La Tribune

Athènes aurait gonflé son déficit en 2009 pour justifier l'austérité

Les chiffres auraient été aggravés afin que le déficit grec devînt ainsi un record dans la zone euro et pût faciliter dans les esprits grecs l'acceptation des mesures d'austérité douloureuses / Photo Reuters
Les chiffres auraient été aggravés afin que le déficit grec devînt ainsi un record dans la zone euro et pût faciliter dans les esprits grecs l'acceptation des mesures d'austérité douloureuses / Photo Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Romaric Godin  |   -  529  mots
C'est peut-être un scandale d'ampleur européenne qui couve actuellement dans le bureau du procureur d'Athènes : le gouvernement de Georges Papandréou aurait invité l'Elstat, l'institut statistique grec, à surestimer le déficit 2009 pour mieux faire passer les réformes auprès du peuple grec.

Le procureur d'Athèmes, Grigoris Peponis, a obtenu jeudi de la Vouli, le parlement grec, une commission parlementaire d'enquête concernant le niveau du déficit public hellénique en 2009.

Révélations

L'affaire a débuté en septembre dernier lorsqu'une employée de l'Elstat, Zoé Gorganta, a révélé que le chiffre du déficit public de 2009 avait été gonflé artificiellement lors de sa révision à la hausse en novembre 2010 de 13,6 % à 15,4 % du PIB. Selon cette employée, qui a été immédiatement licenciée, ces chiffres auraient été aggravés à dessein afin que le déficit grec dépassât celui de l'Irlande, devînt ainsi un record dans la zone euro et pût faciliter dans les esprits grecs l'acceptation des mesures d'austérité douloureuses proposées par le gouvernement.

Responsabilités politiques

Derrière ces accusations se glissent évidemment les figures du premier ministre socialiste de l'époque, Georges Papandréou et de son ministre des Finances d'alors Georges Papakonstantinou. La responsabilité des ministres devra du reste être une des principales questions auxquelles devra répondre la commission d'enquête parlementaire. Mais la question de la responsabilité européenne ne manquerait pas de se poser. L'Elstat a été fondée en août 2010 sur le modèle des autres instituts statistiques européens. Son principal critère a été l'indépendance du pouvoir politique afin que ne se reproduise pas les « trucages » de comptes qui avaient permis entre 2000 et 2004 au pays d'entrer sans difficultés dans la zone euro. Eurostat, du reste, a validé la correction de novembre 2010 sans broncher.

Défense de l'Elstat

Le président de l'Elstat depuis sa fondation, Andreas Georgiou, se défend pied à pied depuis le début de l'affaire. Pour le moment, il n'est pas mis en examen, le procureur ayant voulu transmettre l'affaire au parlement d'abord, mais il risque pour « atteinte à la sûreté de l'Etat », la prison à vie. Il a néanmoins soumis au procureur un dossier de 74.500 pages pour lui expliquer le mode de calcul du déficit et a effectué mercredi une déposition de 110 pages. Selon le quotidien grec Ekathimerini, il aurait alors insisté sur la surveillance européenne qui aurait alors entouré ses calculs, gage pour lui de leur justesse. Il réfute en tout cas toute pression gouvernementale et proclame son indépendance absolue. A Luxembourg, Eurostat proteste également de la régularité absolue des comptes grecs.

Combat politique

La commission parlementaire devra donc déterminer s'il y a eu falsification ou s'il s'agit encore d'une « théorie du complot » sans fondement. Il est à souhaiter qu'elle puisse agir en toute indépendance dans un climat politique grec lourd, malgré le gouvernement « d'union nationale » de Lukas Papadémos. Cette affaire a ainsi été l'occasion de plusieurs passes d'armes entre la Nouvelle Démocratie, accusée d'avoir falsifiée les comptes de 2000 à 2004, et le Pasok de Georges Papandréou. Si cependant il s'avère que ces accusations étaient fondées, le rôle de l'Union européenne en Grèce prendrait alors une couleur bien trouble. Et son engagement sur place pour "contrôler" les comptes grecs, décidé mardi dernier, une certaine saveur.

Réagir

Commentaires

mal-pensant  a écrit le 12/01/2014 à 23:34 :

Ce que Hollande n'a pas pu faire à Sarkozy et justifier l'échec de sa politique. Mais de 2000 à 20004 C'est aussi une gouvernement socialiste qui a été au pouvoir Le troisième gouvernement de Monsieur Simitis
Le modèle Allemand d'aujourd'hui a été imposé par la France,l'Angleterre et les Etats-Unis après Guerre Le modèle est inspiré de la France d'avant 1936.

Le Modèle Allemand 1ere leçon: les Aufstocker !  a écrit le 24/01/2013 à 7:18 :

Le Modèle Allemand 1ere leçon: les Aufstocker !
Il n'y a pas de salaires minimum en Allemagne et les salaires horaires de 4,-Euro de l'heure ne sont pas rares. Sous certaines conditions ces salariés sont ce que l'on appelle en Allemagne des ? Aufstocker, c'est à dire que, à condition de n?avoir pas d'autres revenus, l'état renforce leur salaires par un appoint de façon à ce qu'ils arrivent au minimum vital (autour des 800,- Euro par mois en Allemagne).
En fait ce 'appoint' n'est rien d'autre qu'une subvention déguisée, puisque cela permet à certains employeurs de payer des salaires de misère et ainsi d?éviter une faillite certaine. Cela permet aussi à Merkel de fausser les statistiques du chômage, puisque sans cet appoint (aufstocken) ces emplois n'existeraient pas. ?.
Habitant en Allemagne mais étranger et contribuable, j?avais au départ un avis favorable sur cet appoint, depuis peu j'ai changé d'avis. Voici le pourquoi:
Un jeune homme d'origine turque, (ils sont souvent plus malin et plus intelligents que les Allemands et plus travailleurs aussi) a ouvert prés de chez moi un salon de coiffure, tenez vous bien, pour chiens. Il emploi deux charmantes jeunes filles (à regretter de ne pas être un chien et que je soupçonne d'être également d'origine turque) auxquelles il ne donne que 4,- Euro de l'heure, elles perçoivent donc le fameux appoint. (Les pourboires ne sont pas déclarés)
Ce qui en fait revient à dire que la coupe de poils pour chiens est subventionnée par le contribuable, et j'en suis un!
Je suppose que vous comprenez pourquoi j'ai changé d'avis?
Vous allez sans doute me demander: comment l'Allemagne peut-elle se permettre de subventionner ces emplois? En a-t-elle les moyens?
La réponse est simple: c'est grâce à son excédent de la balance commerciale, du aussi aux exportations d'armes et sous-marins, entre autres vers la Grèce, L'Allemagne ne sait pas quoi faire de son argent, et pendant que les Grecs se suicident parce-que ils ne savent pas comment nourrir leurs enfants, en Allemagne on subventionne les coupes de poils pour chiens.
Vous allez me dire que je suis méchant mais je m'en fout: À en venir à regretter le temps quand les Cosaques, envoyés par Staline à cet effet, essayaient d'inculquer quelques notions de modestie aux femmes allemandes dans les territoires libérés par l'armée rouge dont Berlin.

Chris  a écrit le 29/02/2012 à 19:53 :

Allez y mollo avec "les grecs" ceci, "les grecs" cela. Il s'agit du (/des) gouvernement(s) grec, pas des gens.

yvan  a écrit le 26/02/2012 à 12:06 :

Résultat logique de la dérive de la comptabilisation sur l'avenir. Soit, si vous connaissez un minimum le principe des provisions, ou de l'estimation des actifs ... (ha ha ha ... vaste blague), vous savez, je pense, que l'on peut "voir" une source potentielle de "richesse" en étant optimiste ou pessimiste. Néanmoins, cette enquête est une bonne chose pour découvrir d'autres lourds secrets de la finance. Indépendamment des Grecs. Cette enquête risque donc d'être enterrée au plus vite. Tout comme celles sur la fortune des anciens dictateurs déchus. Pour lesquels on découvre très vite le DOUBLE de ce qu'ils possèdent officiellement.

yaka  a écrit le 25/02/2012 à 17:31 :

Tricheurs un jour, tricheurs toujours....

bp  a écrit le 25/02/2012 à 17:30 :

Monsieurs. Je viens de lire, par hasard, votre article. Je suis surpris du nombre des inexactitudes, des fautes graves et, sans doute d'idees recues. C'est dommage.
Par exemple:
* Mme Zoé Georganta n'a jamais ete "une employee", mais membre du Conseil de Direction et elle n'a pas ete licenciee.
* Le procureur n'a jamais demande une commission. C'est le parti de Pasok qui l' a vote, c-a-d le parti au gouvernement a l'epoque des "calculs"
* Le calcul a ete fait en Novembre 2010, donc apres la mise en oeuvre "des mesures d'austérité douloureuses"
* L'admission de la Grece a la zone euro a ete faite le 19 juin 2000. Parmi les cinq criteres d'admission, seul le deficit budgetaire a ete corrige en 2004 par la suite d'une initiative pour le reexamen des comptes de l'Etat, prise par le gouvernement grec de l'epoque.
Et on pourrait continuer...

caroline  a écrit le 25/02/2012 à 10:16 :

Alors ils mentent tout le temps ces grecs.

Paul62580  a répondu le 25/02/2012 à 17:26:

Vous n'avez pas bien compris... C'est la Commission de Bruxelles qui n'arrete pas de manipuler tout le monde dans le but d'assurer le remboursement des créances aux banques qui spéculent ...

COLONEL  a écrit le 25/02/2012 à 8:47 :

Aux vus et aux sus de la situation en grèce, l'ancien temps des colonels, ceux-ci risquent bien de réapparaître très bientôt!!!!

xavier-marc  a écrit le 24/02/2012 à 23:44 :

Ce qui est inquiétant, et cela n'arrive pas seulement chez les grecs, est que des gens se fassent virer pour ne pas avoir menti ou manipulé, il faudrait une forme d'immunité internationale pour ceux qui osent être libres, c'est à dire que tout contrat qui impose une forme de manipulation ou de pression soit caduc.
Personne ne devrait avoir à être brimé pour simplement avoir dit la vérité. La vérité doit être au dessus de tout car la vérité est reliée à la réalité, la perception, et donc les choix qui en dépendent, et rien ne doit fausser les choix pour qu'ils restent optimaux.
Ceci à relier avec d'autres affaires, comme celle de l'informateur de wikileak.

Mordrakheen  a répondu le 25/02/2012 à 10:42:

wow wow comme vous y allez !! c est une chose de refuser de faire des opérations frauduleuses c en est une autre que de reveler des secrets d etat je suis désolé sur ce dernier sujet on a pas besoin de tout savoir il y a des choses en terme de renseignements et d opérations militiares qui doivent rester dans l ombre ne ce serait ce parce que "ceux d en face " s embarassent pas de bons sentiments en outre il ne faut pas oublier les agents de terrain que de telle "révélations" peuvent mettre en danger de mort Vous vous engagez pas dans l armée surtout dans le domaine du renseignement avec un esprit de bisounours Désolé mais pour moi "l'informateur" de wikileak est juste passible de haute trahison

pseudo  a répondu le 07/03/2012 à 23:40:

Passible de haute trahison parce qu'il a rendu public les agissements monstrueux des armés ? Ce sont les armés, les dirigeants et les puissants qui sont passibles de haute trahison envers l'humanité, le peuple animal ainsi que le peuple végétal. Il n'y a rien a cacher quand il n'y a rien à se reprocher. Et si l'on a peur que les gens réagissent mal, on s'assure qu'ils comprennent biens, on explique, mais pour ça, il ne faut justement rien avoir à cacher.

gg  a écrit le 24/02/2012 à 19:25 :

Les grecs ne sont pas crédibles !
Ils ont menti sur tout et voudrais être cru sur parole !?!?
On crois rever !!!

logic  a écrit le 24/02/2012 à 19:07 :

De plus, ils ne cessent de nous GONFLER.. ces Grecs !!!

gringo  a écrit le 24/02/2012 à 17:51 :

A mon avis, Hellstat a enfin appliqué les règles de bonne pratique édictée par Eurostats.

Ils ont quand même truqués deux fois les comptes en 10 ans.

Là, ils les ont fait avec une aide "appuyée" d'eurostats, la sincérité des comptes est à mon avis bien supérieure que par le passé.







Tomibiker  a écrit le 24/02/2012 à 17:24 :

Ils sont vraiment les champions de la magouilles ces Grecs, d'abord avec la complicité du Président de la BCe puis du président, la valse des papa.... mais ils font encore quoi en Europe ?

europe  a écrit le 24/02/2012 à 16:57 :

Tiens ça surprend quelqu'un ? La encore il y a celui qui fait la magouille et celui qui la valide et dans les 2 cas pour la Grèce c'est systématiquement de minables petits fonctionnaires de diverses instituts Européens hyper bien payés à ne rien glander de la journée qui prennent des pots de vins. On est vraiment de le "politic buro" des polards de l'ex Urss. Cette Europe est sans espoirs et ceux qui continuent à y croire ne parlent en réalité que de Fric et de l'angoisse de l'Euro pour le reste il faut vraiment être naif pour ne pas voir à quel point on va tous couler ensemble. Voilà au moins une bonne raison pour que l'Allemagne n'en rajoute pas encore avec "MES FESSES" ;-) oups je veux dire MES ou FESF !

gg  a répondu le 25/02/2012 à 7:57:

"Tous couler ensemble" !!
Je réponds NON ! Certes pays risquent de couler !
Mais d'autres quitteront ne le navire au dernier momment !
Les pays dont l'économie peut supporter l'euro lacheront les autres ceux du sud.

arkooo  a écrit le 24/02/2012 à 16:47 :

Pour les defenseurs de l'Euro . Introduction juillet 2002 , voici la balance commerciale française depuis cette date ( données insee ) :

2002 : + 8 milliards ( 1euro = 0,94 dollars )
2003 : + 2 milliards
2004 : - 2 milliards
2005 : - 23 milliards
2006 : - 31 milliards
2007 : - 42 milliards
2008 : - 57 milliards ( 1euro = 1,47 dollars )
2009 : - 43 milliards
2010 : - 54 milliards
2011 : - 70 milliards

Croissance moyenne France entre 1996 et 2002 ( avant euro ) : 2,8% / an
Croissance moyenne France entre 2002 et 2010 : 1,4% / an

François  a répondu le 24/02/2012 à 17:44:

Il y a 2 ou 3 variables contaminantes dans ton analyse...

Tu compares le rendement d'un champ de blé au groenland et d'un autre dans la Beauce...

Merci d'avoir participé au débat quand même =D

Vérité  a répondu le 24/02/2012 à 18:47:

C'est plutôt la corrélation du déficit avec les 35h qui est parfaite. Mais surtout, et contrairement à l'euro introduit début 1999 et non en 2002, il y a un lien de causalité évident.

Truk  a répondu le 24/02/2012 à 20:08:

Arkoo a raison. L'Euro - c'est à dire la fixité des parités entre pays les plus productifs de la zone et les moins productifs - ne pouvait que renforcer les forts et affaiblir les faibles. C'est ce qui s'est concrètement passé. C'était prévu, prévisible, et ça s'est déroulé. Encore une fois : jamais, nulle part, aucune économie n'a pu supporter une monnaie trop forte pour elle. Chaque fois que ce genre d'expériences de peg monétaire a été tenté (Peso-Dollar par ex.), ça a tourné à la catastrophe. Et pourtant...

Pierre  a répondu le 25/02/2012 à 17:30:

Je vous invite à regarder cet article sur l'euro : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/il-etait-une-fois-l-euro-110025

TIGER1  a écrit le 24/02/2012 à 15:57 :

http ://www.youtube.com/watch?v=bypLwI5AQvY

Bastien  a écrit le 24/02/2012 à 15:43 :

Non, l'Union européenne ne serait pas cette merveille de démocratie que l'on nous a vendu ? On nous aurait menti ? Cela ne se peut ... On le sent bien mon cynisme là ou j'en rajoute un peu ?

gg  a répondu le 25/02/2012 à 7:58:

lache toi

jak2pad  a écrit le 24/02/2012 à 15:43 :

moi, si quelqu'un me trouve un Grec honnête, je voudrais bien correspondre avec lui, et échanger des cartes postales.

Touriste  a répondu le 29/02/2012 à 16:57:

Moi, j'en connais un! (enfin, de réputation!)
Il s'appelle Papademos. Il est obligatoirement honnête, puisqu'il a travaillé avec Goldman Sachs.
Bonnes cartes postales, timbrées aux îles Caïman !!

Pivot  a écrit le 24/02/2012 à 15:35 :

On prend les mêmes et on recommence...C'était pas déjà un peu limite la présentation des comptes grecs pour accéder à l'union monétaire ?

Ral le bol  a écrit le 24/02/2012 à 15:27 :

.... apres les vilaines banques qui auraient aide a camoufle les comptes, apres la vilaine ue qui mets son grain de sel et demande des comptes sur les aides qu elle a verse, apres la vilaine allemagne...... maintenant le vilain ancien chez d etat qui a menti..... Mais p de.... commencez donc a collecter l impots et faire les reformes que vous auriez du faire p de f..... au lieu de perpetuellement chercher des bouc emissaire a la gabegie general dans votre pays!

FRAX  a répondu le 26/02/2012 à 9:57:

Renseignez vous correctement sur les mesures déjà prises en Grèce et vous cracherez votre venin après ....

Miso  a répondu le 29/02/2012 à 10:21:

Bon euh Ras le bol, les donneurs de leçon comme toi, j'en connais plein, ca croit toujours tout savoir, ca a une grande gueule, et derriere ca n'assure pas un cachou. Au lieu de donner des lecons au peuple grec, retournez donc un peu à l'école, ca vous fera du bien.

villeroy  a écrit le 24/02/2012 à 15:26 :

Un vrai cas d'école d'administration publique... avec son "whistle blower" promptement, comme il se doit, remerciée. 74,000 pages d'explications en grec moderne (ce qui se conçoit bien ne doit il pas s'énoncer clairement ?) battent à plate couture les 40,000 pages de la fiscalité française!

Miso  a répondu le 29/02/2012 à 10:20:

C'est vrai que dans le privé c'est tellement mieux, Mr. l'idéologue Stalinien. Magouilles et compagnies sont légions, je suis bien placé pour le savoir! Alors remballez vos certitudes et allez jouer ailleurs.

DerRichter  a écrit le 24/02/2012 à 15:22 :

74 500 pages, une méthode classique pour retarder la procédure.

Pitoyable.

hades  a répondu le 24/02/2012 à 15:48:

ils viennent de finir de le lire, et c'est pour ca qu'ils ne voient que maintenant qu'il y a un probleme . !

marie  a répondu le 24/02/2012 à 15:53:

Je dirais même plus, une encyclopédie à lui seul !