La population souffrant de faim a baissé de 17% dans le monde en 10 ans

 |   |  426  mots
Avec des investissements supplémentaires, il serait possible d'atteindre les objectifs de lutte contre la faim.
Avec des investissements supplémentaires, il serait possible d'atteindre les objectifs de lutte contre la faim. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les objectifs fixés en matière de nutrition peuvent encore être atteints dans le monde, rappelle le site du Programme alimentaire mondial qui se base sur un rapport de la FAO.

La faim chronique touche 17% de personnes en moins aujourd'hui que sur la période 90-92. Le Programme alimentaire mondial (WFP) se base sur ce résultat d'une étude de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), pour affirmer que les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) sont encore atteignables en matière de nutrition.

La planète comptait quelque 995 millions de personnes souffrant de malnutrition au début des années 1990. Selon des données fournies courant 2013 par la FAO, elles ne seraient plus "que" 827 millions aujourd'hui, soit une spectaculaire baisse de 17% en une dizaine d'années.

Cela veut certes dire "qu'une personne sur huit dans le monde va se coucher le ventre vide", comme l'explique le site de l'organisation humanitaire des Nations unies, le Programme alimentaire mondial.

Mais cela signifie aussi que "si cette tendance continue, nous serons juste en dessous de la cible fixée en matière de nutrition dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement", poursuit le Programme alimentaire mondial.

Échéance 2015

Les OMD sont huit objectifs adoptés en 2000 à New York par 193 États membres de l'Onu et plusieurs dizaines d'organisations internationales, visant notamment à réduire la pauvreté ou la mortalité infantile, promouvoir l'égalité des genres et combattre le VIH. Ils arrivent à échéance dans un an, en 2015.

En terme de nutrition, l'ambition de ces objectifs est de "réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population qui souffre de la faim". En continuant sur la même dynamique que celle enregistrée par la FAO, la part de personnes souffrant de la faim dans les "régions développées", où vivent l'essentiel d'entre elles selon l'étude, tomberait à 13%. C'est-à-dire à un point de pourcentage à peine de l'objectif pour 2015, de 12%.

Objectif médian

Rappelant que "la majorité des personnes sous-alimentées se trouvent encore en Asie du sud, suivie de près par l'Afrique sub-saharienne et l'Asie de l'est", la FAO met ainsi en avant la possibilité d'atteindre cet objectif, "à condition d'efforts supplémentaires pour réduire la fin mis en place via un renforcement des filets de sécurité et des investissements dans l'agriculture". Le tout, conclut-elle, pour "répondre aux besoins immédiats et pour soutenir les progrès sur le long-terme".

En revanche, les objectifs du Sommet mondial contre la faim de 1996, visant à diminuer de moitié le nombre de personnes mal nourries en valeur absolue (et non relative comme en 2000) avant 2015, sont à oublier. "L'objectif le plus ambitieux semble hors d'atteinte", affirme en effet la FAO.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2014 à 15:57 :
S'il y avait moins de conflits, il y aurait moins de famine et moins de personnes souffrant de la faim. Les affameurs ne sont pas forcément au nord et les bonnes âmes au sud, comme feignent de le croire les bien-pensant. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas redoubler d'effort mais cela veut dire que les intégrismes tuent plus que la pénurie et le cynisme des pays riches.
a écrit le 06/01/2014 à 16:55 :
Tout à fait crédible : de 1992 à 2013, il s'est passé 10 ans... Certains sont vachement pressés de faire des bénéfs, on dirait...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :