La Tribune

"La montée de la dette américaine est une catastrophe annoncée pour le monde entier"

Charles Dallara, directeur l'Institut de la finance internationale (IIF) / Photo Reuters
Charles Dallara, directeur l'Institut de la finance internationale (IIF) / Photo Reuters
latribune.fr  |   -  245  mots
La montée de la dette publique des Etats-Unis est une catastrophe qui s'annonce pour le monde entier si Washington n'agit pas pour endiguer le problème, a affirmé samedi en marge du G20 le directeur général de l'Institut de la finance internationale (IIF), Charles Dallara.

"Si on regarde le déficit budgétaire américain, on ne peut s'empêcher d'avoir le sentiment que c'est un accident grave qui s'annonce. Pas seulement un accident grave pour les Etats-Unis, mais pour le monde entier", a estimé le patron de cette organisation bancaire mondiale. "Les pays qui sont à l'occasion immatures dans leur capacité à gérer leurs affaires économiques aussi bien qu'ils le devraient, et cela inclut la plupart d'entre eux, vont découvrir que le monde encourt des risques", a affirmé M. Dallara lors d'une conférence en marge de la réunion du G20 à Mexico.

"Parce que ces pays vont attendre que les marchés leur verse un baquet d'eau froide. Et nous savons que quand cela arrive, ce n'est pas un baquet d'eau froide que pour le pays, c'en est un pour l'économie mondiale", a-t-il poursuivi.

Selon les estimations du Fonds monétaire international, la dette publique des Etats-Unis a dépassé en 2011 le produit intérieur brut du pays, et devrait monter à plus de 107% du PIB cette année. Le Bureau du budget du Congrès des Etats-Unis (CBO), un organisme indépendant des élus, estime que le président Barack Obama devrait finir son premier mandat en ayant aligné quatre exercices budgétaires avec un déficit supérieur à 1.000 milliards de dollars.

Pour autant, la dette américaine reste un placement privilégié pour les investisseurs du monde entier, permettant à Washington d'emprunter à des taux extrêmement bas.

Réagir

Commentaires

Bastien  a écrit le 19/03/2012 à 16:15 :

C'est un gag ? C'est la FED qui rachète les bons du Trésor américain en imprimant virtuellement nuit et jour et on lit que les bons restent un placement privilégié ?

Paul Racicot  a écrit le 26/02/2012 à 20:50 :

Si une dette nationale n'est pas un problème à 50 ou 100% du PIB, pourquoi en serait-elle un à 110% ou 200% ou 1000% du PIB ? J'aimerais bien savoir... ;-)

D'autre part, pour régler cette dette, le meilleur (?) moyen pourrait bien être de donner un peu de mou à l'inflation : 5 à 10% par année. La dette est alors remboursée au créancier en "monnaie de singe" au bout de 7 à 10 ans. Évidemment, c'est le créancier qui braillera... ou qui larguera son obligation au plus offrant. Mais... la dette sera payée. ;-)

coco  a répondu le 27/02/2012 à 1:23:

Une inflation de 10% par an revient à une baisse des salaires de 10% par an (perte de pouvoir d'achat nette de 10%) et une perte de la valeur des économies des français de 10%... Il n'y a pas de formule magique pour rembourser cette dette: il faudra payer !

allan2244  a répondu le 19/03/2012 à 17:43:

Un pays n'est pas limité dans le temps comme un individu.
Pour un pays , la dette peut être reportée indéfiniment.

Libre  a écrit le 26/02/2012 à 18:37 :

Avant tout perdre avec l'euro ou le dollar, je vous conseille d'acheter de l'or physique, et le "ranger" chez vous, sinon vous serez tous ruinés dés ces monnaies papiers, qui n'ont plus aucune corrélation avec l'or, disparaissent.

Drôle  a écrit le 26/02/2012 à 18:08 :

Quand j' avais 20 ans, il a y 40 ans, jeunes gauchistes aux cheveux longs nous disions la même chose que nombre de commentateur de la Tribune. Etions nous lucides avant les autres, on plutôt ne voulait t' on pas voir à l' époque l impéralisme américain. tant il est était indiscutable alors qu 'aujourd' hui on ouvre enfin les yeux.

letroll  a écrit le 26/02/2012 à 14:07 :

rectification : catastrophe annoncée pour la finance qui risque de ne pas s'en remettre

Gilles1  a écrit le 26/02/2012 à 10:26 :

1929 bis en vue.

TARTEMOLLE  a écrit le 26/02/2012 à 9:42 :

Étonnant la conspiration du silence des principaux sites économiques américains sur cette déclaration du DG de l'IFF... Vous ne la trouverez reprise sur aucun site...
Par contre sur la crise européenne ils sont d'une prolixité à toute épreuve...

PEROGRANDE  a répondu le 26/02/2012 à 20:23:

BIEN DIT !

OBJECTIF  a écrit le 26/02/2012 à 9:06 :

Et oui,à aller chercher la croissance avec les dents on se fait mal.

Soclare  a écrit le 26/02/2012 à 8:56 :

Le dollar c'est notre monnaie mais votre problème... voici comment nous pouvons résumer la situation, les élites aux commandes des Etats Unis ont un total mépris pour "les autres" y compris le peuple Américain qui souffre également !
Tant que ces gens là seront aux commandes de nos sociétés, nous iront tout droit en enfer... il n'y aura pas de changement sans révolte

montagnard  a répondu le 19/03/2012 à 16:34:

REVOLUTION et puis c'est tout

Valérie  a répondu le 19/03/2012 à 17:18:

On y viendra à la Révolution. "Quand des millions de personnes se rendront compte que l'on ne peut plus vivre comme par le passé, la Révolution sera logique et inévitable" Livre super-idéaliste "les corps indécents" qu'on ne risque pas de trouver en librairie vu son contenu moral mais sur internet. Tôt ou tard on y viendra et cela dans n'importe quel pays. Les responsables politiques le savent et angoissent un maximum.

benbaier.saddallah  a écrit le 26/02/2012 à 6:07 :

je n'arrive pas à comprendre qu'un état le plus endetté dans le monde aie la plus grande économie et dise qu'elle va aider tel pays ou autre et c'est la puissance qui fait l'ordre et c'est le cas des USA ce n'est pas rédicule et illogique ou c'est la loi de la jungle qui commande .

xavier-marc  a écrit le 26/02/2012 à 2:49 :

La forme de gestion des états-unis est tellement lente et complexe que ce pays va tout droit vers la faillite, non celle de la fin de la convertibilité de l'or( la 1ère faillite) ni l'effondrement de la demande des bons du trésor( la seconde faillite, la fed rachetant quasiment tout), mais la pire, celle de l'hyper inflation, les taux laissés à ultra bas de la Fed pour empêcher l'explosion du budget de la dette de l'état fédéral.
Regardez la maturité de la dette ! regardez la proportion de dette achetée par la Fed ! regardez le déficit fédéral, des états, des villes ! regardez enfin les "efforts" faits pour réduire ce déficit, efforts pathétiques d'Obama remis déjà en cause par presque tous les candidats républicains à la présidentielle.
Mais.. j'avais entendu il y a .. bien 15 ans, un républicain dire qu'en réalité l'objectif était de bloquer l'endettement à vitesse max, bloquer le pouvoir, pour faire exploser l'état fédéral, le discréditer, et ainsi pour retrouver les états-unis qu'ils voulaient, une confédération et non une fédération. ce que je crains est l'exacte opposé, la mutation d'un état surendetté en empire, car la solution de bon nombre de financiers pour résoudre une crise de dette a toujours été d'augmenter la quantité de dette et de prêteurs.. forcés.

bertrand  a écrit le 26/02/2012 à 2:07 :

et les français alors ??? leurs politiques les ruine sans états d'âme !!!

Blingo  a écrit le 25/02/2012 à 23:59 :

La dette américaine est une catastrophe annoncée pour le monde entier exactement de la même façon que la dette de plusieurs pays d'Europe représente aussi une même catastrophe économique. L'incurie des responsables politiques crève les yeux. L'or a normalement de beaux jours devant lui.

PEROGRANDE  a écrit le 25/02/2012 à 23:15 :

CE QUI EST BIZZARE C'EST QUE LA DETTE GREQUE EST UNE MENACE POUR LE MONDE ALORS QUE LES USA AVEC UNE DETTE ANNUELLE DE 1300 MILLARDS DE DOLLARS N'EST PAS UN PROBLEME ET LA ON NE PARLE QUE DE LA DETTE FEDERALE.
ET DIRE QUE MONSIEUR BARAK OBLABLA DEVAIT SAUVER LE MONDE......GRRRRR

Terry31  a répondu le 26/02/2012 à 10:52:

Il n'y a rien de bizarre, les USA ont bâti leur empire en imposant leur monnaie par la force. C'est la loi du plus fort qui a toujours primé dans ce monde et ce n'est pas prêt de changer.

Franchouille  a écrit le 25/02/2012 à 22:11 :

Et Charles Dallara, directeur de l'IIF (Reuters) qu'est-ce qu'il propose celui qui a les poches bien remplies. C'est vraiment insensé......

Rosetta  a répondu le 26/02/2012 à 13:09:

Et vous qu'est ce que vous proposez concrètement ?

letroll  a répondu le 26/02/2012 à 14:49:

personne ne peut proposer de solution, il n'y a plus de solution à part la purge totale du système .. et ça va faire mal

JB38  a répondu le 19/03/2012 à 17:12:

@Letroll
Il n'y a effectivement pas de solution et c'est déprimant. No futur, les punks avaient raison, il y a déjà bien longtemps.