L'euro passe sous 1,27 dollar

 |   |  83  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'euro est tombé ce vendredi sous 1,27 dollar pour la première fois depuis septembre 2010.

L'euro est tombé vendredi sous 1,27 dollar pour la première fois depuis septembre 2010, plombé par un regain d'inquiétude sur la santé de la zone euro où la crise de la dette persiste, tandis que le dollar se trouvait revigoré par des chiffres de l'emploi meilleurs qu'attendu.

Vers 16h40, l'euro a atteint 1,2698 dollar, son niveau le plus faible depuis le 13 septembre 2010, avant de se hisser de nouveau juste au-dessus de 1,27 dollar.

Il reste encore loin de son plus bas historique (0,82 dollar en octobre 2010).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2012 à 13:23 :
Moi, je verrais bien un euro à 0,60 en parité avec un Dollar, ce serait le retour de nos productions avec l'éradication du chômage, et un coup d'arrêt aux importations sauvages qui ont anéanti l'économie de la France!.
a écrit le 07/01/2012 à 10:27 :
Je trouve que les réactions concernant l'euro sont souvent irréalistes et d'aucuns prônent une baisse encore plus importante de notre monnaie MAIS, avez vous déjà mis les pieds endehors de la France ou de l'UE pour constater de visu que l'euro n'est nullement surévalué? Un euro vaut $1.27, mais par rapport au franc suisse ( surévalué de plus de 25% par rapport à l'euro), à la livre ( à sa juste valeur de PPA), aux dollars australien ( à 1.27AUD/euro = l'euro est sous évalué de presque 30%) néo zélandais ( 1.67/euro = le dollar Kiwi est surévalué de plus de 30%), au dollar canadien aurour de 1.29$ / euro..., bref, par rapport à nos principaux partenaires, l'euro est soit à sa valuer soit sous évalué, et ild evrait encore baisser? Le problème français, ce n'est pas les prix, mais l'offre totalement inexistante. Quand un acheteur doit changer de voiture haut de gamme, la France n'a rien à proposer... alors que l'euro vale 50 cents ou 1.30$, cela ne change rien! faites un tour à l'étranger et vous verrez ô coimbien notre euro souffre de cette baisse constante de sa valeur
Réponse de le 08/01/2012 à 6:19 :
Un taux de change réaliste: entre 1,00,- et 1,20,- contre le Dollar US empécherait la fuite de capitaux que represente la délocalisation.
Il faut surtout considerer que L'UE ne se limite pas à l'Axe franco-allemand. Loin de la.
Il y a dix-sept pays dans l'Union Monétaire, il faut donc appliquer un taux de change avec lequel les 17 pays peuvent survivre. Donc un dénonimateur commun. Les bénéfices ainsi réalisés dans l'Union Monétaire seront reinvesti dans celle-ci.
Réponse de le 18/05/2012 à 2:49 :
Les seuls pays occidentaux qui fonctionnent ont une monnaie qui n'est pas sous-évaluée, il suffit de comparer les taux de change PPA pour s'en apercevoir.
Ces pays : Australie, Suisse, Canada, Danemark, Suède, Finlande.

Et contrairement aux idées reçues, l'ensemble des pays occidentaux sous-évalués ne s'en sortent pas car il est impossible de concurrencer un pays pauvre sur le bas de gamme.
Ces pays : Etats-Unis, Allemagne, Royaume-Uni...

La belle Allemagne n'est que le moins mou des pays mous. Il n'y a que les pays de ma première liste (avec monnaie non-dévaluée) qui sont ultra-compétitifs, notamment l'Australie.
a écrit le 07/01/2012 à 6:52 :
Un Euro fort ne profite qu'aux très grandes entreprises (donc surtout allemandes) qui ont énormément réinvesti les bénéfices réalisés dans la Zone Euro en dehors de celle-ci et surtout dans les anciens pays satellites de l'Union Soviétique et qui ne font pas partie de l'Union Monétaire Européenne.
Les coûts de la production dans ces pays étant avec un Euro fort moindre que dans la Zone Euro, ces entreprises ne font souvent qu'assembler, quelque fois même seulement dessiner les produits en Allemagne, ces produits soit disant « Made in Germany » sont par conséquent très concurrentiels et, grâce au sigle « Made in Germany » vendus cher, permettant ainsi de réaliser des gros bénéfices.
Le chômage des jeunes de 40% dans plusieurs pays de la Zone Euro en est le résultat.
Un Euro faible, par contre, rend ces produits importés plus cher, diminuant ainsi les marges de bénéfices de ces grandes entreprises et pénalisant la délocalisation.
L'augmentation éventuelle du prix du pétrole qui se paye en Dollars, serait, par rapport aux avantages d'un Euro justement évalué, négligeable. (Positif pour la protection de l'environnement, n'en déplaise aux constructeurs allemands de grosses cylindrées)
Je pense qu'un cour de change de 1 pou1 vis-a-vis du Dollar américain serait souhaitable.
L'inflation modérée qui pourrait en résulter devrait faciliter le désendettement des pays de l'UE en difficulté et permettre aussi un réajustement des salaires des fonctionnaires souvent trop élevés (pas d'augmentation malgré l'inflation).
a écrit le 07/01/2012 à 6:22 :
Un Euro fort ne profite qu'aux très grandes entreprises (donc surtout allemandes) qui ont énormément réinvesti les bénéfices réalisés dans la Zone Euro en dehors de celle-ci et surtout dans les anciens pays satellites de l'Union Soviétique et ne faisant pas partie de l'Union Monétaire Européenne.
Le coûts de la production dans ces pays étant avec un Euro fort moindre que dans la Zone Euro, elles ne font souvent qu'assembler, quelque fois même seulement dessiner les produits en Allemagne, rendent ces produits « Made in Germany » très concurrentiels et permet de vendre les cher et de réaliser des gros bénéfices. Le chômage des jeunes de 40% dans plusieurs pays de la Zone Euro en est le résultat.
Un Euro faible, par contre, rend ces produits importés plus cher, diminuant ainsi les marges de bénéfices de ces grandes entreprises et pénalise la délocalisation.
Quand à l'augmentation éventuelle du prix du pétrole elle est, par rapport aux avantages d'un Euro justement évalué, négligeable. (Positif pour la protection de l'environnement, n'en déplaise aux constructeurs allemands)
Je pense qu'un cour de change de 1 pou1 vis-a-vis du Dollar américain serait souhaitable.
L'inflation modérée qui pourrait en résulter devrait faciliter le désendettement des pays de l'UE en difficulté et permettre aussi un réajustement des salaires des fonctionnaires souvent trop élevés (pas d'augmentation malgré l'inflation).
a écrit le 06/01/2012 à 18:09 :
Il faudrait surtout une stabilisation de l'Euro autour de 1 euro/1,10 euro pour durablement profiter aux economies comme la France ou L Italie . N'oublions pas que la France avait une balance excedentaire avant l'Euro . Le probleme est que la France a perdu une grande partie de son potentiel d exportation et qu un affaiblissement de l'Euro rend surtout nos importations plus chères et donc produit de l inflation . Comme en prime nous avons besoin de creation monetaire en ce moment ..on pourrait se retrouver avec une croissance nulle associée à une forte inflation ce qui nous declasserait en quelques années .
a écrit le 06/01/2012 à 17:21 :
euro fort+TVA sociale = forte hausse des produits asiatiques et donc baisse du pouvoir d'achat pour la classe moyenne. Faut pas rêver, la France a perdu presque tout son savoir-faire en sacrifiant des générations de travailleurs qualifiés, ce n'est pas possible de retrouver les usines perdues.
a écrit le 06/01/2012 à 14:17 :
Un Euro fort ne profite qu'aux grosses entreprises (surtout allemande) qui ont investi les bénéfices réalisés dans la Zone Euro en dehors de celle-ci.
Ceci explique pourquoi en Allemagne on tienne tant à avoir un Euro fort.
En fait le "Made in Germany" n'est qu'assemblé et quelque fois seulement dessiné
en Allemagne.
La baisse de l'Euro rend les produits venant de l'extérieur plus cher, donc moins concurrentiels.
Espérons que l'Euro revienne à un cours normal de 1,20,- pour le dollar américain.
Cela devrait nous permettre de sortir un peu la tête de l'eau pour respirer.
N'en déplaise à Angela et aux constructeurs de grosses cylindrées, presque tout allemand comme par hasard!
Réponse de le 06/01/2012 à 14:46 :
Les Allemands ont aussi beaucoup de capital retraite. De surcroît ils importent beaucoup de produits semi-finis des pays de l'Est, un euro les avantages aussi. Pour rappel, avant cette correction le $ s?était déprécié de 50% par rapport à l'?; pour les autres monnaies c'était environ 40%; seul le Yen avait gardé sa parité par rapport à l'?. Pour la défendre le Japon achète massivement de l'?.
a écrit le 05/01/2012 à 21:34 :
C?est une très bonne nouvelle que la baisse de l?Euro, elle va permettre de sortir momentanément la tête hors de l?eau les pays de l?Europe du Sud ainsi qu?à la France (car l?Euro est de 35 à 40 % trop cher pour l?économie française).
Tout le monde sait que l?Euro= le Mark et ne profite essentiellement qu?à l?Allemagne.

Je rappelle que la France est le deuxième contributeur au Fonds Européen de Solidarité Financière (F.E.S.F. qui est de 440 Milliards d?euros) soit 21%, l?Allemagne 27% et l?Italie 20 %.

L?Italie empruntant aujourd?hui les sommes dont elle a besoin à presque 7%, elle ne peut plus abonder le FESF et les autres pays qui sont en difficultés voire en faillite.

L?Allemagne a bien compris que lorsque la France ne pourra plus payer, elle sera en première ligne. Les Allemands ne pourront ou ne voudront plus être les seuls contributeurs.

Aujourd?hui la France verse 21 Milliards à l?Union Européenne, elle en reçoit 11 Milliards, la Commission Européenne en garde 7 milliards pour son train de vie dispendieux.
http://www.u-p-r.fr/sortie-de-leuro/faut-il-avoir-peur-de-sortir-de-leuro

Réponse de le 06/01/2012 à 8:37 :
Tout à fait d'accord, mais c'est un schéma qui peut-être de courte durée, il faudrait pouvoir faire marcher la planche à billets pour pouvoir faire " à la demande " baisser l'euro. cela dépend du bon vouloir de l'Allemagne... et de notre capacité à réduire les déficits publics. L'avenir, avec l'arrivée de la gauche au pouvoir, semble plaider pour une thèse opposée...
a écrit le 05/01/2012 à 15:42 :
C'est le schéma idéal, enfin un cours plus raisonnable, mais ça va pas durer,
Japon, USA vont tout faire pour qu'il remonte...
a écrit le 05/01/2012 à 14:50 :
L'euro est encore surévalué... Il doit encore baisser!
a écrit le 05/01/2012 à 14:47 :
tant mieux qu'il baisse, comme cela la zone euros pourra mieux exporter à l'international.
Réponse de le 06/01/2012 à 1:18 :
et ...produire deviendra plus couteux car le petrole s'achete en USD.
Réponse de le 06/01/2012 à 9:38 :
Il n'y a que les allemands qui produisent et qui exportent. Pour nous, français, italiens et grecs, c'est la fin des vacances à New York, Londres ou Tokyo. On va pouvoir faire tourner l'économie nationale. Les grecs n'allaient pas beaucoup à l'étranger... Faut dire qu'ils ont un si beau pays.
Réponse de le 07/01/2012 à 13:27 :
@miro46
Tant mieux ce sera le retour du travail avec des produits nobles, tel que le cuir, le bois, les métaux, et adieu au plastique issu de la pétrochimie qui nous pourrit la vie.
a écrit le 05/01/2012 à 13:55 :

S'il vous plait, encore un petit effort et l'euro retrouvera son "juste" cours, c'est à dire 1,17 dollar: comme le jour de son baptême.
a écrit le 05/01/2012 à 13:16 :
pff un problème de confiance... je comprend pas !!! ben quand on voit le concert européen toujours prêt à intervenir de manière cohérente, et uniforme sur tout les sujets. Une armée disponible pour appuyer nos politiciens qui représentent toute l'europe. Un exemple, la cote d'ivoire, abidjant... des politiciens européens jamais d'accord pour agir ensemble pour l'intéret de tous... une armée française qui protège ses intérêts. En fin de parcours, Bruxelles airline a perdu sa ligne sur abidjant et accuse un effondrement qui risque de la mettre sur le dos. Air france, elle a gagné en crédibilité. La logique s'applique partout, en irak, en Libye, au kosovo... en fin, tant que l'amérique appuye les directives européennes, cela rassure de la place de l'europe partout, dans le monde. Encore que depuis quelques temps Obama, signale un revirement, vers le pacifique qui est plus plausible. Alors, l'Euro une valeur sure ? L'Euro représente t'il l'europe... il est appuyé par quel contrat social, quel population, quelle identité, quelle armée ? Ah oui, celle des lobbys et entreprises qui rafflent le boulot des états, et para-étatique, pour soit disant créer de l'emploi ? Un euro faible se rapproche de la réalité européenne.
a écrit le 05/01/2012 à 12:12 :
La Grèce doit retrouver le plus rapidement possible le drachme. Sinon toute la zone sombrera.
a écrit le 05/01/2012 à 11:58 :
et bien celà ,'est pas dramatique on va pouvoir exporter comme le fait la chine
a écrit le 05/01/2012 à 11:56 :
Au regard des dettes souveraines, la valeur de l'euro devrait baisser jusqu'à la parité avec le dollar.
Réponse de le 06/01/2012 à 8:35 :
Au regard de la météo, l'euro doit remonter
Réponse de le 06/01/2012 à 17:26 :
Ce n'est pas faux, le temps très doux que nous avons actuellement en Europe permet d'économiser des milliards de dollars en économies d'énergie par semaine et cela joue bien sûr en faveur de l 'euro.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :