La Tribune

Inde : la banque centrale privilégie la croissance

Copyright Reuters
latribune.fr, avec Reuters  |   -  301  mots
L'Inde a réduit d'un demi-point mardi le taux des réserves obligatoires pour les banques, afin de détendre le marché monétaire, ce qui témoigne d'un changement d'orientation en faveur de la croissance après deux années de priorité à la lutte contre l'inflation.

La Banque de Réserve d'Inde (RBI) a ramené le taux des réserves obligatoires (RO) à 5,50% et maintenu à nouveau son taux d'intervention à 8,50%, un statu quo qui était attendu. La banque centrale avait augmenté les taux à treize reprises de mars 2010 à octobre 2011. La réduction des RO libérera autour de 320 milliards de roupies (6,4 milliards de dollars) dans le système bancaire.

"L'équilibre croissance-inflation de la politique monétaire penche désormais du côté de la croissance, tout en s'assurant que les tensions inflationnistes restent contenues", a déclaré Duvvuri Subbarao, gouverneur de la RBI.

De fait, l'évolution de l'inflation rend prématurée toute baisse du taux d'intervention, a-t-il ajouté, décevant des marchés qui attendaient mieux au point de vue détente monétaire.

"La RBI a dit sans ambiguïté que les préoccupations de croissance avaient la priorité en dépit de tensions inflationnistes latentes", commente Sumedh Deorukhar, économiste chez BBVA à Bombay. Il anticipe une baisse d'un quart de point du taux d'intervention lors du prochain examen de la RBI, le 15 mars. Il projette une réduction combinée totale de 150 points de base d'ici la fin de l'année.

Le taux d'inflation annuel, mesuré par l'indice des prix de gros, a ralenti à un plus bas de deux ans de 7,47% en décembre, grâce à une forte décrue des prix alimentaires.

Les répercussions du taux de change sur l'inflation sont également une préoccupation de la RBI. La baisse de 16% de la roupie en 2011 crée de l'inflation importée.

La RBI a par ailleurs abaissé, comme prévu, sa prévision de croissance pour l'exercice budgétaire clos fin mars, à 7% contre 7,6%, et 8,5% constatés durant le précédent exercice budgétaire. Elle n'a pas modifié son objectif d'inflation qui est de 7%.

Réagir