Le déficit public américain va diminuer plus que prévu en 2013

 |   |  406  mots
Le président des Etats-Unis, Barack Obama. Copyright Reuters
Le président des Etats-Unis, Barack Obama. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Il devrait baisser de plus de 40% pour le ramener à 642 milliards de dollars, son niveau le plus faible depuis 2008, selon une étude du Bureau du budget du Congrès américain.

"Etant donné que les recettes doivent augmenter plus vite que les dépenses selon le régime légal en vigueur, les projections de déficits du CBO continuent d'être revues à la baisse", écrit le Bureau du budget du Congrès américain. Résultat : les Etats-Unis vont voir leur déficit public diminuer de plus de 40% sur l?exercice fiscal 2013. Il atteindra 642 milliards de dollars, son niveau le plus faible depuis 2008.

Au terme de l'exercice fiscal 2012, qui s'est achevé fin septembre, le déficit public américain s'est élevé à 1.087 milliards de dollars. Début février, l'organisme tablait sur une baisse moins marquée du déficit de l'Etat fédéral en 2013, à 845 milliards de dollars.

Coupes budgétaire automatiques

Car ces nouvelles prévisions prennent en compte les coupes budgétaires automatiques entrées en vigueur début mars qui devraient, faute d'accord au Congrès, amputer les dépenses fédérales de 85 milliards de dollars d'ici à la fin septembre.

En 2013, le déficit public américain ne devrait plus représenter que 4,0% du produit intérieur brut (PIB), contre 7,0% en 2012, avant de poursuivre sa décrue jusqu'en 2016, selon le CBO. Par la suite, "(il) devrait toutefois augmenter dans les prochaines années, pour atteindre 3,5% en 2023" en raison notamment de la hausse des coûts de l'assurance-maladie et d'un alourdissement de la charge de la dette, indique le rapport.

Relèvement du plafond de la dette à l?automne

Dans la même étude, le CBO écrit que le plafond de la dette américaine ne devra être relevé qu'en octobre ou novembre. "Pour éviter de faire défaut sur les obligations de l'Etat fédéral, le plafond de la dette devra être relevé avant épuisement des mesures extraordinaires, probablement en octobre ou novembre", estiment les auteurs.

Aux Etats-Unis, l'exécutif ne peut emprunter qu'un certain montant maximum défini par le Congrès qui doit revoter si ce plafond est atteint. La limite actuelle (16.400 milliards de dollars) a été atteinte le 31 décembre, mais le Congrès a voté une loi permettant au Trésor de continuer à emprunter jusqu'à ce samedi inclus.

Le secrétaire au Trésor américain Jacob Lew a indiqué vendredi que grâce à des mesures exceptionnelles, comme la suspension de certains versements, l'Etat fédéral pourrait continuer à fonctionner "jusqu'à Labor Day", la fête du Travail célébrée aux Etats-Unis début septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2013 à 22:22 :
C'est possible, puisque là-bas, la planche à billets fonctionne. Il y a peu de temps 800 milliards furent produits pour sauver les banques. Il faut une Fédération des provinces européennes ayant un gouvernement central et une banque comme la Fédérale Reserve US. Ainsi on pourra faire de même: produire des image-euros qui ne valent rien (Seulement une supposée confiance dans une économie en berne)...Revenir au bon vieux temps ne rimerait à rien; car on se ferait "bouffer" les uns après les autres...
a écrit le 16/05/2013 à 20:06 :
Ces chiffres sont faux. Il suffit pour s'en convaincre de se pencher sur ceux des opérations cash. Pour ce petit effet de manche, les médias "mais stream" (MSM) américains qui ne sont pas du tout inféodés au pouvoir en place, se servent de la référence du trésor: www.fms.treas.gov/mts/mts0413.pdf qui montre donc que sur la période concernée ont été ajoutés 488Mds$ de dette. Mais la réalité est ailleurs. Il suffit de regarder les séries cash qui montrent eux 763Mds$ (Il suffit d'aller voir le site du Trésor la série "Debt to the Penny" et choisir les dates en question, le lien est ici: http://www.treasurydirect.gov/NP/debt/current), qui elles sont exemptes de petits arrangements comptables. Par ailleurs la SS est déjà dans le trou de 90Mds$ depuis le début de l'année. D'ailleurs si on prend les chiffres sur les 4 premiers mois de cette année selon cette même série, on obtient de fait le même chiffre que les 3 dernières années, soit 1200Mds$. Pas tout à fait la même chose.
Voir l'excellent billet de Karl Denninger sur le sujet: http://market-ticker.org/akcs-www?post=220813
a écrit le 15/05/2013 à 13:00 :
Il faut bien comprendre que c'est une baisse du montant du déficit sur une année et non une baisse du déficit en général : Les USA ajouteront donc 642 milliards à leur déficit abyssal actuel. Si la France avait un déficit de 3% du PIB dans l'année (soit une baisse par rapport aux années précédentes) cela rajoute quand même de l'ordre de 30 milliards à notre dette.
C'est donc de la com !
Réponse de le 15/05/2013 à 13:38 :
Exactement. La dette n'a pas diminué. Elle a encore augmenté. C'est juste le taux de déficit par rapport au PIB qui baisserait cette année. J'ai compris la même chose que vous. La dette continue à augmenter même si le déficit annuel va baisser selon les prévisions.
Réponse de le 15/05/2013 à 16:05 :
Et pour réussir ce joli tour de magie, ils ont foutu a la porte une grosse partie de leurs fonctionnaires... Si on faisait pareil ? Ha ? Non ? On n'a pas le droit ici ? ;-)
Réponse de le 17/05/2013 à 7:20 :
Si le déficit par rapport au PIB continue à baisser, alors éventuellement il sera nul et la dette sera réduite. Vous comprenez les enfants?
Réponse de le 17/05/2013 à 8:31 :
Le seul problème, c'est que ces chiffres tant vantés ici et par tous les médias US sont simplement faux.
a écrit le 15/05/2013 à 11:58 :
Si seulement cela pouvait inspirer notre gouvernement. Faire des économies, baisser des charges pour relancer la compétitivité...!!! Trop risqué politiquement, c'est impopulaire. Nos politiques vont nous endetter jusqu'à ce que l'on en arrive au même point que la Grèce (c'est à dire, temps que les banques nous prettent) tout en se servant gracieusement. On devrait demander la divison par 2 de nos élus; une rémunération indexée sur le salaire moyen des Français (comme ça ils auraient intérêt à faire fructifier les intérêts de la France et pas leurs intérêts personnels ni de leurs amis), un budjet équilibré, pointage à l'émicycle avec retenu sur salaire si absence (comme le peuple en fait)... Fini les privilèges de notre gouvernement royaliste, on devrait devenir élu pour son devoir patriotique, pas pour le salaire, la retraite assurée et autres avantages. Cela impliquerait une "refonte " de la 5ème république mais qui va ammorcer cela? Pas nos élus, ils se protègent entre eux, ils votent leurs salaires et leurs avantages alors qui? Reste à tous sortir dans la rue et demander un changement radical.
Réponse de le 15/05/2013 à 14:53 :
Je ne comprends pas votre commentaire, en France aussi il baisse. Il est passé de 5,2% du PIB en 2011 à 4.8% du PIB en 2012. Très très proche des USA, vous ne trouvez pas.
Réponse de le 15/05/2013 à 15:21 :
@Delphine
Avec 2% de prélèvements obligatoires en plus. Aux USA, ils baissent les DÉPENSES; et c'est pour cela qu'ils ont de la croissance. Nous , on garde les chômeurs et les pauvres ( plus qu'aux USA en proportion ).
Réponse de le 15/05/2013 à 15:38 :
Pas si proche que ça des USA puisqu'ils sont à 7% cette année. Pour 2013 nous verrons.
@Durandal : Relisez l'article, vous verrez que cette réduction de déficit est due à une augmentation de recettes.
Réponse de le 15/05/2013 à 17:30 :
Concernant la croissane aux usa ne pas oublier qu'ils ont modifié les régles de calcul à partir de 2013. L'Europe fera de même je crois en 2014.
Réponse de le 16/05/2013 à 19:55 :
Ce ne sera effectif qu'à partir de juillet de mémoire.
Réponse de le 19/05/2013 à 6:13 :
Septembre 2013

Ratio : revenus / recettes des USA

Dette publique des USA ; 16 trillions

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :