La Tribune

La BCE prête davantage que prévu aux banques

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Christèle Fradin  |   -  768  mots
La demande des banques européennes pour la deuxième opération de refinancement à trois ans de l'histoire de la Banque centrale européenne (BCE) a atteint un record absolu : 529,5 milliards d'euros. Au total, 800 établissements se sont présentés au guichet de la BCE

La Banque centrale européenne a ouvert en grand ses guichets ce mercredi 29 février pour un nouvel octroi de liquidités à trois ans, une opération de tous les records. Le montant alloué, qui avait été l?objet de toutes les spéculations ces dernières semaines jusqu?à 1.000 milliards d?euros, est inédit pour une opération du genre : 529,5 milliards d?euros ont été servis. Le consensus des estimations ressortait en fin de semaine dernière à 470 milliards d?euros, pour des anticipations allant de 300 à 750 milliards. La précédente opération de refinancement à trois ans lancée le 21 décembre dernier avait été synonyme de prêts pour un montant de 489 milliards. Et le nombre d?établissements venus au guichet de la banque centrale est en forte augmentation : 800 banques servies contre 523 en décembre dernier, mais près de 1.100 lors de la première opération de liquidités à 1 an en juin 2009.

Un plus grand nombre de banques venues au guichet de la BCE

Faut-il y voir le signe d?un secteur bancaire encore affaibli ? Mario Draghi, le président de la BCE, a lutté ces dernières semaines pour que l?opération ne soit pas vue comme un tel signal pour les établissements candidats à l?obtention de ces liquidités. Surtout, la banque centrale a fait en sorte que de plus petits établissements puissent venir participer à l?opération. Et notamment pour certains pays dont le marché interbancaire serait grippé. De fait, les critères d?éligibilité pour les actifs acceptés en garantie de ces prêts ont été assouplis, sept banques centrales nationales sur les 17 ayant accepté de les prendre en charge. Au total, l?apport net de liquidités (une fois soustrait les montants qui ont pu être reportés d?autres opérations de refinancement à un et à trois mois arrivés à échéance) est estimé autour de 310 milliards d?euros. Un montant envisagé par les économistes.

La BCE, qui estimait début février avoir évité un credit crunch avec sa première opération à trois ans, souhaiterait maintenant voir les banques contribuer à la croissance économique européenne, en prêtant aux ménages et aux entreprises. Reste à savoir si les banques joueront le jeu. Les premières semaines de janvier avaient vu les banques parquer des montants record auprès de la facilité de dépôts à 24 heures (rémunérés à 0,25%) de la BCE. Mais pour Barclays Capital, ces montants ne sont pas un bon indicateur. Et de citer une lettre envoyée le 23 février dernier par Mario Draghi à l?eurodéputé Francisco Sosa Wagner.

Relancer le crédit en Europe

« Les montants importants qui ont été placés auprès de la facilité de dépôts de la BCE ne sont pas un indicateur significatif pour évaluer l?impact des opérations à trois ans sur le crédit fourni par les banques à l?économie. (?) Il est important pour la BCE de surveiller et d?analyser dans quelle mesure la liquidité fournie circule entre les banques. Et il y a des indications que c?est le cas dans une certaine mesure. Dans l?ensemble, les banques qui ont emprunté des liquidités auprès de la BCE ne sont pas les mêmes que celles qui utilisent la facilité de dépôts », avait écrit le banquier central.

Pour l?agence Fitch Ratings, cet effet positif attendu sur le marché du crédit pourrait malgré tout avoir quelques difficultés à se matérialiser, en raison de l?absence notable de demande en Europe.

Attention à la dépendance

Quoi qu?il en soit, l?intervention de la banque centrale a jusqu?alors permis de restaurer la confiance sur les marchés financiers. L?Espagne et l?Italie sont parvenues à se financer à des taux en très net recul en début d?année et les conditions se sont également détendues pour les émetteurs de dette privés (les sociétés). Sur le marché monétaire, les taux n?ont cessé de se détendre : l?Euribor trois mois, qui était encore à 1,41% le 21 décembre dernier, est passé sous le seuil de 1% lundi.

Mais attention, pas question d?habituer le secteur bancaire à de telles opérations. L'un des membres de la BCE, Ewald Notwotny, dans une interview au Times, a en effet indiqué qu?il « n?y aurait pas automatiquement de troisième round ». Pour certains économistes, cela posera des questions en matière de dépendance du secteur bancaire à la BCE, dont la vocation n?est d?être que prêteur en dernier ressort.
 

Réagir

Commentaires

facile  a écrit le 01/03/2012 à 21:47 :

du papier rien que du papier

Tahi  a écrit le 01/03/2012 à 9:18 :

Attention, il n'y aura pas automatiquement de 3ème round! Waouh, quelle affirmation virile! Les banquiers anticipent déjà le 4ème avec force champagne, bonus et cigares...

Open bar BCE  a écrit le 01/03/2012 à 7:33 :

Maddoff soit bien rigoler, il a trouvé son maitre absolu. Maddoff c'etait quelques dizaines de milliards, BCE c'est 1000 milliards virtuels qui sortent en moins de 2 mois du chapeau magique de Mario. Bravo, il fallait oser, plus c'est gros et plus ca passe facilement avec les medias gnangnan.

caprepublic  a écrit le 01/03/2012 à 6:28 :

Ca c'est de la planche à billets!!!Apres avoir retiré aux etats la création monetaire pour eviter l'exces de la "planche à billets" la BCE l'utilise sans vergogne mais pour les banques mais pas pour les états.
Les états assurent en grande partie l'activite econmique:prime a la casse prime ecologique ...mais doivent se financer aupres des banques à des taux superieurs de celui de la BCE avec les interets payes par les contribuables :La Grande Arnaque

Goldman  a écrit le 01/03/2012 à 6:17 :

Vous pouvez me faire confiance, moi, ancien de Goldman. Nous avons mené le monde au bord du précipice en 2008 grâce aux Subprimes, nous continuons la même politique grâce aux politiques monétaires ultra-laxistes de la FED et de la BCE...

pol  a écrit le 29/02/2012 à 21:51 :

A quand les lâchés de billets en hélico sur les villes pour faire encore tourner ce système qui devient fascisant?

lucifer  a écrit le 29/02/2012 à 20:28 :

La relance de la croissance est là! Toutes les sommes empruntées ne seront pas employées à couvrir la dette des Etats ou à garantir les obligations des banques. Le surplus devrait servir à faire de la relance.

Yokosha  a écrit le 29/02/2012 à 20:05 :

c'est super, ça va faire remonter les actions : enfin de la vraie création de valeur pour l'économie !

Danger  a écrit le 29/02/2012 à 20:03 :

Que va t'il se passer dans 3 ans quand certaines banques, qui sont en quasi faillite et viennent d'être sauvées par la BCE, devront rembourser ? Les pertes seront faites par la BCE plutôt que par les créanciers de ces banques. IL y aura alors une crise beaucoup beaucoup plus grave. Merci M. Draghi, vous venez à nouveau de sauver vos potes de Goldman Sachs et autres aux frais des contribuables.

pierre 2  a répondu le 01/03/2012 à 0:40:

Vous vous trompez, car la première origine de la faillite d?un banque est le manque de liquidité, c'est-à-dire qu?elle est dans l'impossibilité de se refinancer auprès des autres banques par défiance.
C?est pour cela que Lhemann Brothers a fait faillite car elle n'a pas été soutenue par la FED (pour donner soi-disant l?exemple).Mario Draghi en tant que gouverneur de la BCE est dans son rôle d'émission de monnaie puisqu'il s'?agit de la banque centrale .Vous devriez reconnaitre l?action de ce gouverneur qui assure actuellement en Europe un stabilité financière dont nous avons besoin.

Right now not tomorrow  a répondu le 01/03/2012 à 5:59:

Stabilité jusqu'a quand et a quel cout reeel ? Le puits d'Euro de Mario est donc sans fin ? ou tout simplement sa strategie est du tres court terme en essayant de ne pas penser aux 5 prochaines annees comme tout politicien refuse de faire.

Star shell  a écrit le 29/02/2012 à 15:19 :

Ainsi, la BCE aura en deux mois avancé aux banques plus de 1'000 milliards d'euros, soit le montant que la zone euro a été incapable de réunir pour le FESF. Au moment où elle suspend l'acceptation d'obligation grecques en garantie, la BCE signale clairement qu'elle a fait le choix de soutenir, avec les fonds des contribuables et des épargnants, les banques plutôt que les Etats et l'euro. Pour, dit-elle, éviter l'assèchement du marché du crédit et relancer la croissance économique. Or, on observe que les banques ont immédiatement investi cet argent frais dans des valeurs telles que l'or, les obligations allemandes et autres actes actifs facilement réalisables au moment où elles devront se refinancer. A terme, l'action de la BCE sera bénéfique pour les banques les plus solides, douteuse pour les banques dont Fitch dit que leur inévitable chute ne sera que retardée et illusoire pour résoudre la crise de l'euro et stopper la récession des pays périphériques.

GABUZO  a écrit le 29/02/2012 à 14:29 :

une preuve de plus que la Finance est aux commandes à Bruxelles. mais qu'en pensent le candidat du peuple le candidat anti finances et Bayrou qui sont tous des européens convaincus. on voudrait donner des arguments à MLP qu'on ne sy prendrait pas autrement
Le décalage entre les élites européennes et le peuple est de plus en plus grand en attendant que cela craque complétement.

minetto  a écrit le 29/02/2012 à 14:19 :

Où la BCE trouve-t-elle son argent? Quelles sont ses ressources?
J'ai le sentiment qu'elle se crédite elle-même de 500 Mds sur un simple jeu d'écritures .. Quelqu'un peut-il expliquer ce phénomène autrement? Merci.

Bastien  a répondu le 29/02/2012 à 15:47:

Tu as vu juste, cet argent n'existe que virtuellement. Il ne deviendra concret que lorsque les créances arriveront à terme et seront payées par les contribuables. En attendant, les banques se seront gavées d'or avec des lignes qu'on leur a donné à 1 %, rien d'autre. Je mets au défi un particulier d'obtenir 5 milliards d'euros à 1 % à trois ans. Le terme 'scandale' est encore trop mince pour qualifier la méthode.

@Bastien  a répondu le 29/02/2012 à 15:59:

le jeu est de ne plus etre "contribuable" europeen quand ces creances arriveront a terme ... damm , ca sent le roussi

Petit joueur  a répondu le 29/02/2012 à 16:01:

+1 : Maddoff etait ainsi un amateur par rapport a ce que la BCE ose faire et refaire chaque semaine actuellement, en "emettant" du cash sans aucune contrepartie ni realite economique, juste pour gaver ses amis banquiers au detriment des contribuables. Quand ca va faire boom ca va faire tres tres mal.

Juju  a répondu le 29/02/2012 à 17:28:

Le contribuable n'a rien à faire dans l'histoire, à moins que les banques (ou le système) ne viennent à se planter ce qui est exactement le contraire de l'objectif de la BCE dans cette opération. Lorsque les créances arrivent à échéance, les banques remboursent point à la ligne.

libr  a répondu le 29/02/2012 à 18:10:

Pire que ça : les contre-parties que les banques apportent pour avoir leur pret à 1% sont... des obligations d'état ! (exception faite des dettes grecques qui ne sont plus prise depuis le dernier abaissement de note). On sait maintenant ce qu'elles valents ces obligations... C'est effectivement du vol !

Paul62580  a répondu le 29/02/2012 à 18:11:

La BCE prend un double risque de (re)financement et de taux, et cela peut l'amener à une faillite qui ne se matérialisera pas (car c'est impossible) mais qui aura pour conséquence d'obliger les Etats à la recapitaliser en urgence ... Avec quoi ? DSLS (Dieu Seul Le Sait)

Bastien  a répondu le 29/02/2012 à 20:29:

Pauvre Juju, crédule jusqu'au bout. En 2008, les banques ont remboursé ? En 2010, elles ont remboursé ? Fin 2011, elles ont remboursé ? Décidément, tant qu'il y aura des pigeons, il se trouvera des politiques pour leur jeter des bouts de pain pour les amener aux urnes.

@ Juju  a répondu le 29/02/2012 à 21:36:

Lol, c'est très amusant tout ça. En attendant, ceci veut dire que dans 3 ans, la BCE pourrait créer 1000 milliards d'Euros qu'elle prêtera aux banques commerciales, qui rembourseront leurs dettes précédentes arrivés à échéance à la BCE avec cet argent nouvellement créé. Du délire, tout simplement du délire ! Quant à la richesse créée avec un tel système ? Et bien, aucune ! Ce système est-il fou ?

Russian nostalgia  a répondu le 29/02/2012 à 23:07:

On atteint le summum de la decadence financiere. ET le contribuable est concerne, la France a ainsi prete plus de 70 milliards a la Grece pour la sortir de la panade. Si la Grece fait defaut, ca sera comme pour les emprunts russes sauf que les emprunts grecs ont ete imposes aux Francais. On est donc tous concerné par cette gabegie et folie financiere.

@ Bastien  a répondu le 01/03/2012 à 0:57:

Et pourtant c'est Juju qui a raison. A quoi faites-vous reference quand vous demandez si les banques ont rembourse en 2008, 2010, 2011 (vous avez oublie 2009)?? Il me semble que vous avez manque un episode ou que vous n'avez rien compris a tout cela.

Duper Mario  a répondu le 01/03/2012 à 6:01:

Ils viennent d'ou tous ces euros, on voit le magicien Mario sortir des centaines de milliards d'euros de son chapeau magique ? D'un puits sans fonds ? Pendant combien de temps ? La BCE fait comme la FED, la fuite en avant, le mur se rapproche et on augmente la vitesse d'impact

Bernier  a écrit le 29/02/2012 à 14:15 :

Est ce que Super Mario distribue des euros si on se deplace au siege de la BCE a FFT tout pres du red district ?

rosario duarte da costa  a écrit le 29/02/2012 à 14:08 :

La BCE prête aux Banques. Mais, cela ne changera rien pour les particuliers
ni pour les PME.
Or, sachant qu'aujourd'hui ce sont les PME/PMI qui e nembauchent, si elles
ne produisent pas, elles non seulement n'embaucheront plus, mais iront
licencier!
Une honte!!!

Loulou34  a écrit le 29/02/2012 à 14:03 :

La BCE prête aux banques pour que celles ci puisse à leur tour prêter aux états. L'argent ne disparait pas, il paye les pensions, allocations, retraites, salaires des fonctionnaires, dépenses de l'état pour l'entretien des routes etc....
Les états ne peuvent pas emprunter directement à la BCE d'où ce circuit.
Si la BCE ne prête plus aux banques, toutes ces dépenses seront gelées et nos pauvres petits fonctionnaires ne pourraient pas remplir nos autoroutes pour aller skier ! Vive la crise .... Pas pour tous.

KCM67  a répondu le 29/02/2012 à 16:01:

En partie vraie. Seulement cela sert aussi à donner des crédits aux entreprises et aux particuliers. Apparemment c'est la dernière fois que cela se fera. Ensuite un épuration des établissements bancaires s'effectuera...pas plus tard que cette année encore...

???  a répondu le 29/02/2012 à 20:01:

Vous n'avez visiblemen rien compris. Les banques avancent 1000 milliards à taux quasi nul aux banques, et vous prétendez que cela profite aux fonctionnaires ??? Quelle inepsie ! Cela finira pultôt dans la poche des banquiers qui toucheront à nouveau leur 242000 euros de bonus annuel moyen pour les recompenser de toutes leurs erreurs... Je vous mets au défi de trouver un fonctionnaire aussi bien payé. L'argent arrive dans les banques, le but de Mario est d'aider les banques, il le dit lui même.

Opinion personnelle d'un citoyen de France  a écrit le 29/02/2012 à 13:57 :

Je vais vous dire une chose M. Draghi, plutôt deux d'ailleurs : La première est que votre politique monétaire (la fameuse LTRO consistant à prêter aux banques à 3 ans) à ses limites, car si les finances publiques des Etats ne s'améliorent pas de façon déterminante, l'édifice est en péril. La deuxième c'est que les finances des Etats ne pourront s'améliorer tant que subsistera une surenchère fiscale de la part des multinationales et des riches nantis, étant entendu que dans le même temps les pays en question devront au lieu d'augmenter les prélèvements les baisser très progressivement dans une approche de long terme.

pony  a écrit le 29/02/2012 à 13:56 :

Une astuce! Pour les PME qui ne peuvent plus assurer leurs développements avec le gel interbancaire, il reste la finance islamique qui se base sur deux principes : l'interdiction de l'intérêt et la responsabilité sociale de l'investissement...Euhh Désolé...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Finance_islamique

Phoney  a répondu le 29/02/2012 à 18:11:

Y'en a qui sont vraiment d'une naïveté confondante...

hades  a écrit le 29/02/2012 à 13:23 :

l'argent disparait ...tout simplement...mais ou va t il???? la est la question . . .

JB38  a écrit le 29/02/2012 à 13:20 :

C'est quoi ce cirque, ces centaines de milliards disponibles à des taux aussi faibles?
Qui va payer in fine? Je me doutes bien un peu...

Lol  a répondu le 29/02/2012 à 13:49:

Exactement. Si la BCE n'est pas remboursée, alors, se sera au contribuable d'être plumé par l'impôt. Mais d'abord, ce sera par l'inflation !

nicolas  a écrit le 29/02/2012 à 13:09 :

Tenez brave banques, de l'argent du peuple à taux 0 que vous allez lui prêter à 5%

Jéjé  a répondu le 29/02/2012 à 13:56:

Tout à fait Nicolas !
Quand on sait que la France est obligée depuis 1973 de passer par les banques privées pour se financer et donc de rembourser des intérêts pour les engraisser, on ne peut être que scandalisé ! Les banques empruntent à taux 0 à la BCE et se font rémunérer par les Etats aux travers d'intérêts ; notre dette est en grande partie due à ce système que peu de personnes et de candidats à la présidence de la République dénoncent ! c'est incroyable et pourtant c'est la réalité. Les autres pays de l'union européenne sont dans la même situation !

nicolas  a répondu le 29/02/2012 à 14:50:

Oui je suis au courant pour cette lois.
Je crois qu'à l'époque, c'était pour éviter l'inflation, je ne suis pas spécialiste de la question mais je crois que la réponse se trouve dans ce traité.

Ce prêt au banques accompagné du traité du Mécanisme Européen de Stabilité ressemble comme deux gouttes d'eau à un coup d'état européen de la finance.

Le recul de nos droit est en marche.

Crédulia  a écrit le 29/02/2012 à 12:52 :

Ouf ! Nous sommes sauvés ! Grâce à cette injection de liquidité, il faut espérer maintenant que la croissance reparte et atteigne les 3 % pour la France !

gross bertha  a écrit le 29/02/2012 à 12:45 :

C'est très rassurant : C'est l'Europe du nord , Allemagne en tête , Qui gère
l' Europe . Sarkosy ou Hollande membre du club MED ils n'en tiennent aucun compte et c'est tant mieux !