Dix ans après, l'opération d'effacement de la dette argentine fait toujours débat

 |   |  519  mots
La prsidente d'Argentine Cristina Fernandez de Kirchner Copyright AFP
La prsidente d'Argentine Cristina Fernandez de Kirchner Copyright AFP
Les conditions dans lesquelles l'Argentine a fait défaut sur sa dette alimentent toujours, dix ans après, les débats judiciaires et politiques aux Etats-Unis, compliquant les relations entre Buenos Aires et Washington.

L'Argentine, étranglée par une crise économique, a cessé en décembre 2001 de rembourser quelque 100 milliards de dollars de dette extérieure. En 2005, elle a offert de solder son dû à des conditions au rabais, ce qu'ont accepté les créanciers représentant 76% des créanciers. En 2010, une nouvelle offre a porté la proportion à 93%. Parmi ceux qui ont refusé, certains se battent devant les tribunaux américains pour récupérer leur dû.

Certains de ces plaignants sont appelés "fonds vautours", car ils ont racheté la dette en question à un prix cassé après la cessation de paiement. En février, un juge fédéral de New York a donné raison à deux d'entre eux, NML Capital et EM, contraignant l'Argentine à les rembourser. Buenos Aires refuse avec constance de se plier aux jugements de ce genre, même s'ils se sont multipliés. Ces fonds d'investissement, entourés de lobbyistes à Washington, cherchent donc à faire plier le pays en obtenant le gel des avoirs de la banque centrale argentine à New York. Leur but est d'arriver à faire statuer la Cour suprême sur l'immunité diplomatique invoquée par la Banque centrale de la République argentine. D'après NML Capital et EM, les banques centrales sont des entités autonomes par rapport aux Etats.

Pressions de la banque mondiale

En janvier, la plus haute autorité judiciaire américaine a demandé à l'exécutif de donner son avis sur ce point. La réponse du gouvernement de Barack Obama est encore attendue. Washington souhaite régler ces affaires. M. Obama est allé jusqu'à accorder un entretien au quotidien argentin La Nacion en décembre pour appeler le pays à honorer "ses engagements anciens envers ses créanciers". Pour y inciter l'Argentine, les Etats-Unis bloquent tout financement de la Banque mondiale et de la Banque interaméricaine de développement. Ils poussent aussi Buenos Aires à renouer des relations normales avec une autre institution de Washington, le Fonds monétaire international, en acceptant ses missions d'évaluation. "Nous maintenons des contacts réguliers avec nos interlocuteurs argentins et nous leur avons demandé de travailler avec le Fonds pour résoudre rapidement cette question. Et nous leur avons demandé de se conformer au reste de leurs obligations internationales, car cela bénéficiera à l'Argentine", indique à l'AFP une source proche du Trésor.

Toujours à Washington, une autre bataille se joue au Congrès des Etats-Unis. Divers groupes, entre autres des agriculteurs qui s'estiment lésés par la concurrence déloyale des Argentins vu la chute de leur monnaie face au dollar, appellent les parlementaires à sanctionner Buenos Aires. L'ambassadeur argentin à Washington, Jorge Argüello, a entamé une campagne pour réhabiliter l'image de son pays. "Dire que l'Argentine a refusé de renégocier sa dette est absurde. Mon pays n'a jamais répudié sa dette et les créanciers qui ont renégocié leurs prétentions en 2005 et 2010 peuvent le confirmer", a-t-il écrit dans une lettre aux parlementaires, transmise à l'AFP. "Sur les 3,6 milliards de dollars débattus devant les tribunaux américains, 85% appartiennent à des fonds vautours et des plaignants qui ne résident pas aux Etats-Unis", a-t-il ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2012 à 21:14 :
Une question se pose, pourquoi est ce que les dettes de tous les états ne serais pas annulé, cela ne pourrais qu'être bénéfique. De plus a qui profitent réélement les dettes des pays. Au banques et alors. Au fond de pension et alors. Annulons tous simplement toutes les dettes, mieu refusons de régler nos dettes et le monde ne s'en trouvera que mieu. N'oublions pas que la monnaie des état n'est que virtuel concernant les dettes d'état. A méditer je pense.
a écrit le 09/03/2012 à 12:43 :
je crois comprendre que l'argentine, célébrée par certains comme le modèle à suivre pour sortir de la faillite, a , par rapport aux soviets de Lénine qui avaient simplement ANNULES la dette de leur pays, accepté de payer à peu près 15% de ce qu'elle devait.
Bel exemple d?honnêteté et de rigueur.
Et si TOUS les pays endettés le faisaient?
Dans ce cas les petits épargnants, à travers la perte de valeur de leur contrat d'assurance, seraient floués.
Est-ce vraiment recommandable?
Qu'en pense notre "Madame Honnête" la chère et intransigeante novégio-française
candidate de 2012, donnant à tout le monde des leçons de morale?
Réponse de le 09/03/2012 à 17:40 :
@ jaques,
Vous faites erreur, l'argentine n'a pas annulé la dette elle a échangé des obligations à moyen terme et à intérêts élevés contre des obligations à très long terme à taux d'intérêts normaux (entre 2,5% et 4,5%)
Si arrivés à terme ces obligations sont remboursée la perte sera minime, si par contre, comme beaucoup redoutent, l'argentine refuse une fois de plus de rembourser ces obligations, la perte sera alors énorme. Entre ces deux extrêmes il y a des solutions intermédiaires.
Ces obligations arrivent à échéance entre 2032 et 2038, si mes souvenirs sont exacts.
Elles ce négocient en bourse. à environs 40% de leur valeur nominale.
Un pari risqué mais qui peut rapporter gros!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :