La Grèce devra sans doute à nouveau voter

 |   |  602  mots
Fotis Kouvelis, chef de Dimar. Copyright AFP
Fotis Kouvelis, chef de Dimar. Copyright AFP
Après que le Dimar, petit parti de la gauche démocratique, a annoncé qu'il ne participerait pas à une coalition avec le Pasok et la Nouvelle démocratie, Evangelos Venizelos a dû reconnaître à son tour son échec à former un gouvernement de coalition. Désormais, l'organisation de nouvelles élections semble inévitable et la gauche radicale pourrait en profiter. Dans le même temps, Berlin commence à préparer l'opinion à une possible sortie de la Grèce de la zone euro.

L'espoir aura été de courte durée. Le parti de la gauche démocratique (Dimar) a prévenu ce vendredi midi qu'il ne participerait pas à un gouvernement d'union nationale. Pour Evangelios Venizelos, c'était en réalité sa dernière chance de former un gouvernement qui s'effondrait. Le chef du Pasok social-démocrate, a dû annoncer en fin de journée son échec à former un gouvernement de coalition. Pourtant, jeudi, il avait cru pouvoir déceler de « bons présages » après sa discussion avec Fotis Kouvelis, le chef de Dimar.

Mais le Dimar, un parti de gauche modérée issu d'une scission de la coalition de la gauche radicale Syriza, ne veut pas apparaître comme la « rustine » d'une alliance pro Pasok-Nouvelle Démocratie (ND). D'autant que ce parti a obtenu un résultat décevant dimanche dernier avec 6,1 % des voix et 19 députés alors que les derniers sondages lui donnaient 8 à 9 % des voix. « Nous avions dit clairement que nous ne voulions pas soutenir un gouvernement d'austérité », a expliqué Fotis Kouvelis vendredi.

Syriza reste ferme

Evangelios Venizelos devait encore consulter Antonis Samaras, le chef de la ND arrivée en tête dimanche, et Alexis Tsipras, le leader de Syriza. Mais cette dernière exigeait toujours l'abandon des engagements signés dans le protocole d'accord avec l'UE, le fameux mémorandum qui prévoit des mesures d'austérité. Dimar était, en réalité, le seul parti capable d'apporter un soutien à une coalition ND-Pasok. Mais en agissant ainsi, il s'exposait à imploser lui-même et à se faire attaquer par Syriza et le parti communiste KKE, les deux autres partis de gauche qui le jugeraient complice des mesures d'austérité. Déjà, dans le sondage publié jeudi par la chaîne de télévision Alpha, il apparaissait que Dimar n'obtiendrait plus que 4,2 % des voix. Après l'échec des socialistes à former un gouvernement de coalition, il reste au président de la république la possibilité de tenter à son tour de rassembler une majorité; ou, hypothèse plus probable, à annoncer la tenue de nouvelles élections.

En réalité, le refus du Dimar est la preuve que les formations politiques grecques préparent déjà ces nouvelles élections qui devraient avoir lieu à la mi-juin. Selon le sondage déjà cité, Syriza serait largement en tête avec 24 % des voix, la ND reculerait un peu à 17 % et le Pasok encore à 11 %. Alexis Tsipras deviendrait alors incontournable dans la formation du prochain gouvernement et le mémorandum serait lettre morte. La question d'une sortie de la zone euro se poserait alors clairement, même si officiellement Syriza ne le souhaite pas. On comprend cependant que dans l'immédiat, l'intérêt de Syriza n'est pas d'éviter de nouvelles élections.

L'Allemagne prépare l'opinion

En tout cas, l'idée d'une sortie de la Grèce semble faire son chemin. Ce vendredi matin, le ministre fédéral allemand des Finances Wolfgang Schäuble a estimé désormais possible une telle perspective. Il a estimé que le risque de contagion « a reculé ». « Je crois que la zone euro peut supporter une sortie de la Grèce, les conséquences immédiates seront faibles », a-t-il indiqué. La fédération bancaire allemande a également jugé que le départ des Grecs de l'euro était « gérable » pour le reste de l'UEM. Bref, progressivement, on semble vouloir habituer les esprits à cette perspective. Dans le même temps, on agite ainsi le chiffon rouge de l'abandon du pays par ses partenaires européennes. Histoire de convaincre les Grecs de « bien voter » la prochaine fois. Pas certain que la recette fonctionne.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2012 à 18:26 :
laissons sortir les grecs de ce merdier, pour revivre. Les islandais ont fait faillite, puis ils ont viré la gauche comme la droite, et ils ont mis en place un nouveau système démocratique en place. En 2 ans, ils ont maintenant la meilleure croissance en Europe... Souhaitons aux Grecs, d'aller aussi bien que les Islandais

Souhaitons à la France, de sortir de l'europe, de virer l'UMP et le PS, pour voir à nouveau le jour
a écrit le 12/05/2012 à 17:05 :
la lente et inexorable décomposition de la zone euro a commencé aprés la grece, l'espagne portugal ect jusqu'a se que nous sortions enfin de ce carcan technocratique qui axphyxie notre economie depuis 10 ans comme la grece retrouvons notre monnaie tournons definitivment le dos a l'europe et ses politiques mortifère bientot la delivrance pour la grece courage aux grecs, libérez vous de vos chaines! sortez des tenebres! vive l europe des nations vive marine!!
a écrit le 12/05/2012 à 10:51 :
Franchement, qu'ils cherchent les sous dans les poches du clergé et autres grosses fortunes trop bien protégées ( dont les armateurs...)et qu' ils renforcentleurs controles fiscaux!
a écrit le 12/05/2012 à 8:51 :
Orthodoxie.
Fin mars, il fallait voir, chaque soir, dans une église de la banlieue d'Athènes, une foule de vieux, de jeunes, d'enfants venir embrasser un christ en vermeil, acheter des fioles d'eau miraculeuse et se faire encenser à en perdre la respiration, par des popes psalmodiant... la fin de la crise... C'était impressionnant et tragique.
La même foule qui dépensait à qui mieux mieux dans les tavernes des plages vers Eubée, l'été dernier. La même foule qui méprisait la simple française sans bijoux, apportant son sac au super market, qui ramassait ses papiers à la plage,étonnée de tant de paresse de la part de cette population dégoûtante, laissant ses reliefs sur le sable. La même foule qui faisait vrombir les moteurs de ses belles autos... Vive la Grèce, les bleus du ciel et de la mer, les bleus à l'âme maintenant.
Réponse de le 12/05/2012 à 20:19 :
Que de stupidités dans ce que vous ecrivez,avec en plus une bonne dose de meconnaissance de la Gréce et de méchanceté dans votre conclusion
a écrit le 12/05/2012 à 8:41 :
La Grèce c'est même pas la population de l'Ile de France alors quand on ne peut pas régler les problèmes d'une région au niveau européen c'est évident que l'Europe de Maastrich est irréelle.
a écrit le 12/05/2012 à 2:23 :
C'est bien parce que la gauche ne marche pas.
Réponse de le 12/05/2012 à 11:35 :
oui Ctaft , la gauche mollassonne ne marche pas , quant à la droite , elle ,elle ne fonctionne pas du tout ou plutot elle fonctionne sur le dos des classes défavorisées et moyennes .; il faut comprendre surtout , que comme le communisme qui est mort ( fort heureusement ) , le capitalisme , le li'béralisme va droit au mur et mourra bientot ( question de temps ). je pensais que cela ne vous avez pas échappé
a écrit le 11/05/2012 à 23:42 :
L' Euro-Dracma :solution pour tous !
a écrit le 11/05/2012 à 23:03 :
Ne devrait-on pas poser la question de la saine démocratie et de la dictature de l'Etat? quand les citoyens libres votent pour des politiques qu'ils n'ont pas, alors nous ne sommes plus en démocratie, mais en monarchie. De plus, lorsque le mélange des partis ne leur permet pas de prendre une décision claire. Enfin quand les problèmes sont occultés. Alors oui, la démocratie en Europe est en danger... surtout les citoyens avec des factures longues comme le bras et des tonnes de dettes et aucun résultat. Avons-nous vraiment besoin de monarques mérovingiens aux vélléités dynastiques?
a écrit le 11/05/2012 à 22:31 :
Chez nous se pose la question du pouvoir d'achat. De plus, les salariés sont taillables et corvéables à merci, comment dans ce contexte de malfaisance établir une société du bien-être pour la population et du bonheur pour les salariés, faut-il rappeler les bas salaires, la forte pression et la précarité, ne parlons pas de l'alcoolisme, qui conduisent certains, fait nouveau au suicide.
a écrit le 11/05/2012 à 21:06 :
Les grecs nous commencent à nous plaire, ces gens là après le casse du siècle veulent nous refaire les poches...c'est donc simple la Grèce il faut les sortir de la zone euro et de l'UE. De plus il faut prendre des garanties sur tout pour couvrir tout le fric qu'on a été assez c...de leur prêter entêtés comme sont nos technocrates et politiques mal conseillés, pas compétents, et morts de trouille.
a écrit le 11/05/2012 à 20:08 :
La sortie de l'euro de la Grèce se précise, puis la kyrielle des pays qui viendront en ensuite, l'Espagne, le Portugal, l'Italie et la France. On va s'amuser.
a écrit le 11/05/2012 à 20:04 :
La gestion des finances est avant tout extérieure : la Grèce s'est fortement endettée pour acheter des armes à la France et aux USA, à crédit par des banques françaises et nord-américaines.

Alors, la faute à qui ?
Voir : http://www.marianne2.fr/La-Grece-est-endettee-mais-surarmee-Cherchez-l-erreur_a207086.html
a écrit le 11/05/2012 à 19:54 :
Bonne habitude : comme en Irlande qui avait voté contre le traité des libéraux européens, là, on refait voter les Grecs... Nous sommes vraiment des abrutis.
Réponse de le 11/05/2012 à 23:56 :
Et en France, on peut revoter ?...
Réponse de le 13/05/2012 à 7:51 :
En France, inutile de faire revoter : l'UMP a trouvé bien mieux : 2005, refus à 55% du TCE ; 2008, adoption par le Congrès du Traité de Lisbonne, copie quasi-conforme. Elle est pas belle, la vie (anti-démocratique, autant dire proche de l'oligarchie) ?
a écrit le 11/05/2012 à 19:43 :
Le problème grec ne pose-t-il pas celui de la mauvaise gestion des finances? De plus, ne faudrait-il pas révolter cette jeunesse laissée à l'abandon dans de nombreux pays. Autrefois les générations avaient un meilleur niveau de vie, aujourd'hui nous avons une vallée de larmes...
a écrit le 11/05/2012 à 18:14 :
La législation électorale grecque est telle que le premier parti a une prime de 50 sièges. Cela signifie que si les partis opposés à la politique d'austérité imposée par les banques et leurs alliés son capables de s'allier, leur poids politique sera considérablement accru. Souhaitons le pour les grecs qui sont actuellement soumis à une politique de rackett innomable et qui nous attend tous si quelqu'un n'y met pas bon ordre.
Réponse de le 11/05/2012 à 23:58 :
Nous leur prêtons des milliards d'euros .... Ils peuvent faire quelques efforts aussi ... ce sont quand même nos impôts !!!
a écrit le 11/05/2012 à 18:05 :
Si la Grèce sort de l'euro et imprime de nouveau sa monnaie genre billet monopoly
nous pourrons aller en vacances chez eux et participer au redressement de leur pays avec notre bon euro Ils ont du soleil du bon vin des plages elle est pas belle la vie???


Réponse de le 11/05/2012 à 21:30 :
c'est a ca que ca sert une devaluation.... mais pour le coup, vu ce qu'ils vont ramasser, et vu les emeutes qu'il va y avoir, je vous deconseille d'aller y passer vos vacances cet ete... ( attendez plutot 10 ans...)
Réponse de le 11/05/2012 à 23:59 :
Jirai en avion privé, comme M. Jet Privé, le nouveau Président ...
a écrit le 11/05/2012 à 17:42 :
De toute son histoire en tant qu'état indépendant, la Grèce a toujours été en déficit. Cela est dans ses gènes, il est donc foncièrement trompeur de faire croire qu'il y a encore et toujours une possibilité de garder la Grèce dans la zone Euro. C'est faux et plus l'Union Européenne tardera à lourder ce pays, plus graves en seront les conséquences. Il est tout juste temps pour certains de se désengager de cette faillite. Puissent nos banques le comprendre.
a écrit le 11/05/2012 à 17:37 :
Il va y avoir des porsche Cayenne à racheter à pas cher bientôt !
a écrit le 11/05/2012 à 17:23 :
Le peuple grec va mettre une quenelle à ses créanciers. Dans le pire des cas, ils retrouveront la situation de la Grèce avant l'euro... Et quoi ? Il y aura une chute de météorites sur Athènes ? Non, rien. Ils pourront revendre leurs produits avec une monnaie qui correspond à l'économie du pays et, 3 ans après, seront en bien meilleure posture. Bien sûr, entre temps, les pays solidaires auront perdu 240 milliards d'euros (110 + 130). Mais ça, c'est ce que nous et nos enfants allons payer. Bye bye argent. Quel est la politique qui disait que nous faisions une bonne affaire en prêtant aux grecs déjà ? Ah oui, mais, depuis, elle a pris la tête d'un grand organisme financier...
a écrit le 11/05/2012 à 17:18 :
Les grecs sont des tricheurs , ceux qui ont prêté aux grec des milliards à l'aveuglette sont aussi des tricheurs ....
a écrit le 11/05/2012 à 17:16 :
En dehors des impôts, quid des réformes, notamment création d'un cadastre, coupe du budget de l'armée ?
a écrit le 11/05/2012 à 16:59 :
Il va faloir que les grecs sortent de l'Euro et taxent a 100% les voiture Allemandes et les autres productions teutonnes pour qu'enfin les Allemands comprennent où est leur interret? C'est bien beau de produire mais il faut arriver a vendre. Il serait temps que Hollande rappelle a Merckel que les droits de douanes peuvent facilement se rétablir pour protéger ce qu'il reste de notre industrie et qu'a ce jeux la, seuls les Francais peuvent gagner.
Réponse de le 11/05/2012 à 19:54 :
Contrairement à une affirmation qu'on répète comme un disque rayé, l'Allemagne n'exporte que 40 % du total de ses exportations en Europe! Elle se détourne de plus en plus vers l'Est, vers la Russie et les anciennes républiques de l'Est de l'Europe, ainsi que vers l'Europe du Nord.Car donner de l'argent sans être sûr de pouvoir le récupérer n'a pas non plus de sens. Les banques européennes on déjà effacé 75% des dettes grecques, et avec quels résultats?
a écrit le 11/05/2012 à 16:18 :
je pense qu'un 2eme vote aura pour effet d'amplifier le 1er et que donc la situation n'est pas prete de se résoudre . Il fallait comprendre qu' une austérité drastique ne pourra jamais fonctionner ; la N.D et LE PASOK aurait du collecter les impots des nantis ( armateurs et eglise orthoxe ) depuis longtemps . De plus l'argent mis qaux depenses militaires inconsidérées ont grevé les budgets surtout que la guerre avec la turquie n'était qu'une chimére . Les 2 partis ont pris une raclée et c'est tres bien
Réponse de le 11/05/2012 à 16:53 :
Malheureusement, c'est le peuple qui va prendre des raclees, pendant un paquet de temps... Etat obese et inefficace, prestations sociales trop genereuses et distribuees a l'aveugle, action fiscale laxiste, tout cela avec une economie bien modeste... Cela ne pouvait pas en etre autrement... Il n'y a pas d'argent gratuit...
Réponse de le 11/05/2012 à 17:44 :
vous n'avez pas encore compris( tyler) que tout comme le communisme qui est mort apres un certain nombre d'années ( et c'est excellent ) le capitalisme , le libéralisme outrancier va droit au mur et mourra . voyez le millions d'etres malheureux qui souffrent dans les pays occidentaux ( 40 millions de pauvres aux USA , pays de la liberté) ce n'est qu'une question de temps

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :