La Tribune

Mitt Romney, dans le sillage de Reagan

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr  |   -  794  mots
Mitt Romney a des propos très fermes en matière de politique étrangère et se pose en garant des valeurs du "monde libre". Mais selon les experts, il n'y aurait pas de véritable rupture dans la politique étrangère des Etats-Unis s'il était élu.

Dans quelques jours aura lieu le troisième et dernier débats entre les deux candidats à l'élection américaine. Il doit porter sur la politique étrangère. Talon d'Achile supposé de Mitt Romney. Le candidat conservateur, qui dans le sillage de Ronal Reagan et de George W. Bush avant lui,   promet de restaurer le prestige américain dans le monde après la présidence "passive" de Barack Obama.

Mais selon les experts, il ne devrait pas y avoir de rupture majeure dans la politqiue étrangère des Etats-Unis s'il était élu. "Le monde de Romney, c'est le monde de Bush qui n'a pas beaucoup changé", estime Justin Vaïsse, auteur de "Barack Obama et sa politique étrangère", selon qui Mitt Romney "coche toutes les cases du néoconservatisme". Le républicain s'est entouré de quelques vétérans de l'aile néoconservatrice du parti et de conseillers plus modérés. Mais il fait aussi souvent référence à la politique de "paix grâce à la force" de l'ancien président Ronald Reagan. 

Référence au "monde libre"

"La sécurité de l'Amérique et la cause de la liberté ne peuvent pas se permettre quatre années supplémentaires comme les quatre précédentes", a déclaré Mitt Romney, très en verve contre son adversaire Barack Obama, dans un discours le 8 octobre. "Le chef du monde libre a le devoir, envers ses compatriotes et nos amis partout dans le monde, d'utiliser la grande influence de l'Amérique, avec sagesse et sans fausse fierté, mais aussi fermement et activement, pour forger les événements et renforcer nos intérêts, affirmer nos valeurs, empêcher les conflits et rendre le monde meilleur - pas parfait, mais meilleur".

"Romney veut être plus ferme, plus intransigeant", poursuit Justin Vaïsse. "Mais en réalité ce ton ne se traduit pas par des propositions concrètes qui se différencient de ce que fait déjà l'administration". En campagne, il ne cesse de dénoncer la "passivité" de Barack Obama face aux "attaques antiaméricaines" dans le monde arabe, signes selon lui d'un affrontement entre "démocratie" et "despotisme".

Ami de Netanyahu

Ami du Premier ministre d'Israël, Benjamin Netanyahu, depuis les années 1970, le républicain garantit que rien ne pourra éloigner les deux nations sous sa présidence. Il a adopté un ton extrêmement ferme sur l'Iran, et promis des sanctions renforcées pour empêcher Téhéran d'atteindre les "capacités" d'obtenir l'arme nucléaire, un seuil plus bas que l'obtention de l'arme atomique elle-même et proche de la ligne israélienne.

Mais en pratique, les experts soulignent que cette ligne rouge laisse une marge d'interprétation. Samedi soir, la Maison Blanche a démenti un article du New York Times qui affirmait que les Etats-Unis et l'Iran s'étaient mis d'accord pour entamer après le 6 novembre des négociations directes.

Affrontements chinois et russe

En Afghanistan, Mitt Romney approuve de fait le retrait décidé par Barack Obama d'ici la fin 2014, tout en regrettant que les Etats-Unis aient annoncé en avance la date du départ, qui selon lui incite les talibans à fourbir leurs armes. Il multiplie les appels à armer l'opposition au régime du président syrien Bachar al-Assad, mais préfère que les livraisons soient effectuées par les Saoudiens et les Turcs. Un responsable européen à Washington confie d'ailleurs: "sauf une grande catastrophe (...), je ne vois pas de réengagement américain très marqué sur le dossier syrien".

Les relations avec la Chine et la Russie pourraient en revanche s'échauffer si le républicain entrait à la Maison Blanche. Mitt Romney s'est engagé à déclarer Pékin "manipulateur de sa monnaie", un terme officiel qui peut conduire à des représailles douanières et une éventuelle guerre commerciale. Mais comme le souligne Nicholas Lardy de l'Institut Peterson, une telle déclaration ne fait qu'enclencher une procédure de négociations de plusieurs années. "Cela fera disparaître le problème jusqu'à la prochaine élection. Mais ça détourne l'attention", explique Derek Scissors, du centre de réflexion conservateur Heritage Foundation.

La Russie enfin est en ligne de mire de Mitt Romney après la tentative de "redémarrage" de la relation russo-américaine par l'administration Obama. 

Héraut de la liberté

En héraut de la liberté, le candidat a promis de défendre les jeunes démocraties européennes contre "l'ombre" de la Russie de Vladimir Poutine, ajoutant: "il n'y aura pas de flexibilité" avec le président russe, une référence directe à Barack Obama, qu'un micro avait surpris en mars confiant à l'ancien président Dmitri Medvedev qu'il aurait plus de "flexibilité" après le 6 novembre.

Réagir

Commentaires

DOUDOU  a écrit le 22/10/2012 à 14:01 :

Si cette élection avait lieu en FRANCE je voterai a 100% pour ROMNEY car pour moi le president actuel n a pas fait grand chose pour les les plus pauvres et et qu il se dit toujours en faveur des pauvres mais il n a pas fait ce qu il fallait faire et je pense que ROMNEY serait un homme qui ferait plus pour tous et que nous aurions un nouvel REEGAN ce qui nous serait plus salutaire car maintenant tout doit etre fait de façon a ce que tous soient protègés ce qui n est pas la cas actuellement.

Jeff a raison  a écrit le 21/10/2012 à 23:29 :

"Les USA sont criblés de dette, ils ne peuvent plus mener de politique étrangère agressive ". Il ne leur reste que le blabla.

bob  a écrit le 21/10/2012 à 16:38 :

C'est toujours "rassurant" de tenter de s'en convaincre.
Ce qui est sur c'est que ça risque d'être bien comique.
Il a fait beaucoup de promesses très radicale ment opposé à celle d'Obama, il bénéficie de ce fait d'un soutient de Tea Party de plus en plus puissant , il sera donc susceptible de respecter les promesses.
Ainsi va le monde.

lemans  a écrit le 21/10/2012 à 13:50 :

Il n'y a pas photo entre lui et Obama qui etait plutot fait pour etre joueur de basket.

@ lemans  a répondu le 21/10/2012 à 19:23:

C'est quoi cette insinuation? Un noir est forcement basketteur et un blanc bon dirigeant c'est limite cliché et raciste de votre part.

@ "@ lemans"  a répondu le 21/10/2012 à 20:13:

Et après? ça vous défrise?

On pense ce qu'on veut d'obama et des siens et on l'exprime comme on le veutras le bol des garde-chiourme de l'antiracisme à sens unique.

JEFF  a écrit le 21/10/2012 à 12:04 :

Les USA sont criblés de dette, ils ne peuvent plus mener de politique étrangère agressive.