La Tribune

Les Irlandais encore très indécis sur le pacte budgétaire

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Romaric Godin  |   -  419  mots
Un sondage publié dans l'Irish Times confirme la tendance favorable au "oui" avant le référendum du 31 mai. Mais les indécis représentent encore 39 % des électeurs et le spectre d'un retournement de dernière minute comme en 2008 n'est pas à exclure.

Que décideront les Irlandais le 31 mai prochain lors du référendum organisé sur le nouveau traité budgétaire européen. Un sondage publié jeudi matin dans le quotidien Irish Times laisse penser que le « oui » a une nette longueur d?avance : 58 % des personnes qui ont déjà fait leur choix affirment vouloir approuver le traité. Mais ce chiffre doit être pris avec les plus grandes précautions.

Indécis en tête

Car le premier parti irlandais, ce sont les indécis : 39 % des personnes interrogées affirment ne pas encore avoir fait leur choix. Ils sont 30 % à vouloir voter « oui » et 23 % à choisir le « non ». L?Irish Times souligne ainsi que la « vraie inquiétude du gouvernement » est de voir se reproduire le scénario de mai 2008. A l?époque, le « oui » au traité de Lisbonne avait une avance encore plus considérable qu?aujourd?hui, mais les indécis avaient finalement fait basculer le choix vers le « non » par 53 % contre 47 %. Le « oui » a cependant le vent en poupe. En octobre dernier, lorsque le quotidien a entamé sa série de sondages sur le sujet, le non dominait par 47 % contre 28 % de « oui » et 25 % d?indécis.

Fossés politiques

Selon l?Irish Times, le camp du « oui » est formé par une majorité de partisans des trois grands partis du pays : Fianna Fail (centre-droit), Fine Gael (centre) et Labour (social-démocrate). Sociologiquement, la classe moyenne urbaine et les paysans soutiennent le traité. En face, les ouvriers et les électeurs du Sinn Fein (gauche) sont majoritairement opposés à la ratification.

Craintes sur la situation du pays.

Une des clés du vote réside peut-être dans une autre question posée par l?Irish Times : 58 % des Irlandais estiment que leur pays aura besoin d?un deuxième plan d?aide. Les électeurs auront donc cette épée de Damoclès à l?esprit. Et même si la situation économique du pays est très difficile avec le ralentissement des exportations et la déprime du marché intérieur, l?attachement intéressé à l?Europe pourrait donc l?emporter.

Enjeux européens

En Europe, on observera avec attention le résultat de ce vote qui se tiendra moins d'une semaine après la décision du parlement allemand et alors que sera connu le nouveau président français. En cas de victoire du "non", les partisans d'une renégociation pourraient en profiter pour bloquer le processus de ratification. Dans ce cas, ce nouveau traité aura du mal à voir le jour.


 

Réagir

Commentaires

UE et UEM ...  a écrit le 19/04/2012 à 14:10 :

Il faut tout reprendre à 0, le problème numéro UN ce sont les recettes des Etats en baisse du fait de l'évasion fiscale légale ou illégale ou des détournements de toute nature (facturation intragroupe, TVA... ). Donc que les Irlandais jouent aux cons et ce sera bénéfique pour les autres. C'est simple, convergence fiscale dans l'UE ou pas d'UE, règlementation stricte des banques et des autorités de contrôle et gestion rigoureuse mais éclairée des budgets publics ou pas d'UEM.

Antoine  a écrit le 19/04/2012 à 14:05 :

Si c'est le non qui l'emporte, on les fera revoter. Et encore. Et Encore. Et on conditionnera le pret au vote...Elle n'est pas tres belle cette pseudo dmocratie qu'on nous vend.

nicolasetsesamis  a répondu le 19/04/2012 à 18:17:

vous vous avez tout compris! peu importe ce que les Irlandais veulent, les européistes se chargeront de leur faire dire ce qu'ils veulent. De toute façon les Irlandais ne choisiront pas en fonction de l'"europe" (qu'ils n'aiment pas trop) mais en fonction de ce qu'ils jugent être dans leur intérêt... En clair est ce que l'europe leur donnera l'argent dont ils vont avoir besoin. On est très loin d'un pseudo-attachement à la "grande idée humaniste européenne". Chacun voit l'Europe en fonction de ses intérêts et il serait tant que les Français fassent de même!