67 personnes possèdent autant que la moitié la plus pauvre du monde

 |   |  490  mots
Le club des plus riches est passé de 85 à 67 membres après la mise à jour de la liste de milliardaires de Forbes. (Photo : Reuters)
Le club des plus riches est passé de 85 à 67 membres après la mise à jour de la "liste de milliardaires" de Forbes. (Photo : Reuters) (Crédits : AFP)
L'ONG Oxfam a alerté mercredi sur l'aggravation des inégalités économiques au niveau mondial, demandant au FMI et à la Banque mondiale de passer de la rhétorique aux actes.

Les 67 personnes les plus riches du globe possèdent autant de biens que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. C'est le cri d'alarme lancé mercredi par Oxfam, qui a appelé le FMI et la Banque mondiale à agir.

"Les inégalités extrêmes se sont aggravées", a souligné l'organisation de lutte contre la pauvreté.

Selon le rapport publié par Oxfam en janvier, le club des plus riches comptait en effet 85 membres, mais il est tombé à 67 après la mise à jour par le site Forbes de sa "liste de milliardaires", a expliqué l'ONG.

Un véritable "défi" lancé à la Banque mondiale et au FMI

Oxfam n'a pas hésité à lancer un véritable "défi" à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international, qui tiennent leurs assemblées générales cette semaine à Washington, leur demandant de devenir "sérieux" sur la question des inégalités extrêmes.

Raymond Offenheiser, président d'Oxfam America, a déclaré :

"Le président de la Banque, Jim Yong Kim, et la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, ont abondamment parlé des dangers posés par l'explosion des inégalités. Cette semaine, nous devons voir des actions concrètes pour appuyer cette rhétorique".

Plus d'investissements dans la santé et l'éducation

Le FMI a récemment publié deux rapports soulignant les méfaits des inégalités sur l'économie, alors que la Banque mondiale s'est fixé l'objectif de doper les revenus des 40% plus pauvres de la planète.

Selon Oxfam, toutefois, ceci ne peut pas suffire. Les deux institutions doivent aussi changer leurs recommandations et leur politique de prêts à leurs Etats-membres et soutenir davantage les investissements dans la santé et l'éducation.

"L'austérité aggrave les inégalités et le FMI et la Banque mondiale le savent bien. Les deux institutions ont recommandé des coupes agressives dans les budgets de la santé et de l'éducation des pays en voie de développement pendant les années 80 et 90,  et certains pays ont mis deux décennies pour revenir à la case de départ. Les écarts entre les riches et les pauvres se sont aggravés, les économies ont été brisées, et les pauvres ont continué de devenir encore plus pauvres même quand la croissance s'est améliorée", estime Oxfam.

L'évitement fiscal des multinationales pointé du doigt

L'ONG a également appellé le FMI à admettre que les stratégies d'évitement fiscal des multinationales sont un des "moteurs" des inégalités. Selon les estimations avancées par l'association, elles causeraient aux pays en voie de développement des pertes d'environ 100-160 milliards de dollars par an.

A l'occasion des meetings qui se tiendront cette semaine à Washington, Oxfam plaidera pour que le Fonds et la Banque mondiale placent les problèmes des inégalités et de la pauvreté au centre desdébats et modifient en fonction leurs politiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2014 à 18:30 :
Il y a toujours eu des pauvres et des riches dans l'histoire de l'humanité. La différence est que depuis 250 ans une classe moyenne avait réussie à se développer et a faire croitre les richesses réelles en travaillant et en innovant. Cette classe moyenne augmentait régulièrement au détriment de la noblesse et de la haute aristocratie, les pauvres eux aussi profitaient de cette croissance mais dans une moindre mesure. Depuis le milieu des années 90 les choses se sont inversés, les riches reprennent cette part de richesse que les classes moyennes leurs avaient retirées. Il est faux de penser que les riches redeviennent plus riches aux détriments des 50% les plus pauvres, les pauvres restent pauvres et se sont les classes moyennes qui luttent pour ne pas s'appauvrir. Les riches eux possèdent et font fructifier le patrimoine immobilier et financier qu'ils possèdent, qui ne cesse de croitre et qui par effet de boules de neige les rendent de plus en plus riches.
Réponse de le 10/04/2014 à 19:07 :
les riches, eux, ont les paradis fiscaux pour faire "fructifier", soyez honnêtes! ce que les pauvres ne peuvent faire..eux, n'ont qu'à crever! cela vous semble normal dans vos conclusions, PAS D'ACCORD !!!
Réponse de le 10/04/2014 à 23:17 :
"Les riches eux possèdent et font fructifier le patrimoine immobilier et financier qu'ils possèdent, qui ne cesse de croitre et qui par effet de boules de neige les rendent de plus en plus riches. " : Ça s'appelle un système divergent... Pour que la machine fonctionne, il faut que l'argent circule, pas qu'il se concentre dans les poches de quelques parasites. Observez donc l'histoire pour voir comment ça se finit.
a écrit le 10/04/2014 à 15:44 :
qu' apprends-je ? .. la moité du monde posséde l' équivalent des 67 plus fortunés de la planête ? scandaleux ! un pauvre en association posséde autant que le club très restreint des plus nantis... faut donc taxer les pauvres car ils en ont encore beaucoup, du pognon, cqfd !
a écrit le 10/04/2014 à 15:30 :
Si les inégalités vont bien c'est que tout va bien même les buses du parti socialiste le comprennent puisqu'ils font tout pour que ça dure.
a écrit le 10/04/2014 à 15:21 :
Le problème est que l'écart entre riche et pauvres est devenu énorme . . .. D'autant que les très riches payent peu d'impôt grâce aux paradis fiscaux . . . Mais il faut quand même que les pauvres puissent un peu manger, sinon ils déclencheront une révolution. Tout cela mérite un savant dosage pour que le système fonctionne.
a écrit le 10/04/2014 à 15:17 :
Y-a-t-il un seul français dans la moitié la plus pauvre du Monde? Ou que se passerait-il si Bill Gates donnait une de ses actions Microsoft à chacun des plus pauvres, action bloquée évidemment, et non disponible à la revente? Profitons en pour le remercier des actions caritatives qu'il mêne.
a écrit le 10/04/2014 à 14:44 :
Si j'achète un tableau à un inconnu qui devient célèbre, je deviens riche.
Est-ce que j'ai appauvri les autres ?
Réponse de le 10/04/2014 à 16:28 :
Mais mon pauvre, l'économie d'aujourd'hui est un jeu de vases communicants. Le bonheur des uns faisant le malheur des autres.
Réponse de le 11/04/2014 à 0:41 :
"Est-ce que j'ai appauvri les autres ? " : Si vous achetez une cage à poule et que 20 plus tard, vous siphonnez le tiers des revenus d'un ménage à l'aide de cette cage à poule après avoir voter contre les constructions et pour des subventions, est-ce que vous appauvrissez les autres?
Vous saisissez la différence entre les marchés où les clients ont le choix d'acheter (un tableau de peinture, on vit sans) et là où ils sont captifs (un logement, on s'en passe plus difficilement)?
A votre avis, dans quel cas l'argent des "pauvres" (ceux qui n'ont rien) par plus facilement dans la poche des "riches" (ceux qui possèdent).
PS : Autant préciser la notion de "pauvres" et de "riches" dans un pays où les revenus ne sont plus en corrélation avec la capacité d'achat des citoyens.
a écrit le 10/04/2014 à 13:11 :
il n'y a de richesses que d'hommes. tout est question de définition !
Réponse de le 10/04/2014 à 23:25 :
On arrive à ces théories soit quand on jette l'éponge, soit une fois à l'abri du besoin...
a écrit le 10/04/2014 à 12:32 :
Nous n avons pas fini de payer les années Thatcher/Reagan, sous couvert de libéralisme complètement dévoyé et privé de ses valeurs et de ses principes économiques originels, on a mis en place un système oligarchique et de prédation. Sans changement majeur la roue de l histoire nous ramènera à la case guerre mondiale et nouveau suicide.
Réponse de le 10/04/2014 à 12:48 :
en continuité à votre dernière phrase...c'est certainement, hélas, ce qui va arriver un de ces jours car continuer ainsi, ce n'est absolument plus possible!
a écrit le 10/04/2014 à 12:27 :
Nous sommes tous dans la volonté que la vie des pauvres se trouve améliorée mais désolé mais l'appauvrissement des riches n'a que peu de lien avec l'amélioration de la vie des pauvres. C'est même souvent l'inverse. Ce sont des raccourcis primaires valables quand le gateau était limité (la récolte de blé au moyen age!) mais plus aujourd'hui.Exemple : La Chine est pleine de nouveau super riches et le niveau de vie global monte,bien sûr il y reste PLEIN de pauvres mais les choses bougent dans le bon sens avant ils avaient l'égalitarisme et on voit où cela les a mené.autre exemple inverse Le "phénomène de transfert de richesses vers des ultra riches" est une connerie : un africain pauvre ne donne rien à Bill Gates, il pirate le programme Microsoft. Pourquoi: la richesse de Bill Gates n'est que du papier à la bourse la bourse prends 10% Bill Gates est 10% plus riche, l'africain n'a rien perdu, et si BGates s'avisait de tout vendre le cours de bourse s'écroulerait.Et demain si Linux prends de l'ampleur , ou Android, Bill Gates aura tout perdu...la roue tourne. L'important est que le pauvre puisse s'enrichir ET C'EST CE QUE FAIT L'AFRIQUE (5 à 7 % de croissance)
La liberté (qui suppose des ultra riches) est plus productive de richesses pour le pauvre sous réserve que l'état encadre correctement : comparez deux pays Corée du sud et Indonésie, il y a 30 ans ils sont les m^mes, aujourd'hui la Corée est riche,avec des ultra riches, les salaires supérieurs à la France, l’Indonésie n'est que corruption et népotisme par un Etat du moyen age... tirez vos conclusions...
Réponse de le 10/04/2014 à 16:19 :
Vous décrivez ce que l'on appel la théorie du "ruissellement", selon laquelle plus la richesse des riches est grande, et plus elle ruisselle vers les pauvres...le rendant moins pauvres.
sauf qu'aujourd'hui, plus aucun économiste honnête ne défend cette thèse qui est mis a mal par toutes les dernières études sur la répartition des richesses dans le monde.

la raison est simple, malgré ce que vous dites, la masse monétaire mondiale, qu'elle soit sous forme fiduciaire ou scripturale, a une taille définit et n'est pas illimité (sinon nous serions tous riches). Donc lorsque quelqu'un prend une plus grosse part du gâteau, c'est toujours au détriments des autres.

Je vous invite a réfléchir sur la question, si la richesse était illimitée comme vous le prétendez...pourquoi ne pas en faire profiter tout le monde ? cela n'a pas de sens...
Réponse de le 10/04/2014 à 23:24 :
"Vous décrivez ce que l'on appel la théorie du "ruissellement", selon laquelle plus la richesse des riches est grande, et plus elle ruisselle vers les pauvres..." : Ce n'est pas à l'ombre que l'océan produit les nuages permettant le cycle de l'eau, mais sous l'effet de la chaleur. Des riches plus riches ne profitent qu'à une frange minime de l'économie : Le luxe.
"Je vous invite a réfléchir sur la question, si la richesse était illimitée comme vous le prétendez..." : La richesse est illimitée quand les états peuvent faire tourner la planche à billet pour annuler la dette de leurs créanciers. Là, ils sont contraints d'emprunter l'argent qu'ils produisent à des intermédiaires qui ont étrangement leurs anciens au top des institutions européenne...
La question est juste de savoir : Comment se produira le prochain "reset"?
a écrit le 10/04/2014 à 11:45 :
il y un phénomène de transfert de richesse de l'argent du monde entier sur une poignée d'ultrariches Le problème c'est que les millions de personnes vampirisées crevent
Réponse de le 10/04/2014 à 15:08 :
la faim dans le monde au lieu d'exploser avec la démographie, a plutôt diminuée
Réponse de le 10/04/2014 à 16:41 :
@Faux:

Si les richesses étaient mieux répartis, la faim dans le monde n'existerait même plus aujourd’hui...
d'autre part, le salaire médian des américains moyens n'a pas bougé d'un pouce ces 25 dernière années (source: Stiglizt / prix nobel d'économie)...la faim dans une partie du monde a reculée oui, mais elle s'attaque désormais a une autre population: les classes moyennes occidentales.
1 américain sur 7 mange grâce a des bons alimentaires. Incroyable non ?

Il y a donc bien un transfert de richesses du bas vers le haut qui ne cesse de croitre...
a écrit le 10/04/2014 à 11:45 :
il y un phénomène de transfert de richesse de l'argent du monde entier sur une poignée d'ultrariches Le problème c'est que les millions de personnes vampirisées crevent
a écrit le 10/04/2014 à 11:40 :
nous allons tous finir en pays "sous développés"...HONTE à EUX !!! ne nous laissons plus faire ! ça va très mal finir, sinon !
a écrit le 10/04/2014 à 11:30 :
C'est une terrible honte, n'oubliez pas que nous avons tous, quoiqu'on en dise, le pouvoir de changer les choses... avec notre porte monnaie qui reste le meilleur bulletin de vote car il ne subit pas les manoeuvres anti democratique que les élites tentent de faire (l'europe en est un exemple flagrant). renseignez vous, acheter local, acheter différent, boycotter les grands groupes à l'origine de tout cela.
et surtout, ne croyez pas que votre action n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan...
a écrit le 10/04/2014 à 11:08 :
Les choses ne peuvent pas être pires. Combien de fois avons-nous entendu cette phrase ? Nous pensons que plus de pauvreté, plus de précarité, plus de chômage, plus d’expulsions de logement, plus de faim sont impossibles. La réalité, cependant, contredit cette perception. Il ne s’agit pas seulement d’une crise mais bien des mesures qui sont appliquées pour la résoudre. L’austérité, les coupes, la réduction des aides et des allocations, la privatisation des services publics, l’augmentation de la TVA, tout cela retombe principalement sur les secteurs les plus vulnérables. En conséquence, les inégalités sociales augmentent. La différence entre les plus riches et les plus pauvres comme en Espagne se situe déjà à 30%, constituant le sommet de l’inégalité en Europe. Cette position se situe même devant les pays les plus durement frappés par la crise, comme la Grèce, et elle n’est dépassée que par des pays comme la Lettonie, la Bulgarie et le Portugal. La conclusion est limpide : une petite minorité augmente ses richesses sur le dos de l’appauvrissement de la majorité. La sortie de crise n’est ni impartiale ni idéologiquement neutre ; elle répond aux intérêts d’élites politiques et économiques qui veulent tirer profit – et pas qu’un peu – de cette situation. Notre misère n’est, ni plus ni moins, que leur profit. Mais combien de pauvreté pouvons-nous supporter ? Combien de misère sommes-nous disposés à accepter ? Jusqu’où permettrons-nous qu’ils nous saignent à blanc ? La soif du profit du capital n’a pas de limites. Et le goût du lucre ne fait qu’augmenter leur avarice. Nous, la majorité, sommes les seuls capables de leur faire front. Quand nous aurons pris conscience de cela et que nous agirons en conséquence, nous aurons gagné la partie.
Réponse de le 10/04/2014 à 12:11 :
Êtes-vous posé la question, si cette crise n'était pas voulue et déclenchée ? .....
Réponse de le 10/04/2014 à 12:45 :
je reste plus que persuadé, et je le crois dur comme fer, que tout ceci est décidé en haut lieu", technocrates, politicards etc, pour nous paupériser petit à petit en parlant de "crises" bis répétita, et pour finir, nous filer le coup de grâce! un très bon moyen de s'enrichir à outrance sur le dos des individus du monde....(de toute évidence, on ne peut plus parler de "crises", mais de maladie "chronique", distillée par des mafieux, cités plus haut... )!
Réponse de le 11/04/2014 à 0:49 :
"je reste plus que persuadé, et je le crois dur comme fer, que tout ceci est décidé en haut lieu" : On laisse monter la dette des états, on leur prête pas cher, puis on provoque une explosion des taux d'intérêt afin de s'en mettre plein les fouilles... Au passage, on s'arrange pour être des intermédiaires incontournables au cas où ils souhaitent faire tourner la planche à billet (prêt aux états via les banques) et le tour est joué...
Pour se faire élire : Rien de plus simple! Une génération de boomer en tête d'un patrimoine immobilier dans de nombreux pays : Il suffit de provoquer des bulles et de les inciter à jouer les victimes quand ils sont moins frappés par la fiscalité que les entreprises... Ils deviendront libéraux tant qu'ils y trouvent financièreemnt leur compte et comble du bonheur : Ils se battront pour continuer à creuser la dette à la mode communiste avec leurs pensions indexées sur l'inflation.
Leurs gamins, ceux des autres du moins, payeront les dettes avec les taux d'intérêt gonflés quand nous aurons lancé les attaques sur les marchés...
La fête ne fait que commencer!
a écrit le 10/04/2014 à 11:05 :
Donc selon le message de Oxfam , faut' il que l'économie mondiale ,fabrique plus de pauvres ou moins de riches... ?
Réponse de le 10/04/2014 à 11:54 :
Moins de richeS comme ça la richesse est mieux répartit et il y a moins de pauvres.
a écrit le 10/04/2014 à 11:04 :
on va nous dire encore qu'il fait baisser le cout du travail pour être plus pauvres et les riches plus riches. Jusqu ou ça va aller ????????
Réponse de le 10/04/2014 à 11:42 :
...jusqu'à ce que nous redevenions des SERFS !! des Maitres, et des SERFS!!!! continuons à laisser faire, nous ne nous pourrons plus nous relever!
Réponse de le 10/04/2014 à 15:18 :
presque... Sauf que NOUS sommes déjà des serfs. Pour preuve : essayez de vous passer d'argent, qu'on rigole...
a écrit le 10/04/2014 à 10:42 :
Oui c'est malheureux, mais les niveaux de développement ne sont pas les mêmes! On ne peut pas comparer les riches d'un pays stable politiquement et économiquement depuis plus d'un demi-siècle avec des pays qui sortent soit de guerre, soit de crise locale, inter-religieuse, etc... Ce serait plus pertinent de comparer avec les pauvres des mêmes pays d'origine que les riches
Réponse de le 10/04/2014 à 10:57 :
mauvais raisonnement cher ami.....

exemple, le zambeze exploitait en propre ses mines de cuivres, mais a été étranglé au moment de la hausse des taux d'intérêts.... totalement artificielle..... et le FMI l'a obligé à vendre ses mines de cuivres.......

le résultat, c'est une des plus grandes multinationale suisse du secteur qui les possèdent, exploite les mines sans aucun respect écologique, et fait les bénéfice dans petit paradis suisse, en laissant une misère aux zambésien.....
a écrit le 10/04/2014 à 10:42 :
Honteux !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :