Pour l'Espagne, la balle est dans le camp de l'Union européenne

 |   |  658  mots
Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy/Copyright AFP
Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy/Copyright AFP
Appliquant un programme de rigueur sans précédent à l'Espagne, le gouvernement de Mariano Rajoy réclame un soutien de la Banque centrale européenne (BCE) pour contenir sa dette publique.

« Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir (...) Maintenant nous avons besoin de la coopération de toute la zone euro. » Ces déclarations, lundi, du ministre de l'Economie espagnol, Luis de Guindos, reflètent le nouvel état d'esprit du gouvernement espagnol cette semaine.

 

Jusqu'à présent, l'équipe de Mariano Rajoy répétait inlassablement que l'Espagne pouvait assumer seule le retour à l'équilibre en appliquant l'austérité. Le retour de la récession confirmé jeudi ainsi que les tensions incessantes sur la dette souveraine semblent avoir eu raison de cet excès de confiance en soi. Désormais, le gouvernement a laissé entendre que la balle est dans le camp de l'Union européenne.

 

Pression constante des marchés

Mariano Rajoy est en effet confronté à la pression constante des marchés, (Moody's a dégradé la note de quatre régions et seize banques espagnoles jeudi) malgré une politique volontariste en matière d'austérité. Depuis son arrivée aux affaires en décembre, il a en effet mené de front une réforme du marché du travail, deux réformes du secteur financier, un budget 2012 comprenant des économies pour 27 milliards d'euros et des réformes destinées à économiser 10 milliards d'euros dans la santé et l'éducation. Enfin, il a imposé la discipline budgétaire aux régions sous peine d'intervenir dans leurs comptes. Le gouvernement a approuvé jeudi les plans d'austérité de seize d'entre elles (sur dix-sept), qui prévoient des économies de plus de 18 milliards d'euros pour 2012.

 

Mais rien ne semble apaiser les marchés. « Le problème, c'est la récession économique et le taux de chômage de près de 25% », explique Rafael Pampillón, économiste à l'IE Business School. Sans parler des doutes qui pèsent sur l'état réel des banques espagnoles. De plus, l'Espagne subit de plein fouet la crise grecque, un problème hors de sa portée.

 

Gagner du temps

Alors Madrid en appelle à l'UE, et particulièrement à la Banque centrale européenne (BCE). Dans un langage alambiqué, le Premier ministre a ainsi réclamé mercredi à l'UE de « lancer un message clair » pour sauver l'euro et un soutien de la dette publique « de tous les pays ». Son secrétaire d'Etat à l'Economie a été plus explicite jeudi en réclamant une « réaction» de la BCE pour calmer les spéculations. La prime de risque espagnole a dépassé les 500 points mercredi. Dans le pays, circule l'idée que la BCE peut aider à gagner du temps en attendant que les réformes de 2012 portent leurs premiers fruits.

 

Une autre plainte du Gouvernement, moins officielle, concerne le manque de soutien récurrent des institutions européennes. Tout en écartant systématiquement tout recours au fonds de secours de la part de l'Espagne, les représentants de l'UE ont eu tendance à assortir les encouragements à des demandes de renseignements complémentaires, ou de rapidité accrue de l'application des mesures, déconcertant ainsi les autorités espagnoles. La communication de Bruxelle semble avoir pris néanmoins un tournant cette semaine. Le porte-parole de la Commission, Amadeu Altafaj, a ainsi déclaré merdredi que « l'Espagne n'a pas à penser à un sauvetage alors qu'elle elle met en ?uvre les réformes nécessaires ».

 

Report des objectifs de déficit

Enfin, plus que la politique de croissance qui sera discutée prochainement au sein de l'UE, un report des objectifs de déficit constituerait un réel soulagement en ce contexte de récession. La Commission européenne a estimé que l'Espagne ne remplirait pas ses objectifs de déficit pour 2012 et 2013. Ce sera d'autant plus difficile que l'étude des plans d'austérité des régions a entraîné une révision des chiffres de 2011. Ainsi Madrid a en fait enregistré un écart de 2,2% du PIB l'an dernier, soit deux fois plus que les premiers chiffres annoncés. Le déficit de l'Etat, de 8,51% en 2011, devrait donc être revisé à nouveau à la hausse.

 

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2012 à 10:30 :
Chirac s'etait oppose a l'entre dans la CEE de l'Espagne et le Portugal ...
a écrit le 21/05/2012 à 9:36 :
L'espagne qui avait régulariser des milliers de clandestins demande maintenant à cette europe qui nous saigne de l'aider,eux aussi sont généreux avec l'argenr des autres,politique de gauche ou socialo communiste
a écrit le 19/05/2012 à 16:04 :
Comme toujours c'est l'autre le fautif le coupable, alors que le problème vient du modèle espagnol d'avoir tout misé sur le ciment, dire que la consommation de ciment de l'Espagne était la plus importante après la Chine, il y a de quoi se faire du soucis !
En plus, on ajoutera que l'euro ne permet plus de faire de la dévaluation compétitive, tous les pays sont sur un pieds d'égalité, il y en a qui gloussent de plaisir à l'évocation de l'égalité, mais cela fait grincer des dents d'autres.
La relance par l'inflation et la croissance, si cela signifie faire encore plus de dette, je n'ai pas des doutes, mais c'est simplement impossible, alors augmentez les impôts et faites payer aux personnes âgées, les médicaments qui sont gratuits.
Actuellement, l'état providence a un coût exorbitant et chacun se sert dans les rayons - allocation par ci, allocation par là, allocation par devant par derrière dessus, allocation pour les fleurs de la tombe, allocation pour les crayons de la rentrée, il y a même l'allocation 13 mois pour les chômeurs - alors soit vous démantelez ou vous assumer en augmentant les impôts mais il ne faut pas dire que la banque centrale doit boucher les trous des mauvais comptables espagnols cela ne va pas, et l'Espagne est remplis de trous de dettes, le pays est en faillite.
a écrit le 19/05/2012 à 14:44 :
Pareil. Les mêmes méthodes produisent les mêmes effets. L'Espagne devrait tout vendre pour se rétablir et encore il n'y suffirait pas Bruxelles devrait passer un coup d'éponge. Ainsi meurt l'Espagne. On imagine que tous ces pays vont enfin décider de se réunir en Gpetits pour discuter de cette arnaque qui leur est tombée sur le nez et produire une réaction commune. dans les grands pays prédateurs on s'y prépare, c'est en fait le programme Hollande relancer des milliards pour effacer les dettes des pays qui n'en peuvent plus et les faire payer sur le très long terme à leur concitoyens.
Le résumé est toujours le même des entreprises ramassent ce qui est financé par les peuples y compris donc le notre.
a écrit le 19/05/2012 à 1:54 :
L'Espagne vient de s'apercevoir qu'en faisant comme la Grèce elle ne s'en porterait pas plus mal. Les pays surendettés ne paieront bientôt plus préférant l'explosion de l'Europe. Tous en faïte et en défaut de paiement! il ne restera qu'à reconstruire une Europe réduite à 6 ou à 12. Mais certainement pas à 25 ou 26 avec des disparités telles que ce projet était voué à l'échec depuis le départ.
a écrit le 18/05/2012 à 21:41 :
Donc, la BCE va refaire fonctionner la planche à billets virtuelle en créant à nouveau de l'argent qu'elle ne possède pas ! Belle pyramide de Ponzi que l'on nous prépare... Et pour les armes, on fait comment ? Elles seront fournies ou on doit les acheter ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :