La Tribune

Pourquoi la tension monte entre Berlin et Athènes

« Qui donc est Monsieur Schäuble pour dénigrer notre pays ? » s'est indigné mercredi le président de la république hellénique, Karolos Papoulias. Photo : Reuters
« Qui donc est Monsieur Schäuble pour dénigrer notre pays ? » s'est indigné mercredi le président de la république hellénique, Karolos Papoulias. Photo : Reuters
Romaric Godin  |   -  915  mots
Le président grec a haussé le ton contre Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances. Signe que Berlin a mis la pression sur Athènes. Et joue un jeu dangereux.

Cette fois, la coupe est pleine. Le président de la république hellénique, Karolos Papoulias a, mercredi, déclaré officiellement devant un parterre de militaires grecs qu?il « n?acceptait pas » que son pays « soit insulté ». Et d?attaquer directement le ministre allemand des Finances qui, dimanche dernier, avait mis en doute les capacités d?Athènes à respecter les engagements : « qui donc est Monsieur Schäuble pour dénigrer notre pays ? Qui sont les Néerlandais ? Qui sont les Finlandais ? »
 

Agiter le spectre de la faillite

Cette réaction violente est la forme la plus visible et la plus éclatante du conflit qui oppose depuis quelques jours Berlin à Athènes. D?un côté, le ministère allemand des Finances instille progressivement l?idée qu?une faillite grecque est désormais la seule voie de sortie possible à la crise. Le calcul de Wolfgang Schäuble est double. En habituant les marchés à l?idée de la faillite, il la « dédramatise » et espère ainsi empêcher l?effet de contagion tant redouté.
Or, une faillite de Grèce avant le 20 mars, qui serait circonscrite aux Hellènes, permettrait au budget allemand d?économiser sa part dans la future aide à Athènes. Pour un Wolfgang Schäuble obsédé par sa propre consolidation budgétaire et par l?obligation constitutionnelle d?un déficit structurel de 0,35 % pour l?Etat fédéral en 2016, cette économie n?est pas à négliger. Du reste, depuis plusieurs jours, les marchés sont envahis de bruits indiquant que l?Allemagne est sur le point de lâcher la Grèce. Et la décision de reporter une réunion de l?Eurogroupe mercredi soir est venue alimenter ces rumeurs.


Effrayer Athènes

Mais en agitant le chiffon rouge de la faillite, la Wilhelmstrasse ? le siège du ministère des Finances à Berlin ? peut également espérer faire peur à la classe politique grecque. De cette crainte, on espère outre-Rhin obtenir de nouvelles garanties et, de fait, une tutelle européenne sur le budget grec. Ce que craint Wolfgang Schäuble, ce sont évidemment les élections grecques d?avril prochain qui s?annoncent dramatiques pour les partis traditionnels. Bild Zeitung, ce jeudi, pouvait ainsi s?alarmer des « Communistes, Antisémites et demi-criminels » qui arriveront alors au pouvoir. L?essentiel pour Berlin est donc d?obtenir l?assurance qu?il n?y aura pas de volte-face de la politique grecque une fois l?aide de 130 milliards d?euros versée.
L?assurance accordée par les deux grands partis ne suffit du reste pas à rassurer Wolfgang Schäuble qui préférerait l?idée qu?il avait déjà évoqué d?un « commissaire aux économies » (Sparkommissar) gérant le budget grec de façon autonome. Parallèlement au risque de faillite, les rumeurs de pertes de souveraineté de la Grèce se multiplient donc : le député européen CDU Elma Brok a réclamé le report des élections et on évoque une « priorité absolue du remboursement de la dette » comme condition au versement de l?aide en mars. Bref, avec cette stratégie, Wolfgang Schäuble espère sortir vainqueur à tous les coups, que l?aide soit versée ou non.
 

Une germanophobie historique

Evidemment, cette pression de Berlin exaspère à Athènes où désormais la germanophobie est de rigueur. Karolos Papoulias, ancien résistant, a, du reste, rappelé que son peuple avait « toujours été fier d?avoir défendu non seulement sa propre liberté, mais aussi celle de l?Europe ». Après l?appel à la manifestation de la figure tutélaire de la résistance, Manolis Glézos, les différends historiques entre l?Allemagne et la Grèce reviennent à l?ordre du jour. Ces différends sont, il faut l?avouer, lourds. Lors de la dernière guerre, c?est la résistance grecque à l?armée italienne qui avait obligé Hitler à retarder son offensive sur l?Union soviétique afin de venir prêter main forte aux troupes mussoliniennes. Un retard qui avait conduit l?opération Barbarossa de la Wehrmacht contre l'URSS à s?enliser durant l?hiver 1941 aux portes de Moscou.
La résistance grecque, féroce, avait été également férocement réprimée et la demande de réparations est une pomme de discorde fréquente entre les deux pays, Berlin estimant avoir payé dans le cadre de l?accord de Paris de janvier 1946. Le souvenir des déportations et des exécutions est encore très vivace en Grèce, renforcée sans doute par la guerre civile qui a suivi le conflit mondial. Mais les tensions entre Athènes et Berlin ne datent pas d?hier.

L'Union européenne suit l'Allemagne

Lors de sa faillite de 1893, ce sont les Allemands qui avait organisé ? déjà ? un comité de créanciers qui avaient une vue sur les finances publiques. Sans compter le souvenir encore odieux aux Grecs de la monarchie du roi Otton, roi bavarois de 1833 à 1862 qui a géré le pays comme une propriété personnelle.
Le terrain est donc miné. D?autant que l?Union européenne semble désormais jouer le jeu de Berlin en Grèce. Progressivement, l?exclusion de fait du pays de la zone euro semble une perspective possible. Le ministre grec des Finances, Evangelios Venizelos, a prévenu : « certains ne veulent plus de nous ». La meilleure façon d?y parvenir est sans doute de remuer les vieux souvenirs.

Réagir

Commentaires

pauolo  a écrit le 17/02/2012 à 13:48 :

honte à l'Allemagne!

yvan  a répondu le 17/02/2012 à 21:46:

La France ferait mieux de balayer devant sa porte entre la collaboration et la colonisation

@Yvan  a répondu le 18/02/2012 à 10:06:

EUH????? Alors la faudra qu on m explique la reaction des B..... Rappel des faits
La Grece a vecu avec les credits de l europe pour payer ses fonctionnaire, c est un pays qui ne collecte PAS L IMPOT.... Aujourd hui on dit stop et on impose a ce pays de faire les reformes qu'ils s etaient engagé a faire et n ont pas faite et vous ralez....

JR  a écrit le 17/02/2012 à 8:31 :

Très intéressant :)

John Ross (Inities...)

Tomibiker  a écrit le 17/02/2012 à 7:10 :

Cela ne fera que la 6 fois que la Grèce fera défaut, donc rien de nouveau, car il n'est pas possible de mettre encore des centaines de milliards, les Européens ont déjà mis trois plans de plus de 100 milliards, cela fait plus de 100% du pib, cela ne va pas, le pays doit sortir de l'euro, car si l'ajustement n'est pas nominal par la monnaie (dévaluation de la drachme) mais réel, et là cela fait mal.

pierre 2  a écrit le 17/02/2012 à 0:33 :

Wolfgang est comme Diafoirus dans le médecin malgré lui, quand le patient fait une hémorragie il préconise une saignée. Les banques ont fait un abandon de créance de 100 milliards d?euros (qu?elles peuvent assumer).Le prêt qui sera consenti de 130 milliards d?euros est indispensable à la Grèce sinon elle sombrera. Les Grecs doivent commencer par virer les politiciens corrompus qui ont jeté l?argent et les subventions par la fenêtre. Les élections sont aussi indispensables pour changer de gouvernement qui ne sait plus où il en est .La France va perdre 40 M d?euros (et les Allemands plus), mais elle ferait bien de regarder son endettement abyssal, car nous ne sommes pas loin d?être dans la même situation. Les politiques de tous bords sont en train de nous endormir vis-à-vis de cet endettement. Heureusement que les Français sont riches et peu endettés. Ce n?est pas le cas de la Grèce.

Tomibiker  a répondu le 17/02/2012 à 7:11:

POur guerrir un poivrot on ne lui offre pas encore des litres de spiritueux on lui administre une potion de sevrage, c'est la même chose pour la Grèce on ne lui offre pas encore de l'argent on pratique l'austérité, la rigueur !

@Tombkiller  a répondu le 18/02/2012 à 10:07:

+ 1000

La Palisse  a écrit le 16/02/2012 à 22:23 :

Quand on exporte à tout va et à credit et que l'on fait des bénéfices qui n'en sont pas parce-que les exportations ne peuvent être payée cela donne l'union monétaire.
L'Allemagne et ses 15 Milliards d'excédent commercial par mois, cela fait forcement un trou ou déficit de 15 Milliards par mois ailleurs.
Principe des vases communiquants. Eleve que l'on voudrait modele et qui en fait est la cause des problèmes.
A quand une loi qui interdit les déséquilibres des balances commerciales pour en finir avec ce cannibalisme économique ou les gros bouffent les petits.

Tomibiker  a répondu le 17/02/2012 à 7:18:

Votre raisonnement ne tient pas la route, vous voudriez punir le paysan qui produit des fruits et des légumes et les vend et exporte ses fruits, c'est exactement le discours des socialistes, si vous êtes mauvais il ne faut pas attaquer l'intelligent, mais bien éduquer et instruire l'élève cancre, et pas attaquer l'élève brillant, or c'est exactement ce que vous faites. Les excédents sont la démonstration brillante de l'excellente qualité des produits allemands qui sont devenus l'entreprise à tout faire du monde oû tout le monde va se servir en voiture outillage, instrument chimie et ils commercent avec le monde entier l'Europe diminue mois après mois dans la balance commerciale, l'Inde, la Chine, l'Indonésie, la Russie, le Brésil sont les marché de demain, les autres pays européens sont des cacahuètes, la France c'est 70 millions d'habitants, endettés ruinés, de même pour l'Italie, la Grèce, l'Espagne, le Portugal alors que la CHine c'est 1.5 milliards de consommateurs potentiels et ils deviennent de plus en plus riches, tandis qu'en France on a choisi la politique de dépenses effrénées, de gaspillage de redistribution de taxation des riches, alors ils partent d'égalitarisme matériel autrement dit je ne parie pas un kopeck sur la France et en plus ils veulent travailler 35 heures et prendre la retraite à 55 ans, c'est pas comme cela que l'on engrange des excédents !

Tahi  a répondu le 17/02/2012 à 9:22:

Tomibiker, faut demander l'asile économique au Brésil!

Tahi  a répondu le 17/02/2012 à 9:39:

à Lapalisse : une brève de métro, "la mondialisation, c'est comme le bac, le problème, c'est quand les autres commencent à bosser..."
à Tomibiker : seul un mauvais bachelier peut croire qu'une politique générale d'excédent puisse exister ou que l'économie consiste à attribuer des bons ou mauvais points. Sur ce point, Lapalisse à raison. Les déséquilibres ont des incidences en économie, même ceux qui semblent résulter d'une pratique vertueuse. Et les déséquilibres sont inévitables en économie, il en apparaît tout le temps. Il est important de les comprendre et de leur apporter une contrepartie. Sur ce point, l'économie est autant une discipline pratique que morale.

Ernest  a écrit le 16/02/2012 à 21:57 :

nos soi-disants représentants, les médias, l'éducation, les discours..tout est comme un mauvais film ou l'essentiel n'est quasiment jamais ni commenté, ni expliqué, jamais exposé..
L'essentiel sont les jeux faits avec les manipulations sur la monnaie.
Salbuchi l'argentin lui, donne une explication:http://www.youtube.com/watch?v=ru22NEl-STE