Malgré la reprise des aides du FMI, le budget malien n'est pas assuré

 |   |  206  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Fonds Monétaire International vient de proposer d'allouer 15 millions de dollars au Mali, après en avoir déboursé 18,4 millions au début de l'année. Cela ne sera pas suffisant pour combler un déficit de 110 millions de dollars dans le budget annuel.

Le Mali est loin d'être tiré d'affaires, selon le Fonds Monétaire International (FMI). L'institution s'est dite prête à débloquer 15 millions de dollars pour le pays, afin de l'aider à financer les services de première nécessité : "A la suite de l'évolution récente favorable de la situation politique et sécuritaire, les perspectives économiques pour 2013 sont encourageantes (...). Il n'en demeure pas moins que des besoins essentiels ne sont toujours pas financés", a indiqué le FMI à l'issue d'une mission dans le pays.

Du coup, en plus des 18,4 millions de dollars versé fin janvier, le Fonds prévoit un "deuxième décaissement" en juin. A la suite de l'offensive militaire de la France, plusieurs pays et organisations se sont décidés à débloquer leur aide au développement mais ce soutien ne suffira pas à combler le trou de 110 millions de dollars que le FMI avait identifié dans le budget 2013.

Après s'être contracté de 1,2% en 2012, le produit intérieur brut du Mali devrait progresser de 4,8% cette année et l'inflation devrait être ramenée de 5,3% à moins de 3% grâce aux "bonnes récoltes", a estimé le Fonds.

Avec AFP

POUR ALLER PLUS LOIN:

>> France- Mali: quelles relations économiques ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2013 à 15:53 :
Bel article pour un trou de 95 millions d'euro! Chez nous le ministre des finances cherche 8 milliards toujours dans l'espoir de sauver le système financier en remboursant seulement les intérêts de 1600 milliards de dettes!
a écrit le 14/03/2013 à 11:52 :
Pourquoi ils se fatiguerait à gérer quelque chose au Mali : un problème = un coup de fil a l'Elysée t c'est réglé.
110 millions de dollars, vous allez voir que la facture sera réglé par la France, il suffira d'emprunter 110 millions en plus sur les 171 milliards à aller cherche cette année sur le marché financier. (heureusement qu'il y a les méchants marchés financiers et les vils spéculateurs pour continuer d'assurer le train de vie dément de la France).
Réponse de le 14/03/2013 à 13:00 :
l'avantage de cette situation c'est que ces 171 milliards n'iront pas grossir les flux spéculatifs sur les matières premières alimentaires et autres terres arrables qui mettent l'afrique et surtout le sahel à genoux...Les marchés ne sont ni méchants, ni vils, ils sont profondément cupides (ce qui reste une grande qualité dans notre système économique je vous l'accorde !).
a écrit le 14/03/2013 à 11:22 :
Le FMI ne doit pas se faire de soucis car la France veille. Sarkozy a envoyé l'armée au Mali après la Libye, au fait ce n'est plus Sarkozy, mais c'est qui alors. Enfin la France avec ses 1 800 milliards de dettes et ses 3.7% de déficit va pouvoir aider pécuniairement le Mali et elle permettra à des Maliens de venir travailler en France pays de la joie de vivre avec plus de 3 millions de chômeurs et huit millions de travailleurs pauvres
a écrit le 14/03/2013 à 9:46 :
je prefere me souvenir des concours de chateaux de sable du "Figaro" dans les années 60,
ca m'evite des montées de tension...
a écrit le 14/03/2013 à 9:02 :
mais pas de vin ! celui des danaîdes ! car notre "devin" de François a cru bon d'aller faire SA guerre ( comme sarkozy en son temps ! ) pour se forger une image à l'international sans se rendre compte qu'il était seul avec "son" peuple pris en otage lui aussi dans cette guerre . ainsi sur place la france va prendre .
à sa charge le coté militaire ( donc financier ) de cette et pour des années .....
Réponse de le 14/03/2013 à 10:04 :
Que n'entendrait-on pas si nos familles périssaient dans des attentats dont l'origine géographique serait le sahel (déjà que l'on maudit le gouvernement de n'avoir pas empêché la neige, annoncée 72 heures à l'avance au demeurant, de tomber) ....l'avantage des analyses géostratégiques et budgétaires à l'emporte-pièce c'est qu'elles n'ont, elles, aucun coût financier !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :