Energie : l'UE cherche de nouveaux fonds pour le plan de relance de Barroso

 |   |  835  mots
Les Etats membres sont proches d'un accord sur le projet de la Commission visant à dépenser 5 milliards d'euros dans l'énergie propre et les infrastructures d'Internet à large bande pour relancer l'économie, selon des sources d'EurActiv.com. Reste à trouver les sources de financement.

La liste révisée des projets a globalement été bien accueillie par les Vingt-Sept. Des ajustements pourraient cependant encore s?avérer nécessaires, peut-on lire dans une note rédigée par la présidence tchèque de l'UE en vue d?une réunion des ambassadeurs des Etats membres, mercredi 4 mars.

Reste toujours à savoir d?où proviendront les fonds. La plupart des délégations refusent d?utiliser la marge de 2008 pour des raisons politiques autant que juridiques, poursuit la note. La présidence tchèque exclut donc totalement cette possibilité, conclut le document. L?information étant confirmée par un diplomate français à Bruxelles.

Mais la présidence a à nouveau approuvé l?initiative de la Commission et déclaré que l?objectif phare de 5 milliards d?euros était maintenu. "La majorité des Etats membres sont désormais favorables à l?octroi d?une enveloppe de 5 milliards d?euros", a déclaré Claude Turmes, eurodéputé Vert impliqué dans les négociations au parlement européen. "Le Royaume-Uni, la Suède et les Pays-Bas y sont toujours opposés, mais de manière bien moins vigoureuse qu?auparavant", a expliqué Claude Turmes.

Selon l?eurodéputé, les discussions se concentrent désormais principalement sur la durée du plan de relance proposé par la Commission. La plupart des Etats membres, y compris la France, ont indiqué qu?ils favoriseraient des projets aboutis pouvant être rapidement mis en ?uvre. Selon ces pays, les dépenses devraient en premier lieu être ventilées sur 2009 et 2010, pour produire des résultats rapides et contribuer à lutter contre la récession.

Les autres pays, à l?instar du Royaume-Uni, sont quant à eux plutôt favorables à une ventilation sur une plus longue période. "Cela s?explique par le fait que le système de captage et stockage du carbone ne devrait pas être prêt assez rapidement, parce qu?il manque des autorisations pour le stockage du CO2", a expliqué Claude Turmes.

Un compromis pourrait consister à considérer les années 2009, 2010 et 2011, a indiqué l?eurodéputé. Cette option a été confirmée par un diplomate français, selon lequel le projet s?étendrait désormais sur trois ans.

La présidence tchèque devrait préparer un nouveau document pour la réunion des ambassadeurs européens du 11 mars.

S?exprimant jeudi 5 mars, après avoir reçu le Premier ministre bulgare, Sergei Stanichev, José Manuel Barroso a confirmé que la version révisée du paquet d?investissement de 5 milliards avait été soumise aux Etats membres. Il a précisé que la Bulgarie, pays le plus sévèrement touché par la récente crise gazière, bénéficierait de fonds européens destinés à une interconnexion gazière supplémentaire avec la Roumanie.

La proposition initiale de la Commission allouait 20 millions d?euros à la Bulgarie pour l?interconnexion gazière Haskovo-Commotini avec la Grèce, et 25 millions à la Slovaquie pour la connexion Velky Krtis-Ballasaqyarmat avec la Hongrie (EurActiv.com 29/01/09).

Sergei Stanichev a fait comprendre que son pays espérait des fonds plus importants. Toutefois, José Manuel Barroso a indiqué que le paquet n?avait pas encore été approuvé, et que si un pays devait obtenir plus d?argent, les autres devraient accepter de recevoir une somme réduite. José Manuel Barroso a également confirmé que les fonds restaient encore à trouver. Un problème juridique empêchant les 5 milliards d?euros de budget non dépensés d?être réalloués, comme l?a récemment rapporté EurActiv.com (EurActiv 19/02/09).

Le prochain obstacle pour José Manuel Barroso pourrait bien être le parlement européen, appelé à donner son feu vert final au plan de la Commission après que les Etats membres l?auront approuvé, probablement lors du sommet européen des 19 et 20 mars.

Selon Claude Turmes, les socialistes (PSE), les libéraux (ADLE) et les Verts se sont associés pour former une majorité en faveur d?un nombre limité d?amendements. "L?objectif serait de se concentrer sur les 3,5 milliards destinés aux projets énergétiques, en utilisant des instruments financiers novateurs". Selon le nouveau projet de réallocation des fonds obtenu par EurActiv.com, le projet de gazoduc Nabucco obtiendrait moins d'argent que prévu.

Claude Turmes a ajouté que les amendements élargiraient les cinq milliards d?euros de fonds à des projets écologiques et d?efficacité énergétique dans les villes, comme l?ont demandé la Belgique et le Danemark. Les fonds pourraient également viser des projets dans le domaine des énergies renouvelables ne se limitant pas au développement de l?énergie éolienne "offshore".

Toutefois, les amendements pourraient toujours respecter une liste détaillée de projets débattus au Conseil, a expliqué Claude Turmes, éliminant ainsi une prolongation des discussions au sein des Etats membres.

 

Le calendrier
11 mars : rencontre des ambassadeurs des vingt-sept Etats membres à Bruxelles (Coreper).
19-20 mars : le sommet européen devrait approuver la liste révisée de projets.
Fin avril : accord attendu au parlement.


Site d'EurActiv.fr

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :