Obama et Bernanke demandent au Congrès de relever le plafond de la dette

 |   |  295  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plus du tout disposé à faire des courbettes aux républicains comme cela a été le cas pendant son premier mandat, Barack Obama à l'orée de son second terme a fait pression sur les républicains en leur rappelant que le sort économique de la nation était entre leurs mains.

Barack Obama a prévenu les républicains de la chambre qu?ils ne recevraient pas de ?rançon en échange (d?un accord) pour avoir permis à l?économie américaine de ne pas s?écraser.? Le 44ième président a rappelé avec fermeté qu?il n?accepterait pas de chantage des républicains qui entendent faire pression en demandant au gouvernement d?effectuer des coupes drastiques dans les budgets de l?éducation, d?aide sociale et de la santé.
Depuis le 31 décembre, l'Etat américain fonctionne juste au-dessous du plafond de la dette actuel, 16.394 milliards de dollars, grâce à des mesures exceptionnelles permettant de gagner du temps, mais sans accord au Congrès, divisé entre démocrates et républicains, l'Etat risque de se retrouver rapidement en défaut de paiement si cette limite n'est pas relevée. Barack Obama a rappelé que les Etats-Unis n?étaient pas une nation de ?mauvais payeurs?. L?avertissement d?Obama a été repris par le président de la Fed, Ben Bernanke. ?Il est très, très important que le Congrès prenne les mesures nécessaires pour éviter que le gouvernement se retrouve dans l'incapacité de payer ses factures", a déclaré M. Bernanke lors d'un colloque à l'Université du Michigan. Relever le plafond de la dette donne simplement au gouvernement la possibilité de payer les factures déjà existantes. Cela ne créé pas de nouvelles dépenses?.
En réponse à l?invective d?Obama, le président de la Chambre des représentant, John Boehner a réaffirmé la position du parti républicain : "les Américains ne soutiennent pas l'idée de relever le plafond de la dette sans réduire les dépenses de l'Etat en même temps". (Source : AFP)
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2013 à 15:00 :
Et dire qu'on a mis Madoff en prison pour la même gestion de son portefeuille que la gestion de l'état américain. Les américains n'ont d'ailleurs pas le monopole du système Madoff, la Grèce et la France font la même politique en espérant que cela dure !
a écrit le 15/01/2013 à 12:54 :
Si les arbres ne montent pas au ciel il semblerait que l'obèse dette américaine y parviendra !!!
a écrit le 15/01/2013 à 8:09 :


S?étant quelque peu écartés en raison du climat d?incertitude qui a plané autour des élections présidentielles et des négociations au sujet de la falaise fiscale, les investisseurs sont aujourd?hui de retour sur les marchés.

Et ils sont sur le point d?avoir des surprises.

Tout d'abord, le plus récent rapport du Commitment of Traders indique que les investisseurs sont aujourd?hui plus haussiers qu?ils ne l?ont été depuis 2007. C?est là quelque chose d?extraordinaire compte tenue de l?étendue des problèmes auxquels fait actuellement face l?économie globale. La seule raison possible qui pourrait justifier une attitude à ce point haussière est la décision des banques centrales de continuer d?inonder le système de toujours plus de liquidités, poussant les actions vers de nouveaux records à la hausse.

Le problème, c'est que les banques centrales ont atteint les limites de leurs politiques. La BCE a promis d?acheter des obligations à l?infini sous réserve qu?un pays fasse préalablement une demande officielle de plan de sauvetage.

Et c?est bien entendu quelque chose qu?aucun pays d?Europe ne désire faire parce que a) cela signifierait ouvrir leurs registres aux agents de l?Union Européenne, et b) tout plan de sauvetage officiel nécessite la mise en place de mesures d?austérité qui, et le cas de la Grèce en est le meilleur exemple, s?avèrent être un désastre pour les hommes politiques.

De l'autre côté de l'étang qui nous sépare, les Etats-Unis ont publiquement annoncé la mise en place de politiques QE3 et QE4, rassurant ainsi les haussiers qui s?imaginent que les marchés sont partis pour atteindre de nouveaux records. En revanche, les bilans de la Fed demeurent virtuellement inchangés d?année en année. Nous avons récemment pu voir que le ressenti se fait de plus en plus grand face à la prétendue efficacité des plans de QE mis en place par la Fed. C?est cela même qui, aux côtés des discussions autour d?éventuelles restrictions budgétaires aux Etats-Unis, a maintenu les prix de l?or et de l?argent à des niveaux relativement bas au cours de ces quelques derniers mois.

Les investisseurs sont donc majoritairement haussiers dans le même temps que les banques centrales financent les limites politiques et professionnelles de leurs outils monétaires. En plus de cela, l?économie globale est à nouveau en phase de contraction. Il faut dire qu?elle ne se soit jamais réellement remise, mais lorsque les banques centrales injectent 10 trillions de dollars au sein du système, cette nouvelle monnaie doit bien aller quelque part.

En effet, il semblerait que les pressions inflationnistes se fassent plus importantes à l?échelle globale. Nous pouvons le voir au travers des manifestations et troubles sociaux qui se développent sur les marchés émergents, la hausse des prix, la réduction des marges des corporations et multinationales et la hausse des prix des produits de consommations.

Combien de fois avez-vous ouvert un nouveau sachet de café, une nouvelle boîte de céréales ou tout autre emballage de nourriture pour vous rendre compte qu?il n?était déjà plus qu?à moitié plein ? Ce n?est pas de chance? L?inflation ne fait pas qu?exploser à la figure d?un système, elle s?y installe d?abord doucement. Les corporations mettent déjà en place des stratégies (hausse des prix, réduction du contenu des paquets?) pour y faire face.

L?une des idées clés dont se souvenir est que les marchés ne reflètent pas toujours la réalité. Bien souvent, ils reflètent une idée. Et cette idée peut parfois s?avérer n?être autre qu?une désillusion. C?est pourquoi les investisseurs ont aujourd?hui une attitude haussière face au marché des actions (qui souffriront bien entendu de l?inflation) et sont moins enthousiastes face à l?or et à l?argent (qui bénéficieront de l?inflation).

Comme le montrent les prix des médicaments, de la nourriture et de l?énergie, le génie de l?inflation est déjà sorti de sa lampe. Et les choses ne feront que s?aggraver. Le comportement des prix de l?or et de l?argent sur le court terme peut très bien n?avoir rien à voir avec leur attitude sur le long terme.

Ceci étant dit, les marchés nous offrent à tous l?opportunité de positionner leur portefeuille dès à présent, alors que les choses sont encore relativement calmes. Il semblerait que tout se soit arrêté deux mois durant dans l?attente des résultats des élections présidentielles aux Etats-Unis et en Chine.

Mais ce calme relatif prend aujourd?hui fin, et les problèmes auxquels nous faisions face en 2012 ? l?inflation généralisée, la crise de la dette en Europe, les difficultés économiques du monde développé ? sont dès à présent en train de repointer le bout de leur nez.

Les investisseurs les plus futés tirent dès à présent avantage de la situation en positionnant leur portefeuille. Si vous ne vous êtes pas encore préparé à la grande chute de l?Europe, vous devriez considérer mon récent rapport intitulé ?What Europe?s Collapse Means for You?, qui explique comment se développera la crise et les solutions qui s?offrent à vous pour vous en protéger. En résumé il est urgent pour les citoyens d'acheter de l'or physique avant qu'il ne soit trop, et de se retrouver ruiné.
Réponse de le 15/01/2013 à 13:11 :
Bon résumé de la situation présente et à venir.
a écrit le 15/01/2013 à 7:55 :
Et voila, donc encore plus de papier monnaie va être imprimé pour essayer de relancer artificiellement la croissance par l'endettement. La conséquence c'est que les monnaies papier perdront de plus en plus de leur valeur, subiront l'inflation et sans doute des dévaluations, seul l'or peut protéger nos économies alors n'hésitez as, protégez vos sous, et votre famille grace à l'or physique.
Visitez les sites www.24hgold.com, et www.mo-livret-or.com si vous voulez vous mettre à l'abri de ce qui se trame.
Réponse de le 15/01/2013 à 11:28 :
Sur la forme ce que vous dites Max et Libre est totalement sensé et parfaitement logique l or est une valeur refuge evidente depuis les orignes monaitaires de l humanité Mais dans le fond ca ne changera rien si effectivement l effondrement total du systéme monetaire prophétisé arrive finalement le chaos qui s en suivra sera tellement catastrophique que les echanges ne se feront pas en monnaie papier , pas en or ou en argent mais en plomb...Ca sent trés mauvais tout ceci
Réponse de le 15/01/2013 à 12:06 :
à Mordrakheen. Au contraire posséder de l'or pourra vous permettre de conserver vos avoirs, de le changer dans leur nouvelle monnaie papier et ainsi de se nourrir, de se loger et de garder une certaine liberté. Si vous lisez ce qui s'est déjà passé dans l'histoire récente vous constaterez que les possesseurs d'or physique seront protégés, non pas des évenements potentiellement dangereux (quoi que), mais en plus pourront continuer à nourrir leurs familles, au moins sur le marché noir. Rappelez vous le marché noir durant la seconde guerre mondiale ou 100 francs Or sont devenus 5.000 francs Or. A vous de choisir !!
a écrit le 15/01/2013 à 6:44 :
Obama restera dans l'histoire des Etats-Unis comme étant le fossoyeur des Etats-Unis avec Bush fils. De profundis....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :