La Tribune

Et nouveau retour de la grippe aviaire...

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  386  mots
Deux personnes sont mortes à Shanghai en Chine de la grippe aviaire, infectées par la souche H7N9, dont on ignorait jusqu'à présent qu'elle pouvait être transmise à l'homme.

Deux personnes sont mortes à Shanhai en Chine de la grippe aviaire, infectées par la souche H7N9, dont on ignorait jusqu'à présent qu'elle pouvait être transmise à l'homme, a annoncé le gouvernement chinois dimanche. C'est dans ce contexte que la métropole chinoise de Shanghai a décidé de renforcer ses contrôles sanitaires après la mort de deux personnes contaminées par une souche de la grippe aviaire qui ne s'était jusque-là pas transmise à l'homme, a rapporté lundi la presse officielle. Un homme de 87 ans de Shanghai est tombé malade le 19 février et est décédé le 4 mars. Un autre, de 27 ans, toujours de Shanghai, a présenté les symptômes de la maladie le 27 février et est mort le 10 mars, avait annoncé dimanche la Commission nationale de la santé et du planning familial. Une femme de 35 ans dans la province de l'Anhui (est) est tombée malade le 9 mars et est actuellement dans un état critique. Les autorités sanitaires de Shanghai ont donc demandé aux hôpitaux de surveiller particulièrement les patients souffrant d'affections respiratoires, a indiqué le Shanghai Daily.

Taïwan : renforcement des contrôles de voyageurs chinois

De son côté Taïwan a annoncé de son côté lundi renforcer les contrôles pour les voyageurs en provenance de la Chine continentale, de Hong Kong et de Macao, dont la température corporelle était mesurée à leur arrivée sur l'île. Les trois cas recensés sont des infections par la souche H7N9, selon des résultats confirmés samedi par le Centre chinois de contrôle des maladies. Cette souche n'avait jamais été transmise à l'homme auparavant. La Chine est l'un des pays les plus vulnérables à la grippe aviaire car elle possède sur son territoire le plus grand nombre de volailles au monde, et que dans de nombreux villages, les volatiles sont souvent en contact avec la population. Début mars, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait indiqué que la grippe aviaire avait fait plus de 360 morts dans le monde depuis 2003. Le virus H5N1 - le plus commun - se transmet jusqu'à présent de l'animal à l'homme, mais les scientifiques craignent qu'une mutation ne permette des contaminations d'homme à homme, ce qui pourrait déclencher une pandémie.

Réagir

Commentaires

ahlouf  a écrit le 01/04/2013 à 22:33 :

au poil cette épidémie. Rappelez Bachelot à la Santé, elle va nous acheter des vaccins auprès de ses copains et ensuite on les mettra à la poubelle. Peut-être passera-t-elle dans l'émission: combien ça coûte. au poil Bachelot!

hades  a répondu le 02/04/2013 à 9:35:

R Bachelot est une grande dame, elle a fait le necessaire en achetant ces vaccins ... c'etit ce qu'il fallait faire...en cas de reel probleme, elle aurait ete prete .. ! ! ! !
vaut mieux etre pret en cas d'epidemie , meme si c'est pour rien ... !

capcha  a répondu le 04/04/2013 à 18:18:

Pour mémoire, je vous rappelle que c'est OMS qui a développé et surtout amplifier le risque. On peut cependant lui reprocher le nombre de doses commandées. Mais on peut peut être aussi condamner le corps médical qui a joué le profit avant la santé des citoyens. Même si certains de leurs arguments pouvaient être pris en compte,
La chance pour eux et la malchance pour R. B. c'est que la pandémie n'a pas eu lieu. Une chance pour le citoyen? Pour celle là certainement, mais pour celle qui viendra? Car à ma connaissance cet "exercice" grandeur nature n'a pas abouti à des stratégies futures!

poule  a écrit le 01/04/2013 à 19:10 :

ils travaillent pour nous .ils sont malades pour nous

ROSELYNE !!!  a écrit le 01/04/2013 à 14:30 :

où es tu ? zut ! ah ! on me dit quelle est fonctionnaire au paf ...........idiovisuèl !

Wiliam S  a écrit le 01/04/2013 à 13:14 :

Quand on sait que nos entreprises bien française nous font manger des lasagnes de cheval, on peut légitimement penser qu'ils nous font également manger du poulet étranger enrhumé.