La Tribune
Article Abonnés

"Un scénario à la grecque pour l'Espagne est impossible"

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Propos recueillis par Gaëlle Lucas, à Madrid  |   -  816  mots
Joaquín Maudos est titulaire de la chaire d'Analyse économique de l'Université de Valencia. Selon lui, le déficit public plus important que prévu en 2011, 8,5% contre 6%, rend quasi impossible l'objectif de 4,4% du PIB fixé cette année par la Commission européenne. Pour éviter un scénario à la grecque, comparaison qui ne vaut pas selon lui, il préconise de reculer l'objectif des 3% de 2013 de deux ans pour l'Espagne et les autres pays en difficulté.

8,51% du PIB au lieu de 6%. Le décalage entre le déficit prévu et celui que l'Espagne a réellement enregistré en 2011 est considérable. Les chiffres annoncés lundi par le gouvernement du Parti Popu...


Réagir

Commentaires

gerardc27  a écrit le 29/02/2012 à 14:23 :

Ce docte économiste ne veut certes pas nous alarmer mais soit dit en passant l'Espagne ne possède pas une économie de création à forte valeur ajoutée mais une économie de bazar à faible VA. Lors de sa création l'Espagne pas plus que la Grèce n'était prête à intégrer l'Euro, son peuple en paie aujourd'hui le prix et prend peu à peu la mesure de la valeur véritable de notre monnaie commune.

Paco de Ciula  a répondu le 27/03/2012 à 16:37:

Effectivement.
Ce pays ne possède pas non plus un grand intérêt pour les questions économiques.

Paco de Ciula  a répondu le 27/03/2012 à 16:37:

Effectivement.
Ce pays ne possède pas non plus un grand intérêt pour les questions économiques.

JB38  a écrit le 29/02/2012 à 13:59 :

Ce monsieur peut toujours y croire, la méthode Coué en vaut bien d'autres.
La grande erreur de tous ces "économistes" (imposteurs?") est qu'ils se refusent tous à considérer que le système a failli, qu'il ne peut évoluer que dans le mauvais sens (pour les peuples) et que la bonne solution serait de le remplacer. Aucun n'a d'idées neuves, de propositions, il font tourner en boucle une machine obsolète, bien aidés par des politiciens à courte vue, machine à bout de souffle qui va finir par exploser et causer des dégâts terribles.

bartg  a écrit le 29/02/2012 à 11:38 :

Si il l affirme alors dans 6 mois....on y est

Lol  a écrit le 29/02/2012 à 8:38 :

Quand on connait la réputation des Valenciens en Espagne, alors, on se méfie de leurs propos et de leurs actions. Sinon, ne nous inquiétons pas. La BCE ne cesse de monétiser pour le plus grand bien des peuples. Ou pas...

plus loin  a écrit le 29/02/2012 à 7:42 :

La commission européenne et l'euro sont vraiment l'arnaque du siècle. Un monde s'écroule sous nos yeux, nous le savons tous.

pm  a écrit le 29/02/2012 à 0:23 :

Oui, 3% en 2015... ou en 2020 plutôt; voire 2025 pour égaler la France qui, d'ici là, aura rejoint le peloton. D'où la nécessité, IMPERIEUSE, d'entériner séance tenante, le machin de Merkozizy...

Truk  a écrit le 28/02/2012 à 20:02 :

Ce monsieur a sans doute raison, ou non, mais il ne nous en voudra pas si nous restons sceptiques. Que de fois de doctes intervenants nous ont asséné avec autorité que le "scénario grec ne peut pas se reproduire" pour tel ou tel pays ! Et le plus amusant est qu'à en écouter certains, même la Grèce, selon eux, ne pouvait pas en venir là ! Le plus triste étant nos experts du FMI, de l'UE et de la BCE qui avaient prévu que la croissance serait de retour en Grèce dès 2012. Ce que tous s'accordent aujourd'hui à reconnaître comme ayant été totalement stupide. Alors, les compétents qui viennent nous délivrer leurs oracles foireux, nous n'y croyons plus guère...

Barque  a répondu le 29/02/2012 à 5:04:

Impossible aujourd'hui c'est vrai mais très sûrement demain. Même la France fera partie du peleton. Et avec le maillot jaune en plus !!