La Tribune

L'Algérie contrariée par la baisse du prix du pétrole

Youcef Yousfi, ministre de l'Energie /Copyright AFP
Youcef Yousfi, ministre de l'Energie /Copyright AFP
Ali Idir, à Alger  |   -  391  mots
L'Algérie dont l'économie dépend entièrement de l'exportation des hydrocarbures s'inquiète du retour du prix du pétrole sous les 100 dollars le baril. Ses investissements publics sont menacés et sa politique sociale coûteuse, destinée à calmer le front social, pourrait en pâtir.

La sonnette d'alarme est tirée. L'Algérie, qui vit de l'exportation de ses hydrocarbures, redoute la baisse des prix du baril de pétrole sur le marché mondial. Pour son ministre de l'Energie, Youcef Yousfi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) doit décider une baisse de la production du cartel lors de sa prochaine réunion à Vienne s'il s'avère que le plafond fixé en décembre 2011 n'a pas été respecté par ses douze membres. « J'espère que nous allons trouver un consensus pour corriger la situation s'il s'avère que le plafond de 30 millions de baril/jour a été dépassé. S'il ne l'est pas, nous allons encore examiner les raisons de la détérioration des prix de ces derniers jours », a déclaré M. Yousfi ce jeudi à l'agence officielle APS, Il s'agit d'établir, selon le ministre, si cette dépréciation "est due à une chute fatale de la demande ou à un dépassement" des quotas.

La mise en garde du FMI

Le prix du baril a fortement baissé depuis trois mois, tombant au-dessous de 90 dollars ces derniers jours après un pic au-dessus de 110 dollars début mars. Cette chute est un problème pour l'économie de l'Algérie qui vit grâce à l'exportation d'hydrocarbures. En janvier dernier, le FMI avait d'ailleurs mis en garde Alger contre une baisse des prix du baril sous 100 dollars : « L'orientation budgétaire expansionniste de ces dernières années a rendu la situation budgétaire vulnérable aux fluctuations des cours du pétrole, le prix permettant d'équilibrer le budget s'établissant aujourd'hui à un niveau légèrement supérieur à 100 dollars le baril ».

Le risque de revoir à la baisse les investissements publics et le budgets sociaux

La vente des hydrocarbures représentent 97% de ses recettes en devises du pays. Dans ses prévisions, le FMI part de l'hypothèse d'un baril à 99 dollars en moyenne en 2012. Une dépréciation trop importante obligerait le gouvernement à renoncer à son plan d'investissements publics 2010-2014 d'un montant de 300 milliards de dollars (autoroutes, tramways, logements, métros, barrages, etc.), financé grâce à l'argent du pétrole. Il sera également obligé de réviser à la baisse ses dépenses sociales, en moyenne de 12 milliards d'euros par an, destinées à lutter contre le chômage et à maintenir la paix sociale dans le pays.
 

Réagir

Commentaires

adam001  a écrit le 21/11/2013 à 10:55 :

eh oui rien n est eternel s auf dieu .... le petrol le gaz vont finir et apres ....vous allez mandier tendre la mains a autruis si seulement vous etiez en bonne terme avec vos voisins ....vous avez creez un climat de haine dans toute la regions ....les gents du nord vous detestent ceux de l este n oublirons jamais l aide fournis au dictateurs .... ceux de l ouest j en parle meme pas vous avez en fait votre ennemie N 1 de la regions .....vers le sud aussi regarder ce que vous avez fait au malie et autre ..... en gros ils ne vous reste que vos allier polizabal la rasd ....mais eux que peuvent ils vous donner ?????du file a retordre ????

kad  a écrit le 09/06/2012 à 12:58 :

Je veux juste rappeler que l'Algérie est le pays de l'OPEP qui a suggéré un prix du pétrole autour de 100 dollars pour ne pas pénaliser les pays en crise.

kad  a écrit le 09/06/2012 à 12:55 :

Vous ne serez jamais du bon coté, avant vous disiez que l'Algérie n'assure pas un bon partage de la rente pétrolière. Aujourd'hui, ce pays a fait un effort envers les plus mal lotis, et voilà qu'on l'accuse de vouloir calmer les foules en leur donnant trop. Mais que voulez-vous à la fin! - L?Algérie se porte bien et ne brulera pas si c'est ce que vous voulez n'en déplaise à ceux qui ont déversé des millions d'arme pour déstabiliser toute une région en laissant un pays dans un état pire qu'il ne l'était avec Kadhaffi, et tout ça sous l'égide d'une "bonne" action de sauvegarde d'un peuple en danger. En tout cas, les algériens sont très politisés et ne tomberons pas dans les pièges stupides de la pseudo-révolution et pour finir "tout importun devrait être chassé".

momo2  a écrit le 09/06/2012 à 10:17 :

dur, dur, la situation, ce sera le seul pays au monde à avoir fournit aussi peu d'effort pour engranger autant d'argent, c'est certainement la raison pour laquelle son utilisation est aussi peu constructive.
L'image d'une personne de 50 ans qui a gagné au loto, le voyez-vous se casser la tête à entreprendre des projets compliqués?
Le jour ou les réserves seront épuisées, le génie des hommes refera surface certainement en passant par la case sanglante...

é1000  a écrit le 09/06/2012 à 5:41 :

je viens de prendre connaissance des commentaires si dessous ça pleure les pauvres algériens et quoi encore sachant comment vie ce peuple puisque né dans ce pays je dit qu'il se démerde ils ont su faire la révolution pour l'indépendance ils n'ont qu'a faire pareil maintenant contre les voleurs de l'état et du FLN.

emergence  a écrit le 08/06/2012 à 23:15 :

Pour contenter ces bons à rien de producteurs de pétrole, je propose l'invention du baril de pétrole Max Havelaar.

comme par hasard  a écrit le 08/06/2012 à 21:33 :

Cay est ? après la Lybie et la Syrie, c'est nous le prochains sur la liste du Qatar et d'Obama ?

yoghorta  a répondu le 08/06/2012 à 23:22:

c'est le tour de ce pays ; bientôt les vieux dirigeants algériens vont "démissionner" pour raison de santé; y a plus rien à détourner;

gerd  a écrit le 08/06/2012 à 21:26 :

2 000 000 000 ? : 500 000 retraités = 4000 ? par retraité ça parait beaucoup non pour des retraités payés souvent au SMIC

le doge  a répondu le 09/06/2012 à 6:27:

Erreur de ma part.Il fallait lire 2 milliards d'euros par an et non par mois.

le doge  a écrit le 08/06/2012 à 18:42 :

Il existe une autre rente dont parle peu : la rente migratoire.Les 450 000 retraités qui ont travaillé en France et qui vivent en Algérie touchent chaque mois environ 2 milliards d'euros envoyés par la CNAV.Les émigrés et leurs descendants qui passent leur vacances au bled dépensent chaque année 2 autres milliards d'euros( consommation,achats de maisons..).Pour se rendre au bled ils empruntent la compagnie Air Algérie qui leur facture le voyage aller-retour au prix fort ( 1000 euros),soit 4 fois plus que Royal Air Maroc ou Tunis Air pour des distances équivalentes.Nous n'évoquons pas le cout exhorbitant du rapatriement des corps de ceux qui se font inhumer en Algérie.

momo  a écrit le 08/06/2012 à 18:40 :

Pauvres de nous....!! richesse de malheur....non?!

Expat  a écrit le 08/06/2012 à 18:33 :

à 16 centimes d'euro le litre à la pompe actuellement à Alger, sans doute le plus bas du monde ! l'état doit déjà faire payer le consommateur le prix réel du produit !

les généraux  a écrit le 08/06/2012 à 17:17 :

et la mafia s'en fichent....en attendant ceux qui ont le monopole des exportations s'en mettent plein les poches ...ex :imaginez que dans un pays de 30mln d'habitants vous ayez le monopole du pneu de voiture.....leurs sous et leurs enfants sont tranquillement entre de profiter du bon air suisse ou monégasque tandis que le peuple galère au quotidien....Le FMI peut parler pendant longtemps, moins l'Algérie se dévéloppe et plus les importateurs s'en mettent plein les poches....

gerardc27  a écrit le 08/06/2012 à 17:16 :

L' Algérie ne s'est jamais remise de sa révolution . Cinquante ans après le départ des français, peu a été fait, les infrastructures sont quasiment les mêmes qu'autrefois et la manne du pétrole et surtout du gaz reste en des mains partisanes et profite peu à la population. Son économie est celle d'un pays sous développé uniquement basée sur l'exportation de matières premières.

l'or noir  a écrit le 08/06/2012 à 16:43 :

C'est se qu'on appelle la malédiction du pétrole. Tout pour les mêmes aucune diversification on croit que ça va durer et on oublie bien sûr de réfléchir. C'est la même chose pour l'euro.

le doge  a écrit le 08/06/2012 à 16:37 :

Le tourisme est certes vulnérable(Maroc,Tunisie,Egypte,Jordanie..),mais comme le souligne Henry Laurens,professeur titulaire de la chaire d'histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France " il présente l'avantage d'employer beaucoup de monde.Il irrigue toute la société.Les pourboires laissés par les touristes sont socialement plus utiles que beaucoup de grasses commissions raflées parquelques-uns.."

Spaghetti splash  a écrit le 08/06/2012 à 13:00 :

L algerie est dans une situation catastrophique. Etre aussi depend d un prix de marché a 100$ est epouvantable.
Les USA rentrent dans la danse du marché mondial du gaz et vont faire directemet concurence a la russie, ce qui sera au benefice de l europe qui achetera son gaz moins cher.
Des gisements de gaz enormes sont decouvert quasi quotidiennement, a l exemple d israel.
Des gisements enormes de petrole sont egalement en devenir d exploitation a court terme, Brezil, guyanne pour la France, ce qui va conduire a l independance energetique de bon nombre de pays.
Il ne faut pas oublier la chine qui pense des milliards a dresser la carte de ses ressources en mer de chine et qui en trouve des quantités considerable egalement.
Je ne parle meme pas ici des energies renouvelables qui concurencent directement le gaz sur le marché domestique , a l image de l allemagne et de ses 20% en energie verte.
L algerie n a jamais rien voulu faire d autres et dans 20 ans la situation sera....

Ahssen  a écrit le 08/06/2012 à 11:46 :

Que l'algerie se rassure le prix du baril va vite remonté dans quelques temps.......

Mordrakheen  a répondu le 08/06/2012 à 11:59:

il serait plus que temps pour eux de diversifier leur économie leurs reserves ne seront pas eternelles

robdjermane  a répondu le 08/06/2012 à 12:43:

mais diversifier avec quoi et comment!?!les fameux projets inspirés de la débile "théorie" (industries indutrialisantes) ont abouti aux fiascos industriels! Le Tourime certes, serait une piste mais...

Mordrakheen  a répondu le 08/06/2012 à 14:35:

le tourisme ne peut servir que de base de départ comme l a trés bien fait le Maroc mais ca ne suffit pas non plus Les dirigeants algériens ont dillapidé sans compter la manne pétroliére et gaziére Je crois qu il leur reste 10/15 ans max de reserves ensuite ca sera la panne séche. Ca ne laisse vraiment pas beaucoup de temps à la prise de conscience à l elaboration et la mise en oeuvre d un programme économique solide .Sans quoi l Algérie risque de plonger à moyen terme dans une misére sans nom

le doge  a répondu le 08/06/2012 à 16:15:

L'Algérie est le seul pays riverain de la Méditerranée qui déteste le secteur touristique pour des raisons idéologiques.

robdjermane  a écrit le 08/06/2012 à 11:36 :

Mais , nous pensions que les ressources /prévisions budgétaires ne tiennent jamais compte des prix internationaux. Les gouvernments se réfèrent à des rpix fictifs convenus à leur guise sans aucune référence aux méchanismes des marchés pétroliers réels. Ainsi, les gouvernemnts du pays calculent semble-t-il, les recettes engendreés par les exportations du brut comme si le prix était seulement de 18/$/bl (puis 34 $/bl) quand bien même si les prix pratiqués atteignaient 150 $/bl?

le doge  a répondu le 08/06/2012 à 16:12:

C'est exact.Le budget algérien est basé sur le prix d'un baril fictif de 37 dollars,et ce depuis plusieurs années.