Tokyo compterait démanteler le quart des réacteurs nucléaires du pays

 |   |  164  mots
Au total, le Japon compte 48 réacteurs nucléaires.
Au total, le Japon compte 48 réacteurs nucléaires. (Crédits : reuters.com)
Le Premier ministre Shinzo Abe s'apprêterait à demander le démantèlement des réacteurs les plus coûteux à rénover ou les plus vieux. L'objectif serait de mieux faire accepter l'idée d'un redémarrage de près d'une quarantaine de réacteurs nucléaires dans un pays traumatisé par la catastrophe de Fukushima et depuis, très dépendant du reste du monde en matière énergétique.

Un quart de réacteurs en moins. C'est ce que Shinzo Abe espère obtenir, en demandant aux compagnies d'électricité de démanteler 12 réacteurs trop vieux ou trop chers à rénover pour les rendre conformes aux normes de sécurité actuelle, sur les 48 que compte le pays, révèle ce vendredi le quotidien Nikkei.

Il s'agirait d'obtenir le soutien populaire nécessaire à la relance des réacteurs les plus récents, dont l'activité est suspendue depuis la catastrophe de Fukushima survenue en mars 2011. Fin juillet, le Japon s'apprêtait à redémarrer deux réacteurs.

60% d'opinions favorables pour la nouvelle équipe Abe

L'opinion est majoritairement hostile à une relance de la production nucléaire, mais les importations de sources d'énergie fossile pèse sur les comptes de la nation. Shinzo Abe peut cependant compter, plus largement, sur une opinion largement favorable à son gouvernement remanié la veille, puisque 60% des personnes interrogées par l'institut de sondage du quotidien nippon, Nikke Research le soutiennent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2014 à 20:37 :
Toute ressemblance avec une lointaine contrée d'Europe ne serait que pur hasard: une Technocratie prétentieuse et omnipotente qui prend des risques insensés en mettant tous ses oeufs (électrique) dans le même panier, un accident "inimaginable" qui manque d'anéantir le pays, des citoyens qui se réveillent brusquement, des centrales à l'arret pendant 2 ans et une vigoureuse politique d'économies d'énergie + renouvelables qui permet de ne pas retourner à la bougie, et maintenant la Technocratie ridiculisée mais toujours aux ordres des lobbys radio-actifs qui fait de la propagande pour redémarrer les centrales...bien sur ça ne PEUT PAS arriver en France....
a écrit le 06/09/2014 à 16:10 :
Le gouvernement cherche une solution politique pour relancer un filon financier, malgré le risque démontré que représente l'utilisation des centrales nucléaires à uranium, plutonium et dérivés au Japon.
En France, on continue à permettre au nucléaire de jouer les grandes muettes malgré les catastrophes de moyenne intensité qui s'accumulent, signes d'une grave obsolescence des réacteurs.
a écrit le 06/09/2014 à 11:25 :
L'état des réacteurs nippons n'est pas le même que ceux de la France. Les nôtres ont été rénovés et même améliorés au fil du temps (un "grand carénage" est même en cours).
Cette différence explique la pertinence de mettre au rebut certains réacteurs du Japon qui sont obsolètes, alors que dans notre pays ce serait une pure folie que de fermer des centrales que l'Autorité de Sûreté Nucléaire a jugées en parfait état de marche.
Réponse de le 08/09/2014 à 12:48 :
Même les factures ont été améliorées le quidam très heureux .
a écrit le 05/09/2014 à 16:24 :
La photo d'illustration est celle d'une raffinerie de pétrole, pas d'une centrale nucléaire!
a écrit le 05/09/2014 à 12:23 :
une bonne chose ! comme malheur ....... ! pour éviter des plus grands .
Réponse de le 06/09/2014 à 10:56 :
Ca dépend par quoi ils vont remplacer leur production... Si on fait tous comme l'Allemagne, c'est pas dans deux cents ans qu'on va dans le mur... Les pollutions autres que nucléaire peuvent être pire encore et l'Allemagne produit beaucoup de CO2 qui est pourtant un grand cheval de bataille actuel!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :