La Tribune

D'ici 2020, la mobilité professionnelle va augmenter de 50%

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr  |   -  312  mots
Selon une étude du cabinet PwC, les mutations professionnelles ont déjà enregistré une croissance record de 25% sur les dix dernières années. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie arrivent en tête des pays dans lesquels les travailleurs aimeraient être mutés.

Les travailleurs vont bouger plus. Et surtout à l?étranger. D?ici 2020, selon une étude de PwC, le nombre de travailleurs qui quitteront leur pays pour des raisons professionnelles va augmenter de 50%.

Les mutations professionnelles ont déjà enregistré une croissance record de 25% au cours de ces dix dernières années, note l?étude. Parmi ces travailleurs mobiles, la part des femmes est passé de 10% à 20%. En 2020, elle devrait atteindre 27%.

L?enquête de PwC ajoute que les missions de court terme (moins de 12 mois), se développent, elles ont doublé depuis 2002. Mais de plus en plus de missions seront permanentes.

Les Etats-Unis en 1er choix

La ?génération Y? préfère évoluer au sein des pays les plus développés, note PwC. 70% d?entre eux se disent intéressés à travailler à l?étranger, et 53% se disent prêt à aller dans un pays moins développé, mais seuls 11% d?entre eux accepteraient de travailler en Inde et 2% en Chine. Leur choix se portent avant tout sur les Etats-Unis (pour 58%), le Royaume-Uni (48%), et l?Australie (39%). La France arrive en sixième position. derrière le Canada et l?Allemagne.

Pourtant, souligne PwC, ?les employeurs des pays occidentaux, traditionnellement plus attractifs en terme de salaires et d?opportunités de carrière, perdront leur avance sur les pays émergents?. Essentiellement parce que les employeurs des pays émergents préfèrent embaucher des travailleurs de leurs pays ayant eu une expérience à l?international.

Le cabinet estime par ailleurs que les pays réduiront leurs barrières à l?entrée de travailleurs étrangers. Même si à court terme, ?les politiques d?immigration restrictives continueront à jouer un rôle moteur dans le développement des mutations?.

Cette étude se base sur des questionnaires auprès de 900 entreprises, des entretiens avec plusieurs employés, ainsi que des spécialistes et des avis d?organisations mondiales.

Réagir

Commentaires

domingo51  a écrit le 25/02/2013 à 16:15 :

Et aussi l'immobilité professionnelle hélas !

samarinda  a écrit le 23/02/2013 à 8:28 :

Un peu plus de deux decennies dans divers pays quel bonheur mais quel malheur de voir mes compatriotes si fermés aux autres à l'évolution économique du monde. Mais je pense que les politiques de tous bords avec pour certains raconter des fables aux français restés aux pays dont les deux plus grands manipulateurs ont été M. Mitterrand et M. Chirac ont aveuglé les français par des discours dans lesquel le mensonge était un mode de gouvernance, mais également les syndicats qui ont refusé la compétition et ont laissé croire aux salariés que la France était un grand pays sans lequel le monde cesserait de tourner. J'incite les jeunes à se déplacer à voir comment les autres ont envi de conquérir le monde que nous sommes un petit pion sur l'échiquier international et que la France ne représente pas grand chose en dehors des périodes royales et napoleoniennes.

Jacpaf  a écrit le 22/02/2013 à 23:46 :

Apres 13 ans en France suivi de 12 ans aux US, je confirme et signe: je ne reviendrai pas travailler au pays! Y vivre a la retraite peut etre, mais y travailler certes non.

user  a écrit le 22/02/2013 à 21:50 :

Eh bien je suis dans la minoritié! apres avoir passé plusieurs années en Inde et en Chine, je m'installe maintenant aux US...

Patrickb  a répondu le 23/02/2013 à 0:13:

@user: tu vas pas trop être dépaysé parce que les Chinois, les Indiens et les Pakistanais sont ceux qui ont le plus émigré en Amérique du Nord au cours des dernières décennies, avec bien entendu les Latinos, mais eux c'est depuis pratiquement toujours puisqu'une grande partie de leur territoire de prédilection était hispanique avant d'être américain.

JB38  a écrit le 22/02/2013 à 18:08 :

Dans dix ans, les coûts de l'énergie et en particulier du pétrole auront tellement augmenté que les transports, les voyages en avion seront devenus inabordables. La mobilité, surtout pas. Vivre et travailler au pays. Gardarem lou Larzac et les huils de schistes seront bien gardés.

transpor  a répondu le 23/02/2013 à 4:13:

Les transports seront plus longs et plus chers, mais ça ne changera pas grand chose.

génération "F"  a écrit le 22/02/2013 à 16:57 :

et bien nous on fait la gueule si seulement on nous change de bureau.

Patrickb  a répondu le 23/02/2013 à 0:15:

@génération F: tu dois plutôt être de la génération Z comme zéro, parce qu'en effet les jeunes les ont à la retourne pas seulement pour changer de bureau, mais aussi pour aller au boulot :-)

villeroy  a écrit le 22/02/2013 à 16:44 :

Il y a 30 ans, les mutations professionnelles (de ou vers l'étranger développé) étaient rares et constituaient, déjà, un formidable apport culturel et expérienciel aux cadres qui en bénéficiaient. Le retour, parmi des populations casanières (et frileuses) n'en était que plus difficile; ceux qui prenaient la décision de "muter" un des leurs ne se l'appliquaient pas à eux-mêmes, un peu comme nos députés 2013 qui légifèrent en s'omettant de s'inclure...

Patrickb  a répondu le 22/02/2013 à 20:09:

@villeroy: j'espère que tu crois pas que dans l'avenir, on va envoyer les canards boîteux comme cadres à l'étranger :-) le monde tourne et il me paraît évident qu'il faut "voir du pays" si on a des capacités...ce qui n'est pas le cas de tout le monde :-) cela dit, il faut aussi réaliser qu'au 19e siècle par exemple, le Royaume-Uni était la 1ere puissance économique et que les US de l'époque était un pays émergent :-)

yvan  a répondu le 22/02/2013 à 21:07:

Je "suppose" que pour émettre cet "avis", vous êtes au moins expat, sinon en connaissant bien plusieurs...

@ yvan  a répondu le 23/02/2013 à 8:43:

de toute façon patrickb a réponse à tout! scotché 24/24 sur L T !! il est imparable !

yvan  a écrit le 22/02/2013 à 16:21 :

J'ignore ce que vaut vraiment ce "cabinet"... Clair par contre que ceux qui ont bossé à l'étranger pourront parler des inconvénients de la chose. Car, pour ceux qui ne l'ont pas remarqué, il n'y a QUE DEUX choses qui poussent à bosser ailleurs : une formation personnelle de TRES haut niveau, et là, la famille se prend un coup dans la figure, SOIT être dans un pays qui n'offre PLUS aucune perspective, soit, une fuite en avant de déracinement. Soit, et comme les hautes formations n'ont aucune raison d'augmenter, c'est la deuxième option qui semble obligatoire. Le pied géant...

IL CAVALIERE  a écrit le 22/02/2013 à 15:40 :

Pour les jeunes cadres, ils ont intérêt d'aller en Asie, c'est sûr que si on envoie des cadres en Australie ou aux USA, ils ne voudront plus revenir en France, vous connaissez des personnes prêtes à dépenser deux fois plus pour se loger tout en gagnant deux fois moins ?

Gabriel  a écrit le 22/02/2013 à 15:20 :

Des solutions alternatives comme le cohébergement permettent de voyager à moindre coût à travers le monde. La mobilité devient une donnée importante pour trouver un emploi.

@ Gabriel  a répondu le 22/02/2013 à 16:29:

ouais, au détriment d'une vie de famille, parce que ça, on n'en parle plus, ça ne rentre pas dans ce nouveau concept, n'est ce pas ?? le type va bourlinguer, faire le glob trotter", et ma foi, la vie de l'humain dans tout ça? ça promet une vie de m.rde, ainsi qu'une société de même valeur, mais, c'est comme ça, faut sacrifier à la sacro ste mondialisation et libéralisme, capitalisme de tous poils.. L'Homme machine, l'Homme objet, l'Homme apatride, pourquoi pas? nous compterons les déboires et misères de cet homme là, par la suite....R V dans 20 ans? ah! ce n'est pas le délai de "Patrick B ", ça fait 10 de plus, 10 ans de recul, en plus.....ça laissera le temps de devenir lucides

Fluo  a répondu le 10/12/2013 à 10:12:

Il est au contraire très agréable et enrichissant de s'expatrier en famille !

ABCD  a écrit le 22/02/2013 à 14:20 :

Les individus iront travailler en dehors de leur pays, et ici, des étrangers viendront à leur place...que du bonheur en perspective ! vive la FRANCE !nos disparus sont bien ou ils sont , les pauvres! ils seraient désespérés , anéantis de voir ce qui se prépare......

Raymond  a écrit le 22/02/2013 à 14:16 :

et il restera quoi en France, s'il va y avoir autant de mutations professionnelles via l'étranger?

anonimuuus  a écrit le 22/02/2013 à 13:50 :

La fédéralisation et la coordination mondiale de l'économie arrive à grands pas. c'est un bonne chose. Le monde se rationalise et s'optimise. ^^

Gragol  a répondu le 22/02/2013 à 14:18:

Et j'ajouterais qu'il se deshumanise en faveur du gain immédiat, du profit pour le profit, de l'individualisation et de la perte de solidarité (intergénérationnelle et inter classe). C'est ce qu'on appelle le progrés.

@ Gragol  a répondu le 22/02/2013 à 15:07:

Je vous suis entièrement nous allons allègrement vers un "sale" monde

Anonymous  a répondu le 22/02/2013 à 15:09:

Dans un monde où l'ardeur de gagner des richesses et du pouvoir, devrait éveiller les consciences sur la déshumanisation accélérée de l'humanité.

Gragol  a écrit le 22/02/2013 à 11:52 :

Le néo libéralisme est en train de l'emporter. En conséquence, la France devrait prendre les devant en stoppant toute politique favorisant la natalité et la formation, et en ouvrant grand les frontières aux profiles intéressant formés à l'étranger.

Pourquoi ? Parce qu'élever un individu depuis sa naissance jusqu'à la fin de sa formation professionnelle coute cher à la collectivité, et que nous n'avons aucunes garantis de retour sur investissement. Il faut donc agir avec pragmatisme, supprimer les allocations familiales et la gratuité relative des études, pour s'orienter vers un modèle globalisé tenant compte de la mobilité des salariés en attirant à nous les meilleurs profiles depuis l'étranger. Evidemment cela passera par une baisse drastique des cotisations salariales et patronales, une quasi suppression des indemnités chômages, la création d'un contrat de travail unique rompable unilatéralement par les 2 partis sans justification et sans préavis, et la suppression des retraites par répartition.

De toute façon les états vont disparaître à moyen terme au profit d'une gouvernance du privé. L'individualisation du monde est inévitable : c'est le sens de l'Histoire. Ce sera chacun pour soit et Dieu pour tous.

Ne vous plaignez pas, vous ne le méritez pas car c'est le monde que vous avez voulu en votant UMPS. A présent, enjoy !

moi je  a répondu le 22/02/2013 à 14:31:

veux mes droits et rester devant ma tele

Céline  a répondu le 22/02/2013 à 16:46:

Je suis plutôt d'accord, il faut être un peu plus agressif en France. On se fait bouffer tout cru sans réagir... Il n'y a pas de fatalité pourtant. J'en ai vu défiler des collègues étrangers, ils ont moins d'état d'âme que nous... Ils restent tant que la France leur apporte qqchose et partent vers de meilleurs horizons dès qu'ils ont fini les études et ont l'expérience suffisante. Je ne les blame pas, j'ai juste constaté.

JB38  a répondu le 22/02/2013 à 18:11:

@ Céline

"Dis-moi Céline" pourquoi être agressif? On n'est pas bien en France? Cool...