Le rapport de Genève alerte sur une possible crise financière

 |   |  526  mots
La dette globale a fait un bond en avant depuis la faillite de Lehman Brothers en 2008, passant de 180 à 212% du produit intérieur brut mondial en 2013, souligne le rapport.
La dette globale a fait un bond en avant depuis la faillite de Lehman Brothers en 2008, passant de 180 à 212% du produit intérieur brut mondial en 2013, souligne le rapport. (Crédits : Flickr/401(K) 2012)
Publiée par le Centre international pour les études monétaires et bancaires, cette étude, la 16e du genre, met en garde sur les effets dangereux de l'envolée de la dette mondiale.

La crise n'a pas tout à fait dit son dernier mot. Le rapport de Genève sur l'économie mondiale, publié lundi 29 septembre par le Centre international pour les études monétaires et bancaires (International Centre for Monetary and Banking studies, ICMB) indique qu'une nouvelle crise financière pourrait pointer le bout de son nez.

La raison invoquée par les auteurs du rapport est que la dette globale, sans compter la dette financière, a fait un bond en avant depuis la faillite de Lehman Brothers en 2008, passant de 180 à 212% du produit intérieur brut mondial en 2013.

Explosion de la dette globale...

La dette globale de la zone euro atteignait 257% en 2013, un niveau record d'après le rapport de l'ICMB. Celui-ci pourrait d'ailleurs croître de beaucoup à l'avenir, surtout par rapport à la dette publique, mettent en garde les auteurs du rapport. Se fondant sur des données de la Banque centrale, ils indiquent en effet que les actifs bancaires de la zone euro s'effondrent depuis 2011, tandis que les obligations d'État crèvent le plafond.

Effondrement démographique et... de la demande globale

Autre crainte pour la zone euro, l'évolution démographique. Les auteurs projettent que la population âgée de 15 à 64 ans (celle en âge de travailler) s'effondrerait de 40 millions d'habitants sur les 30 prochaines années et représenterait environ 55% de la population globale de la région à l'horizon 2047, contre les deux tiers aujourd'hui. Ce qui conduit, pour les auteurs, à une forte contraction de la demande globale, à un maintien d'une faible inflation voire à une déflation, et par conséquent, à une montée de la dette.

Bulle immobilière et ralentissement en Chine

L'évolution démographique pose problème également du côté de la Chine. Les auteurs estiment que l'ex-Empire du Milieu suit actuellement une trajectoire semblable à celle qu'a suivi le Japon dans les années 1980-1990. On est notamment face à une montée en puissance, à un pic, et puis à un rapide déclin de la variation de la part de la population en âge de travailler. Tokyo avait enregistré un pic de 1% de croissance de la population en âge de travailler en 1990 mais à partir de 1995 la population en âge de travailler a baissé. Pour Pékin, le pic a été atteint à 2,5% en 2005 et la population en âge de travailler devrait décroître à partir de 2015.

Dans ce cas, la dette chinoise pourrait continuer son ascension. Depuis 2008, elle a grimpé de 72% d'après le rapport, notamment à cause de l'endettement privé, avec davantage d'emprunts immobiliers accordés aux travailleurs. Ce qui pourrait mener à une bulle immobilière et à un ralentissement de l'économie chinoise.

>> "La bulle immobilière chinoise risque d'éclater bientôt"

Les "miracles économiques" masquent toujours une dette qui gonfle

Les auteurs sont donc vivement inquiets quant à la suite des événements. Dans le quotidien britannique The Guardian, Luigi Buttiglione, un des auteurs du rapport déclare:

"De toute ma carrière j'ai vu beaucoup de prétendus miracles économiques - l'Italie dans les années 1960, le Japon, les Tigres asiatiques, l'Irlande, l'Espagne et maintenant peut-être la Chine - et ils ont tous fini par accumuler de la dette."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2014 à 9:07 :
JB38-La dette est financée par les épargnants, tous les flux statistiques le démontrent, les banques commerciales financent les entreprises et les particuliers, tout le reste est affabulation d’incompétents (Asselineau, Chouard, etc.). D’ailleurs, j’ai envoyé un mail argumenté à M Chouard,…, il ne m’a pas répondu…

L’austérité n’a pas lieu, en France puisque le niveau de dépense de l’Etat de cesse de croître pour être de 57 % du PIB. La mesure de l’austérité se trouve dans ce ratio. Les économies ainsi réalisées ne seraient pas reversées mais limiteraient seulement le niveau d’endettement. Le rendement obligataire des emprunts mondiaux ne cessent de décroître !!! Eradiquer les épargnants ? Peut-être vous qui avez un livret A qui sert à financer le logement social et parallèlement endetter l’état pour vous servir vos intérêts. En remboursant en monnaie de singe, c’est exactement ce qui se passe puisque 100 € empruntés il y a 10 ans sont 100 € d’aujourd’hui. Cette monnaie n’a pas été volée puisqu’il s’agit de l’épargne des gens comme vous et moi. Le retour aux monnaies nationales aurait le même effet, avant l’euro il y avait des dévaluations successives qui appauvrissaient les épargnants, la monnaie n’y est pour rien.
a écrit le 03/10/2014 à 7:50 :
Auteur incompétent et criminel, si les financiers n'arrivent pas à comprendre que la population mondiale doit décroître et si possible sans guerre et sans euthanasie, ils feraient bien de changer de travail.
Oui, dans les 50 ans, la population mondiale va vieillir et légèrement décroitre, la finance doit apprendre à vivre avec, un jour il faudra bien que les financiers deviennent adultes et apprennent au minimum la Loi de Lavoisier.

Ces financiers vivent sur les fantasmes qu'ils projettent eux-mêmes et pas sur la réalité.

Comment on peut se contenter de répéter des inepties au lieu d'user de ses connaissances que pour présenter des pistes et critiquer les inepties actuelles.

C'est le monde qui est injuste avec les financiers, il s'obstine à refuser de devenir ce que les financiers désirent.
a écrit le 02/10/2014 à 0:13 :
ah bin, je croyais qu'on était dans une crise structurelle globale, elle n'est que financière, ouf !
a écrit le 01/10/2014 à 22:45 :
Les fautifs : les banquiers americains rotschild rockfeller et goldman sachs
Francais reveillez vous et instruisez vous en economie, la loi de 1973 pompidou rotschild cest ca lendetement avec les interets
Sans parler que l,europe et leuro est une idee americaine
a écrit le 01/10/2014 à 21:37 :
La dette mondiale, c'est quoi? C'est la possibilité pour une infime population de vivre confortablement sur le dos d'une majorité qui travaille, "trime", est exploitée, asservie...
La dette mondiale n'existe pas, c'est un concept destiné à sauvegarder les intérêts des nantis. Supprimons les intérêts des nantis, et il n'y aura plus de dette.
Réponse de le 01/10/2014 à 22:15 :
tout à fait ça
Réponse de le 03/10/2014 à 12:33 :
Je plussoie
Réponse de le 09/02/2015 à 0:45 :
à JB : c'est plus compliqué que cela ! les épargnants ne ont pas tous des nantis.....
on ne parle pas du modèle américain que nous copions ! et de leur gigantesque dette qu'il comble par la planche à billets.......
a écrit le 01/10/2014 à 21:31 :
Conclusion? Il faut faire encore plus d'austérité, faire des économies qui seront reversées à ceux qui détiennent de la dette à ceux-là même qui appauvrissent l'économie mondiale en recherchant toujours plus de rendement. La solution serait d'éradiquer ces gens-là. Comment? En remboursant dans la même monnaie que celle qu'ils nous ont prêté (et auparavant volée?) en monnaie de singe. Pour cela, il faut revenir aux monnaies nationales. NB: Monnaie de singe=Dollar. US GO HOME.
Réponse de le 05/10/2014 à 10:11 :
JB38-La dette est financée par les épargnants, tous les flux statistiques le démontrent, les banques commerciales financent les entreprises et les particuliers, tout le reste est affabulation d’incompétents (Asselineau, Chouard, etc.). D’ailleurs, j’ai envoyé un mail argumenté à M Chouard,…, il ne m’a pas répondu…

L’austérité n’a pas lieu, en France puisque le niveau de dépense de l’Etat de cesse de croître pour être de 57 % du PIB. La mesure de l’austérité se trouve dans ce ratio. Les économies ainsi réalisées ne seraient pas reversées mais limiteraient seulement le niveau d’endettement. Le rendement obligataire des emprunts mondiaux ne cessent de décroître !!! Eradiquer les épargnants ? Peut-être vous qui avez un livret A qui sert à financer le logement social et parallèlement endetter l’état pour vous servir vos intérêts. En remboursant en monnaie de singe, c’est exactement ce qui se passe puisque 100 € empruntés il y a 10 ans sont 100 € d’aujourd’hui. Cette monnaie n’a pas été volée puisqu’il s’agit de l’épargne des gens comme vous et moi. Le retour aux monnaies nationales aurait le même effet, avant l’euro il y avait des dévaluations successives qui appauvrissaient les épargnants, la monnaie n’y est pour rien.
a écrit le 01/10/2014 à 16:32 :
Mais alors, Valls n'a pas lu l'article ? il plombe toutes les chances de la France en diminuant la prime à la naissance !
a écrit le 01/10/2014 à 15:16 :
Et comme la crise en cours depuis 2008 a encore augmenté la concentration de richesse, le prochain pépin devrait être passionnant. Ils vont nous la vendre comment, leur "confiance"..??
a écrit le 01/10/2014 à 14:47 :
Encore des analyses à coup de serpe ! Les progrès médicaux vont permettre de travailler plus longtemps. Les progrès technologiques vont automatiser et créer de nouvelles activités qui vont augmenter la productivité (intelligences artificielles qui vont remplacer sans problème celle de nos hommes politiques, imprimantes 3D...). Le premier problème qu'il faut résoudre maintenant, c'est la production d'énergie propre. Toutes les autres solutions en découlent.
Réponse de le 01/10/2014 à 15:13 :
"Les progrès médicaux vont permettre de travailler plus longtemps" Léger malaise dans votre "modèle" : le nombre de gens ayant besoin de la Médecine est en constante augmentation. Et l'espérance de vie vient de commencer à diminuer aux US.
Réponse de le 01/10/2014 à 17:21 :
Le problème n'est pas que les gens soient capables de travailler plus longtemps, c'est déjà le cas. Il faut en revanche qu'ils l'acceptent....bon courage.
Réponse de le 01/10/2014 à 22:16 :
+ 1
a écrit le 01/10/2014 à 13:36 :
"Les "miracles économiques" masquent toujours une dette qui gonfle"
Vous parlez de la France après ses 30 glorieuses?????????,
a écrit le 01/10/2014 à 13:04 :
l'histoire est un éternel recommencement ...
a écrit le 01/10/2014 à 12:41 :
Tien encore un qui vient de trouver un œuf !!!!!
Possible crise financière !!!! mais ça fait des années que l'on est en crise et pour le moment elle est cachée par les politiciens : en imprimant des milliards dans les différentes monnaies : les USA impriment 85 milliards par mois (un peu moins maintenant) , le Japon en est à son 20ème QE , la GB imprime au mois 40 milliards chaque année. Quand ça va exploser, ça va exploser !!!!!
Réponse de le 01/10/2014 à 14:47 :
Exactement. Il est grand temps que le monde lise Ludwig Von Mises.
a écrit le 01/10/2014 à 12:28 :
Tant que l'on utilisera la monnaie comme unité de mesure subjective, c'est a dire un "but",au lieu de la considérer comme un simple "moyen" d'échange, nous irons de galère en galère!
Réponse de le 01/10/2014 à 14:28 :
Très bien vu, Bah. Mais tout comme l'or ou le pouvoir, ou la gloriole, la fascination du matérialisme est le meilleur miroir aux alouettes. A défaut, d'autres utilisent la religion, soit la peur de la mort pour dominer...
Réponse de le 01/10/2014 à 14:53 :
Au fait Bah, c'est tant qu'on laisse les gouvernements gérer notre monnaie. Au minimum, il faut retourner vers l'étalon or. Cependant, les gouvernements (et leurs petits amis) n'aiment pas ça car ça restreint les dépenses. De plus, ça favorise ceux qui épargnent au lieu de ceux qui empruntent.
a écrit le 01/10/2014 à 10:29 :
Le remède préconisé pour ne pas s'endetter serait donc de faire augmenter la population mondiale sans arrêt ! ou bien de se transformer en paradis fiscal : à Genève on connaît la recette !
Réponse de le 01/10/2014 à 14:09 :
lol
Réponse de le 01/10/2014 à 17:26 :
ce qui nous aliène c'est le superflu....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :