Barack Obama rejette catégoriquement le budget des républicains

 |   |  368  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Aux Etats-Unis, républicains et démocrates doivent se mettre d'accord sur un budget de l'Etat pour la période allant de juin à décembre 2013 avant le 27 mars. Mais les priorités et les méthodes s'opposent.

La partie sur le budget américain n'est pas gagnée. Mardi, au Capitole, les républicains ont essuyé un refus franc et massif de la part de Barack Obama face à leur proposition de budget visant une réduction spectaculaire du déficit américain sur dix ans. "Nous n'allons pas équilibrer le budget en dix ans, parce que si vous regardez ce que Paul Ryan propose (...) cela veut dire plafonner l'assurance-santé des personnes âgées, effectuer des coupes profondes dans des programmes comme la couverture maladie des plus pauvres", a déclaré le Président des Etats-Unis au micro de la télévision ABC.

Les républicains veulent abroger l'"Obama care"

Le texte soumis par les élus conservateurs, dévoilé mardi par le président de la commission du Budget de la Chambre des représentants, Paul Ryan, prévoit en effet de réduire le déficit d'environ 4.600 milliards de dollars cumulés sur dix ans, sans hausses d'impôts, en procédant à une abrogation de la réforme de santé impulsée par Barack Obama (et promulguée en 2010) et à une importante réduction des dépenses sociales.

Obama ne recherche pas un budget équilibré à tous prix

Les méthodes et les priorités s'opposent puisque de son côté, Barack Obama compte sur une reprise économique plus que sur une réduction drastique des dépenses sociales. Il a d'ailleurs expliqué sur ABC que son but n'était "pas de rechercher un budget équilibré à tout prix. Mon but est de faire en sorte de faire croître l'économie, de remettre des gens au travail, et si nous faisons cela, nous augmenterons les recettes" de l'Etat fédéral.

Cette semaine, le président des Etats-Unis a prévu de se rendre encore deux fois au Sénat, siège du pouvoir législatif, pour tenter de faire progresser ses priorités. Un accord doit être trouvé d'ici le 27 mars. Si les élus ne parviennent pas à boucler une loi de financement couvrant les six derniers mois de l'exercice actuel, des services "non essentiels" pourraient être fermés.

Pour rappel, la dette fédérale américaine se rapproche des 17.000 milliards de dollars.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2013 à 11:44 :
son problème !!!! il sortira dans quatre ans en ayant planté le pays . dans la mondialisation c'est le plus gros qui dicte la loi et !! c'est pas obama point à la ligne !! la dictature va revenir à la mode , il suffit de regarder qui a le vent dans les voiles de nos jours ................
Réponse de le 13/03/2013 à 11:58 :
il n'est nul question de fierté, mais de lu-ci-di-té ! la dictature, vous dites?? Ah! elle est bien celle la..et chez nous, ça commence "doucement " à être quoi, avec Bruxelles, les banquiers, marchés et le reste..VQous rigolez !
a écrit le 13/03/2013 à 10:26 :
Les USA ont le même problème que la France : les transferts sociaux (misen place en 1963) d'un état providence aveugle deviennent insupportables et ne pourrons jamais être financés entièrement, malgré toute la production de richesses dont est capable l'économie américaine. La phrase de Tchacher est tjrs d'actualité : "le problème du socialisme, c'est qu'il finit toujours par être à court de l'argent des autres" et même le socialisme américain, pourtant le plus riche ...
Réponse de le 13/03/2013 à 12:01 :
@ John Galt
Bientôt le temps des révolutions et le retour des communistes. A force d'intransigeance et de jeter des gens dans la pauvreté sous prétexte de développement, consommation, productivité, croissance, PIB, FMI, Agences de notation, profit des banques etc...etc..le retour de flamme est inévitable. Ce n'est pas parce que nos sociétés semblent bien encadrées, policées, militarisées que c'est une garantie de stabilité éternelle.
Réponse de le 13/03/2013 à 12:34 :
Il semblerait pourtant que les plus riches soient toujours plus riches. Il y a des gros grumeaux dans votre soupe. Comme le dit JB, continuez avec votre intransigeance et les régimes étatiques les plus autoritaires renaitront de leurs cendres. Moi je prône la tyrannie par l'écologie. John Galt en pagne !
Réponse de le 13/03/2013 à 12:49 :
Alors là, je vous suis ! +++ 1000
Réponse de le 13/03/2013 à 13:20 :
+ UN @ JB38
Réponse de le 13/03/2013 à 17:21 :
@ JB38 john galt a tout prévu, john galt s'entraîne à mort à la course à pied et au sprint et en profite même pour se doper afin de courir plus vite que les hordes de bolcheviques qui vont le poursuivre avec la faucille dans la main gauche et le marteau dans l'autre main gauche (chez les bolcheviques, les 2 mains/bras sont exclusivement coté gauche NDLR). john galt n'a pas peur, john galt repoussera les attaques des bolcheviques en brandissant les livres saints de Bastiat! john galt fait des miracles! Alleluia, alleluia, alleluia......
Réponse de le 13/03/2013 à 17:57 :
AMEN......!
a écrit le 13/03/2013 à 8:29 :
c'est de dépenser toujours plus ! un tsunami mondial remettra le travail en bonne place tout simplement , ça a toujours marché ainsi ! c'est comme celui qui achète ses cigarettes et qui dit " demain j'arrête " illusion car c'est au moment de faire l'achat qu'il faut dire stop ! obama est comme tous les autres ... avide de son pouvoir à faire progresser "ses" dettes de dirigeant et qui endort ses électeurs de promesses idiotes financées avec une carte bleue sans limite de découvert ! ( en dernier ressort le peuple mettra de sa poche ! " je fais les erreurs et vous les assumez " compromis parfait )
Réponse de le 13/03/2013 à 9:19 :
@le bonheur !Souvenir : un certain Georges Bush Jr. ne prônait-il pas l'American Dream par l'endettement des ménages?
Réponse de le 13/03/2013 à 10:34 :
Un certain bill clinton n'a-t-il pas initié la crise mondiale dans la quelle nous retrouvons en obligeant les banques à faire des crédits à des ménages insolvables, ce qui donna lieu quelques années plus tards à la crise des subprimes?
Réponse de le 13/03/2013 à 11:04 :
Et oui, Bush JR encouragea l'endettement des ménages pour devenir propriétaire de leur "sweet home"
Réponse de le 13/03/2013 à 12:00 :
ouais, parce que Bush était mieux? vous parlez d'un mec, ce Bush : une honte
Réponse de le 13/03/2013 à 12:01 :
+ 1
Réponse de le 13/03/2013 à 12:39 :
J'ai quand même le sentiment que personne n'a obligé les banques à faire quoi que ce soit. Le staff de Bill était largement composé de banquiers justement. Des libéraux bon teint.
Réponse de le 13/03/2013 à 13:22 :
Avec Bill,la croissance allait bon train...
a écrit le 13/03/2013 à 8:08 :
Ah! ce président est humain!! il est formidable, quoique ce que certains diront! leur avis n'est pas important! VIVE OBAMA!!!!
Réponse de le 13/03/2013 à 8:19 :
vous faites bien de tenir Mr OBAMA! ne laissez pas ces bankers faire la loi !
Réponse de le 13/03/2013 à 10:34 :
et quand les limites de la dette seront atteints, alors les mêmes humains seront morts !!! est-ce la solution ???
Réponse de le 13/03/2013 à 10:40 :
justement les banksters se régalent.
Réponse de le 13/03/2013 à 11:00 :
La mentalité du français franchouillard moyen : dépenser sans compter tout en s'endettant sans bosser. Déplorable !
Réponse de le 13/03/2013 à 11:27 :
+ UN
Réponse de le 13/03/2013 à 11:29 :
c'est vrai, Obama tient à l'humain avant tout! bien, ce type! +100 @ Yes
Réponse de le 13/03/2013 à 11:33 :
actuellement, ON SACRIFIE L'HUMAIN, sur l'autel, des bankters, des marchés, des piliticards, à la botte de Bruxelles, L'HUMAIN, bon sang, ça ne signifie plus rien actuellement !?..petitesse d'esprit, ma parole! ALLEZ Y Mr Le Président OBAMA! ne LACHEZ RIEN! ce type, je le kiffe, il est SUPER !!!
Réponse de le 13/03/2013 à 11:34 :
En même temps Obama a raison. Le meilleur moyen de rembourser est de ne pas sacrifier l'avenir (continuer à investir) et créer de la croissance. Obama agit aussi en fonction de l'âge de son pays. La population américaine est plus jeune qu'en Europe, la priorité est donc de trouver de créer des emplois pour les jeunes. La Vieille Europe (qui n'a jamais aussi bien porté son nom) se préoccupe d'avantage de l'inflation et de l'épargne de ses vieux.
Réponse de le 13/03/2013 à 11:36 :
d'ici là, les humains seront considérés comme des Humains, et non comme de la marchandise, ou des machines...les humains seront morts, certains, OK, mais d'ici là, vous avez 1 boule de cristal pour connaitre l'avenir???? ICI & MAINTENANT!, les hommes sont ^pris en considération!! et c'est cela qui compte !!m.rde !YES! YES! OMAMA! OBAMA !!
Réponse de le 13/03/2013 à 11:37 :
@ Yes + UN ! @ Jacques + UN !
Réponse de le 13/03/2013 à 11:56 :
Somme toute, il a n'a pas tord ..+ UN @ Yes, Ninie,Bertrand Jeff
Réponse de le 13/03/2013 à 12:03 :
Tenez bon Obama !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :