Oscars : quand Patricia Arquette appelle à l'égalité salariale entre femmes et hommes

 |   |  418  mots
Le discours de Patricia Arquette a été applaudi par Meryl Streep, Jennifer Lopez, Shirley MacLane, et a été largement relayé sur Twitter.
Le discours de Patricia Arquette a été applaudi par Meryl Streep, Jennifer Lopez, Shirley MacLane, et a été largement relayé sur Twitter. (Crédits : Reuters)
L'actrice américaine a profité de la cérémonie tenue dimanche soir à Hollywood pour s'élever contre les différences de salaires qui pénalisent aussi les actrices.

"À toutes les femmes qui ont enfanté, à tous les contribuables et à tous les citoyens de ce pays, nous nous battons pour l'égalité des droits. Il est temps pour nous les femmes, d'obtenir l'égalité salariale et l'égalité des droits aux Etats-Unis".

L'appel militant contre les discriminations sexistes lancé par Patricia Arquette dimanche 22 février à Hollywood, à l'occasion de la cérémonie des Oscars, a d'abord enflammé ses collègues avant de passionner la toile.

Les actrices moins bien payées que les acteurs

Récompensée (meilleur second rôle féminin) pour "Boyhood", où elle joue le rôle d'une femme divorcée mère de deux enfants, l'actrice américaine faisait non seulement référence au combat féministe "à travail égal salaire égal" au sens large. Elle s'attaquait aussi aux salaires des actrices, bien inférieurs à ceux de leurs camarades hommes.

Le scandale du piratage informatique dont a récemment été victime Sony Pictures a en effet aussi fait apparaître combien les actrices sont moins payées que les acteurs. L'exemple a notamment été donné pour Jennifer Lawrence et Amy Adams, jouant des premiers rôles dans "American Bluff" et payées moins que leurs co-stars Christian Bale, Jeremy Renner et Bradley Cooper.

Meryl Streep dit "yes"

Immédiatement debout l'index en l'air, Meryl Streep est, avec son "yes", la première a manifester clairement son approbation, suivie par Jennifer Lopez, à ses côtées, et Shirley MacLaine.

Mais l'initiative suscite aussi l'enthousiasme en dehors d'Hollywood.

Sur Twitter, Maria Shriver, journaliste américaine et ex-épouse de l'acteur et ancien gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger, écrit : "Égalité des droits pour les femmes. Bon Dieu oui, Patty Arquette".

Michael Moore, réalisateur bien connu pour ses positions de gauche, assure l'actrice qu'elle "vient de gagner l'admiration de millions de gens".

 Valerie Jarrett, proche conseillère du président Barack Obama, la remercie de "faire comprendre que quand les femmes réussissent, l'Amérique réussit".

Et Lena Dunham, jeune créatrice de la série "Girls", d'aller jusqu'à lancer "Patricia Présidente !".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2015 à 15:20 :
@Miss Taranis
L'égalité de salaire entre les Femmes et le hommes ne se résorbera pas seulement au niveau du salaire.
Si l'on souhaite une meilleure égalité entre les femmes et les hommes , il faut changer la perception de l'image de la Femme dans la société française.
Aux USA , les Femmes pratiquent beaucoup de métiers réservés en France aux hommes. Il faut changer cet état de choses.
J'ai eu la chance fait une carrière comme pilote de jet , et ensuite comme professeur en Astrophysique.
Réponse de le 24/02/2015 à 16:55 :
OUI, Madame et recevez tout mon respect en tant que modèle de la part d’une fille qui n’a jamais posée ses fesses sur les bancs d’école. Je suis entièrement d’accord avec vos propos, simplement les causes produisent les effets, évidement ici le problème est posé à l’envers et c’est bien l’image de la femme dans le cinéma et stéréotype de nos sociétés comme dans la publicité qui fait comme l’homme incarne l’action et la femme parait Le Test de Bechdel permet de déterminer si un scénario laisse une vraie place aux femmes, ou si celles-ci ont seulement un rôle mineur il faut 1) que les films, les BDs ou les romans concernés contiennent au moins deux personnages féminins et 2) qu’ils dépeignent au moins une scène dans laquelle ces femmes, entre elles, parlent d’autre chose que d’un homme. Ce test provient en fait de la BD humoristique de Bechdel Dykes to Watch Out For, où un des personnages explique à l’autre que ce test lui sert de guide pour décider quel film elle ira voir au cinéma. Ce qui était initialement une simple plaisanterie est donc devenu, en l’espace de quelques années, un véritable outil d’analyse ; et même s’il n’est pas pertinent dans 100% des cas, il permet tout de même la mise en lumière d’une véritable inégalité de traitement dans le paysage culturel mondial…Le féminisme est très divers et couvre tous les aspects de la société, l’égalité H/F étant le but commun : on parle plus d’ailleurs des féminismes, évitons donc de caricaturer en mettant et mélangeant tout sous une même bannière
Réponse de le 24/02/2015 à 18:30 :
@ Miss Taranis.
Vous avez compris , et c'est rare , le noeud du problème...Il y a encore une trop grande complaisance des femmes par rapport à leur représentation dans une société qui , finalement , ne fait que les mercantiliser , elles et tout ce qu'elles représeente , comme porteuses de valeurs...

Bien à vous , Mrs Taranis...
a écrit le 24/02/2015 à 9:28 :
@Michel dans votre analyse vous considérez les femmes comme un groupe social autonome et libre de ses propres choix, nous sommes la moitié de l’humanité et nos rapports avec les hommes font les civilisations ou chacun tiens un rôle notamment aux travers des familles. C’est ce rôle inégalitaire et déterministe que nous dénonçons, pas d’ailleurs pour en faire une Egalite parfaite mais simplement pour un respect mutuel des sexes, reconnaissance et dignité. A travail égal, salaire égal c’est de cela qu’il est question sur le plateau de tournage quand le premiers rôles sont partagés…On ne peut parler du travail des femmes sans étudier leur histoire, la notion de salaire « feminin» a été aboli en France en 1945 et il a encore sa traine..
a écrit le 24/02/2015 à 9:14 :
@cow girl : Nous avons certes acquis des droits doucement mis en place , mais dans les faits il y a une resistance voir meme un backlash surtout avec la crises.. En 2011, le salaire net annuel moyen d’une femme est inférieur de 19,3% à celui d’un homme, dans le secteur privé et semi-public (contre 20,2% en 2009).
En 2009, les salaires des femmes sont inférieurs de 26,9% à ceux des hommes, tous temps de travail confondus contre 27,7% en 2005.
En 2011, les femmes cadres gagnent :
-21,8% de moins que les hommes cadres dans le secteur privé et semi public.
-14,1% de moins dans la fonction publique étatique.
-15,7% de moins dans la fonction publique territoriale.
-21,6% de moins dans la fonction publique hospitalière.
En 2011, les femmes employées ou ouvrières gagnent :
-10,7% de moins que les hommes employés ou ouvriers dans le secteur privé ou semi-public.
-16,4% de moins que les hommes dans la fonction publique étatique.
-11,4% de moins dans la fonction publique territoriale.
-3% de moins dans la fonction publique hospitalière.
Source : Insee
a écrit le 23/02/2015 à 17:51 :
Je ne m'attarde pas. Les féministes actuelles étant le contraire des vraies féministes.
Réponse de le 23/02/2015 à 18:13 :
Parce que défendre l égalité homme/femme, y compris dans le domaine salarial , ce n'est pas cela le féminisme . Votre remarque ne veut rien dire tant elle est dépourvue de toute notion critique ...Alléluia !!!
Réponse de le 23/02/2015 à 19:42 :
Non. L'égalité de salaire va de soi. Il s'agit d'autre chose.
Vous avez une révolution féministe de retard.
Réponse de le 23/02/2015 à 19:51 :
Taranis... C'est du côté de Tarascon , ça ? Vous êtes parente avec le... Comment s'appelle t-il , déjà ?

Voyons , aidez-moi !
Réponse de le 23/02/2015 à 19:52 :
Cessons ces dérisoires luttes z'intestinales !
Réponse de le 24/02/2015 à 0:46 :
@taranis

Il n'y a pas d'égalité des sexes possible lorsqu'une large majorité de femmes choisit de ne pas travailler abandonnant toute dignité humaine en vivant sous l'autorité économique d'un homme. Concernant celles qui disposent d'un emploi souvent peu rémunérateur, elles devraient réaliser une introspection afin d'établir les raisons qui les ont poussé à décrocher un emploi à faible valeur ajoutée. Il est normal qu'à profil non comparable subsiste une inégalité salariale.
Réponse de le 24/02/2015 à 11:08 :
@Michel: Dans votre analyse vous considérez les femmes comme un groupe social que nous ne sommes pas, nous sommes la moitié de l’humanité et nos rapports avec les hommes font les civilisations ou chacun tient un rôle prédéterminé notamment aux travers des familles. C’est ce rôle inégalitaire et déterministe que nous dénonçons et voulons infléchir, pas d’ailleurs pour en faire une Egalite parfaite mais simplement pour un respect mutuel des sexes, la reconnaissance et la dignité. A travail égal, salaire égal c’est de cela qu’il est question sur le plateau de tournage quand le premiers rôles sont partagés…On ne peut parler du travail des femmes sans étudier leur histoire, la notion de salaire « feminin» a été aboli en France en 1945 et il a encore sa traine malgré la loi Roudy de 1983
a écrit le 23/02/2015 à 15:37 :
la cote de popularité est-elle un droit?
car finalement si un acteur ou une actrice est moins bien payé c'est que les producteurs sont prêt à changé pour un(e) autre à partir d'une somme donnée: visiblement il existe plus d'acteurs homme à forte cote de popularité et ils seraient préférable de se demander pourquoi. Sans doute qu'il existe plus de rôles avec des hommes mis en avant de la même manière que les joueurs de foot masculin sont plus regardés et ont donc plus de valeur "marchande".
Autrement dit, à valeur marchande égale il n'est pas certain que les actrices soient moins bien payées.
Réponse de le 23/02/2015 à 18:36 :
Votre analyse est totalement fausse, puisque le « scandale de Sony » avait sensibilisé le monde du septième art à ces inégalités de salaire qui ne sont rien d’autre qu’une tradition archaïque qui fait qu’une actrice est systématiquement moins payée , l’inégalité salariale est un débat est récurrent aux Etats-Unis L’actrice sud-africaine Charlize Theron est parvenue à négocier un contrat à plus de 10 millions de dollars, le même que son collègue Chris Hemsworth dans Le Chasseur. Le hack de l’entreprise Sony a dévoilé bien d’autres inégalités de salaire à Hollywood. En particulier, pour le film American Bluff, les acteurs principaux Christian Bale et Bradley Cooper ont reçu 9% des profits, tandis que les actrices Jennifer Lawrence (pourtant très en vogue actuellement) et Amy Adams n’ont obtenu qu’un contrat à 7%. …La valeur marchande n’a rien à voir, sans actrices féminines même les films de gros bras deviennent insipides, de plus en plus les femmes deviennent elles aussi des héroïnes avec une sexualité moins aguichante…(cf Hunger Games )
Réponse de le 24/02/2015 à 8:33 :
tout à fait d'accord avec la plus grande part de votre commentaire en particulier celle qui relate des faits, mais pas avec votre affirmation première sur la cause du phénomène.
Réponse de le 24/02/2015 à 9:04 :
La cause première est la discrimination. Le monde du cinéma est sexiste ,il suffit de regarder son histoire , aujourd'hui les actrices assurent aussi des premiers rôles il est temps de leur laisser la même reconnaissance...Elles sont autant que les hommes Bankables....mais les producteurs sont aussi des hommes.
a écrit le 23/02/2015 à 14:15 :
Quand les américains parlent de traitement égalitaire entre les individus, j'ai envi de rire. Le cynisme fait toujours recette à Hollywood visiblement :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :