La Tribune

Nouvelle baisse du moral des consommateurs en Allemagne

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
latribune.fr  |   -  240  mots
Le moral des consommateurs allemands s'est légèrement assombri en avril, selon l'indicateur GfK publié vendredi, qui témoigne des inquiétudes des ménages sur une poussée d'inflation et la baisse de leur pouvoir d'achat qui en résulterait.

Les consommateurs allemands ont pris ce mois-ci un petit coup au moral. Le baromètre d'avril établi par GfK s'est établi à 5,8 points, après 5,9 en mars. C'est sa deuxième baisse consécutive, après plusieurs mois de hausse.

Si les consommateurs restent optimistes quant à la conjoncture - tout comme les entrepreneurs, dont le moral mesuré par le baromètre Ifo a encore une fois grimpé en avril -, la composante mesurant leurs attentes de revenus s'inscrit en baisse, de 1,3 point par rapport à mars. "Les informations sur de nouveaux records de prix à la pompe ne restent pas sans effet", commence le GfK, qui relève que ceux-ci nourrissent "des craintes d'inflation".

Ce sont les intentions d'achat qui ont le plus souffert, cette composante accusant un recul de 11 points sur un mois sous l'effet conjugué des craintes de hausses des prix et, selon le GfK, d'un environnement boursier qui s'est quelque peu éclairci. "Les investissements financiers retrouvent ainsi aux yeux des ménages un avantage comparatif par rapport à de gros achats", qui avaient été privilégiés ces derniers temps sur fond de tempête sur les marchés financiers.

Le GfK précise toutefois qu'il a réalisé son sondage, mené tous les mois auprès de quelque 2.000 personnes, avant le résultat du premier tour de la présidentielle française et l'éclatement de la coalition aux Pays-Bas, qui ont fait chuter les Bourses européennes cette semaine.

Réagir

Commentaires

Thierry_R  a écrit le 27/04/2012 à 14:53 :

les mystéres de l'économie libérale : des résultats économiques étourdissants et un taux de pauvres en Allemagne qui passe de 11 à 15% en 7 ans. Un modéle à suivre ASSUREMENT.