Les inégalités réduisent la croissance, affirme l'OCDE

 |   |  753  mots
Aux Etats-Unis, la minorité des 1% les plus riches encaissait 9% du revenu global en 1981. Elle en touche désormais près de 20%
Aux Etats-Unis, la minorité des 1% les plus riches encaissait 9% du revenu global en 1981. Elle en touche désormais près de 20% (Crédits : Reuters)
Contrairement à une idée bien établie, les inégalités ne sont pas un facteur de croissance, au contraire. C'est ce qu'affirme désormais l'OCDE

C'est la fin d'une vérité bien établie : celle d'un « trade-off » entre inégalités et croissance. Traditionnellement, on estime que les sociétés peuvent faire un choix entre une croissance élevée, mais avec des inégalités importantes -Etats-Unis, par exemple- ou plus d'égalité, mais au prix d'une croissance plus faible (cas de la France). Dans une étude publiée ce mardi, l'OCDE décide de tordre le cou à cette idée tenace. Pour les experts, les inégalités ne peuvent être associées à une croissance supplémentaire, elles sont au contraire un facteur de moindre croissance.

 Ce graphique montre l'impact de l'évolution des inégalités (1985-2005) sur la croissance cumulée ultérieure (1900-2010)

 8,5% de PIB en moins

 Cet arbitrage entre croissance et lutte contres égalités  n'en est pas un, estiment désormais les experts. « Une nouvelle analyse de l'OCDE donne à penser que les inégalités de revenu ont une incidence négative, statistiquement significative, sur la croissance à moyen terme » écrivent-ils aujourd'hui. Selon leurs calculs, l'évolution moyenne des inégalités des 20 dernières années, au sein des pays de l'OCDE,  ferait perdre 0.35 point de croissance par an sur 25 ans, soit une perte cumulée de PIB de 8.5 % à terme."

 Ainsi, écrivent les économistes,

« on  estime que le creusement des inégalités a coûté plus de 10 points de croissance au Mexique et à la Nouvelle-Zélande, près de 9 points au Royaume-Uni, à la Finlande et à la Norvège, et de 6 à 7 points aux États-Unis, à l'Italie et à la Suède. À l'inverse, une situation plus égalitaire avant la crise a contribué à faire progresser le PIB par habitant en Espagne, en France et en Irlande.

 L'argument de la liberté d'entreprendre

 Comment expliquer cette nouvelle prise de position de l'OCDE ? Après tout, il paraît logique qu'une grande liberté d'entreprendre -qui provoque souvent de plus fortes inégalités- engendre une croissance forte, alors qu'un système de redistribution, destiné à corriger les inégalités,  vienne entraver l'initiative et donc réduire le niveau de l'activité économique. Les experts ne croient plus en cet argument. Ils mettent en avant la perte de capital humain -qui mine évidemment la croissance- liée à une faible formation de toute une partie de la population, victime des inégalités :

 Les faits viennent corroborer l'une des théories avancées quant à l'impact des inégalités sur la croissance, à savoir qu'en entravant l'accumulation de capital humain, les inégalités de revenu compromettent les possibilités de s'instruire pour les populations défavorisées, limitant ainsi la mobilité sociale et le développement des compétences.

Cette affirmation est fondée sur une étude statistique, soulignent les experts

L'analyse de données sur l'éducation et des résultats de la récente enquête de l'OCDE sur les compétences des adultes (PIAAC) révèle que le capital humain des personnes dont les parents ont un faible niveau d'instruction diminue à mesure que les inégalités de revenu sont plus prononcées. Ce qui n'est pratiquement pas le cas, voire pas du tout, avec un niveau d'instruction parental moyen ou élevé. La tendance se vérifie aussi bien au plan quantitatif (par ex., durée de la scolarité) que qualitatif (par ex., niveau de compétences).

Exemple avec les maths: les experts constatent qu'un

 accroissement de six points des inégalités de revenu (correspondant à l'écart États-Unis-Canada en 2010) se traduit par un recul de six points du résultat obtenu par les individus d'origine modeste. Cela explique près de 40 % du fossé observé par rapport aux individus dont les parents ont un niveau d'instruction moyen.

En somme, insiste l'OCDE,

il ressort de l'analyse que les inégalités conditionnent fortement les perspectives des personnes défavorisées en matière d'instruction et de progression sociale.

 « La redistribution ne nuit pas à la croissance »

 A rebours des préconisations libérales habituelles, les économistes affirment que « la redistribution par l'intermédiaire des impôts et des prestations est le moyen le plus direct de corriger les inégalités ». Et de poursuivre

« la redistribution n'est pas en soi un frein à la croissance économique ». Bien sûr, cela ne signifie pas pour autant que les mesures prises en ce sens ont toutes le même effet positif sur la croissance. Des politiques de redistribution mal ciblées et non centrées sur les outils les plus efficaces peuvent se solder par un gaspillage de ressources et être source d'inefficience.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2014 à 19:59 :
ça fait une éternité que je dis comme l'OCDE aujourd'hui, on se demande bien comment elle a mis aussi longtemps à réaliser ce que j'appelle une évidence.
Réponse de le 12/12/2014 à 10:53 :
Moi aussi.
a écrit le 09/12/2014 à 15:56 :
Voyons comment les inégalités augmentent pour les scientifiques collectivistes (cad socialistes marxistes) de l'OCDE et du FMI. Avant, les pauvres gagnaient 500 euros par mois et le riche gagnait 1000 euros par mois. Aujourd'hui, les pauvres gagnent 5000 euros par mois et le riche gagne 11000 euro par mois. Conclusion : les inégalités et la pauvreté explose.... Tant que l'on prendra comme mesure de la pauvreté une mesure relative, on acceptera que la jalousie serve de raisonnement économique. Ainsi, le pays où il y a le moins de pauvre, c'est la Corée du Nord, Cuba et le paradis perdu de l'ancien bloc de l'Est. Voilà à quoi mène l'envie ...
Réponse de le 09/12/2014 à 16:55 :
Scientifiques collectivistes socialistes marxistes, ça situe le débat. Votre exemple le complète admirablement en prenant "avant" un pauvre qui gagne 1000 euros, et maintenant 5000, et un riche à 11000 vous vivez sur quelle planète ? Von Mises en avalerait sa moustache.
a écrit le 09/12/2014 à 15:43 :
C'est surtout la répartition équitable du travail qui coûte cher à notre société. Le calcul de la rentabilité par employé tel qu'il est pratiqué aujourd'hui est absurde, et prive de nombreuses familles de revenus, avec tous les problèmes sociaux qui vont avec. Il faut avant tout partager le travail, comme cela était fait dans les années 60-70, avec le boum économique que cela a entraîné.
Réponse de le 09/12/2014 à 16:50 :
Et vous partagerez aussi votre semence avec la femme de votre voisin?
Réponse de le 10/12/2014 à 11:58 :
Je partage le même ADN que mes voisins de la planète, c'est suffisant. Et je ne conçoit pas m’empiffrer pendant que mes congénère crèvent...
a écrit le 09/12/2014 à 15:41 :
ce qui est bien avec les chiffres c'est qu'on peut démontrer tout et son contraire.
particulièrement en économie.
a écrit le 09/12/2014 à 13:00 :
Oui enfin les économistes se réveillent. A quand ils s'attaqueront aux discriminations envers les femmes, les seniors, les gens non-blancs, les gens non chrétiens, les gens qui ont du poids etc ? Car tout cela mine la croissance, ces gens ne pouvant pas consommer ni participer à la société comme les autres...s'attaquer aux discriminations, c'est donner une chance à des gens pour apporter leur contribution à la société...sachant que les gens discriminés se replient et cela crée du négatif, du rejet, de la délinquance, du chomage, etc.
Réponse de le 09/12/2014 à 19:54 :
actuellement la discrimination se pratique surtout envers les petits blancs !!!! Il suffit de regarder le niveau de remboursement de la sécu , le niveau des petites retraites au regard des prestations sociales attribuées aux migrants qui n'ont jamais cotisé en France
Réponse de le 10/12/2014 à 6:31 :
Mensonges. Il y a un système de sécurité sociale et de retraites qui est pareil pour tout le monde. Mais ça vous dérange, conclusion, on a compris vos idées.
a écrit le 09/12/2014 à 12:35 :
Et c'est pour cela que Roosevelt avait fortement imposé les plus riches. Le système est toujours le même et les solutions identiques. Bizarre, non..??
Réponse de le 09/12/2014 à 15:21 :
Les impôts des plus riches, aux USA, sous Roosevelt, et bien après, jusqu'à Reagan, ont été de 90% (oui 90). Aujourd'hui, ils sont, dans les faits, de moins de 30%. Les 0,1% les plus riches se sont organisés, comme les frères Koch, et maintiennent, grâce à leurs médias et influences sonnantes et trébuchantes, une "vérité évidente" que la fortune des plus riches est bonne pour les plus pauvres, qui sans leur charité mourraient de faim. C'est effectivement bizarre, mais les commentaires à l'article confirment que ça fonctionne dans beaucoup de cervelles.
Réponse de le 09/12/2014 à 15:44 :
en fait l'imposition de roosevelt portait sur les revenus mais pas sur les plus riches
Réponse de le 09/12/2014 à 18:44 :
A Pasisimple : et c'est pour cela que Roosevelt avait AUSSI interdit la possession d'or, car la fortune des plus riches s'était écroulée par les actions et la chute du dollar...
Donc, tout était très simple. Il fallait juste avoir du courage et AIMER son pays. Ca courre pas les rues, ces temps-ci...
a écrit le 09/12/2014 à 12:24 :
Les grandes fortunes du monde sont professionnelles essentiellement. Faut-il que les entreprises appartiennent à des fonctionnaires? Faut-il nationaliser? Qui va gérer les entreprises et qui va les créer? Un discours de jalousie est-il intelligent et souhaitable? La France va vers l'égalité dans la misère. Est-ce un avenir intéressant pour la jeunesse?
Réponse de le 09/12/2014 à 13:32 :
Emporte t-on sa fortune avec soi quand on meurt ?
A quoi sert d'accumuler autant ?
Réponse de le 09/12/2014 à 15:59 :
@ question : vos choix de vie ne me conviennent pas, je les trouve immoraux et inutiles. Ai-je le droit de vosu imposer mes choixet mes conceptions à moi ? En quoi seraient elles supérieures aux votres ? Si les gens souhaitent accumuler, grand bien leur fasse, en quoi cela vous concerne ? Enfin, du point de vue économique, l'accumulation de capital par les gens les plus efficients économiquement (ce que vous dénoncez) est le meilleur moyen de créer de la croissance, tout simplement ... interdisez l'héritage, volez les gens, et vous verrez si vous avez une société prospère et apaisée ....
Réponse de le 09/12/2014 à 21:27 :
@ Von mises
Le fait que des personnes accumulent et ne paient pas d'impôts sur ce cumul nous regarde !!!C'est à cause de ces égoïstes égocentriques nombrilistes que d'autres ont raquettés par l'impôt sur le revenu.
Et leur argent, ils ne le réinvestissent pas en France, autrement dit, leur richess n'amène aucune croissance.
Peu d'entre eux font un effort, et eux, on peut leur dire merci.

Entre parenthèse, l'héritage est déjà interdit puisque si l'on hériste d'une maison, il il faut payer à l'état une somme exhorbitante ! Si vous n'avez pas le million d'euros sur votre compte, vous pouvez oublier toutle patrimoine de votre famille.
a écrit le 09/12/2014 à 11:36 :
c'est chose entendu en sciences éco depuis bien longtemps...croissance et développement humain se conjuguent dans un cercle vertueux.
a écrit le 09/12/2014 à 11:30 :
Vérité élémentaire et très facile à comprendre ou à démontrer ... Certains ( ou même beaucoup ! ) n' ont plus qu' à méditer sur l' évidence ou la logique de ces réalités et partant sur l' arbitraire de certains standards ou poncifs pseudo - économiques ...
a écrit le 09/12/2014 à 11:17 :
Ces statistiques sortent de temps en temps, mais les 1% les plus riches contrôlent bien les médias. Ils en ont les moyens. Le discours dominant va continuer à dominer. Il suffit de lire les réactions de cette rubrique : les idées sont bien enfoncées dans les cervelles et prennent le pas sur les faits.
a écrit le 09/12/2014 à 11:08 :
l'absence de croissance reduit les inegalites!
ils ont decouvert ca il y a 3 mois en se rendant compte que quand les gens gagnaient moins en france, en concentrant un peu plus les impots en haut et en maintenant l'assistant en bas, les ecarts se reduisaient...
quand il n'y aura plus que des pauvres il n'y aura plus de pbs d'inegalites
Réponse de le 09/12/2014 à 11:32 :
Winston,
occupe toi de ton peuple. 25% de gamins pauvres, 33% des personnes qui ont du mal à se chauffer, tellement endettés (+ de 100% du PIB, en plus de l'endettement public...) que l'on vient de nous dire qu'ils ne supporteraient pas une augmentation des taux... Alors qu'il va falloir en plus augmenter l'austérité et les impôts... Du sang, de la peine, des larmes.
aux US aussi ils ont 33% de gamins pauvres et du cumul d'endettements.
Réponse de le 09/12/2014 à 11:41 :
l'absence de croissance par exemple aux US dans les années de crise ont encore concentré la richesse. Pour le peuple le chômage, pour les riches des taux d'interêt très bas et un océan de liquidité pour faire monter la bourse.
Réponse de le 12/12/2014 à 10:52 :
+ 1000 !
a écrit le 09/12/2014 à 10:34 :
Un bon argument pour euthanasier les vieux (par définition plus riche qu'un jeune)? Aucune référence au courant politique notamment socialiste qui redistribue plus qu'il ne produit...
Réponse de le 09/12/2014 à 11:42 :
" aucune référence au etc " C'est compris dans l' article ...
a écrit le 09/12/2014 à 9:46 :
Si les pays Scandinaves pouvaient nous envoyer une équipe de coopérants dans le cadre d'une aide publique au développement pour éviter :
"Des politiques de redistribution mal ciblées et non centrée sur les outils les plus efficaces pouvant se solder par un gaspillage de ressource et être source d'inefficience"

De mon humble avis de citoyen les APL ne sont pas efficaces alors que le logement est un facteur criant d'inégalité.

De la même manière l'apprentissage semble plus efficace que la PPE.

Et quand à la formation professionnelle je ne voudrais pas paraître impoli.
a écrit le 09/12/2014 à 9:39 :
En ce jour anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ( du 10/12/1948) et pour paraphraser un poème de Nizar Qabbani poète syrien, décédé en 1998 sur les « sages » et poètes arabes, voici un avis sur les «Lumières» de France.

J'essaie —depuis mon arrivée en France— de suivre ce qui se dit et ce qui s’écrit par
des intellectuels et des historiens des occasions
mais je ne vois, le plus souvent, que des « lumières » léchant les bottes des Princes
pour se faire inviter au « château », dans un Palais ou dans un Riad…
Quelle horreur !
Je vois une multitude d’individus de tout bord qui n’hésitent pas à aller présenter
l’allégeance à Israël en se faisant (a)voir au dîner annuel du CRIF
Quelle horreur !
Je vois une abondance de journalistes et de journaux qui acceptent de faire semblant de
poser des questions proposées auparavant par l’interviewé et/ou aller jusqu’à ôter leurs
vêtements intimes...
devant tout président venant de l'inconnu…
devant tout monarque ou chef d’Etat marchant sur le cadavre de son peuple...
devant tout(e) usurier(e) entassant entre ses mains des montagnes d'or...
Quelle horreur !
Je vois des collaborateurs serviles,
une multitude de députés, de sénateurs et d’Hommes d’Etat qui se servent indécemment de
la République au lieu de la servir
Quelle horreur !
Je vois une classe politique qui cocorique(*) mais n’hésite pas à s’agenouiller devant les
Emirs des pétrodollars, à faire appel au savoir-faire et aux fonds asiatiques et à lécher— pour
quelques valises bourrées de fric— les babouches des grands saigneurs de l’Afrique…
Quelle horreur !
Je vois une classe politique qui n’hésite, pourtant, pas à donner, au monde, des leçons de
morale : sur les Droits de l’Homme, l’égalité homme/femme, la protection de l’enfance et autres principes démocratiques et philosophiques…
C’est franchement tragi-comique !
Je vois des foules hystériques animées par un chauvinisme décervelant qui les conduit à
vénérer jusqu’à la déraison un ballon ovale, un ballon rond ou une balle de Tennis,
des spectateurs et téléspectateurs —au cerveau disponible— faire et refaire, sur place, le
tour de France à vélo ou le Rallye Monte Carlo
Quel dommage !
Pourtant aucune force ne peut empêcher un peuple averti et déterminé à vivre son printemps…
A chacun(e) de semer autour de lui pour donner des couleurs à cette saison.
(*) Verbe emprunté à la langue « gauloise » : le cocorico…
Réponse de le 09/12/2014 à 11:32 :
+ 1000 !
Réponse de le 09/12/2014 à 11:34 :
A voir son "poème" on peut se demander pourquoi ce monsieur est venu en France ? mais il y bénéficie du droit à dire ce qu'il veut.
a écrit le 09/12/2014 à 8:54 :
Une nouvelle version de la poule et l'oeuf..en maths, la problématique de l'indépendance des variables est centrale..
a écrit le 09/12/2014 à 8:51 :
Et l'égalitarisme franchouillard donne quel résultat à part l'expatriation de la jeunesse diplômée, la création de postes de fonctionnaires, l'assistanat et la pauvreté partagée?
Réponse de le 09/12/2014 à 9:10 :
@Poltron
En France, nous ne sommes pas dans le "In God we Trust" ou "America First", nous avons choisi "Liberté- Fraternité-Egalité". Egalité ne veut pas dire égalitarisme, mais les mêmes possibilités, les mêmes droits pour tous. L' égalité c'est avant tout de la Justice. US GO HOME.
Réponse de le 09/12/2014 à 10:25 :
@JB38

Comment expliquer avec les mêmes possibilités même dans les classes favorisées les femmes rechignent à pratiquer les sciences dites "dures"?
a écrit le 09/12/2014 à 8:08 :
"Les pouvoirs publics doivent se préoccuper plus généralement du sort des 40 % les plus défavorisés."

40% de miséreux ? Grotesque !

Le fric claqué en France prouve assez l'échec de ces politique de redistribution, et prendre un pays en faillite comme exemple est... osé.
Réponse de le 09/12/2014 à 11:38 :
en France le problème c'est que tout le monde est aidé d'une façon ou une autre. Il faut concentrer les aides sur ceux qui en ont vraiment besoin, et les autres se démerdent, mais paient moins d'impôt au global.
a écrit le 09/12/2014 à 7:58 :
Voilà qui a conforter les tenants de l'imposition à outrance ! Mais il suffit de voir l'état du pays pour comprendre que cela ruine le pays!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :