Il rompt avec le FMI et impose aux créanciers de la dette une décote de plus de 50 % sur la dette, estimant que l'Argentine ne pouvait payer plus. Avec des finances publiques assainies et des rentrées fiscales en hausse, il multiplie les investissements publics dans les infrastructures, l'éducation et les programmes sociaux. Avec lui, et avec son épouse Cristina Fernández de Kirchner, qui lui succède en 2007, l'autorité et le rôle de l'État sont restaurés.

L'économie tournant à plein régime, la présidente améliore les retraites et généralise les allocations familiales, tandis que les salaires augmentent d'année en année d'un pourcentage supérieur à celui de l'inflation. Les Argentins ont gardé des évènements de décembre 2001 une grande méfiance à l'égard des banques et de la finance internationale. Ils critiquent l'interventionnisme du gouvernement mais considèrent que l'État doit jouer un rôle essentiel dans l'économie. Et sont convaincus que ce n'est pas avec plus d'austérité que l'on sort de la crise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2013 à 0:42 :
jews controle la finance alors tjrs vivant les goys?
a écrit le 05/01/2012 à 16:00 :
Si la faillite rime avec baisse de la consommation, face aux limites des ressources, ne faut-il pas y voir une vertue régulatrice au regard de la Maison, l'édifice et ses habitants? Que dire alors des artifices européens et américains pour minimiser les effets de leurs situations?
Le Parti Dit Zident propose une solution: "Un budget universel..." ( http://parti.dit.zident.over-blog.com/article-budget-universel-87655681.html ) A bon entendeur salut...
a écrit le 01/01/2012 à 9:18 :
Je n'aurais jamais crû qu'un journaliste avec un nom français puisse se laisser berner de cette façon ! On se demande quels sont vos amis et si vous avez seulement fait l'effort de regarder ce qui se passe dans la rue et chez la majorité des Argentins pour écrire de pareilles balivernes... Aussi, vous devriez fréquenter d'autres journalistes que ceux qui sont invités au palais gouvernemental et gagnent beaucoup plus à appuyer la propagande officielle et à diffuser ce que Kristina veut qu'on dise qu'à faire ce qu'ils prétendent être encore leur métier : journalistes.
a écrit le 28/12/2011 à 0:37 :
Y a t il un seul pays qui a été sauvé par le fmi?
Réponse de le 28/12/2011 à 12:28 :
Ca c'est la bonne question à se poser !
Réponse de le 28/12/2011 à 14:22 :
La Corée du Sud, je crois !!
a écrit le 27/12/2011 à 17:37 :
Les salaires augmentent mais ils ne le font pas au meme niveau que l´inflation, celle-ci est cachée avec une mainmise de l´´etat (encore une autre) sur le bureau qui doit l´´evaluer. Ceux qui ont osé publier les chiffres réelles de l´inflation ont été tout de suite limogés. Démagogie, hypocrisie et bien evidemment ignorance et enfoutisme completent le cadre.
Réponse de le 27/12/2011 à 19:30 :
je crois que si l'on publiai les vrai chiffre de tout ce qui peut déranger en Europe a savoir en France l'économie n'y résisterai pas car par chômeur, par exemple en France on comptabilise juste ceux inscrit au chômage, mais ceux qui sont dans les autres cases on ne les comptabilise pas ça ferai pas bonne presse, alors qui est le plus gros menteur ????
a écrit le 27/12/2011 à 10:01 :
ce texte ne s adresse qu aux frenchs verts.

plus de la moitie de la pampa a ete mise en soja.
ca aide enormement pour bouster les exportations et les finances de l argentine.
mais sachez le tout est en ogm....
Réponse de le 27/12/2011 à 10:44 :
Il faut immédiatement interdire l'importation de produits agricoles, viandes, etc , d'Argentine ! D'où la nécessité de la France d'arrêter de construire des HLM's sur les champs et de réguler sa population pour assurer sa sécurité alimentaire qui va devenir cruciale avec le changement climatique.
Réponse de le 27/12/2011 à 21:46 :
Ok. Prenons des mesures protectionnistes ! (sous couvert de mesures écologistes pour nos compatriotes nazionalistes ). Comptons sur le fairplay des autres nations pour ne pas surtaxer ou pénaliser notre commerce... D'ailleurs pourquoi la France se conformerait aux règles du commerce international ? Nous sommes au-dessus de tout cela ! Les Chinois , les Indiens, les Brésiliens et autres Argentins n'ont qu'a bien se tenir !
a écrit le 27/12/2011 à 8:47 :
A bon entendeur, Merkozi,
a écrit le 27/12/2011 à 4:25 :
.. ? des statistiques ?nomiques compl?ment truqu? de l'aveu m? des ?nomistes argentins, pour berner les journalistes pas trop regardants...!
a écrit le 26/12/2011 à 23:13 :
Depuis le temps que J. L. Mélanchon le dit dans ses discours, qu'attendons-nous ? d'être tous dans la misère pour se dire qu'on pourrait peut-être essayer leur méthode ?
Réponse de le 27/12/2011 à 11:18 :
melanchon melanche tout,c'est le plombier sovietique qui arnaque les bobos et lescocos,...
Réponse de le 03/03/2012 à 15:50 :
melenchon ne melange rien c'est toi qui mélange tout . c'est celui qui à fait le meilleur diagnostic sur la crise . c'est un agrégé de philo : il à écrit plus de 15 livres . c'est un intellectuel . il est trés malin ne le sous estime pas . va y avoir des surprises
a écrit le 26/12/2011 à 18:15 :
l'Argentine s'est faite piller pendant des décennies, et en général classe politique et "zélites" locales ne sont pas très responsables. Ceci étant, il est compréhensible que les argentins évitent soigneusement les banques, car elles ont été les pires de tous..
Lire Adrian Sabuchi. Par exemple:http://diatala.over-blog.com/article-adrian-salbuchi-un-economiste-argentin-nous-explique-pourquoi-l-effondrement-est-inevitable-86113712.html
a écrit le 26/12/2011 à 15:46 :
Voilà l'exemple que marine le pen dessine pour la france, si cette personne accède à la magistrature suprême.
Réponse de le 26/12/2011 à 20:46 :
Exact !
Réponse de le 28/12/2011 à 13:39 :
+8%/an
a écrit le 26/12/2011 à 13:36 :
dés que l'on prononce le pen,bcp deviennent rouges ou incontinents!je ne sais pas pourquoi...
Réponse de le 26/12/2011 à 13:52 :
Facile.
Réponse de le 26/12/2011 à 14:31 :
Parce que bon nombre de Français ont été "biberonnés" a l'anti-Lepénisme primaire depuis 30 ans par des associations d'activistes , plutot affairistes (tout au moins leurs dirigeants) , de SOS-Racisme a la Licra en passant par Ras-Le-Front ou le CRIF.......etc .
Réponse de le 26/12/2011 à 15:01 :
Si vous l'ignorez, antisyst, c'est que vous êtes aveugles. Pauvre France...
a écrit le 26/12/2011 à 13:07 :
POur comprendre l'Argentine, il faut y vivre

Demandez aux Argentins ce qu'ils en pensent ....Rien, a part peut -etre que le pays retourne tout droit dans le mur qu'il a brisé il y a 10 ans
Réponse de le 26/12/2011 à 18:04 :
de acuerdo a 150%.
Réponse de le 26/12/2011 à 23:06 :
tellement evident! Jean Louis Buchet est un ignare....
Réponse de le 13/02/2012 à 19:05 :
Les argentins ont appuyé à Cristina Fernandez de Kirchner avec le 54% des votes.
Réponse de le 18/09/2013 à 2:33 :
La pauvreté a diminué, c'est le plus important ) (je suis argentine)
a écrit le 26/12/2011 à 11:23 :
Ni les Kirchner (enfin elle seule désormais ) ni les Le Pen n'ont la moindre leçon d'économie a recevoir des pseudo-Nobels en économie (de DSK Sarkozy) qui prétendent gouverner avec savoir-faire !!
....Il est temps que les citoyens cessent de se laisser illusionner par des discours aussi doctes que falsifiés des "avocats" sans compétences ni lois, et restaurent au pouvoir des responsables politiques habités par le bon sens , l'honneteté , le courage et la liberté vis-a-vis des lobbies affairistes qui se moquent bien de l'interet général ...
Réponse de le 27/12/2011 à 12:18 :
Je crains malheureusement que ce genre de responsable n'existe plus !
Réponse de le 28/12/2011 à 10:54 :
no, pour qu'ils e'xistent faudrait que leurs salaires soit fixés par referundum, augmentation idem et privilèges idem!! ça chuterai dur et seuls les courageux et ayant l'amour de leur pays se presenterait et pourrait être élus. ça démocratiserait vraiment les choses.
Réponse de le 28/12/2011 à 13:41 :
bien dit banco . ! ! !
c'est tout a fait cela. ! !! !
a écrit le 26/12/2011 à 9:49 :
L'Argentine va replonger dans la crise aussi sûrement que son Etat-providentiel obèse grossit à vu d'oeil. L'Etat argentin augmente ses dépenses de 30% par an. Il a survécu jusqu'à présent par la spoliation de l'épargne privée, notamment celle des fonds de pension, et par une inflation supérieure à 10% qui ruine chaque jour un peu plus la population. Les Argentins sont déjà trop taxés et trop étatisés.
Réponse de le 26/12/2011 à 11:55 :
C'est une obsession chez vous l'etat providentiel. Tout comme les taxes. A ce stade vous devriez consulter. L'endoctrinement ultra liberal peut provoquer des troubles psychiques irreversibles
Réponse de le 26/12/2011 à 12:49 :
il n'y a pas de spoliation des fonds de pension.. ils se sont juste plantés dans leurs investissements , espérant faire un max de bénéfice y compris en affamant une population et en détruisant l'industrie. Donc ils ont perdu leur fric c'est tout. Et il va leur arriver la même chose en europe.
Réponse de le 26/12/2011 à 14:28 :
Les fonds de pension argentins ont été pillés deux fois. La première lorsque le gouvernement a décidé de trahir son peuple en faisant défaut, alors que les fonds étaient investis pour moitié en titres publics argentins, la seconde lors de leur nationalisation : deux scandales en un pour un Etat-providentiel obèse. Mais aujourd'hui la fête des cigales est finie, l'Argentine n'ayant plus aucune ressource, justement parce qu'elle a fait défaut et qu'elle a épuisé le potentiel de sa propre population. L'Argentine est le symbole universel de ce qui arrive aux Etats socialistes subprime : égalitarisme idéologique, promesses non financées, spoliation, ruine, pénurie, appauvrissement de masse, liberté et propriété privée bafouées, trahison. La vérité est toujours douloureuse pour les idéologues et les doctrinaires aveugles.
Réponse de le 26/12/2011 à 15:34 :
Et en matière de d'ideologue aveugle vous faites reference.
Réponse de le 26/12/2011 à 16:36 :
haha oui boss, c'est affligeant. Il lit les mêmes tracs à longueur de journée lol
a écrit le 26/12/2011 à 9:35 :
c'est une facon d'annoncer que ca va arriver en europe aussi? la difference avec d'autres pays c'est qu'ils font pas mal d'export...
Réponse de le 26/12/2011 à 11:51 :
la principale différence c'est quà l'époque l'argentine était seule à faire défaut sur 100 milliards de dollars de dette et qu'aujourd'hui se sont tous les pays occidentaux qui s'apprêtent à faire défaut sur des dizaines de milliers de milliards de dollars ou d'euros de dettes
a écrit le 26/12/2011 à 9:30 :
Nous devons nous débarrasser des pays du sud de l'Europe, ils n'ont aucun avenir dans l'euro car non compétitifs, l'Europe doit se faire avec des pays ayant le même niveau de PIB par habitant.
Réponse de le 26/12/2011 à 9:52 :
Cavaliere, je vous rappelle que même dans un même pays, toutes les régions n'ont pas le même niveau de richesse. Faut-il alors qu'il y ait une monnaie par région...?? Et pourquoi pas par commune, tant que vous y êtes. Je vous rappelle également que la joyeuse crise actuelle est mondiale. Sortez donc un peu de votre "Euro responsable de tous VOS maux". Changez de continent. Cela va toujours mieux "ailleurs".
Réponse de le 26/12/2011 à 10:04 :
Il suffit surtout que l'euro soit moins élevé et par exemple le yuan plus élevé déjà. Et d'autre part plus d'Europe, moins de doublons administratifs etc. Bref une forte politique "Europe en avant toute" ! Pour le reste il y a énormément de compétences et de savoir faire. L'Europe n'a pas été achevée, en énergie par exemple beaucoup reste à faire etc. Si à chaque fois que la compétitivité varie on sort un pays de l'euro, quid quand l'Allemagne sera encore plus âgée.
Réponse de le 26/12/2011 à 12:51 :
Moi je ne vois pas d'inconvénient à sortir la Corse, Marseille, le 93 de la France, si j'étais Alsacien je demanderais à intégrer l'Allemagne ou voire la Suisse.
Réponse de le 26/12/2011 à 14:41 :
oh pourquoi sortir marseille???la plus belle ville du monde pour ne pas dire la capitale!!!!on travaille aussi à marseille !!!!
Réponse de le 26/12/2011 à 17:03 :
c'est clair qu'un seul pays tire encore l'europe vers le haut:la france.je sais,vous allez ricaner mais les chiffres sont la!sarkozy,le medef et les collectivités locales ont fait du bon boulot,meme les socialistes.mais voila,les français sont geignards et se plaignent tout le temps.
Réponse de le 03/03/2012 à 11:05 :
cavaliere le revenu par habitant des italiens et espagnols est pratiquement équivalent à celui des français . en revanche celui des français ets bien loin de celui des pays scandinave!! racisme envers les pays du sud gratuit et stupide . l'italie et l'espagne 7eme et 8eme puissance économique du monde . ( pour info la france est un pays latin du sud de l'europe !!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 26/12/2011 à 9:17 :
On crois rêver !!!
M.Jean-Louis Buchet d'où avez-vous écrit votre article?
Si vous vous contentez de fréquenter les bars et restaurants de puerto madero je vous conseille de vous déplacer un peu en dehors de la capitale fédéral.
Chaque fois que je vais en Argentine la situation est pire. Routes défoncées, vols à la tire, il est interdit de s'arrêter au feu rouge sous peine de se faire détrousser et ce même prés de l?aéroport JNB le long de la Costanera.
C'est un gouvernement populiste et corrompu jusqu'à la moelle qui distribue des allocations en asséchant les caisses de retraite.
Ceux qui prenne l'Argentine pour exemple n'y connaisse rien.
L?argentin ne peut même plus se payer son asado du week-end, même ceux qui travaillent.
Un comble pour un pays producteur de viande.
Réponse de le 26/12/2011 à 9:48 :
Kro-magnon, ce n'est pas beau de casser les rêves que l'on essaie de nous distribuer "généreusement". Et il aurait été, en effet, plus judicieux de prendre l'Equateur comme exemple d'audit de la dette...
Réponse de le 26/12/2011 à 11:57 :
KRO-MAGNON, Est-ce toujours aussi dangereux de se déplacer en Argentine ? Y-a-til toujours des enlèvements ? Les habitants vivent-ils réellement mieux ?
Réponse de le 26/12/2011 à 18:12 :
@ magic du 56.
Si 56 veut dire Morbihan, restez chez vous car chaque fois que je vais visiter ma belle-famille c'est pire. Même au plus fort des beuveries des interceltiques c'est moins dangereux.
a écrit le 26/12/2011 à 9:03 :
L'"exemple" de l'Argentine est surement de nature à faire réfléchir nos gouvernants et ceux d'Europe: la tenante de l'austérité, Angela Merkel, n'a pu obtenir des résultats qu'au prix d'une politique de paupérisation et gràce à des excédents commerciaux records et une démographie "accomodante". Tous les pays ne peuvent fonctionner de la sorte et on voit bien qu'un excès de rigueur qu'à refusé à partir d' un certain cap l'Argentine est tout aussi néfaste que les excès des gouvernements prodigues. Une politique d'une certaine austérité ne peut donner des résultats bénéfiques sans être accompagnée de mesures visant à la relance de l'emploi privé ou parapublic.
a écrit le 26/12/2011 à 8:46 :
C'est marrant: on dirait les recettes qui ont été apppliquées par Philippe le Bel, Richelieu et autres Colbert...
Et à chaque fois, la mise sous tutelle des banquiers change les choses... un hasard sans doute!
Réponse de le 26/12/2011 à 17:05 :
mettez les banquiers sous tutelle et vous tuerez la croissance!n'oubliez pas qu'ils sont créateurs de valeur ajoutée!
a écrit le 26/12/2011 à 8:39 :
il est bien clair que la France n'a pas les mêmes solutions, car, ne l'oublions pas nous nous avons des politiques qui se gavent chaque jour !!!!
et AUCUN politique n'a la solution
seuls les PME pourront sortir le pays de la merde dans laquelle il se trouve
a écrit le 26/12/2011 à 8:25 :
Le Portugal et l'Espagne ont tout intérêt à réfléchir sur leur avenir dans l'Europe, le Portugal pourrait abandonner l'euro mais devra adopter le réal comme monnaie pour éviter la dévaluation excessive d'un éventuel retour à l'escudo, l'Espagne de son côté devrait plutôt organiser son avenir en Amérique latine où elle pourrait aider ces pays à se développer et à s'organiser. Dans 15 ans l'Amérique Latine donnera plus d'opportunité aux chômeurs diplômés espagnols et aux entreprises espagnoles car le débouché France est saturé et l'Allemagne ne peut absorber la péninsule ibérique.
Réponse de le 26/12/2011 à 8:55 :
Le Brésil dépend beaucoup de la Chine donc si la bulle se dégonfle en Chine qui est de plus en plus concurrencée, il peut en être affecté. La roue tourne et certains pays et zones ont le vent en poupe pour une durée chaque fois déterminée. L'Europe traverse une phase difficile pour quelques années mais ne manque pas d'atouts si ses politiques vont de l'avant et ils n'ont guère le choix. Elle a un rôle a jouer aussi avec l'Afrique entre autres. Les pays d'Amérique latine n'ont par ailleurs pas nécessairement envie de se voir arrimés aux problèmes de l'Europe et ont une attitude très ouvertes à d'autres.
Réponse de le 26/12/2011 à 9:25 :
Il y a encore un avenir au Portugal, l'Espagne et la Grèce dans l'euro, dites moi le quel ? L'Europe ne peut que se faire avec l'Italie, l'Allemagne et en partie la France qui ont le même niveau de vie et l'Italie et l'allemagne sont deux pays industrialisés.
Réponse de le 26/12/2011 à 10:11 :
On imagine mal avoir un euro pour quelques pays temporairement en phase ou dans une situation acceptable et les autres de retour à leur monnaie d'origine ou autre. Comme les situations varient et qu'une zone euro réduite rend cette monnaie moins intéressante et qu'elle risque d'être élevée par rapport aux autres de la zone géographique, c'est rapidement intenable. Au pire une sortie temporaire de petits pays seulement. Meilleure solution à mon avis c'est plus d'intégration européenne et baisse de l'Euro.
Réponse de le 26/12/2011 à 12:48 :
Sans l'Allemagne, l'Autriche et les Pays Bas ?
Réponse de le 28/12/2011 à 13:56 :
tu dis n'importe quoi cavaliere... je prends meme pas la peine d'argumenter...tu dois etre encore une de ces francaises qui pense que la france est au dessus de tous ...
surtout que tu prends l'exemple de l'italie qui est ben pire que l'espagne et le protugal, mais qui n'a pas le courga de prendre les memes mesures !! !
a écrit le 26/12/2011 à 7:39 :
L'Argentine a pu se redresser car contrairement à la France, les ministres et parlementaires, maires de grandes villes, etc, ne gagnent pas des fortunes mais des salaires du niveau d'un employé. A titre de comparaison, la présidente Cristina Fernandez de Kirchner gagne 3481 euros par mois pour 21 133 euros gagné par Nicolas Sarkozy. La France avec ses boulets ne peut s'en sortir, à moins que Marine ne change tout cela en 2012.
Réponse de le 26/12/2011 à 8:57 :
En Amérique latine d'alors la part des salaires relatifs de la fonction publique n'ont pas eu un impact déterminant dans le redressement de l'économie, surtout basé sur une forte dévaluation, un protectionnisme ciblé, une part d'exportations agricoles importantes, un environnement général porteur etc... Mais il est vrai que lorsque l'on spamme pour le parti de Marine, prête à faire tanguer le navire Europe pour ses seuls interêts de clan et dont le "Paquebot" a dû être vendu pour renflouer les caisses d'un parti en quasi faillite après 50 années d'incapacité chronique à prendre le pouvoir faute d'idées acceptées et acceptables pas des dizaines de millions de français sur plusieurs générations, ce qui est score rarement atteint dans l'histoire politique, on n'en est pas à une inexactitude ni ineptie près ;o))
Réponse de le 26/12/2011 à 8:58 :
Comparer le niveau de rémunération de la présidente argentine et du président français c'est un peu comme si on mettait la France et les pays du Maghreb sur un même pied d'égalité en matière de niveau de vie,or,on sait qu'il n'en est rien! Et puis puisque vous en profitez pour inviter indirectement à voter pour votre chère Marine,il ne serait pas inutile de rappeler ses indemnités parlementaires du parlement européen duquel elle figure en tête de liste pour absentéisme chronique qu'elle cumule avec d'autres indemnités, ce qui fait qu'elle émarge à plus de 13.000 euros mensuels pas loin du petit Nicolas...(notez que je ne suis pas du tout pour l'UMP ), alors prêt pour la vérité qui dérange ou la vérité qui m'arrange?!
Réponse de le 26/12/2011 à 9:04 :
Arrêtes avec ta propagande, a part beugler les LE PEN ne savent rien faire et ne connaissent rien à l?exercice du pouvoir. Et il ne suffit pas d?avoir étudié l?économie à l?école pour savoir pondre de bonnes réformes, la théorie diffère de la pratique et en économie il faut surtout savoir anticiper les évolutions plutôt que d?être capable de parler des théories d?un autre temps et qui ne sont plus adaptées au monde actuel. Quand à l?écart des salaires, avant de parler vous devriez savoir qu?il y a une raison historique à tout cela et que plus le salaire des politiciens est bas et plus le nombre de personnes pouvant potentiellement les corrompres est élevé.
Réponse de le 26/12/2011 à 9:15 :
Oui, mais vous allez un peu vite. Regardez les biens aquis par la famille. Un emir ne fait pas mieux.
Réponse de le 26/12/2011 à 9:27 :
L' Argentine est au même niveau que le Portugal. Le Maghreb est constitué de pays fortement retardés.
Réponse de le 26/12/2011 à 13:31 :
Faut pas s'inquieter pour la présidente d'Argentine ... le patrimoine de sa famille a augmenter de 978% depuis que son mari a pris le pouvoir en 2003. ( source lanacion)
Réponse de le 26/12/2011 à 14:03 :
combien gagne le roi du maroc
Réponse de le 26/12/2011 à 17:07 :
il faut sanctuariser les revenus des élus français.c'est un subtil equilibre que nous avons mis des années a batir
Réponse de le 27/12/2011 à 9:04 :
Les élus ont tous eu une augmentation en 2011,car ils ont pu voter cette augmentation, ce qui n'est pas le cas des salariés qui paient de plus en plus pour eux. Scandaleux. Même Cohn Bendit, le braillard a voté et accepté sa belle augmentation
a écrit le 26/12/2011 à 7:23 :
Ils ont agit comme une entreprise en redressement judiciaire avec une réduction des créances et un étalement du reste de la dette,ceci permet de donner de l'oxygéne à l'économie
a écrit le 26/12/2011 à 6:58 :
quelle idée(est-ce le bon terme?) de comparer une économie basée sur les marchés mondiaux des céréales, oléagineux et autres produits agricoles, et une économie développée. Quant aux recettes marines je les laisse à leurs partisans.
Réponse de le 26/12/2011 à 7:53 :
Quelque soit l'économie, il suffit de savoir gérer et d'être cohérent. Pour cela il existe des écoles où cela s'apprend. Le problème de la France est que les responsables comme M. Sarkozy, M. Baroin, Mme Lagarde, etc, n'ont pas fait d'études en économie, mais en droit. Ils ne connaissent rien ni à la microéconomie ni à la macroéconomie. Tout ce qu'ils savent faire, c'est emprunter. Il faut les empêcher de continuer à emprunter 178 milliards d'euros en 2012 en votant massivement Marine ! FL/ingénieur, diplômé en économie
Réponse de le 26/12/2011 à 8:46 :
Il ne faut pas voter non plus Marine, elle est également juriste !!!
Bayrou par contre qui sait lui très bien s'entourer et consulter beaucoup de spécialistes avant de prendre une décision avait prévu entre autres le problème des dettes dès 2002 et en avait averti très largement en 2007, pas Marine, alors mieux vaut voter Bayrou, il est nettement plus crédible et sérieux !
Réponse de le 27/12/2011 à 7:19 :
Ça c'est sur que Bayrou sait s'entourer. Quand il était Ministre de l?Éducation, où il n'a d'ailleurs strictement rien fait, c'était le SNES qui dirigeait le Minstère
a écrit le 26/12/2011 à 5:09 :
Viva Argentina!
a écrit le 26/12/2011 à 3:18 :
Il est plus facile de se redresser quand on fait défaut sur ses dettes !
Mais qui a encore confiance en l'Argentine, même maintenant ..
Réponse de le 26/12/2011 à 3:51 :
Les Argentins...

Pour moi ça démontre bien qu'il vaut mieux avoir confiance en soi-même plutôt qu'en son banquier pour se sortir de l'endettement.
a écrit le 26/12/2011 à 1:26 :
Marine fera quelque chose de similaire après la sortie de l'euro et le passage à une monnaie commune ...
Réponse de le 26/12/2011 à 5:17 :
@Paul, il faut voter pour Marine !
Réponse de le 26/12/2011 à 6:16 :
hu
Réponse de le 26/12/2011 à 6:54 :
Marine n'est pas pour la sortie de l'Europe et encore moins pour la sortie de l'euro.....
Réponse de le 26/12/2011 à 7:38 :
La théorie de Marine nous ferait couler plus fortement que la situation en cours et n'est de toutes façons objectivement pas applicable sous 5 ans d'une présidence pour avoir des chances de ne pas être trop un désastre. Elle nécessiterait forcément une longue préparation préalable du pays (remise à niveau sur plusieurs plans avant et çà ne peut se faire rapidement surtout dans le contexte général actuel, de plus il y a beaucoup de gens âgés donc manque de dynamisme global du pays qui compliquerait encore la tâche par rapport à d'autres pays et zones plus dynamiques) et aurait de toutes façons un coût très élevé et pas d'avantages finalement à terme puisqu'on a déjà connu, il y avait des crises et des dévaluations à répétition et pourtant la situation générale était bien plus favorable. Le contexte économique mondial est en outre bien plus mauvais qu'au moment de la crise argentine, la dévaluation qui s'en suivrait n'aurait pas l'impact attendu car les conccurents de la France en Europe sont nombreux et l'Italie et l'Espagne seraient globalement mieux placés en termes d'exportations de part leur monnaie et pour l'Italie la multiplicité de ses entreprises qui manque à la France actuelle. Par contre l'inflation reprendrait avec les produits importés donc hausse des taux et avec les dettes beaucoup seraient incapables d'honorer leurs échéances donc faillites en cascade et l'Etat n'aurait pas les ressources pour y faire face. Le clan Le Pen qui travaille en famille et corporation un peu à l'image de ces gens qui une fois au pouvoir tentent de le garder par tous moyens (ce n'est pas un exemple isolé, c'est malheureusement fréquent), par cette démarche souhaite surtout prendre le contrôle de la France pour asseoir son pouvoir et risque d'avoir une tendance à l'abus de pouvoir plutôt que de regarder objectivement les intérêts de la France. Quand chaque pays européen sera en concurrence exacerbée avec chacun le retour à sa monnaie d'antan, les grands pays émergents Chine, Brésil, Inde, Russie seront bien heureux de racheter les morceaux de choix de ce qui restera en France de l'aventure Le Pen, on aura fait un retour de plus de 50 ans en arrière mais dans un monde qui lui aura avancé. La France, plus que jamais timbre post au plan mondial, n'a en effet bien moins de sens hors d'une Europe mieux structurée et plus unie, ce qui n'a certes pas encore été assez fait mais qui est le chemin le moins pire et le plus rapide à effectuer que de détricoter l'Europe et l'Euro qui ont demandé 50 ans d'investissements de tous ordres et qui ont les raisons d'être que l'on a très bien connu et qui ont coûté des millions de vies. Le programme économique Le Pen est donc certainement l'un des pires de la campagne 2012 et si les idées des Le Pen étaient meilleures, cela ne ferait certainement pas 50 ans qu'ils chercheraient à prendre le pouvoir, ils l'auraient déjà depuis longtemps.
Réponse de le 26/12/2011 à 8:31 :
En 2012, les Français auront à choisir entre une politique suicidaire d'emprunts continuels et une économie gérée selon un programme réfléchi et élaboré avec l'aide des meilleurs économistes, des professionnels et non des avocats. Nicolas Sarkozy n'a pas de programme sinon celui d'emprunter encore 178 milliards en 2012 pour assurer essentiellement les frais de fonctionnement du gouvernement, du parlement, des institutions, payer les fonctionnaires et les retraites et les différents frais nombreux et variés de la république, comme l'avion du président. Il faut arrêter cet endettement suicidaire et voter Marine, massivement en 2012
Réponse de le 26/12/2011 à 9:45 :
Ce ne sont certainement pas les programmes de Marine Le Pen ni celui de Sarkozy qui sont les plus adaptés en 2012 ni même celui de Hollande, ils ont tous des défauts car ils représent notamment trop des intérêts, soit de clan (Le Pen) dont on voit l'objectif ultérieur qui n'a pas grand chose à voir avec l'intérêt de tous les français, ni de l'Europe qui est essentielle dans le monde tel qu'il est et s'oriente encore plus, soit des corporatismes (les 2 autres). La moins pire des solutions est plus d'harmonisations, d'unité, de structuration européenne, de contrôle, d'information, de supervision des citoyens etc, ce qui n'est par ailleurs pas un abandon d'identités. Que font les zones Amérique du Sud, Asie, Afrique, le contraire de ce que préconise Marine Le Pen qui a une vision quasi "tribale" dans un monde de plus en plus communiquant. Tous bien sûr disent comme vous le faîtes avoir un programme "réfléchi" avec les "meilleurs" économistes etc. La réalité c'est qu'aucun candidat ni candidate n'est à la hauteur de la complexité des choses où la part d'imprévu augmente actuellement et que l'on peut juste voter pour les "moins pires" sauf à améliorer le système actuel. Il faut arrêter de faire croire aux candidat(e)s providentiels. Il y a des bonnes choses à prendre aussi dans chaque programme. Mais celui de Marine Le Pen s'avère "explosif" en cette période et serait beaucoup plus préjudiciable dans le contexte actuel, mieux vaut avancer vers plus et une meilleure Europe même si c'est difficile que de reculer de manière telle que Marine Le Pen estime elle-même sont choix très risqué. Autant dire la "navigatrice" qui est juriste et n'a aucune expérience quelconque du pouvoir doute de son programme. C'est certes honnête de l'admettre mais il est évident que ce n'est pas le bon choix. Il est influencé par un père encore très présent et qui a une vision qui n'est plus adaptée. Et puis préconiser de voter "massivement" pour tel ou tel candidat, franchement c'est de la propagande qui ne respecte pas les citoyens qui sont libres de se déterminer sur des arguments. Ce type de pouvoir qui tente de vous orienter "massivement" a beaucoup de similitudes avec les Berlusconi, Staline, Hitler, etc, bref tous les manipulateurs de foules dont on sait ce qu'il est advenu des espoirs vite et profondément brisés. A chacun(e) de se documenter, de réflechir sans se laisser influencer et de voter comme il/elle l'entend. Et surtout de voter, même si c'est souvent par défaut pour le ou la moins pire.
Réponse de le 27/12/2011 à 17:52 :
Une amie doctorante et Argentine, enseignant et payant ses impôts depuis plus de huit ans en France, se demande si l'obtention de son doctorat ne va pas la contraindre à aller enseigner et payer ses impôts ailleurs. Ceci pour illustrer l'idée qu'une politique économique ne se limite pas à des questions monétaires ou financières. "La grandeur de la France", son renom, l'écho positif des initiatives des entrepreneurs français dans le monde passent par des réseaux et des clubs d'étudiants, de chercheurs ,de ( futurs) dirigeants. L'attrait de notre pays pour les investisseurs étrangers, passe par la paix civile, la stabilité, la qualité des infrastructures (transports, santé, enseignement, logement...) et la qualité de l'accueil (pas uniquement pour les touristes, aussi pour les travailleurs, les entrepreneurs ...). Je me permets quelques doutes quant à la capacité de M.Lepen et du FN à créer un climat serein de prospérité à l'intérieur du pays, et à nous garantir le meilleur accueil dans le reste du vaste monde.
a écrit le 26/12/2011 à 0:53 :
Pour être complet et parler de l'Argentine, il doit être indiqué que son redressement s'est basé sur la vague d'exportation massive de Soja qui a constituer une rentrée de devises salvatrices
Réponse de le 26/12/2011 à 6:56 :
Et surtout annulation du paiement des interets et de la dette: seules solution pour la France de s'en sortir avec un budget à l'équilibre bien sur...Attendre de l'UMPS une telle décision c'est regarder pousser un arbre
Réponse de le 26/12/2011 à 7:55 :
C'est une bonne idée çà, l'Espagne, l'Italie, le Portugal, le Royaume-Uni etc et le Japon, les Etats-Unis etc feront de même et on aura une crise pire qu'en 1929 !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :