Panique financière en Russie à cause de l'escalade en Ukraine

 |   |  433  mots
En pleine tempête, la Banque centrale russe a été contrainte de réagir dans l'urgence en annonçant, à la surprise générale, une hausse temporaire de son taux directeur à 7%, contre 5,5% auparavant. (Photo : Reuters)
En pleine tempête, la Banque centrale russe a été contrainte de réagir dans l'urgence en annonçant, à la surprise générale, une hausse "temporaire" de son taux directeur à 7%, contre 5,5% auparavant. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Les marchés financiers paniquaient lundi en Russie face à l'escalade de la crise en Ukraine, poussant la Banque centrale à une hausse surprise de son taux directeur pour tenter de calmer le jeu et assurer "la stabilité financière".

La panique a gagné les marchés financiers lundi en Russie, suite à l'escalade dans les échanges diplomatiques entre Moscou, Kiev et les occidentaux dimanche. Les deux principaux indices de la place financière moscovite, le Micex et le RTS, dégringolaient respectivement de 7,81% et 9,05% vers 8h15 heures de Paris et le rouble dégringolait à des plus bas historiques.

L'euro, qui volait déjà de record en record face à la monnaie russe ces dernières semaines, a dépassé pour la première fois de sa jeune histoire les 50 roubles, atteignant 51,20 roubles. Le dollar est monté jusqu'à 37,0005 roubles, franchissant pour la première fois son record datant de la crise de 2009.

Réaction surprise de la Banque centrale

En pleine tempête, la Banque centrale russe a été contrainte de réagir dans l'urgence en annonçant, à la surprise générale, une hausse "temporaire" de son taux directeur à 7%, contre 5,5% auparavant.

"La décision est destinée à contrer les risques qui sont apparus concernant l'inflation et la stabilité financière, liés à une hausse de la volatilité ces derniers temps sur les marchés financiers", a expliqué l'institution, qui ne devait initialement pas se réunir avant le 14 mars.

Escalade en Ukraine

Le risque était déjà présent depuis le début de la crise ukrainienne. Les marchés russes et le rouble étaient en déjà orientés à la baisse ces dernières semaines. Les investisseurs s'inquiétaient notamment d'une faillite de l'Ukraine sur la Russie, notamment sur sa dette de gaz, qui ferait subir aux banques publiques russes de lourdes pertes.

Mais celui-ci a pris une nouvelle ampleur avec les craintes d'une escalade militaire dans la région depuis ce week end, alors que Kiev a accusé Moscou, après le vote de l'autorisation d'une intervention militaire par la Douma, le parlement russe, de lui avoir "déclaré la guerre".

>> Lire Ukraine : la tension monte entre Moscou, Kiev et les occidentaux

Interrogations sur d'éventuelles sanctions économiques

Si les investisseurs sont peu nombreux à croire à un véritable affrontement armé, "le marché se demande dans quelle mesure les Occidentaux vont imposer des sanctions économiques à la Russie", expliquait à l'AFP Chris Weston, analyste d'IG, lundi matin. Car elle "dépend en grande partie des capitaux et des investissements occidentaux".

A titre d'exemple, le géant gazier Gazprom, dont une grande partie des bénéfices est réalisée grâce à ses exportations vers l'Europe, perdait 11,5% de sa valeur à la bourse de Moscou à 8h15 heures de Paris ce lundi matin.

>> Lire "La France souhaite la suspension du G8" (Laurent Fabius)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2014 à 22:57 :
Période où il est bon de voir qu'il faut consolider l'Europe et non la démanteler comme les amis de Poutine en France le veulent (exemple Le Pen et FN avec leurs conseillers pro-Poutine = même pensée sur les choix de ce dernier sur la Syrie, la Lybie etc = laisser faire la stratégie russe d'affaiblissement de l'Europe pour mieux la dominer). De même consolider l'Europe pour créer en plus de la structure Otan une structure européenne de défense impliquant un réarmement et l'intervention de tous les pays concernés lors d'attaque d'un pays européen. Sinon vous aurez les soviets si vous vous laissez tromper par les partis populites qui veulent démanteler l'Europe et l'euro qu'ils tiennent faussement coupables de tous les maux comme la propagande poutinienne veut vous faire croire alors que ce n'est pas si simpliste heureusement.
Réponse de le 04/03/2014 à 5:31 :
Un bel exemple d'Eurotrolling que voici.
Réponse de le 04/03/2014 à 7:20 :
Si chaque fois que vous n'êtes pas d'accord avec une opinion personnelle vous n'avez d'autre argument que de prétendre à un troll, vous êtes très limité intellectuellement monsieur le point d'interrogation qui n'ose même pas avoir un pseudo. Je suis européen et adore l'Europe, tant pis si çà vous défrise et que vous préférez les dictateurs maffieux tels Poutine et la Sibérie quand vous lui ête opposé.
Réponse de le 04/03/2014 à 7:22 :
Si chaque fois que vous n'êtes pas d'accord avec une opinion personnelle vous n'avez d'autre argument que de prétendre à un troll, vous êtes très limité intellectuellement monsieur le point d'interrogation qui n'ose même pas avoir un pseudo. Je suis européen et adore l'Europe, tant pis si çà vous défrise et que vous préférez les dictateurs maffieux tels Poutine et la Sibérie quand vous lui ête opposé.
a écrit le 03/03/2014 à 22:57 :
Les russes vont malheureusement voir ce que coûte un dictateur comme Poutine et ce n'est pas fini après les 50 milliards des JO définitivement perdus sauf pour la maffia de Poutine.
Réponse de le 03/03/2014 à 23:50 :
il a tant à faire en FRANCE !!!!
a écrit le 03/03/2014 à 17:41 :
Y a pas qu'en Russie, regardez un peu le cours de l'or :-)
Réponse de le 03/03/2014 à 18:15 :
TROP de personnes sont encore sous le charme de beaux parleurs .
Nous sommes dans la période de la mondialisation TOUTES les économies sont imbriquées . La façon dont on répond à cette question repose sur la manière dont on traite la question suivante:
les pays ont-ils ou devraient-ils avoir de nos jours des "intérêts nationaux ?

Mais le système mondialisé actuel : une chaîne d'approvisionnement diversifiée et mondiale, une logistique en flux tendu, de l'énergie bon marché et de grands conteneurs maritimes ou pipelines est encore tout jeune et peut-être pas si solide qu'on le croit lorsque les désaccords entre pays s'exacerbent.
Réponse de le 03/03/2014 à 19:50 :
@illusion: désolé de te décevoir, mais la vie va t'apprendre qu'on a pas d'amis, mais uniquement des intérêts personnels...ce qui veut dire que s'aligner sur les autres, c'est promouvoir les intérêts des autres...à ses propres dépens :-)
a écrit le 03/03/2014 à 13:50 :
Il faudrait demander leurs avis à Depardieu, Brigitte Bardot et autre Catherine Deneuve avant de prendre des décisions hâtives
a écrit le 03/03/2014 à 12:39 :
ça pue

déstabiliser la Russie par l'économie en provoquant une hyper inflation est une très mauvaise réponse....

Attention on joue avec le feu...
Réponse de le 03/03/2014 à 13:54 :
Celui qui joue avec le feu, c'est Poutine... La déstabilisation de l'économie russe n'est que la conséquence des décisions de Poutine, aveuglé par son ego et sa mégalomanie...
Réponse de le 03/03/2014 à 15:15 :
@carpatrick

Parce que l'UE n'oeuvre pas en sous-marin pour "voler" les oléoducs de Staline en Ukraine?
Réponse de le 03/03/2014 à 15:32 :
@Michel

L'UE n'est en rien responsable du pillage organisé des ressources financières ukrainiennes et russes. Ces pays ont fabriqués des milliardaires à partir de rien, ou plutôt à partir d'argent qui aurait du aller dans l'économie et non dans leurs poches. Le jeu de Poutine est celui du pouvoir et de l'argent, pour lui et ses copains, la Russie, la Crimée ou l'Ukraine, il s'en fout.
Réponse de le 03/03/2014 à 18:17 :
Zoba ouvrez les yeux et déblayons devant notre porte , NOS POLITIQUES NE SONT PAS TRES BLANC !!!!!
a écrit le 03/03/2014 à 11:52 :
Chili, Nicaragua, Guatemala, Irak, Afghanistan, Vietnam, Coree, Somalie, les Americains ont carte blanche pour s'inviter où ils veulent quand ils veulent et personne ne dit rien surtout. La France en Lybie, Centrafrique, Mali, Cote d'Ivoire, Tchad ... Personne ne dit rien non plus.
Par contre quand la Russie defend ses interets proches et historiques alors les medias hurlent d'une meme voix au son que les Americains leur ont dit !
Réponse de le 03/03/2014 à 12:26 :
exactement + 1000
Réponse de le 03/03/2014 à 15:48 :
Les interventions françaises sont autorisées par l'ONU. N'impliquent pas de soldats en uniforme masqué. Se font avec l'accord des autorités locales et des pays voisins. Et surtout, on été déclenchées après des épisodes de violence manifeste sur des civils.
Rien de tout cela en Crimée. Vous tombez précisément dans le jeu de faux-semblants grotesque de la Russie (qui défendait encore il y a peu la souveraineté de chaque pays en ses frontières pour s'opposer à toute intervention en Syrie, d'ailleurs - où parler de violences avérées n'est qu'un doux euphémisme).
Réponse de le 03/03/2014 à 18:06 :
Je suis d'accord pour la comparaison avec les américains mais ca qui les différencies c'est leurs puissance économique inexistante en Russie et surpuissante aux États-Unis.
Mais la france dans les dernières guerres mené depuis 5 ans au max à toujours veiller à avoir le soutien international et n'a décidé d'agir que sur demande des chefs d'état de ces régions.
Réponse de le 03/03/2014 à 18:27 :
Vous avec raison pour les US, mais comme dit pierre la relative intelligence de la france c'est de toujours ce mettre sous couvert du droit international pour réaliser ses intervention.

La russie a raison de ce défendre mais elle le fait un peu trop brutalement, apres les ukrainiens de maiden enchaînent décision stupide sur décision stupide ( j'ai lu qu'il avait voté pour enlever la langue russe, nan mais si c'est pas idiot ca).

Mais sur le fond vous avez raison j'ai lu un article dont je n'ai malheureusement plus la source et qui expliquait que poutine avait largement profité d'un sentiment de dégout en russie du faite de cette carte blanche américaine qui c'est tout permis après la transition post URSS.
Réponse de le 03/03/2014 à 18:38 :
Exactement.
Si les habitants de crimée sont russophones, veulent devenir russe et voient la Russie comme un libérateur , alors la russie est dans son droit.
Réponse de le 03/03/2014 à 23:30 :
Pourquoi un pays comme l'Ukraine devrait garder le russe comme langue officiel ? De 1991 à 2012 le russe n'avait pas de statut officiel en Ukraine et la grande Russie n'était pas géné !! Des excuses à deux balles que les anti américains primaires gobent comme des idiots
Réponse de le 04/03/2014 à 0:35 :
@Henley: surpuissance économique en imprimant 85 milliards de dollars par mois, basés sur rien. L'Europe doit se renforcer et se désolidariser de cette économie de papier qui ne repose que sur la vassalisation des autres !!!
a écrit le 03/03/2014 à 11:23 :
Poutine va pouvoir découvrir qui l'est loin le temps des envahissements de Prague, de la Pologne ou de la Hongrie. L'économie Russe qui ne dépend que des exportations de matières premières va payer très cher cette politique impérialiste. Il pensait sans doute que la Crimée valait ce prix là, il va s'en mordre les doigts. Il suffisait de se montrer patient et il serait parvenu à un bon accord ou à un référendum d’autodétermination, sans doute que la situation économique déjà dégradée et son opposition interne se faisait trop pressante.
Réponse de le 03/03/2014 à 15:52 :
@nico: référendum de quoi ? les Américains ont installé leur poulain sans demander l'avis du peuple ukrainien. Faudrait enlever tes verres fumés avant de dire de telles inpeties. Il faut en effet laisser les peuples disposer d'eux-mêmes et se rendre compte que les intérêts des Américains (ou des autres d'ailleurs) ne sont pas les nôtres !!! Les Ricains vont déclencher une guerre chez nous. Si tout se déroule selon leur scénario, ils vont tirer les marrons du feu, et si ça tourne mal, ce sera l'Europe en ruines.
Réponse de le 03/03/2014 à 23:02 :
Les américains n'ont rien installé, ils ont toujours voulu une Europe qui puisse se défendre. C'est Poutine qui cherche à reconquérir le territoire des soviets et a placé Yanoukovictch, informez vous auprès des proches de Yanoukovitch qui ont travaillé avec lui et qui confirment.
Réponse de le 04/03/2014 à 0:39 :
@jean: explique-nous la légitimité du poulain américain. Il a été élu par qui ? et qui le finance ?
Réponse de le 04/03/2014 à 3:01 :
Où voyez vous un poulain américain ? Voyez les sondages qui montrent une majorité pro-Europe dans l'Ouest de l'Ukraine.
a écrit le 03/03/2014 à 11:17 :
Cette histoire met en lumière notre dépendance au gaz Russe, une bonne raison d'accélérer vers la transition écologique, en commençant sérieusement par l'isolation des bâtiments.
Réponse de le 03/03/2014 à 18:11 :
Tout à fait d'accord et une fois que l'on achètera du gaz russe par charité uniquement, on verra qui aura le contrôle et cela permettra de casser le chantage russe qui s'effectue en europe de l'est, où ces pays n'ont d'autre choix que d'obéir si ils veulent pouvoir avoir du gaz et du pétrole à pris compétitif.
a écrit le 03/03/2014 à 11:11 :
Une petite guerre, en passant...
a écrit le 03/03/2014 à 11:10 :
Voyons , voyons...Il faut savoir raison garder.
Wladimir Poutine n'est pas un idiot. La situation ne dérapera donc pas.
Même si c'est le voeu le plus cher des américains.
a écrit le 03/03/2014 à 10:55 :
Poutine fait exactement ce le que les américains ont fait avec l'Irak , a l'époque cela a t il déranger quelqu'un a par Chirac et son Tribun préféré ??
a écrit le 03/03/2014 à 10:54 :
Les guerres en Irak n'ont pas provoqué de ramdam "démocratique" ni la question du Tibet..... Le but est d'affaiblir la Russie ou l'empêcher d'être trop influente. Le discours démocratique est un alibi.
a écrit le 03/03/2014 à 10:23 :
En Europe, 2/3 du gaz naturel est utilisé pour produire de la chaleur (résidentiel, tertiaire et industriel) contre 1/3 dans les centrales électriques.

Soit environ 330 milliards de m3 de gaz par an pour la chaleur et 170 milliards de m3 par an pour les centrales électriques.

La technologie, permettant de remplacer le gaz utilisé pour produire de la chaleur, est disponible depuis le 18ème siècle.

Avec l’isolation, le chauffage solaire (dans le sud de l’Europe) et les chaudières biomasses, l’Europe pourrait diviser par 2 ou 3 sa consommation de gaz naturel de l’Europe, ceci jusqu’à la fin des temps.

Ce qui donnerait aussi, à l'Europe, un gain géopolitique.
a écrit le 03/03/2014 à 10:19 :
proposons d'utiliser les bitcoins à la place des roubles
a écrit le 03/03/2014 à 9:25 :
Les occidentaux ne vont pas renoncer à se chauffer pour punir Poutine!
Gazprom ne risque rien !
Réponse de le 03/03/2014 à 9:41 :
il me semble que les usa, le royaume uni ne se chauffe pas au gaz russe. de plus l'hiver est l'un des plus chaud donc moins de consommation.
il existe des alternatives comme l'Algérie...
et en plus c'est un jeu qui dure dans la durée et sur ce jeu je pense que là c'est perdu d'avance pour eux
Réponse de le 03/03/2014 à 9:52 :
Il n' y a pas que Gazprom. Ce qu'il faut d'urgence, c'est un gel des avoirs et un refus de visas pour les responsables et oligarches russes en Occident. La France doit suspendre la livraison des deux navires Mistral et Renault les transferts de technologies vers Avotaz. On aura le nouveau tsar par le portefeuille.
Réponse de le 03/03/2014 à 10:10 :
Les européens peuvent acheter plus de gaz à leur autres fournisseurs (Norvége, Pays-bas, Algérie, Qatar ...) en acceptant de payer un peu plus cher. Sur le long terme le gaz russe est important mais la majeur partie de l'europe peut acheter du gaz ailleurs pendant quelques années. Problème pour Gazprom les gazoducs vont vers l'Europe et il n'a pas investi dans le gaz liquéfié donc difficile de trouver d'autres clients. Le gaz ce n'est pas aussi facile à déplacer que du pétrole donc les relations entre les clients / fournisseurs sont différentes.
Réponse de le 03/03/2014 à 14:57 :
tout à fait, des sanctions encore des sanctions: aux russes qui soutiennent les ukrainiens de l'est et aux occidentaux qui soutiennent l'ouest. Tous punis!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :